Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Sam 7 Déc - 18:50

76 résultats trouvés pour fantastique

Henri Bosco

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 51xdus10

HYACINTHE


C'est une histoire opaque et souvent oppressante. On avance dans ce livre comme dans une forêt obscure et qu'on ne connait pas. Et c'est ainsi que le narrateur de cette histoire la perçoit aussi... Elle baigne tout entière dans un climat d' attente, de mystère et d'envoûtement. Cette histoire se présente sous la forme d'un journal.

Dans un état de vide intime, le narrateur s'est retiré dans la solitude d'une grande bâtisse qu'on peut situer dans le Lubéron, et qui s'appelle La Commanderie. Au fil de ses investigations intimes, ses impressions varient et modifient sa vision des choses. Les rares, très rares personnes qu'il voit, observent le même silence que lui, mais des signes invisibles s'échangent quand même. Et même des signaux, comme cette lampe qui s'allume toutes les nuits dans la grande maison silencieuse qui lui fait face, la Geneste. Des forces obscures s'affrontent au dehors, mais aussi dans la tête du narrateur. Et la solitude qu'il avait choisie a raison de lui. Et aussi cette angoissante sensation de vide qu'il éprouve, et qui est proche du néant.

Que dire de plus ? Rien ! c'est déjà assez difficile ainsi ! Il faut lire cette histoire lentement et découvrir la vérité en même temps que le narrateur. C'est une histoire saturée de bruits et de silence, d'odeurs, de couleurs... d'émotions, d'impressions et d'interrogations. Bosco essaie de suggérer l'inexplicable, l'indicible, le mystère, la pression incessante des forces cosmiques exacerbées par le silence.

Le style narratif de Bosco est lyrique, une prose dense aux phrases brèves et d'une grande force poétique. Ce livre est à la limite de l'excès : presque trop dense, trop énigmatique.

Bosco a fait le pari obscur d'expliquer l'amnésie de ses deux protagonistes, amoureux depuis l'enfance, par l'envoûtement, la sorcellerie d'un illuminé qui veut inventer un contre-monde destiné à faire vivre ceux qu'il a choisis pour le peupler. Mais son univers est aussi flou que pervers et finalement glacial. J'avoue que la création de ce personnage m'a gêné et aussi cette tentation mystique qui est très éloignée de moi. C'est une critique de détail. Mais le livre se prête à d'autres lectures.

Message récupéré


mots-clés : #fantastique
par bix_229
le Ven 30 Déc - 15:45
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Henri Bosco
Réponses: 61
Vues: 2945

Lewis Carroll

Lewis Carroll (1832-1898)

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Carrol10

Lewis Carroll, de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson, naquit en 1832, à Daresbury, petite bourgade proche de Manchester. Son père était prêtre de l'église anglicane. Charles était le troisième enfant d'une très nombreuse famille. La majeure partie de son enfance s'écoula à Daresbury, puis à Croft, dans le Yorkshire, à partir de 1843.

On sait que Charles aimait inventer, pour ses frères et soeurs, des jeux divers, et qu'il monta notamment des spectacles de marionnettes. A douze ans, on le mit en pension à Richmond et, un an et demi plus tard, il entrait à la grande public-school de Rugby. Son séjour y fut, de son aveu, fort pénible, par suite du régime des punitions et surtout du poids de la vie collective, rendu plus lourd encore pour lui par son goût médiocre pour le sport. Il y fit de bonnes études et, après quatre ans passés à Rugby, fut admis à Oxford (Christ Church College), où il s'installa en janvier 1851 ; il devait y résider jusqu'à sa mort.

Sa mère mourut cette même année. Charles en fut très affecté,ce qui contribua peut-être à rendre plus difficile ses relations avec son père. Il travailla d'arrache-pied, sans se faire beaucoup d'amis, et obtint brillamment son diplôme de mathématiques en décembre 1854. Le collège lui accorda de ce fait, le titre de student, qui devait faire de lui ultérieurement un "membre du collège" et, d'emblée, l'équivalent d'un assistantde faculté d'aujourd'hui. En contrepartie, il s'engageait, au moins provisoirement, à devenir prêtre et à rester célibataire.

C'est à cette époque qu'il commença véritablement à écrire : d'abord des poèmes, mais aussi quelques nouvelles qui parurent dans un petit magazine, The Train, dont le directeur choisit, parmi les pseudonymesque Dodgson lui proposa, celui de Lewis Carroll (1856).Les enfants Liddell.En même temps, il se passionnait pour la photographie, encore balbutiante. C'est ainsi qu'il tira de nombreux portraits des enfants du doyen de son collège, Liddell, et s'attachaà la petite Alice. En 1862, l'année où celle-ci eut dix ans, Carroll au cours d'une promenade en barque, raconta pour la premièrefois ce qui devait devenir Alice au pays des merveilles. Quelque temps après, le texte, considérablement augmenté, fut proposé à l'éditeur MacMillan, qui l'accepta immédiatement. Illustré par John Tenniel, caricaturiste alors célèbre, le livre parut en juillet 1865. Ce fut tout de suite un grand succès et, dès 1867, Carroll envisagea une "suite" illustrée également par Tenniel : ce fut De l'autre côté du miroir (1871). En 1876 enfin, le succès de la Chasse au Snark fut presque aussi grand.

Parallèlement, Carroll poursuivait son travail de professeur et de mathématicien, mais son enseignement ne plaisait guère. Après avoir été ordonné diacre en 1861, il renonça à devenir prêtre, invoquant sa timidité et son bégaiement. Il parvint cependant à rester à Christ Church, où sa vie se déroulait calmement, malgré des conflits violents avec le doyen Liddell, inquiet d'abord de son attachement pour Alice, puis exaspéré par les pamphlets virulents - leur anonymat ne trompant personne - par lesquels Carroll le mettait en accusation avec plusieurs des autorités d'Oxford : Notes by an Oxford Chiel (1874). En 1880, il renonce à la photographie, et en 1881, à l'enseignement. Dés lors, c'est la logique qui va devenir l'objet de tous ses soucis. Certes, il publie encore une oeuvre d'imagination : Sylvie et Bruno (en deux parties, 1889 et 1893), mais l'essentiel de sa production, quoique publiée sous le nom de Lewis Carroll, marie plus ou moins heureusement logique, mathématiques et humour.

Bien que connu de tous ses collègues comme Dodgson-and-Carroll, il refusa constamment l'identification et, quelques mois à peine avant sa mort, décida de renvoyer tout courrier adressé à Lewis Carroll. Mais c'est sous ce nom qu'il se présentait aux petites filles, très nombreuses, avec lesquelles il entrait en conversation, dans le train ou sur la plage ; et c'est un exemplaire d'Alice qu'il leur laissait en cadeau - à moins que la sympathie ne grandît - prélude àdes relations plus profondes, dont une volumineuse correspondance nous en a laissé la trace. Ce fut là l'essentiel de ses amitiés, et, lorsqu'il mourut dans sa famille, le 14 janvier 1898, à l'âge de soixante-six ans, ses petites amies de toutes les régions furent, à coup sûr, les plus affectées.

source : www.lewiscarroll.net/biog1.htm

Oeuvres traduites en français :

Travaux littéraires
La revue du presbytère
Poésie instructive et utile
Le nouveau clocher
La canne du destin
La caverne du magicien
1850-1853 : Le parapluie du presbytère
1855-1862 : Misch-masch
1865 : Les aventures d'Alice au pays des merveilles
1867 : Voyage en Russie, avec le docteur Lindon
1869 : Phantasmagoria et poèmes divers
1872 : De l'autre côté du miroir
1876 : La chasse au Snark
1883 : Rime ou Raison
1885 : Une histoire embrouillée
1886 : Les aventures d'Alice sous terre
1888 : Isa visite Oxford
1889 : Alice racontée aux petits enfants
1889 : Sylvie et Bruno
posthume : La revanche de Bruno

Autres
Lettres inédites à Mabel Amy Burton et à ses parents
Logique sans peine : Premier et deuxième cycles





La bibliographie de Lewis Carroll est copieuse en français, notamment les éditions d'Alice au pays des merveilles et de De l'autre côté du miroir.
Les traduction en français sont tout aussi nombreuses, le style de Carroll étant particulièrement inventif et doté d'un humour propre au limericks, ces contes pour enfants que les enfants acceptent sans se demander s'ils sont absurdes. Et qu'on nomme en anglais nonsense.
Personnellement, le traducteur français que j'ai lu est Parisot. Le mieux étant de lire une édition bilingue.


mots-clés : #contemythe #fantastique #jeunesse
par bix_229
le Mer 28 Déc - 16:15
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Lewis Carroll
Réponses: 9
Vues: 506

Maurice Pons

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 41vvwi10

Mademoiselle b

(Je préviens tout de suite mon commentaire est un peu dur.....)

Je ne peux pas dire que ce livre m’ait plu. En soi, cela se sent que Pons est un écrivain qui est rompu à l’écriture, mais le mode humoristique qu’il emploie ne m’a pas fait sourire. Et je ne peux invoquer ici peut-être, qu’un manque d’inclinaison pour son écriture. Et puis le personnage....écrivain, glandeur, jouisseur, qui picole avant de prendre le volant m’a lassée. Je trouve du reste que l’histoire finit en queue de poisson comme s’il avait eu envie d’en finir le plus vite possible. Comme si lui-même avait été lassé. Le personnage de mademoiselle b qu’il a voulu si vénéneux ne m’a pas intrigué. Ses gants qu’elle ne quitte jamais, ses dentelles blanches et ses apparitions en pleine nuit une broderie à la main, m’ont laissée sur ma faim.  Un manqué. Peut-être que quelqu’un peut me conseiller un autre de ses livres pour que je ne reste pas sur un échec ? Peut-être Rosa ou Les saisons ?


mots-clés : #fantastique
par Pia
le Sam 24 Déc - 14:25
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Maurice Pons
Réponses: 14
Vues: 489

John Ronald Reuel Tolkien

Le Seigneur des anneaux

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Sda-in10

Plutôt dur de commenter un livre aussi culte, aussi géant!
J'ai donc fait plutôt court!

Très longue épopée, qui va crescendo dans l’émotion, d’êtres à la fois tendres et nobles évoluant dans un monde étrange où le destin mêle amis et ennemis, combats, marches inquiétantes, sorcelleries et prémonitions.
Une fois entré dans le récit, on abandonne toute notion de maîtrise d’un monde d’une complexité saisissante, pour se laisser porter par le style du conteur, d’une richesse qui se partage entre descriptions extraordinaires d’épreuves et de paysages, et doux ou vaillants échanges entre les protagonistes.

Sans doute on adhère ou on n’adhère pas ; il faut abandonner le désir de tout comprendre, se laisser porter par l’ esprit d’enfance pour accueillir ces péripéties, toutes semblables certes, mais si dissemblables, qui sont la traduction d’un monde que Tolkien a obsessionnellement construit pour nous. D’aucuns y trouvent certainement de multiples références à toutes sortes de mythes ou légendes, mais on peut parfaitement s’en passer pour une lecture au premier degré qui se contente d’alternativement bercer et ensorceler. Paysages enchanteurs ou terrifiants, héros humbles et valeureux, monstres redoutables, amis sincères et magiciens… c’est le royaume de la peur et de la fidélité.

J’ai été séduite par l’omniprésence de la douceur et de l’étrangeté dans un univers où je n’attendais que défis chevaleresques et pathétiques.

Le style de l’auteur, à la fois doux et précis, a maintenu mon plaisir au fil des pages.(Seuls les premières pages de présentation, indispensables pour la compréhension mais rébarbatives, et le chapitre sur la réunion du Conseil à l’origine de la formation de la Communauté, m’ont paru rebutants)


Un exemple : Pippin décrit le regard de l’ent :
 
 « On aurait dit qu’il y avait, derrière, un énorme puits rempli de siècles de souvenirs et d’une longue, lente et solide réflexion ; mais la surface scintillait du présent : comme un soleil qui miroite sur les feuilles extérieures d’un vaste arbre ou sur les ondulations d’un lac très profond. Je ne sais pas, mais on avait l’impression d’une chose qui pousserait dans la terre – d’endormie, pour ainsi dire – ou qui se sentirait entre l’extrémité de la racine et le bout de la feuille, entre la terre profonde et le ciel, se serait soudain éveillée et vous considérerait avec la même lente attention qu’elle aurait consacrée à ses propres affaires intérieures durant des années sans fin. »


(commentaire récupéré)


mots-clés : #fantastique
par topocl
le Jeu 22 Déc - 16:25
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: John Ronald Reuel Tolkien
Réponses: 4
Vues: 399

Jean-Philippe Jaworski

Gagner la guerre

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Image154

Les bons romans ça m'ennuie toujours de les quitter, et là, j'en ai eu ma dose, j'ai pu m'en repaître, prendre mon temps, me réjouir de cet excès-même, j'ai suivi, enthousiasmée, éblouie, admirative !  Le baston, les morts, les dégâts divers , il y en a trop, beaucoup trop, c'est à se tordre de rire ! Jaworski y met un culot outrancier, que son talent transforme en un envoûtement inlâchable !



  C'est un des charmes de Ciudala : tous ces grands qui se détestent sont voisins de palier, et ils n'ont qu'à faire deux pas dans la rue pour saluer le sénateur qui a voté le bannissement de leur père ou le patricien dont ils ont empoisonné le fils aîné.



C'est Benvenuto Gesufal, maître-assassin gouailleur, racaille notoire , baroudeur irréfléchi et invincible qui raconte ses heures de gloire et ses déboires, en connivence directe avec le lecteur. Ce héros, qu'on suit génialement dans tout le premier chapitre ridiculement abattu par le mal de mer,  est un personnage parfaitement  amoral que Jaworski arrive à nous rendre éminemment sympathique, et dont on partage les victoires, l' emprisonnement, l' évasion rocambolesque, le long voyage vers l'exil , le retour dans un triomphe ambigu : ses heures de peines et ses galéjades, ses fanfaronnades et ses coups de force.

Il est au service de Leonide Ducatore, l'implacable Podestat de Ciudala, capitale de la République, maître sans pitié, intrigant sans scrupules . A travers eux, c'est toute la politique des vieux Royaumes, perpétuellement en guerre ,  qui est dévoilée, avec ses intrigues de palais, ses trahisons, ses combines foireuses, ses coups fourrés. Tout cela sur fond de sortilèges, croisant au passage quelques elfes et quelques nains, c'est un magnifique hommage à Tolkien, aux romans de cape et d'épée, aux récits mythiques d'une façon générale, rien que ça!

C'est une grandiose épopée, une leçon d'Histoire fictive dans  des mondes alternativement  étranges et familiers : on est  si proche de nos Etats malsains. Jaworski, y met comme toujours sa faconde hallucinante, mi-noble, mi-truculente, son humour malin, son sens du détail , ses  amples descriptions et...  on y  est : ces paysages magnifiques et  ces villes grouillantes, on s'y promène, ces bagarres au destin prévisible, on en suit le déroulement avec angoisse, ce palais en feu, on en ressent la brûlure...On se laisse emporter par ce récit fantasmagorique où la bravoure est le maître mot. Il y a là un souffle, une présence, une proximité à ce réel surnaturel : Jaworski est un conteur qui m'a emportée au pays des rêves.


   Je suis allergique aux enterrements. Ça peut sembler bizarre, compte rendu de mon fonds de commerce, mais c'est ainsi. J'ai mes raisons. Tuer et inhumer, c'est deux activités très différentes. Buter un quidam, pour un affranchi, c'est gratifiant. Ça demande un minimum de coeur au ventre, c'est un peu sale, c'est rapide, c'est payant : bref, c'est une réelle expérience humaine, directe et sans complications. Enterrer le même quidam, par contre, quelle corvée ! C'est codifié, grégaire, faux cul, interminable. Ça sublime les vicissitudes du banquet de mariage, en noir et sans le pince-fesse. La douleur sincère de quelques naïfs copule d'obscène manière avec les larmes obligées du plus grand nombre

.


   Ils se servent de moi, c'est vrai. Ils m'utilisent pour construire leur image, pour étaler leur fortune et leur prétention, pour accroître leur rayonnement et pour bâtir leur postérité. Mais je ne suis pas seulement un instrument pour eux. Je leur offre aussi autre chose : un refuge, une sublimation, un objet qui dépasse le support matériel et sa valeur marchande, une ouverture sur une perception différente du monde. De ces hommes de pouvoir et d'argent, je fais des contemplatifs. Grâce à l'art, je les rappelle à leur humanité, dans sa dimension la plus haute. Ils me payent mais je les rachète.


(commentaire récupéré)
mots-clés : #fantastique
par topocl
le Dim 18 Déc - 15:19
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean-Philippe Jaworski
Réponses: 2
Vues: 305

Jean-Philippe Jaworski

Même pas mort
Tome 1 de la trilogie Rois du monde

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Jawors10

Merveilleux et magnifique roman addictif qui ramène à toutes les lectures de l'enfance, les heures passées à écouter, lire et relire les Contes et Légendes des héros Grecs et Barbares, les frissons des forêts des contes de Perrault, épicés d'une malice délicieuse, pour le simple plaisir de l'histoire, des péripéties qui emportent, des sentiments nobles, du coeur qui bat d'angoisse sous-tendu par la sérénité de l'invincibilité des héros.

Nous sommes au sein des Royaumes celtes, entre deux temps, entre deux mondes, , au côtés de guerriers farouches, car oui, pour eux, la guerre est ce jeu joyeux, où l'on gagne ses cartes de noblesse, s'amuse comme des fous, ramène les têtes sanglantes des ennemis humiliés. Quand son père  Sacrovèse meurt au combat contre son beau-frère , Bellovèse , tout enfant, est condamné à l'exil. Il vit une enfance insouciante avec son frère , tous deux turbulents et décidés, courant d'aventure en aventure au sein des bois remplis de sortilèges, où ils rencontrent des êtres étranges , bienveillants ou malveillants, devins, spectres, esprits, animaux fantasmagoriques... Et les  voilà déjà , tous deux adolescents, partant au combat au côté des grands hommes, mi loustics, mi guerriers défendant leur honneur, bien décidés à conquérir le monde. Et ne voilà t'il pas que la mort refuse Bellovèse...

C'est en effet, un roman introductif, une mise en place. Je ne sais plus où j'ai lu que, par conséquent, il ne s'y passait pas grand chose, j'ai au contraire trouvé que cela n'arrêtait pas, la beauté et l'invention au fil des pages, l'émerveillement. Ces garçons sont deux numéros et n'ont de cesse de prouver leur noblesse sous leur naïveté impertinente. Tout cela se déroule dans des paysages sans cesse changeants dont la description laisse pantois, admirables de poésie, de vigueur et de douceur mêlées. On sent en soi la chaleur des rayons du soleil sur ses épaules, la froidure du gel jusqu'au plus profond de ses os, les courbatures  des longues chevauchées.

Et il faut parler de la langue, magique et noble, à la hauteur de ce récit homérique, coulante, joyeuse, captivante. Jean-Philippe Jaworski utilise toute une série de mots rares et anciens (peut-être mêlés d'habiles néologismes?), qui, habilement dosés pour ne pas troubler le récit, l'assoient pleinement dans une époque ancienne et noble, étrange, pour le plus grand plaisir de l'amateur de mots.

Voilà, c'est une fort belle expérience, jusqu’au moment où on se rend compte que le deuxième tome n’est pas encore sorti en poche, et le troisième en devenir. Frustration intense du lecteur:grrr: ...


   Cette angoisse, toutefois, est grisante, parce qu'elle est le destin qui m'est échu et parce que je ne peux m'empêcher d'espérer que l'horreur y est mâtinée de merveille ; sur ce récif perdu dans la tourmente, je sens contre lms flancs le corps de mes deux amis, leur chaleur douce à travers la laine mouillée, la force de ce compagnonnage qui m'a conduit jusque là, sur les dernières des îles des dernières des mers, au bout du bout du monde.




   Le barde, à peine visible dans le rougeoiement des braises, devenait alors un enchanteur qui convoquait autour de nous des festins, des armées, des monstres et des divinités. Quand il se taisait, la maison d'Attegia était pleine à craquer de musiques, de présences et de drames, et nous étions transportés par un sentiment plus grand que nous.



   « Au monde, rien ne va de droit fil. Avez-vous déjà suivi un chemin qui vous mène tout droit à destination ? Avez-vous déjà descendu une rivière qui va se jeter tout droit dans la mer ? Avez-vous déjà vu la lune ou le soleil traverser tout droit le firmament ? Même les étoiles dansent de lentes farandoles. L'existence n'est qu'un immense canevas de lacets, de virages, d'embranchements et de méandres. Tout est capricieux et infléchi, et la vie entière est un entrelacs d'arabesques. Seuls les lances les javelots vont droit… »



   Ce genre d'histoire, ça ne s'écoute pas les yeux ouverts ! C'est une parole vieille comme la terre, les arbres et la pierre. Alors fermez-moi ceses mirettes ! Toute votre âme doit passer dans vos oreilles !


(commentaire récupéré)
mots-clés : #fantastique
par topocl
le Dim 18 Déc - 15:15
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean-Philippe Jaworski
Réponses: 2
Vues: 305

Henri Bosco

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 419yt710

Un rameau de la nuit

Premier roman de Bosco et superbe découverte ! Ce Rameau de la nuit est indescriptible, magique. Décrire ce livre n'aurait pas grand sens, je vais simplement décrire mes impressions. L'écriture est magnifique, poétique, la nature est sublimée. Sensation de sérénité, de paix sous les forces naturelles et surnaturelles de la terre ; impression seulement !  car sous la plume de Bosco, il règne une angoisse redoutable qui monte paisiblement, la crainte de voir à chaque instant surgir de nulle part quelque chose ou quelqu'un, une âme ou une Ombre, un double... La mort rode aussi, un enfant est malade, un homme est souffrant...

La nuit est magnifiée, effrayante aussi, palpable car opaque et dense. S'y aventurer c'est risquer de se confondre et de se fondre en elle.

Le jour, c'est la Haute-Provence, Gèneval, petit village perdu, silencieux avec ses rares habitants. C'est la maison de Loselée, emplie de mystère, avec son jardin et au-delà, son parc, où Meyral demeure dans une chambre qui recèle des secrets. Secrets des morts, secrets des amours prêts à surgir eux aussi de la nuit.

J'ai été plus particulièrement sensible à cette époque où Meyral s'installe et va vivre à Loselée, plutôt qu'à l'époque antérieure où il erre sur les quais pour rejoindre l'Altaïr, l'épave au large de Marseille, lieu confiné où les expériences oniriques se confondent avec la vie même. Ce livre est tellement riche que le résumer ou donner ses modestes impressions c'est lui enlever sa part de mystère car les mots pour le décrire seront toujours trop terre à terre.

Je suis conquise ! Le mot est faible...


mots-clés : #fantastique
par Barcarole
le Sam 10 Déc - 9:03
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Henri Bosco
Réponses: 61
Vues: 2945

Pascal Quignard

Les Larmes

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 97822411


Il y avait jusqu’à présent le Quignard de textes courts mi-philosophiques mi-poétiques, tels les « Petits traités » ou « Dernier royaume » et celui des romans. J’étais beaucoup plus sensible aux premiers qu’aux seconds. Avec « Les Larmes », Pascal Quignard inaugure une nouvelle forme qui associe les deux précédentes. Et je trouve cette synthèse remarquablement réussie.
Nous voici plongés à l’époque carolingienne, à l’abbaye de Saint-Riquier, dans la Somme, haut lieu de culture, sous la gouverne du comte-abbé Angilbert. Celui-ci s’est pris de passion pour Berthe, fille de Charles, bientôt empereur d’Occident. De leur union naissent Nithard et Hartnid, faces opposées de la gémellité. Nithard deviendra l’historien chroniqueur de Charles le Chauve, tandis qu’Harnid parcourt le monde, de l’Irlande à Bagdad en passant par Cordoue, à la poursuite d’un visage de femme.
Le livre commence par la rencontre improbable d’un cavalier avec le Christ en train de mourir sur le Golgotha, celle d’un passeur de rivière avec un geai, l’amour d’un frère pour un chat noir. Puis, entre en scène Sar, la chamane, qui prophétise,  et dont les beaux yeux bleus crevés donnent naissance à la rivière Somme. Histoires étranges qui se disent, s’écrivent dans un monde où l’homme est encore tellement proche de la nature, faisant corps avec elle, où réel et surnaturel ne se distinguent pas encore, où le miracle se voit à chaque pas. Rien d’étonnant donc que les oiseaux dialoguent avec les hommes, que ceux-ci puissent se réincarner en eux, que les corbeaux emportent l’âme des morts dans un autre monde, que temps et distances puissent s’abolir. Sous la forme des anciens livres (liber), Quignard s’inspire de vieux mythes et épopées, tels les Mabinogion, les Nibellungen, les sagas des Normands qui viennent hanter les côtes, les associant à la tradition gréco-romaine, aux récits merveilleux de la chrétienté. Par là même, il laisse entrevoir quel pouvait être l’univers culturel et spirituel des hommes de l’époque. Mais surtout il magnifie cet ensemble par la poésie.
L’acmé du livre est cette fameuse rencontre dans la plaine où fut Argentorate et qui devient alors Strazburg :
« C’est alors que, le vendredi 14 février 842, à la fin de la matinée, dans le froid, une étrange brume se lève sur les lèvres.
On appelle cela le français »

Comme cet instant magique où nait une langue est magnifiquement dit !
« On assiste au désarroi – qu’engendre le nouveau règne symbolique qu’il intronise d’un coup. Il n’y a pas de demi-langue : un souffle humain dans l’air froid change de langue. On touche au vide : à la contingence pure. »

Et Nithard est le premier à écrire le français.
« Ainsi, un jour d’hiver, un vendredi, le français et l’allemand se retrouvent-ils côte à côte à la fois dans une plaine d’Alsace et à l’intérieur d’une chronique qui, elle, est rédigée en latin, sous la plume d’oie de Nithard, le secrétaire palatial, sur une peau de veau soigneusement épilée et raclée. C’est la pierre de rosette trilingue de l’Europe.
Argentariae Sacramenta. Strazburger Eide. Serments de Strasbourg »

.
Vient rapidement le premier poème en français « In figure de colombe volat al ciel ».
Les derniers chapitres voient la mort des protagonistes de l’histoire. Voire, écouter avec attention le chant d’un oiseau dans une branche, alors qu’on est parti couper du bois, peut vous entraîner dans une étrange aventure !
« Les Larmes », partout présentes, disent la douleur des hommes. Elles viennent se mêler aux eaux immémoriales de l’Océan.
« Les Larmes » est un livre majeur de Quignard, l’un de ceux que j’aie eu le plus plaisir à lire.
Amoureux des chats, je terminerai par cette citation :
« Au terme de sa vie Frater Lucius avait fait le constat que les humains qui n’aiment pas les chats avaient tous, sans exception, une aversion pour la liberté. »



mots-clés : #moyenage #fantastique
par ArenSor
le Ven 9 Déc - 17:04
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Pascal Quignard
Réponses: 51
Vues: 1467

Stig Dagerman

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 51hvpt10

Dieu rend visite à Newton (1727)

Originale: Tusen år hos Gud (Suèdois, 1954, posthume)

CONTENU :
Une visite de Dieu chez Newton au jour de sa mort…

Un petit conte philosophique où le fantastique et le burlesque se cotoient et où Stig Dagerman laisse entrer en dialogue le créateur et le scientifique génial Newton.

REMARQUES :
Et Dieu en calèche à Londres et entre chez Newton : ils entrent en dialogue et des choses inclassables se passent. Grotesque, bizarre ? Pas seulement. Derrière le dialogue se désigne un image du monde sous une loi connaissable et compréhensible de laquelle le scientifique peut approximativement connaître les régularités. Toutes sortes d'interventions miraculeuses de la part de Dieu se situant en dehors de ces lois, dérange le tout et contredit en quelque sorte une soumission de Dieu à sa création, voir son vraie acceptation d'être homme, sa communion avec les êtres humains ( = incarnation?). Ainsi cette petite curiosité devient une question de quelle façon Dieu échappe à l'isolation qui pourrait être créer par une violation (permanente) des lois naturelles. Ici par exemple Dieu n'accepte pas les lois de la gravité et le corps de Newton décédé vole à travers l'espace. Mais Dieu désire la proximité à la création, aimerait entrer au coeur du monde. Et il laisse devenir Newton un magicien...

Eh bien, si on a connu Dagerman dans ses pièces existentielles, sombres, suicidaires peut être surpris par la tonalité ici : un monde phantastique, de rêve… Mais on pressent rapidemment derrière cette surface et les images étonnants des questions essentielles : Où est Dieu ? Quel solitude et quel silence environnent l'être humain ?

Ce Dieu, pareillement solitaire, seul, aimerait entrer au coeur de l'homme. Est-ce que c'est le merite de Newton ? Le croyant pense au Dieu incarné, pas à cause d'une néccessité, mais par amour. Des fois on s'y sent proche ici, des fois plus loin.

Si on pense à la fin sans espoir de Dagerman on pressent qu'il n'a pas vu un chemin.


mots-clés : #contemythe #fantastique
par tom léo
le Ven 9 Déc - 16:12
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Stig Dagerman
Réponses: 6
Vues: 522

Leo Perutz

Le cavalier suédois

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 41rqk610


J'ai été emportée par ce mélange de roman d'aventure et de conte fantastico-philosophique, où les hommes, au nom de l'honneur, partent à la guerre dans la froidure, où des pactes se signent avec des fantômes, où des cavaliers épuisés se reposent dans des auberges obscures, où un homme courageux sauve une orpheline éplorée, où une petite fille pétulante est visitée la nuit par l'esprit de son père, où un homme qui croit échapper à son destin finit par devoir expier sa faute.

Comme dans tous les contes, on peut faire une lecture au premier degré, se laissant emporter par les péripéties des aventures, les tempéraments fougueux, les amours passionnées. On peut aussi s'interroger sur l'identité, qu'est-ce qui fait qu'un homme est lui-même, dans quelle mesure peut-il changer son destin, où est la véritable droiture ?



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #aventure #fantastique #historique
par topocl
le Jeu 8 Déc - 13:47
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Leo Perutz
Réponses: 24
Vues: 1157

Carole Martinez

Du domaine des Murmures

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Images19

Le monde en mon temps était poreux, pénétrable au merveilleux. Vous avez coupé les voies, réduit les fables à rien, niant ce qui vous échappait, oubliant la force du récit. Vous avez étouffé la magie, le spirituel et la contemplation dans le vacarme de vos villes, et rares sont ceux qui, prenant le temps de tendre l'oreille, peuvent encore entendre le murmure des temps anciens ou le bruit du vent dans les branches. Mais n’imaginez pas que ce massacre des contes a chassé la peur ! Non, vous tremblez toujours sans même savoir pourquoi.


Il faut aborder ce roman historique comme on écoute un conte merveilleux, avec sa part de rêve, de sorcellerie, de fantastique. Comme on écoute une chanson de geste. On y trouvera sa part de spiritualité et de magie, d'amour courtois et de brutalité virile. Les hommes sont des héros et d’humbles humains éplorés.

Recluse dans sa chapelle, divinisée en Sainte magnifique, Esclarmonde observe le monde , dicte des ordres tenus pour la parole de Dieu. Le passage où , sur son ordre, son père part en  Croisade, mêlé à une horde famélique, qui sème tout au long de son chemin les cadavres comme ses illusions, par sa poésie désespérée, est d’une puissance évocatrice tout à fait magnifique.

Récit exaltant au souffle romanesque assumé, Du domaine des Murmures, qui aurait pu s’appeler Expiation, est un réquisitoire contre la folie des hommes qui se cache derrière la folie de Dieu.


(commentaire rapatrié)
mots-clés : #fantastique #religion
par topocl
le Mer 7 Déc - 11:27
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Carole Martinez
Réponses: 5
Vues: 317

Alain Damasio

La Horde du Contrevent

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Images77

Comme La recherche, ou Hugo, la Horde du Contrevent fait partie de ces livres immenses qui méritent qu'on les essaye au moins une fois dans sa vie. Certains resteront sur le côté, les autres seront happés par une fascination étrange et le livre entrera alors dans cette catégorie des « livres qui restent ».

Empruntant à l'Odyssée d’Ulysse, au Mahabharata, à la quête du Graal, Damasio nous offre un récit mythologique au royaume du vent et des contrevents emportant dans un destin tragique 23 personnages-héros aux figures chevaleresques. À travers des paysages dévastés, face à des éléments déchaînés, ballottés entre détermination et désespoir, portés par une foi sans pareil, ils affrontent avec une noblesse et une vaillance indéracinables un destin qui ne saurait décevoir. En perpétuelle lutte contre ce monde  qu'ils vénèrent et exècrent à la fois partageant leurs forces et leurs fragilités, irradiant de beauté et de grandeur, ils nous emportent dans une aventure où les  rebondissements se renouvellent perpétuellement, d'une inventivité, d'une créativité, d'une poésie qui ensorcellent.

Au service de ce récit  mythique, de ses personnages aussi divers qu'attachants, Damasio utilise une langue dont la beauté ne prend parfois à la gorge, nous offre des émotions violentes. Il joue avec les mots, il invente, il  trafique, il joue avec la forme et le style.. Il rejoint une grande Littérature Populaire, parlant à tous, charmant autant par l’intellectuel que par l'affectif, racontant une histoire universelle, exaltée par une quête existentielle.

Réaliser un commentaire sur ce livre est une tâche particulièrement déroutante, frustrante car  forcément réductrice des richesses multiples à découvrir dans ce livre, des bonheurs nombreux à y cueillir. On y aime, on y tremble, on y rit, on y pleure, on s'y interroge sur nous-mêmes et sur le monde… que demander de plus à un roman ?

Il a la puissance mais ne cherche aucun pouvoir - puisque justement, il peut.


La solitude n’existe pas. Nul n'a jamais été seul pour naître. La solitude est cette ombre que projette la fatigue du lien chez qui ne parvient plus à avancer peuplé de ceux qu'il a aimés, qu'importe ce qui lui a été rendu. Alors j'ai avancé peuplé, avec ma horde aux boyaux, les vifs à un pas et une certitude : l'écroulement de toutes les structures qui m'avaient porté jusqu'ici - la recherche de l'origine du vent, les neuf formes, l'Extrême-Amont, les valeurs et les codes de ma Horde – ne m'enlevait pas, ne pourrait jamais m'arracher, pas même par leur mort, ce qui ne dépendait, authentiquement, que de moi : l'amour enfantin qui me nouait à eux.




(commentaire rapatrié)


mots-clés : #contemythe #fantastique
par topocl
le Mar 6 Déc - 13:32
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Alain Damasio
Réponses: 46
Vues: 1169

Jean Cocteau

Les enfants terribles

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Images17

Ce petit roman fait partie des livres que j'ai lus et relus, adulés, conseillés, prêtés. J'y reviens 20 à 30 ans plus ;  les quelques afféteries de Cocteau, une certaine emphase, un côté pompeux, comme s'il se prenait trop au sérieux (la jeunesse c’est… et c'est bien de l'enfance de…), que j’y ai décelés cette fois-ci, n'ont pas suffi à gâcher mon plaisir d’autrefois.

Un frère et une sœur, jeunes adolescents orphelins, se construisent un monde fantasque et passionné à l'abri des adultes, des obligations et de l'ordinaire. Pris d'orgueil dans leur relation mortifère mêlée d'adoration et de rejet, ils vivent dans un capharnaüm enchanté, un trésor qui leur est commun. Dans  ce huis clos étouffant, follement poétique, qui ne répond à aucune rationalité, quelques être fascinés tâchent de pénétrer, mais tout le monde s'y brûlera les ailes.

Ce livre nous parle du monde de l'enfance, de l’impossibilité de se quitter, de l'amour qui ne sait plus s'il aime soi-même ou l'autre. On y trouve une violence de sentiments, une poésie romantique, une magie tragique et folle.



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #contemythe #fantastique
par topocl
le Mar 6 Déc - 13:26
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean Cocteau
Réponses: 4
Vues: 345

Stephen King

22/11/63

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 22-11-12

Jack Epping, prof d'anglais sans attache, réalise le souhait de son ami Al sur son lit de mort : il s'engouffre dans une faille temporelle et retourne vivre 5 ans dans le passé, histoire de... excusez du peu, empêcher l'assassinat de Kennedy.  Jouer à Dieu en quelque sorte (ou plus humblement à l'apprenti sorcier) et   améliorer ainsi le sort de la planète et de millions de gens. Seulement, le passé (ou Dieu?) n'est pas d'accord, on  ne décide pas comme ça du sort du monde. On ne décide pas du bien et du mal. D'où un mirobolant enchaînement de péripéties, de contre-temps, de foirages, d’embûches, la première prenant le nom de Sadie, une ravissante jeune femme dont Jake -alias Georges- va tomber amoureux. Et alors, il se retrouve avec dans la balance, d'un coté le sort du monde, de l'autre l'amour de sa belle.

On marche complètement, de A à Z , on y croit totalement à ce retour vers le passé (qui alterne avec quelques retours vers le futur). Stephen King mêle miraculeusement suspense, humour , romantisme, aventure, histoire d'amour et Grande Histoire dans un génial délire romanesque. Pas une fois dans ces plus de mille pages, on ne se dit qu'il aurait pu se dispenser d'une péripétie. Les personnages sont des plus attachants et l'histoire d'amour n'est jamais niaise (vous me connaissez).

Stephen King s'amuse à comparer finement les époques, sans sombrer ni dans la nostalgie , ni dans l’exaltation de la modernité. Il nous offre un décorticage saisissant de la société américaine à travers les époques. Mais surtout il s'interroge - et nous avec – sur le destin, la responsabilité de nos actes, notre capacité à changer les choses, notre libre-arbitre. Il nous embarque dans cette réflexion à travers une histoire apparemment ludique, qu'il mène avec  un brio, une désinvolture élégante, une malice assumée, et ce n’est pas le moindre charme de ce bouquin que de le sentir autant s'amuser à écrire que nous à le lire.



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #fantastique
par topocl
le Lun 5 Déc - 20:04
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Stephen King
Réponses: 13
Vues: 419

Marco Lodoli

Marco Lodoli
Né en 1956


Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Imgmar10


Marco Lodoli est né à Rome en 1956, où il vit et enseigne dans un lycée de banlieue.

Entré en littérature par la poésie, il s’est lancé dans le roman avec succès, a écrit des nouvelles, des chansons et des articles dans La Repubblica.

En 1986, il a reçu le prix Mondello « première œuvre » pour son roman Chronique d’un siècle qui s’enfuit.

Collaborant régulièrement au quotidien La Repubblica, il rédige des chroniques de société, souvent à propos de la jeunesse, à partir de son expérience d’enseignant, ou encore des textes sur Rome, qui ont été regroupés dans le recueil Îles : guide vagabond de Rome.

Il est également critique de cinéma pour l’hebdomadaire Diario.


Oeuvres traduites en français :

Chronique d'un siècle qui s'enfuit
Boccacce (grimaces)
guide vagabond de Rome
Les Prétendants
Les Promesses
Grand cirque déglingue





Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 31mixn10

Les Prétendants

subjuguée par l’écriture de Lodoli, la tournure des phrases, les métaphores étonnantes, étranges, la poésie, le chant des mots même quand il s’agit d’évoquer la Mort.

Les trois histoires,  se déroulant dans la ville éternelle, qui composent le livre : La nuit, le Vent, les Fleurs  sont toutes de noir vêtues ; la mort  à petits pas , suit les personnages, discrète pour ne pas les heurter. Constantino, Luca, Tito emportés sur le tapis roulant de la vie ne peuvent plus retenir leur destin, ni le diriger, chacun à son « maître » ; le Fou pour l’un, le romancier pour l’autre et le Poète pour le dernier. Ils sont piégés, mais ils ont accepté d’entrer dans le piège.
Dans les plus  tristes destins l’amour et l’amitié volent leur  part à la mort.

Ces histoires sont absurdes, mais  les mots et les pensées pour les conter sont magiques, et il ne faut point en révéler le contenu sous peine d’abolir le charme. Ne pas oublier aussi Rome partenaire des personnages.

La première histoire m’a un peu déroutée, mise mal à l’aise, j’ai pensé abandonner le livre malgré l’attrait de l’écriture.

« En amont du fleuve, vers le nord, la ville devient plus clairsemée, moins dense. Seules quelques personnes sont restées sur les berges pour saluer les amants, l’obélisque du Foro Italico ressemble à la barrière levée d’un passage à niveau désaffecté : Constantino et Serena le franchissent en un effort ultime. Mais elle est trop loin la source, un filet d’eau entre des montagnes dont on distingue même pas les sommets, et qui n’existe peut-être que dans le paysage du cœur. »


Bien m’a pris de persister, la seconde histoire « le vent » m’a emportée dans son souffle. Et Lodoli lui-même se met en jeu et en peine, c’est le Maître, mais à regarder vivre ses personnages il ne les maîtrise  plus.

«Quand l’esprit carbure, il s’emballe tout seul, il récupère les vieilleries dissimulées dans les recoins habituels, il récite jusqu’à la nausée ce qu’il sait et qui ne lui sert à rien. Il passe du vernis incolore et il répète avec application, le même geste, obstinément, deux, trois, dix mille couches de vernis incolore, l’une sur l’autre, aller et retour sur l’enduit de façade. »

« J’ai dans l’idée que Dieu est un fichu commerçant, un vieux renard pour tout dire : nous lui achetons la vie à prix d’or, traite après traite, jour après jour, nous nous épuisons pour lui donner un sens et une valeur et puis nous la lui restituons pour pas un rond dans un râle. »


Les fleurs :  C’est  après des années de patience à regarder cette fenêtre qui luit la nuit que Tito prendra possession du   destin qui lui était annoncé, lequel était   niché la-haut  au dernier étage de la maison.  Il aura un ami Aurelio,  une femme Morella, tous deux des blessés de la vie et une bande de chiens errants pour compagnons.

« Je n’aurais jamais imaginé que mon existence puisse changer. C’était une existence à ma taille, du prêt-à-porter qu’il ne fallait ni  agrandir, ni rétrécir. En été, pourtant, quand j’allais nager le soir dans le lac, je pensais que ce puts obscur était, à sa manière, relié à la mer, qu’une veine d’eau s’écoulait souterrainement jusqu’à l’océan pour y faire flotter les navires, les corps de femmes, les cadavres, les dauphins. Alors je pissais, je larguais un peu de ma chaleur, je la laissais voyager. »

« La musique d’un orgue s’est engouffrée telle la bise dans l’église, les notes gerçaient. »

« Le fleuve courait devant nous gonflé d’eau, aussi livide qu’un noyé »

Conclusion de Tito
« Je sens que la tristesse est une insulte faite à la vie, qu’elle est un résidu d’orgueil qui veut imposer son pourquoi à ce qui n’a pas de pourquoi. Je sais qu’il me serait impossible d’expliquer tout cela à quelqu’un, je n’aurais pas les mots pour me faire comprendre, je pourrais seulement dire : « c’est ainsi, c’est monstrueux, et je ne désire pas qu’il en soit autrement. »


J’espère que ces extraits vous inciteront à la lecture de ce livre.



"message rapatrié"



mots-clés : #fantastique #nouvelle
par Bédoulène
le Lun 5 Déc - 9:45
 
Rechercher dans: Écrivains Italiens et Grecs
Sujet: Marco Lodoli
Réponses: 1
Vues: 306

Haruki MURAKAMI

Tag fantastique sur Des Choses à lire - Page 4 Chroni10

Chroniques de l'oiseau à ressort

C'est avec Chroniques de l'oiseau à ressort que j'ai découvert Haruki Murakami et avec le recul, c'était une bonne porte d'entrée pour moi dans la mesure où la bascule dans le fantastique est "douce".
La lecture de ces chroniques me fut très sympathique de par les personnages et le style d'écriture fluide.
Dès les premières pages, je me suis attachée au personnage principal, Toru Okada, jeune homme de 30 ans, récemment au chômage, marié à Kumiko. Il se cherche, ne sait pas quel métier il souhaiterait faire, il a démissionné du dernier. En attente de sens, il est homme au foyer.
Mais sa quête du sens de sa vie va rapidement prendre une autre ampleur !
D'un fait anodin, à la recherche de son chat, il rencontre plusieurs femmes toutes aussi intrigantes et charmantes les unes que les autres : une jeune fille du fond de la ruelle, près de chez lui; une femme excentrique, Malta Cano, une sorte de voyante… et, quand il est à la maison, une parfaite inconnue souhaite, par téléphone, l’emmener sur le terrain de la sexualité à distance... Le monde de Toru bascule petit à petit dans un monde surréaliste fait de correspondances entre les différents personnages, les différentes situations. Évoluant dans ce monde onirique, Toru n'aura de cesse de retrouver Kumiko, sa femme, partie sans aucune raison du jour au lendemain.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.

Lu en septembre 2014


mots-clés : #fantastique
par Allumette
le Dim 4 Déc - 13:37
 
Rechercher dans: Écrivains d'Asie
Sujet: Haruki MURAKAMI
Réponses: 21
Vues: 953

Revenir en haut

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Sauter vers: