Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Lun 6 Avr - 8:34

140 résultats trouvés pour polar

Arthur Conan Doyle

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 41hima10


Le Chien des Baskerville

Un souvenir de lecture imposée. Puis relu pour un cours.

J'ai du le vendre en parlant de la qualité de l'ambiance. Surtout quand on est corrompu avec Guy Ritchie et son Iron Man de Sherlock (je suis plutôt Team Captain America en fait).

Une impression d'avancer dans la brume à côté de Sherlock. Watson est évidement génial (entre une nounou, un faire-valoir et un amant secret).

Et toujours cette brume et cette intrigue bizarre de folklore et de mort. Ça se lit "tout seul", une tasse de thé à portée de main. Une pipe peut-être ?
Une rencontre inoubliable avec un détective qui en a sous la cafetière.




mots-clés : #polar
par Mordicus
le Mar 3 Jan - 20:19
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Arthur Conan Doyle
Réponses: 14
Vues: 692

Dashiell Hammett

C'est surtout Moisson rouge qui me revient, plus que les nouvelles, avec son ambiance délétère et brutale mais aussi la ténacité qui lui permet de s'affranchir des limites. Je vous recolle mes deux lectures en spoiler, ça sera plus lisible :

première lecture:
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Robert10
Robert Frank, Butte Montana, 1956


Moisson rouge (1929)

Pas évident de parler de ce bouquin. On rentre très vite dans le vif du sujet par l'intermédiaire d'un détective employé par une grande agence (la Continental Op) qui débarque à Personville ou plutôt Poisonville comme les gens l'appellent, une cité minière du Montana. Il ne rencontrera jamais son client qui se fait assassiner.

En un peu moins de 300 pages et dans enchaînement, enchevêtrement, de coups tordus notre détective va ingurgiter beaucoup d'alcool et plus si affinités et semer une sanglante pagaille dans cette ville corrompue jusqu'à la moelle. Entre le vieux bonhomme qui détient la ville, le chef de la police et les quelques principaux truands, en tournant autour de l'esquintée et pourrie jusqu'à l'os femme fatale de service et de ses prétendants éconduits, le détective navigue, asticotant celui-là, donnant un coup de main malgré lui à celui-ci, manquant de se faire truffer de plombs entre les deux... sans jamais se départir de son opiniâtreté ou d'un bon sens de la répartie.

Notre super héros aussi sympathique que s'il faisait peur avec son mètre 60 et ses 86 kilos ne se prive évidemment pas pour mettre la pression de façon musclée à ses interlocuteurs. Une bizarre vision hallucinée, de cauchemar, de violence incessante qui se lit néanmoins avec un plaisir certain pour le charme du croqué des attitudes et toute la désillusion qui se sauve dans un humour noir et grinçant.

Il y aurait moyen de causer du drôle d'effet de cette narration sauvage qui fonctionne à la pensée et au dialogue, distille des retournements de situation mais surtout s'abrègent régulièrement pour passer à la suite. Le détective nous coupe la page ou le dialogue sous le pied pour aller plus vite vers l'inévitable bain de sang (espéré salvateur pour la communauté).

Je m'y suis trouvé un peu moins à l'aise que dans mes nouvelles de Chandler, d'une certaine façon ce Hammett m'a fait l'effet d'être moins pop, c'est grandiloquent mais avec une solide dose de méchanceté! Je compte cependant bien y revenir. Et puis c'est dépaysant pour le décor comme pour la forme, et ce dépaysement me plait bien lui aussi.


deuxième lecture:
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Mtbutt10

Moisson rouge (1929) - Deuxième lecture

C'est comme une bonne série B, ce n'est pas forcément que c'est l'histoire la plus fine du monde ou qu'une qualité excessive soit à l'origine de notre plaisir mais on retombe dessus et on ne voit pas de bonne raison pour ne pas se laisser reprendre au jeu.

Le petit bonhomme pugnace, employé d'une grande agence de détectives, qui n'a pas de nom arrive dans une ville minière (variation sur le thème de Butte dans le Montana) pour trouver son client mort et un niveau vertigineux de corruption. C'est presque contre la volonté du père du défunt qu'il va mener une campagne un peu spéciale de remise à plat des pratiques locales.

Mais ne pas se faire d'illusions ce n'est pas un Zorro ou un d'Artagnan qui nous raconte son histoire. Plus, si on doit comparer à des images cinématographiques de film noir et à une forme de glamour qui va avec, il va falloir se rendre à l'évidence ici il n'y en a pas. Tous pourris, tous violents, tous prompts à jouer des influences et des coups bas, la course de fond dans cet univers parallèle de la truandaille est haletante. On trouve bien en appât du "qui a fait le coup" (peut-être trop d'ailleurs, ça pourrait avoir l'air répétitif pour ça) mais ça enchaîne. Quelques mots plus ou moins bien ajustés, quelques règlements de comptes sans remords...

La petite touche derrière cette apparente absence de psychologie, le truc qui fait tenir le lecteur, pourquoi pas la fatigue, une lassitude qui l'emporte parfois sur les personnages, comme ce passage clé sous laudanum. Le passage de l'autre côté du décor de la société : trafic, politique, groupes d'influences (en marge le militant communiste), de l'individu avec la femme fatale de l'histoire Dinah Brand : menteuse, intéressée, à peu près alcoolique, négligée, néanmoins...

Avantage du Quarto : les présentations qui mettent en avant le gouffre qui sépare ce genre cuisine de celle d'une Agatha Christie par exemple ou la part politique de l'auteur sans oublier les contraintes du métier d'écrivain, qui doit quand même vendre, l'effet de genre.

Au final pas de doute : ça avance cette histoire, moins joueur et plus dur que Chandler, moins décontracté, ça avance et ça peut fasciner son lecteur. Je suis très curieux de pouvoir passer à un autre roman prochainement, suite à cette relecture.



mots-clés : #polar
par animal
le Sam 31 Déc - 17:40
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dashiell Hammett
Réponses: 30
Vues: 1127

Pierre Lemaitre

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Images93

Alex


(Un collègue me tanne depuis des mois pour que je lise son LeMaître -que je ne connaissais pas du tout-)

Bref. Il m'a conseillé Alex.

C'est très efficace comme écriture. On est tout de suite dedans. Y'a pas mille descriptions qui alourdissent inutilement l'histoire.
Paris. La nuit. Une fille vient de se faire kidnappée : Alex. Et elle se réveille dans un endroit chelou et elle pressens que ça va mal se passer.
Un flic, Camille, (un peu caricatural d'homme blessé, certes) revient sur le devant de la scène policière après un drame personnel et se lance à la recherche de la kidnappée. ollecte d'indices, collègues efficaces, chef compréhensif, méga chef qui se la pète. Classique.

A partir de là, un chapitres sur 2 nous parle de la victime kidnappée (qui va en chier hein) et l'autre chapitre se concentre sur le flic et son puzzle pour retrouver la fille.

Pis patraras.

Après quelques indices mis bout à bout, y'a un truc qui fait que finalement, cette pauvre victime kidnappée d'Alex, ben elle est franchement pas si innocente que ça.
Même qu'en fait...
*Suspense*

...


C'est "sympa".

Et la fin est délicieusement perverse.

...

Pas besoin d'un plan de Paris sur les genoux pour suivre l'enquête.
Pas besoin d'un dictionnaire à portée de main pour capter les quelques termes scientifiques.

...

2-3 heures de train, une nuit d'insomnie, un cabinet de psy ou la salle d'attente du dentiste et c'est nickel.

J'ai boulotté ça comme des carrés de chocolat et à la fin on se dit "Ho merde, j'ai bouffé la plaque".

...

[Commentaire 100% recyclé]



mots-clés : #polar
par Mordicus
le Ven 30 Déc - 15:00
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Pierre Lemaitre
Réponses: 13
Vues: 596

Richard Hugo

La mort et la belle vie

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Image220

Richard Hugo propose un polar ambitieux avec son flic poète au pays des très riches. Dommage que la solution, particulièrement tarabiscotée, soit évidente dès le premier tiers du roman, dans sa partie qui, à défaut de le partie pourquoi (laquelle est bien capillotractée). On est donc moins motivé à suivre la fausse piste. Dommage aussi que ce défenseur des bons et des honnêtes, d'un humanisme naïf, ne soit pas aussi un défenseur des femmes, dont il passe son temps à reluquer les formes. Dommage que le Montana sauvage et rural, où on croyait voir se situer le roman, soit vite abandonné au profit de villes beaucoup moins sympathiques (ne croyez pas la couverture, il n'y a aucun élan et aucun paysage enseveli sous la neige, on se demande un peu à quoi pensent les directeurs artistiques). Ca se lit honnêtement cependant, grâce à une bonne dose d'humour et des portraits bien troussés.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #humour #polar
par topocl
le Jeu 29 Déc - 10:13
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Richard Hugo
Réponses: 1
Vues: 306

Georges Simenon

L'ombre chinoise
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 0-l20o10

Un meurtre place des Vosges, un homme qui a fait fortune, trois femmes... Je me suis trouvé rapidement emballé par cette petite lecture d'un Maigret. ça pourrait être les portraits brossés rapidement et précisément, mais pas encore tant que ça. Le suspens tranquille et implacable de l'enquête pas non plus. Il y a le personnage du commissaire, ses temps de réflexion, ça bonhomie lucide et son sens de l'observation. Plus que tout ça été pour moi le double du personnage dans l'écriture, le partage imposé entre un monde normal et lisse et celui du crime, du dérapage, de la fêlure, de l'échec, de la frustration. Le commissaire est un trait d'union entre les mondes et il y a sa cohabitation, ses sympathies, ses fatigues et ses dégoûts, à demi-mots. Une résignation... et pourtant le portrait d'ensemble à quelque chose d'assez beau. La teneur sociale humaine et violente est très forte autour de ce faussement placide fumeur de pipe. Il y a une tristesse de fond et des espoirs qui marchent plein pot dans cette petite histoire. Ce fut une très bonne surprise car je n'en attendais pas tant et pas aussi simplement.

Et Maigret, la porte refermée, marcha vers la fenêtre que, malgré le froid, il ouvrit toute grande. Il était las, comme après un dur interrogatoire de quelque criminel. Il y avait surtout en lui ce malaise imprécis que l'on ressent quand on est obligé de regarder de la vie des aspects que d'habitude on préfère ignorer.

Ce n'était pas dramatique. Ce n'était pas révoltant.

Elle n'avait rien dit d'extraordinaire. Elle n'avait ouvert au commissaire aucun horizon nouveau.

N'empêche qu'il se dégageait de cette entrevue comme une sensation d'écœurement



mots-clés : #polar
par animal
le Dim 25 Déc - 9:28
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Georges Simenon
Réponses: 71
Vues: 2381

Georges Simenon

merci pour les citations !

en attendant de trouver une occasion d'y retourner je rapatrie :

Le Passager du Polarlys

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Romanp10

C'est une maladie qui s'attaque aux bateaux, dans toutes les mers du globe, et dont les causes appartiennent au grand domaine inconnu qu'on appelle le Hasard. Si ses débuts sont parfois bénins, ils ne peuvent échapper à 1'œil d'un marin. Tout à coup, sans raison, un hauban éclate comme une corde de violon et arrache le bras d'un gabier. Ou bien le mousse s'ouvre le pouce en épluchant les pommes de terre et, le lendemain, le " mal blanc " le fait hurler. A moins qu'il ne s'agisse d'une manœuvre loupée, d'un canot qui vienne se jeter étourdiment sur l'étrave. Ce n'est pas encore le mauvais œil. Le mauvais œil exige la série. Mais il est rare qu'elle ne suive pas, que la nuit, ou le lendemain, on ne constate pas un nouvel avatar. Dès lors, tout va de mal en pis et les hommes, mâchoires serrées, n'ont qu'à compter les coups. C'est le moment que la machine, après avoir tourné trente ans sans une panne, choisira pour s'enrayer comme un vieux moulin à café.


Un voyage mouvementé pour le Polarlys qui remonte la côte de Norvège depuis Hambourg. Le bateau transporte des marchandises et quelques voyageurs. Un nouvel officier qui fait ses débuts, un passager de dernière minute, un passager qui se fait assassiner, une femme troublante.... tous les éléments pour un huis-clos d'atmosphère. Une histoire qui suit tranquillement son cours. Une lecture agréable à défaut d'être prenante ou imparable, la fin pourtant est vraiment bien fichue et relève le plus intéressant du contenu, l'autre partie de la recette du huis-clos : les apparences, les doutes, les attractions et les erreurs de jugement.

Pas mal mais un peu plat pour émerveiller ce petit retour à Simenon après deux lointaines lectures : Le Bourgmestre de Furnes et  Pietr le Letton. J'ai le souvenir (collège ?) de m'être endormi dessus à force de vouloir absolument lire l'un de ces deux-là (et c'est une sorte de très bon souvenir ?).


mots-clés : #polar
par animal
le Dim 25 Déc - 9:26
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Georges Simenon
Réponses: 71
Vues: 2381

Fred Vargas

Temps glaciaires

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Image111

Du bon, du très bon Vargas, avec ce mélange d’érudition et de poésie qui sont ses marques de fabrique.

Une intrigue capillotractée, quoique d’une logique implacable, une rationalité mâtinée d'illogisme, une implacable précision racontée avec un humour délicieusement malicieux, une acuité psychologique qui n'exclue pas  la tendresse, Vargas s'illustre une fois de plus par ses contradictions,  dont la première est bien, chez cette auteure cultivée voir savante, fine et fougueuse, ce héros inculte qui ne sait « foncer droit et vite », ce marcheur nonchalant qui préfère fouler l'herbe, et errer dans « les brumes de son île personnelle », qui est peut-être le flic le plus original de toute l’histoire du polar, l'un des plus attachants en tout cas.

(commentaire récupéré)




mots-clés : #polar
par topocl
le Ven 23 Déc - 16:00
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Fred Vargas
Réponses: 36
Vues: 1204

Flann O'Brien

J'ignore s'il existe un humour irlandais, mais j'aurais tendance à le croire...
Un humour qui serait imprégné d'une certaine atmosphère et d'une certaine culture et de l'histoire de l'Irlande ...
Et certainement arrosé de Guiness et de whisky irlandais.

En tout cas, il existe une forme d'humour qu'il me semble avoir retrouvé aussi bien chez Swift, irlandais garanti, mais aussi chez Lewis Carroll.
Et aussi Edward Lear, auteur de limericks, des sortes de contes pour enfants. Chez le conteur américain Benchley et dans les les premiers films des Monty Pythons, réalisés pour la BBC. Et les Marx Brothers.
Et bien entendu chez Flann O' Brien...

Cette forme d'humour a été qualifiée parfois d'absurde ou du terme anglais nonsense, qui ne signifie pas dépourvu de sens, mais plutôt dépourvu finalement d'un certain sens. Et ce qui fait la force de cet humour-là, c'est l' énormité, le sang froid avec lesquels les choses sont dites, et aussi la plus grande logique, et qui les rendent irrésistibles...
En tout cas, le mieux pour se familiariser avec cet humour-là, c'est de lire ces oeuvres...

Et Le Troisième policier de Flann O' Brien se prête parfaitement à ce genre de lecture, fantastique autant que délirante...

Allez, un début pour illustrer un peu :

"Tout le monde ne sait pas comment j'ai tué le vieux Philip Mathers, lui défonçant la mâchoire à coups de pelle.
Mais je vais d'abord parler de mon amitié avec John Divney car c'est lui qui a frappé le premier le vieux Mathers, lui assénant un grand coup sur la nuque avec une pompe à vélo qu'il avait lui même fabriquée dans une barre de fer creuse.
Divney était un gaillard à l'allure avenante, mais c'était un paresseux à l'esprit oisif. C'est lui qui est responsable de toute l'affaire"...


Flann O ' BRIEN - Le Troisième policier.

Message récupéré


mots-clés : #polar
par bix_229
le Mar 20 Déc - 15:22
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Flann O'Brien
Réponses: 3
Vues: 297

Richard Brautigan

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 51bkkp10

Un privé à Babylone est un roman d'un homme désabusé. L'écriture est décalée, assez déjantée (à remettre dans le contexte des années 1940), pour dire des choses sordides avec humour noir et dont le rendu est assez poétique. Le héros, un privé plutôt minable, cherche à se faire une vraie place de détective, s'imagine alors l'argent qui va avec, la saveur des belles femmes qu'il pourrait rencontrer et la perspective d'être un jour reconnu par ses pairs. En attendant, il vit dans une chambre crasseuse, pleine de détritus, le frigo vide et sale, et ne décroche aucune affaire. Sauf une. Commanditée par une femme. C'est cette affaire plutôt bizarre qui fait l'objet de ce livre. Les chapitres sont très courts, le roman très imagé, porté sur le macabre. Il n'a rien à perdre, Card, ce anti-héros narrateur, et ses actions sans scrupules pour arriver à ses fins sont caricaturales. Alors il part à «Babylone», lieu indéfini, dans sa tête. C'est sa façon de s'échapper d'une réalité très moche, de nourrir des fantasmes, de fric qui coule à flot dans un monde où il vivrait avec Nana-Dirat, sa femme sublime tout droit sortie de ses rêveries. Ses fantasmes ou ses rêves toujours renouvelés envahissent son présent, la vie intérieure prend le dessus. Agréable moment de lecture, et de détente aussi il faut bien le dire, et le côté un peu tiré par les cheveux fait tout son charme !


mots-clés : #polar
par Barcarole
le Lun 12 Déc - 15:16
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Richard Brautigan
Réponses: 15
Vues: 968

R.J. Ellory

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Images56

Seul le silence


4ème de couv'
Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps d'une fillette assassinée. Une des premières victimes d'une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l'affaire semble enfin élucidée, Joseph s'installe à New-York. Mais, de nouveau, les meurtres d'enfants se multiplient...

Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, R.J.Ellory évoque autant William Styron que Truman Capote par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu'il met en jeu.




Je me suis laissée faire.
Le héros, Joseph Vaughan, du haut de ses 12 ans, m'a prise par la main pour me faire lorgner son quotidien, ses peurs, ses doutes, son chemin de vie tortueux.

La Géorgie. Les années 30-40-50 et suivantes... New-York.
Quelle évolution.
Quelle précision du détail, de l'ambiance, je sens le vent, je vois la chaussure blanche en haut de la colline, j'entends l'accent de Reilly, je vois la silhouette du shériff Dearing, je cahote sur le siège du vieux pick-up...

J'ai suivi Joseph sur ce sombre chemin parsemé de cadavres de fillettes. J'ai senti sa frustration, de ne pas comprendre, de ne pas savoir, de ne pas pouvoir se battre. Une sorte de persécution aussi : la vie a décidé de malmener ce petit gars.
Mais quelle force aussi. Cette obstination à vouloir comprendre et protéger, ne rien lâcher et débusquer, seul, la piste d'un redoutable chasseur de petites filles. Ce même chasseur qui rôde autour de la vie de Joseph.

Chaque description m'a enveloppée immédiatement, j'ai plongé en Georgie, aux côtés de Joseph, des Anges gardiens, d'Alexandra, du shériff Dearing...

Et le petit plus... Les femmes ne font pas que des tartes aux pommes. Elles posent des questions, révèlent les hommes et elles-mêmes. Là où l'auteur aurait pu se faciliter la vie de clichés misogyne et raciste, on découvre des dialogues où les personnages sont dotés de bon sens et de quelques grammes d'esprit critique.

[Avis récupéré - 2012]



mots-clés : #polar
par Mordicus
le Dim 11 Déc - 20:31
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: R.J. Ellory
Réponses: 35
Vues: 1374

Olivier Truc

[b]La montagne rouge [/b]

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Montag11

, qui termine la trilogie est aussi passionnant à lire que Le dernier lapon  et Le détroit du loup

depuis une quinzaine d’années,  procès  entre les éleveurs de rennes et les forestiers .
lors de abattage des rennes avant l'hiver , le fils du chef sami trouve un os humain.
il est ressorti en cause , les  fortes pluies.
de ce fait , enquête  de la  police  des rennes , procureur etc  donc abattage suspendu car on découvre le squelette mais sans le crâne.
ce squelette dérange de nombreuses personnes .
qui était cette personne, un sami  ou pas..
si vous voulez le savoir..il faut lire ce merveilleux récit.
les personnes qui ont lu et apprécié les 2 premiers  livres aimeront celui-ci.
on retrouve avec plaisir Nina et son comparse de la police des rennes.


mots-clés : #polar #social
par faustine
le Sam 10 Déc - 15:53
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Olivier Truc
Réponses: 8
Vues: 531

Christopher Brookmyre

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Christ10

Les canards en plastique attaquent !

Avec ce roman, j'ai découvert un nouveau style de polar. Avec des meurtres, du frisson, parfois même un dose de fantastique (quoique) mais, surtout de l'humour. Jack Parbalane, qui en est le héros-malgré-lui, est un journaliste d’investigation aimant se placer dans des situations périlleuses.

Cette fois, c'est au coeur de l'étrange et du paranormal qu'il sera plongé. Et son scepticisme va en prendre un coup.
Mais je préfère emprunter une partie de la critique du site lecafardcosmique qui résume parfaitement l'idée :

"Le fervent rationaliste affirme souvent qu’il a besoin de voir pour croire. Détournant astucieusement cette sentence, Brookmyre démontre surtout qu’il faut croire pour voir, la foi se passant allègrement de la logique ou du raisonnement. Et quand bien même on tenterait d’expliquer à un croyant, avec des preuves, la vacuité de ses croyances, on se verrait opposer une fin de non-recevoir. Sujet vieux comme le monde, on en conviendra, mais traité ici par l’auteur écossais d’une manière futée et avec une ironie british délicieusement mordante. "

Alternant différents point de vue, une narration non linéaire, l'auteur nous emmène dans le monde du "paranormal", ou plutôt de ceux qui jouent avec les personnes qui les croient.

Le commentaire du Cafard Cosmique est vraiment parfait : le voilà !

Le livre n'existe malheureusement pas en poche, à ce que je sache. Peut-être en bibliothèque...

Message rapatrié


mots-clés : #humour #polar
par Exini
le Sam 10 Déc - 14:33
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Christopher Brookmyre
Réponses: 4
Vues: 453

Stieg Larsson

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 41rmow10

Millénium - Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
Après avoir perdu un procès en diffamation, Mickael Blomkvist, brillant journaliste d'investigation, démissionne de la revue Millénium et ressasse son dépit. Il est contacté par un magnant de l'industrei qui lui confie une enquête vieille de quarante ans : sur l'île abritant l'imposante propriété familiale, sa nièce, Harriet Vanger, a naguère disparu, et il reste persuadé qu'elle a été assassinée. Si ce n'est pas exactement le hasard qui réuniot Mickael Blomkvist et Lisbeth Salander, réchappée des services sociaux et génie de l'informatique, c'est une vrai chance, car la jeune femme va bien vite s'imposer comme le meilleur atout du journaliste pour élucider l'affaire. L'intolérance, l'hypocrisie, la violence et le cynisme de notre monde contemporain - aux niveaux politique, économique, social, familial - sont les ressorts de ce pola addictif, au suspence insoutenable, qui a enthousiasmé des millions de lecteurs.



J'ai vu le film lors de sa sortie au cinéma et cela m'a terriblement donné envie de lire le bouquin. Mikael doit retrouver Harriet Vanger disparue 40 ans plus tôt à la demande de son oncle, Henrik Vanger qui ne vit que pour retrouver son assassin. En effet, il est persuadé qu'Harriet a été assassinée sinon comment expliquer sa disparition et puis si elle était en vie, elle aurait donné de ses nouvelles.De plus, il est persuadé d'être persécuté par cet assassin car chaque année il reçoit un tableau avec une fleur à l'intérieur et le dernier cadeau offert par Harriet est un tableau avec une fleur rare à l'intérieur... Mikaël, par la force des choses, se retrouve à travailler avec Lisbeth Salander., ils vont découvrir que derrière la disparition d'Harriet se cache surtout une enquête d'un tueur en série. Ce tueur s'en prend uniquement aux femmes et cela depuis de très nombreuses années.

La rencontre entre ces deux personnages est surprenante. Deux personnages tout à fait contraire mais qui finalement s'entendent bien. Tout oppose ces deux personnages à commencer par la différence d'âge. Lisbeth a 24 ans et Mikael plus de 40. Lisbeth a un fort caractère. On comprend très vite qu'elle a de lourds secrets non dévoilés. Elle ne fait confiance à personne, ne se confie pas, vit isolée. Sa vie semble être une succession de malheurs. On ne connait que très peu de détails sur son passé et Lisbeth, elle-même ne sait pas ce qu'est sa vie, quel sera son futur. Elle se cherche encore. Je trouve que cela est une belle rencontre. Mikael, mature, ne juge pas Lisbeth. Il préfére juger sur ses compétences et non pas ce qu'elle dit ou paraît. Quant à elle, elle prend les choses comme elles viennent, ne réfléchit pas forcément aux conséquences.

J'ai lu le livre quasiment d'une traite. Le livre fait 706 pages et je trouve que la découverte du tueur en série est un peu rapide mais elle est quand même bien menée. J'ai adoré la rencontre entre ses deux personnages et j'aime beaucoup aimé que cette enquête ne soit pas menée par des inspecteurs ou des commissaires ou autres qui ont quelques choses à prouver comme dans de nombreux polars. Ici, ce sont des gens qui ne demandent rien à la base qui se retrouvent à mener une enquête sans savoir où ils mettent les pieds. Beaucoup de rebondissements qui m'ont vraiment tenus en haleine.

Pour comparer un peu au film

Je trouve que le film est fidèle dans l'ensemble mais beaucoup de raccourcis sont utilisés, pas mal de détails omis ou changés et surtout il y a des scènes où on ne comprend pas ce qu'il se passe. Seuls les détails du livre permettent de comprendre. Des scènes assez dures et gores sont dans le film mais le livre ne m'a pas fait ressentir les mêmes douleurs. Peut-être est-ce du au fait que j'ai vu le film avant. Le bon point du film : le dénouement concernant le tueur en série est plus long que dans le livre je trouve. Daniel Craig est génial en Mikael Blomkvist. Il interprète très bien ce rôle. Quant au personnage de Lisbeth,  je la préfère nettement dans le livre, il manquait une je ne sais quoi dans le film, il aurait peut-être fallu plus de hargne. Je vous conseille donc ce livre qui est génial et qui est un gros coup de cœur pour moi. J'ai d'ailleurs vite enchaîné sur le Tome 2.


mots-clés : #polar
par oceanelys
le Ven 9 Déc - 23:02
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Stieg Larsson
Réponses: 10
Vues: 783

Sebastian Fitzek

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Fitzek11 Le Voleur de regards

Thomas Zorbach est un ancien flic devenu reporter criminel, un peu abîmé, psychologiquement instable, en plein divorce et qui veut arrêter de fumer. L'histoire se déroule en 45 heures, 45 heures, c'est l'ultimatum que le Voleur de regards a fixé avant de tuer l'enfant qu'il retient prisonnier. Son mode opératoire est toujours le même, il s'attaque à une famille, il tue la mère de famille, glisse un chronomètre dans sa main et kidnappe l'enfant qu'il laisse mourir en 45 heures et sept minutes. L'astuce du romancier est de numéroter ses chapitres à l'envers (on part de 72 pour arriver à 1) donnant au temps qui s'écoule encore plus de présence. L'autre astuce est de faire en sorte que le meurtrier invite dans sa partie le reporter à cran. Il veut jouer à cache-cache avec lui, il connait tout de sa vie et c'est peut-être lui qui place sur la route de Zorbach une physiothérapeute aveugle et visionnaire.

Ce roman totalement addictif se lit en un éclair car il est sous tension, asphyxié, métallique. C'est très bien fait, très physique et l'aspect psychologique rappelle de loin en loin les polars de Franck Thilliez et son rythme tout aussi haletant.

On apprendra en sus une foultitude de choses sur le monde des aveugles. En tout cas, j'ai appris beaucoup de choses sur leurs rêves, leurs capacités de mouvements, de reconnaissance, d'être-au-monde et j'ai aimé ce contact avec l'invisible, un contact qui force à se poser des questions sur la cécité, la canne blanche, le chien d'aveugle (ici joyeusement appelé Tom-Tom). A la fin de son roman, Fitzek remercie longuement les aveugles qu'il a rencontré, à qui il a fait lire certains chapitres et qui l'ont aidé à comprendre un peu comment vit un aveugle. Cet aspect donne une manière particulièrement attachante aux personnages.


Bien sympa ce Fitzek. Ce ne sera sans doute pas le dernier. Très récréatif et qui permet de faire un petit tour à Berlin, sa neige et ses collines...


mots-clés : #polar
par shanidar
le Mar 6 Déc - 19:10
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Sebastian Fitzek
Réponses: 3
Vues: 398

Agatha Christie

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 51scvf10

Cartes sur table

Mr Shaitana est un bien étrange personnage : longue figure, moustache cosmétiquée et sourcils en accents circonflexes qui accentuent son air de Méphisto. Et Mr Shaitana, qui est véritablement diabolique, s'est plu, ce soir-là, à convier à dîner huit hôtes triés sur le volet : quatre spécialistes du crime et quatre personnes qui seraient - à ses dires - des criminels assez habiles pour ne s'être jamais fait pincer. Il ne faut pas trop jouer avec le feu, fût-on le diable ou peu s'en faut. Au cours de la partie de bridge qui prolonge cette extravagante soirée, le rictus démoniaque s'effacera définitivement de la longue face de Mr Shaitana. Tout simplement parce que l'un de ses invités lui a donné un coup de poignard bien placé... Mr Shaitana, un homme riche et excentrique résidant à Londres, invite Hercule Poirot à une étrange soirée. Il a réuni autour de sa table quatre spécialistes du crime et quatre autres personnes, qu'il présente comme ayant commis des meurtres impunis, dont lui seul aurait percé le secret. Au cours de la partie de bridge qui suit le dîner, Mr Shaitana, assis à l’écart, est poignardé. Aidé par les trois autres enquêteurs, Poirot réussira à trouver le coupable parmi les quatre suspects.


C'est mon préféré avec Dix petits nègres. J'adore ce huit clos, tout ce beau monde toute une soirée dans une même pièce et quand les invités veulent dire au revoir au maître de maison, ils découvrent qu'il est mort.
Beaucoup, voire tous, pouvait avoir une raison de le tuer, tout le monde est suspect, les personnages se jaugent entre eux, ont peur d'un second meurtre... L'atmosphère est pesante.
Belle enquête d'Hercule Poirot assisté par Mrs OLLIVER.

A lire d'urgence Smile



mots-clés : #polar
par oceanelys
le Lun 5 Déc - 22:20
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Agatha Christie
Réponses: 3
Vues: 271

Leonardo Padura Fuentes

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 518yht10

J'ai vérifié, je n'avais rien dit sur "Adios Hemingway"
Sur Hemingway, Cojimar et la Finca Vigia j'en savais déjà beaucoup, comment être ignorant de cet auteur lorsque l'on a vécu plusieurs années dans ce pays où on rencontre son passé dans de nombreux endroits, et où les cubains jusque dans leurs dessins animés te le rappellent. J'ai découvert l'histoire de la petite culotte d'Ava Gardner une invitée de la finca tout comme Gary Cooper qui y avait son sofa...
Sinon le bouquin est un chassé croisé entre les derniers temps de la vie d'Hemingway à Cuba et l'enquête d'El Condé à la recherche du tueur de l'agent du FBI...El Condé est entre haine et amour par rapport au Papa Hemingway, et en soi même comment ne pas le comprendre, Hemingway ne devait pas être un homme facile à vivre lui qui était toujours dans le désir de prouver aux autres et surement à lui même que c'était un homme, un vrai...Sincèrement à moi aussi ce personnage sorti de sa biographie et de ses écrits ne m'aurait pas invité à le frequenter...
je ne voudrais pas vous dissuader de lire ce livre (en tous les cas pour les personnes qui connaissent peu ou pas grand chose d'Hemingway c'est une mine interessante), mais j'ai pour l'instant peu appris de nouveau sur cet auteur, le seul côté auquel j'ai trouvé de l'interêt c'est les rencontres d'El Condé avec les compagnons et amis cubains de l'écrivain. Pour l'enquête comme dans Electre à La Havane ce n'est pas l'objet central du livre. Egalement, El Condé se livre peu dans cet ouvrage, à part une étude sur sa relation à Hemingway en tant qu'homme et écrivain...En conclusion, à moins que cela ne vienne à changer je suis moins emballé...


mots-clés : #polar
par Chamaco
le Lun 5 Déc - 15:11
 
Rechercher dans: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes
Sujet: Leonardo Padura Fuentes
Réponses: 66
Vues: 2609

Leonardo Padura Fuentes

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 41fysd10

Introduction d'Electre à la Havane :

"Intrigué par la robe rouge du cadavre retrouvé dans le Bois de La Havane, Mario Conde, l’inspecteur chargé de l’enquête, rend visite à Marquès, metteur en scène de Electra Garrigo de Virgilio Pinera. Homosexuel exilé dans son propre pays, vivant au milieu de livres volés dans une maison en ruines, cultivé, intelligent et ironique, Marquès va lui faire découvrir un monde inconnu où chacun détient une vérité sur le mort et sur un passé que la Révolution veut effacer. Peu à peu, Mario Conde va perdre ses certitudes et chercher sa propre vérité dans un pays qui vit au rythme des pénuries et où, pour survivre, tous portent des masques. A travers une intrigue policière solide, Léonardo Padura crée un monde complexe, à la fois drôle et sombre, passionnant comme ces cubains nés dans la Révolution, qui vivent sans rêver d’exil et cherchent leur identité au sein du désastre."

Padura nous parle d'un bois de La Havane où le crime d'un travesti aurait eu lieu, il s'agit du "bosque de la havana" un endroit tres agréable de jour, lieu de rencontre des homosexuels le soir :
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Url11110
'auteur parle d'un pont franchissant une rivière pour rejoindre "le bois de la havane", il doit s'agir du pont que les cubains appellent "le puente de hiero" qui rejoint effectivement le bosque, voici une vue du pont et de la rivière Almendares
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Images13

Electre à La Havane :

---Un livre qui m'a transporté à nouveau dans cette ville que j'ai quittée, sur les pas d'El Conde (le comte en espagnol, le flic en français..) je me suis baladé sur ses traces. J'ai retrouvé cette atmosphère insouciante et grave à la fois, joyeuse et triste, mélange sucré salé, paradis et enfer sur terre, où tout semble permis mais où l'on se heurte à l'interdit à chaque coin de rue, chaque acte de la vie privée ou publique, où le regard de l'autre peut être autant bienveillant que fliqué...Et Padura sait nous mettrre dans cette ambiance lui qui commence sa demarche avec plein d'à prioris sur les homosexuels et qui au fil des pages ouvre les yeux, entend leurs misères à Cuba et les comprend de plus en plus...Ce bouquin est un requisitoire aussi fort que le film "fraise et chocolat"...

Dans Electre à La Havane Padura parle d'un poète cubain nommé Eligio Riego il s'agit en fait du poète Eliseo Diego dont je parlerai sur le fil des poètes cubains. Le personnage de Eligio Riego se retrouvera dans Mascaras (les masques) un autre polar de Padura...

Mon commentaire sur un autre forum :
"Ce matin, je suis descendu au village comme tous les matins depuis que je suis là et comme autrefois quand j'habitais sur cette île de l'autre côté de la mediterranée, encore une île, décidément...
C'est la première fois que je participe à une lecture commune et je me rend compte de la tâche, alors qu'autour de moi s'élèvent les voix des joueurs de cartes en ce langage plus proche de l'italien que du français, et que sur la place de l'Eglise qui est aussi celle de la Mairie commence le ballet incessant des "promeneurs retraités" qui l'arpentent de long en large en devisant sur de "graves" problèmes domestiques...

Comment décrire un ressenti sur une lecture..? Il y aurait tant à dire...
Et comment ne pas dévoiler la trame d'un roman policier au risque de compromettre ses futures lectures..?

Un passage du livre cependant m'interpelle !! :
El Condé (le comte) est chez son ami El flaco Carlos (Charles le maigre) et lui fait lire sa nouvelle, qu'il fera lire aussi au Marquès dans sa quête de reconnaissance. Et là, soudain la découverte de ce livre dans le livre me fait penser à un passage du film cubain Guantanamera de Taïbo, là aussi l'histoire est un moment interrompue pour faire place à la dissertation d'un conte ou fable qui apparement n'a rien à voir avec le film. Dans le film cela se passe alors que la pluie caraïbe tombe fortement comme souvent sous les tropiques avant la chaleur, et l'histoire déborde alors sur un récit antique du déluge.(A croire que les cubains adorent ces dissertions, ces déviations(desvios si frequents dans les rues de La Havane)qui mènent d'une histoire à une autre histoire, d'une rue dépavée à une autre rue dépavée...
Mais en y réfléchissant, ce n'est pas aussi simple, dans le film ce conte est une métaphore: apres le déluge renaît la vie, et en parallèle dans le film un amour se termine et un autre renaît."

Alors ici, dans le livre de Léonardo Padura qu'en est il de cette "nouvelle" glissée là, importune..?

Le personnage de la "nouvelle" est un chauffeur de bus (de gwagwa), un passeur d'humains qui tous les jours passe par les mêmes lieux. Il est tout aussi désabusé que El Condé, indécis comme lui, déçu par son existence sans saveur comme celle de notre "héros" et cet homme rencontre l'amour et le tue avant qu'il ne le tue.
A Cuba il y a une expression courante :"el ou ella no sirve" (il ou elle ne sert à rien), qui résume le mode de vie de 90% des habitants de l'île, mais qui peut aussi se traduire par :"à quoi bon..?"..
En fait pour moi, la présence de cette "nouvelle" est tout simplement la révélation de la personnalité réelle d'El Condé. Mieux qu'une description précise, ou l'analyse point par point du caractère d'El Condé c'est son essence même qui nous est révélée dans un récit (comme dans Guantanamera) faisant entre les lignes référence aux vieilles coutumes africaines aux origines de la nation cubaine.
Coutumes africaines de palabres interminables sur un sujet aussi simple que :"quel jour aura lieu la récolte..?". Dans la "nouvelle" écrite par El Condé c''est avec le masque de son double (le chauffeur de bus) qu'il se livre dans un exercice expiatoire apparenté à la Santeria de sa patrie (ne pas oublier l'importance des masques(mascaras) dans ce livre...


mots-clés : #polar
par Chamaco
le Lun 5 Déc - 15:07
 
Rechercher dans: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes
Sujet: Leonardo Padura Fuentes
Réponses: 66
Vues: 2609

Leonardo Padura Fuentes

L'oeuvre que je préfère de Padura est "Electre à La Havane" c'est à mon sens le meilleur moyen d'aborder cet auteur tres particulier...Car elle s'articule sur les deux modes de fonctionnement de l'auteur, d'un côté un roman policier et de l'autre une plongée dans l'art, ici le théatre, avec un environnement basé sur les problèmes de l'homophobie entretenue par ce pouvoir cubain de l'époque.Ce livre est à la charnière du développement romanesque de Padura...




mots-clés : #polar
par Chamaco
le Lun 5 Déc - 14:58
 
Rechercher dans: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes
Sujet: Leonardo Padura Fuentes
Réponses: 66
Vues: 2609

Jo Nesbø

Du sang sur la glace


Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 00391710

Traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier.

Editions Gallimard - Folio policier n°793

Présentation de l'éditeur :

Pas évident de partager la vie de quelqu'un quand on est «expéditeur» à la solde de Daniel Hoffmann, l'un des plus gros trafiquants d'Oslo.... Mais, lorsque votre patron vous demande d'expédier sa jeune et belle épouse infidèle et que vous tombez amoureux de votre cible, les choses se compliquent singulièrement.

Le personnage principal, un écorché vif, est attachant, l'écriture est rythmée et agréable, l'intrigue intéressante. Bref, j'ai été conquise par la lecture de ce thriller efficace mêlant humour noir et drame sentimental. Lu en novembre 2016


mots-clés : #polar
par Allumette
le Sam 3 Déc - 14:47
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Jo Nesbø
Réponses: 2
Vues: 325

Thierry Bourcy

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 7 Bourcy12 La Cote 512

Après lecture de ce roman policier se déroulant au début de la guerre 14-18, j'ai très fortement l'impression que l'aspect policier n'est qu'un prétexte qui permet à Bourcy d'aborder une période semblant l'intéresser tout particulièrement. En effet, l'intrigue policière démarre réellement au bout de 100 pages, ce qui sur 250 paraît assez tardif et cette intrigue cousue de fil blanc n'est, à mon avis, pas la préoccupation principale du lecteur. Car de coïncidences en hasards heureux, Bourcy nous donne un polar assez mince, non pas ennuyeux mais disons, lisse, attendu.

En revanche, tous ceux qui ont un peu fréquentés les livres sur la guerre de 14-18 retrouveront la plupart des évènements, réflexions, airs du temps déjà croiser chez Barbusse, Cendrars, Remarque et d'autres (sans y trouver cependant cette angoisse métaphysique impossible à transmettre par celui qi n'est pas au feu). Et si ce livre est une réussite c'est sans doute plus pour sa reconstitution historique que par son intrigue policière. Il faut d'ailleurs sans doute ajouter, qu'il s'agit d'un livre pédagogique, très clair sur les réalités d'une guerre de tranchées, sur le moral des troupes, sur la manière dont se vivait la vie d'un soldat d'août 1914 à juin 1915. On a là une reconstitution qui semble très fidèle et très proche de ce qu'en disent les écrivains lus (que l'on peut retrouver sur ce fil).

J'ajoute que Bourcy et c'est tant mieux ne tombe ni dans l'écueil d'une narration sanglante ou spectaculaire (bien au contraire) et ne cherche en aucune manière à faire dans le sensationnel ou le jamais lu. On sent en lui une sorte de ténacité tranquille, à l'image de celle de son jeune héros (Célestin Louise, dont le nom à la fois céleste et féminin, décrit parfaitement la personnalité de celui qui le porte), de douceur simple, sans voyeurisme, qui repose des auteurs parfaitement machiavéliques.


Un livre pas inintéressant, à l'intrigue plutôt gentillette, académique, mais fidèle à l'esprit d'une époque, que je conseille vivement aux 'jeunes' lecteurs désirant découvrir cette période.


mots-clés : #polar #premiereguerre
par shanidar
le Sam 3 Déc - 14:47
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Thierry Bourcy
Réponses: 1
Vues: 259

Revenir en haut

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Sauter vers: