Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Sam 14 Déc 2019 - 10:31

88 résultats trouvés pour religion

Soma Morgenstern

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 41zlov10

Le fils du fils prodigue



ce livre est le premier tome d'une trilogie "Etincelles dans l'abîme"

Dans ce premier Tome c'est surtout les rites et préceptes  de cette communauté dont le lecteur prend connaissance et la "faute" du frère ainé de la famille Mohylewski (courant Hassidim)Jossele qui s'est converti au christianisme en épousant sa femme. L'ami et régisseur le Vieux Jankel a depuis quelques années dans l'idée que seul peut devenir le nouveau maître de Dobropoljer l' héritier légitime : le Fils du Fils prodigue ; en effet Welwel n' a pas d' héritier direct.

C'est donc à la faveur du Congrès mondial d'août 1928 se tenant à Vienne que Welwel rencontrera le fils de son frère (décédé à la guerre), la rencontre se fait à l'occasion d'un quiproquo, qui débouchera sur une invitation du jeune homme à séjourner dans la demeure familiale où Jankel se propose de l'initier aux devoirs d'un propriétaire terrien.

L'écriture est claire, filante c'était une bonne lecture. De plus le sujet intéressant de cette branche de l'orthodoxie juive avec la rencontre de l'univers du petit-fils.
J'ai une faiblesse particulière pour le personnage de Jankel, le vieux régisseur et ami, mais tous les personnages sont bien saisis.

je me procurerai les 2 autres tomes car je suis  un peu restée sur ma faim.

Extrait :

le Rabbin à l'étudiant qui transporte un livre non religieux :

" - Pour passer le temps ? Des livres pour passer le temps, cela existe ? Et quand on l'a fini, le livre pour passer le temps, on le jette n'importe où, comme une paire de vieilles savates ? Un livre !... Le fameux livre que ça doit être ! Quel sens y-a-t-il à lire de tels livres ? Et à quoi bon écrire de tels livres ? Pour passer le temps ? Si on lit pour passer le temps, peut-être qu'on écrit alors aussi pour passe le temps... Qu'y a-t-il dans ce livre ?



(commentaire récupéré)


mots-clés : #communautejuive #religion
par Bédoulène
le Sam 24 Juin 2017 - 3:51
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Soma Morgenstern
Réponses: 5
Vues: 333

Leonardo Padura Fuentes

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 41w2du10

Hérétiques


Trois parties, trois époques, trois histoires qui ne font qu'une, chacune pleine d'enseignements, extrêmement bien documentée. L'histoire des juifs de Cuba dans les années 30 à 50 à travers  Daniel Kaminski un jeune juif qui a fui la Pologne en 1939, dont les parents furent passagers du Saint Louis, un paquebot chargé de 900 juifs qui se virent refusé le débarquement à Cuba et furent renvoyés se faire massacrer en Europe. Au XVIe siècle, un jeune séfarade,  qui trahit sa foi en peignant. Et à Cuba de nos jours, des bandes de jeunes au psychisme dévasté d'avoir grandi dans un monde d'interdits et de corruption.

Pour faire jonction entre ces trois mondes, une intrigue, à la résolution tarabiscotée, qui tourne autour d'un tableau transmis au fil des siècles, et résolue par Mario Condé, un homme des plus sympathiques, personnage fétiche de Padura, satisfait d'avoir des livres, un bon chien, l'amitié et l'amour dit-il (on pourrait rajouter une bouteille de rhum !). Ex-policier devenu marchand de livres anciens, comme les trois personnages décrits par Padura, c'est un « hérétique », un homme qui choisit sa liberté face au dogme.

Hérétiques est un livre ambitieux, qui fourmille d'informations passionnantes, brille à faire vivre de l'intérieur chacun des personnages et chacune des époques qu'il décrit. Mais… Padura est  trèèès bavard, aime enfoncer les clous jusqu'à la garde, bien tout expliquer et réexpliquer, par des phrases longues et compliquées , voire enchevêtrées. Cela ne simplifie pas la lecture de ce roman, qui  est dense et parfois jubilatoire, mais aussi plein de longueurs, qui m'a réjouie et lassée à la fois.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #creationartistique #historique #religion
par topocl
le Mar 23 Mai 2017 - 2:48
 
Rechercher dans: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes
Sujet: Leonardo Padura Fuentes
Réponses: 66
Vues: 2423

Clara Dupont-Monod

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Images44

Juette est née en 1158 à Huy, une petite ville de l'actuelle Belgique. Mariée à treize ans, elle est veuve cinq ans plus tard.
Juette est une femme qui dit non. Non au mariage. Non aux hommes avides. Non au clergé corrompu. Elle n'a qu'un ami et confident, Hugues de Floreffe, un prêtre. À quelles extrémités arrivera-t-elle pour se perdre et se sauver ?
Car l'Église n'aime pas les âmes fortes ...
De ce Moyen Âge traversé de courants mystiques et d'anges guerriers, qui voit naître les premières hérésies cathares, Clara Dupont-Monod a gardé ici une figure singulière de sainte laïque.



« Je m'appelle Juette, j'ai quinze ans. Je suis mariée. J'ai sans doute été punie parce que je suis mauvaise. »

Ce roman retrace le destin de Juette de Huy tel qu’il fut conté par son ami et confident, Hugues de Floreffe. C’est de nouveau une œuvre de Clara Dupont-Monod qui fait entendre deux voix en parallèle, celle de Juette, et celle d’Hugues.

On y découvre une enfant tel un oisillon fragile qui, peu entouré de l’affection des parents, vit dans ses rêves d’histoires et de chevaliers, mais est aussi animée par la foi et par maintes interrogations qu’elle partage avec son ami religieux, Hugues. Elle est touchante dans sa fragilité, sa voix que l'on entend peu, son innocence et sa gaité d'enfant, cette petite fille maigrichonne.  est comme détruite et Mariée contre son gré après avoir prononcé un  « oui je le veux » auquel elle ne donne aucun sens, elle subit la vie maritale dans une sorte d’errance entre la souffrance de la chair, le détachement, les interrogations sans fin sur ce qui l’a menée à devoir subir cela, sur la vie et les hommes, et une haine progressive à l’égard du sexe masculin. Elle ira jusqu’à craindre la damnation pour avoir espéré la mort de son époux.

Une fois libérée des chaînes du mariage, Juette va s’affranchir peu à peu de la société, de ses peurs, croyances, ce jusqu’à remettre ouvertement en question l’ordre religieux, l’accusant de ses impiétés. Elle qui a choisi d’être auprès des lépreux, exclus par la société, sa voix et sa rebellion est entendu par nombre de femme qui la suivront comme un mentor, ainsi que d’autres, ce d’autant plus qu’elle a des extases. C'est une exemple de force et de positionnement qui jamais ne flanche, une des pionnières dans la libération des femmes de ce destin préécrit qu'on leu impose, mais aussi une femme pieuse qui va s'enfermer de plus en plus dans ce lien particulier qu'elle entretient avec sa foi.

Hugues, quant à lui, est touchant de sa présence constante et délicate envers Juette, dans ses attentes dans l'ombre à différents moments de sa vie, dans la permanence de sa pensée envers elle, de comment elle le touche, comment il va l'aimer en ne lui touchant que le cœur.
Il m'a émue dans son évolution au fil des années, dans ses peurs pour Juette, ses sentiments jamais nommés, seul à attendre dans l'ombre de cette femme devenue sainte qui ne sera plus pour lui à la fin que celle qu'il attend sans espoir pour qu'enfin peut être elle réponde à cette question qu'il a et demeure en suspens...

Un roman intéressant, mais lu très vite après "Le roi disait que j'étais diable", je ne me suis pas laissée emmener aussi facilement dans ce style particulier de l'auteur en tant qu'il m'a donné un arrière goût de déjà vu, même si le fond est différent. Juette est ici dépeinte en partie de par les éléments collectés à son propos par Hugues, d’autre part par l’imaginaire de l’auteur qui lui donne vie, émotion, l’interprète, la parle … certainement aussi par ce qu’induisent les écrits de Hugues de Floreffe.

Je dirai que le style de l’auteur est à découvrir, mais peut être si chaque roman se fait sur la même trame cela risque de devenir lassant, bien que reprenant des moments historique datant du moyen âge, période semble t’il de prédilection de l’auteure


mots-clés : #historique #moyenage #religion
par chrysta
le Sam 6 Mai 2017 - 13:09
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Clara Dupont-Monod
Réponses: 8
Vues: 507

Agustina Bessa-Luis

Le confortable désespoir des femmes

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Confor10


Originale : O Mosteiro (Portugais, 1980)

CONTENU :
Métaillié (raccourci) a écrit:Ce roman est fait de croisement, de digressions fulgurantes sur deux thèmes principaux : la marche du jeune Belchior vers la réalité de son rapport à la terre, alors que toute son éducation était programmée pour le « succès inutile du monde », et le sebastianisme, ce messianisme portugais qui attend le retour de Don Sebastiao disparu au cours d'une bataille inutile et perdue, au Xvème siècle.

Ces deux leitmotive se déceloppent dans l'atmosphère étouffante d'une famille de cinq femmes dont Augustina Bessa Luis fait des portraits incroyables de justesse et de pénétration.


REMARQUES :
En cinq grands chapitres de 48 à 78 pages serrés, en soi plus sous-divisés et plutôt « ininterompus », c'est bien l'histoire de Belchior qui est racontée. Il est fils de Salvador, lui-même de la fratrie des Teixeira qui compte encore cinq sœurs, l'une plus éclectique que l'autre. Belchior avait grandi en ville, à Porto, mais il va retourner, après la fin de sa vie de couple, dans la campagne et le domaine familial. L'histoire se déroule sur plusieurs générations, voire époques de l'histoire, avec des retours dans un passé même lointain, et une forme de désordre de bouts d'approches. L'écriture consiste pas tellement dans des dialogue très developpés et fréquents, ou des « actions » nombreuses, mais me semble presque une suite ininterrompue de portraits, de traits caractéristiques de la vie intérieure de ses protagonistes. Une approche très « psychologique », mais qui vire dans une description souvent vécue comme difficile, élaborée, voire sèche, même si extrêmement perspicace. Il faut aimer ce genre de livre très dense. Ce n'est pas le pur plaisir d'une lecture fluide, mais demande un engagement, une attention soutenue. Pour ce lecteur-là ce sera une découverte intéressante, introduisant pas seulement dans la vie de quelques personnes détachées d'un environnement concret, mais aussi encadré par l'histoire portugais, certaines données typique qui apparaissent en filigrane.

Il y a des éléments qui laissent penser que l'auteure insère la petite histoire dans la grande, dans les changements historiques. Nous sommes aussi héritiers d'un passé : certainement vrai dans d'un pays à l'histoire immense.

Pendant une grande partie le narrateur apparaît de temps en temps discrètement. On devine qu'il est impliqué. Quand est-ce qu'il va faire l'entrée en scène ? Pour le lecteur ayant cherché des infos sur la vie de l'auteure, il reconnaît toute de suite certaines données qui pourrait la mêler intimement avec cette histoire : Le nom de famille, Teixeira, est aussi un de Bessa Luis ! Elle vivait une grande partie de sa vie, comme Belchior, à Porto…. Son père avait vécu un temps en Amérique Latine, tout comme Salvador...

Je dois avouer d'avoir abandonné. Pas qu'il s'agit d'un mauvais livre: j'y vois des qualités. Mais après une dizaine de jours de lecture, je suis à peine à 130 pages de 300. Il faut dire que ce sont des pages ultraserrées qui ailleurs auraient pris 500, probablement. Donc, pas ma longeur préférée... Mais il y a autre chose : une lecture difficile, malgré des qualités indéniables, surtout dans ses descriptions "psychologiques". Mais cela dépasse guère l'énumération de ces descriptions et a pour moi quelque chose de "sec", de très difficile à digérer.
Vu que je n'ai pas énormement de temps pour la lecture et que je peine ainsi, j'ai décidé d'arrêter. Donc il s'agit ici d'un début de fil pour lancer le partage…


mots-clés : #historique #psychologique #religion
par tom léo
le Dim 16 Avr 2017 - 5:19
 
Rechercher dans: Écrivains de la péninsule Ibérique
Sujet: Agustina Bessa-Luis
Réponses: 2
Vues: 482

Donald Ray Pollock

Le Diable, tout le temps

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Images32

« Le Diable n’abandonne jamais », dit un des personnages.

Pollock est bien décidé à nous le démontrer : quand le Diable a mis sa patte quelque part, il appuie, écrase et repasse un coup pour être sûr que le travail est bien fait. Et la religion est la plus belle chose qu’il ait inventée pour que chacun puisse justifier toutes ses saloperies, exactions et turpitudes. Pollock n’hésite pas à donner tout son sens à ce message, et cela monte plutôt en puissance au fil du livre, qui n’a pourtant pas commencé piano.

La première partie, où un fou de Dieu croit pouvoir sauver sa femme  de la mort en embarquant son jeune fils dans  des rituels païens sanguinolants, est plutôt fascinante. Il y a un côté Ruban blanc en Ohio dans la thématique, cette religion qui autorise les pires ignominies, sans en avoir ni le génie, ni l’austère beauté . Puis on glisse peu à peu, vers un roman noir assez dérangeant, parfois franchement dégueu, qui déclenche par moments, aux limites de la complaisance , un dégoût nauséeux. La fin devient haletante et imbrique soigneusement les personnages qui voient leurs comptes réglés dans un suspense savamment mené. Plutôt belle, mais un peu sage, un peu trop morale, cette fin, quand on voit l’inconvenance absolue et néanmoins souvent réjouissante de l’ensemble du roman.

Au final, ça se laisse bien lire avec quelques scènes d’anthologie, mais on comprendra bien que certains puissent abandonner en cours de lecture.

(commentaire récupéré)

mots-clés : #religion
par topocl
le Sam 8 Avr 2017 - 5:11
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Donald Ray Pollock
Réponses: 3
Vues: 342

Ruth Ozeki

En même temps toute la terre et tout le ciel

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych13

Ayant accepté de ne pas tout comprendre (la physique quantique, la philosophie en rapport avec le temps, certaines considérations géologico-écologiques...) j'ai lu avec un plaisir certain ce   roman  épais mais accueillant, tendre et réfléchi, plein d'humour et d'intelligence.

Ruth Ozeki, écrivain japono-américaine, se met en scène sur son île retirée de Colombie-Britannqiue, en panne d’écriture et recevant comme un message salvateur un petit paquet ramassé sur la plage, dont le mystère va se lever peu à peu. Journal d'une adolescente japonaise en pleine crise existentielle, il offre une ouverture pleine de dynamisme sur un Japon écartelé entre tradition et modernité . C'est ainsi qu'on y croise une nonne bouddhiste centenaire surfant sur le net, ou un pilote kamikaze aux commandes de son avion  bombardier sacrifiant sa vie à l'honneur et aux valeurs patriotiques
L’alternance des deux récits est habilement menée, ménageant interrogations et suspense, avec, pour moi,  une meilleure accroche pour l'histoire japonaise et  ses rebondissements.

Ruth Ozeki, elle-même bouddhiste, a un faible que j'ai volontiers partagé pour la mise à distance, qui est un point commun de bien des personnages : celle de la grand-mère bouddhiste,  de la mère Alzheimer, du père suicidaire, de l'auteur retirée sur son île, de la femme qui regarde un aquarium pendant des heures...  La magie et un certain occultisme rôdent, vecteurs de poésie et de sagesse. Et l'ensemble donne au récit, cependant très ancré dans la réalité, un charme assez envoûtant.

Une initiation à l'univers du bouddhisme, à une autre perception du temps et des êtres, se dessine entre les lignes et  donne sa singularité au roman. J'ai moins aimé les incursions en physique quantique, en géologie, en écologie ..., insuffisamment décryptées,  qui a mon sens ne constituent pas un approfondissement, mais plutôt un survol, un éparpillement, comme un maniérisme dans l'idée d'approcher une espèce d' universalité et d'omniscience, sans y parvenir malheureusement.

Merci à Ouliposuccion!


mots-clés : #psychologique #religion
par topocl
le Dim 5 Mar 2017 - 6:26
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Ruth Ozeki
Réponses: 6
Vues: 408

José Frèches

L'impératrice de la soie

1 - Le toit du monde

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych32

En 655, sous la dynastie des Tang, la Chine détient une somptueuse richesse : la soie. Sa finesse chatoyante en fait une matière précieuse convoitée. Bouddhistes et chrétiens, moines et brigands, tous, sur la légendaire Route de la Soie, rêvent de s'emparer du secret de sa fabrication. De Peshawar au Tibet, en passant par le palais impérial, les tensions s'exacerbent. Mais l'étoffe moirée n'attise pas que la convoitise, elle préside aussi à la destinée des cœurs purs : ainsi Cinq Défenses, paisible moine bouddhiste, se voit-il confier brusquement deux mystérieux nourrissons par un lama tibétain. Le visage de l'un des enfants est à demi recouvert de poils, ce signe ne trompe pas, ils sont les jumeaux Célestes sur lesquels repose l'avenir de l'Empire...



2 - Les yeux de Bouddha

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych33

Sur la route montagneuse où ils fuient la menace du brigand Majib, Cinq Défenses et Umara, la jeune chrétienne nestorienne, savent que leur amour a la puissance du Yin et du Yang. Et ce n'est pas un hasard s'ils ont entre leurs mains ces deux sublimes nourrissons, les Jumeaux Célestes, précieux fardeaux qui accentuent néanmoins leur vulnérabilité. La rumeur concernant les enfants divins les suit partout, du plus petit village jusqu'à la capitale impériale, Chang'An, où le couple vient s'abriter. Or la lutte entre l'impératrice rebelle, Wuzhao, et son époux Gaozong déchaîne les intrigues. Sans le savoir, le jeune couple risque ses pas au coeur d'une terrible tourmente où seule pourra les sauver la pureté de leurs sentiments?


3 - L'usurpatrice

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych34

Les sublimes Jumeaux Célestes ont grandi et se nomment Lotus et Joyau. Des foules entières viennent les honorer à Luoyang. Car depuis que Cinq Défenses et Umara lui en ont confié la garde, l'impératrice Wuzhao élève ces enfants avec une délicate tendresse. D'ailleurs, elle devine que leur présence dans son palais préfigure la réussite de ce rêve qu'elle caresse depuis si longtemps : devenir le premier empereur de Chine ! Alors, elle pourra dénouer les fils sinueux qui se sont emmêlés le long de la Route de la Soie entre chrétiens et bouddhistes, Chinois et Tibétains. Et enfin, autour d'elle, comme sur un mandala, chacun pourra retrouver sa place, en un Parfait Équilibre.


L'impératrice de la soie , fascinante trilogie que j'ai lue il y' a maintenant quelques temps , plusieurs années même...se devait d'être sur ce forum alors que ce fil accordé à José Frèches s'ouvre.
Je garde en mémoire encore ce voyage au cœur de la chine à son apogée, durant la dynastie des Tang , époque prospère grâce à la route de la soie qui nous est contée , sa magnificence et sa grandeur , cette époque historique ou chaque civilisation se rencontrait , se narrait ses légendes et s'échangeait leur richesse , avide de savoir et de dialogue.
La soie , trésor d'état , était alors considérée comme ce qui était le plus beau , le plus raffiné des biens , que ce soit en Orient ou en Occident , et c'est au travers de cette œuvre que l'on découvre les procédés qui ont permis à la Chine de préserver cette fabrication secrète et par quels moyens elle y est arrivée , faisant de cette étoffe douce et brillante , le rêve le plus éclatant du monde entier.
Puis il y a Whuzao , impératrice de Chine , l'unique femme au pouvoir en Chine , créature remarquable qui réussi à s'imposer par ses charmes et ses meurtres...Une intrigante sournoise qui m'a toujours fascinée en vue de son parcours et son intelligence , par cette volonté si affirmée dans ce monde d'homme à régner sur cet empire monumental.
On sillonne ces romans avec nos deux compagnons de route , entre chrétienneté et bouddhisme , une histoire d'amour qui atteste d'une époque ou chaque culture se rejoignait , où le charnel est onirique et sensuel.
Une saga opulente , romancée certes , mais emplie d 'histoire , de poésie et d'intrigue , comme il en existera toujours , pourtant , c'est le charme et la féerie d'une culture au folklore si fantasmagorique qui sûrement fait de celle ci un joyau littéraire.


mots-clés : #historique #religion
par Ouliposuccion
le Sam 4 Mar 2017 - 13:00
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: José Frèches
Réponses: 2
Vues: 414

Plinio Martini

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Martin11

REQUIEM POUR IANTE DOMENICA

"Dans la grande cuisine de tante Domenica et en attendant son enterrement, Marco patientait au milieu des parents, presque tous frères et soeurs ou cousins paternels, neveux comme lui de la défunte et arrivés en compagnie de leur femme ou de leur mari et de leurs enfants si nombreux qu'à les voir réunis, lui qui vivait loin d'ici depuis quelques années, il s'en étonnait, et s'efforçait sans  trop de succès d'en faire le compte..."

Après dix sept ans d' absence, Marco revient dans son village natal, dans une vallée reculée du Tessin.
On y célèbre les obsèque de sa tante Domenica.
Et Marco se remémore sa vie passée au village.
Un village longtemps oublié de l'histoire, replié sur ses coutumes ancestrales, ses traditions, ses rites. Ses travaux rudes de montagnards pauvres et sans confort.

Marco a vécu sous l'autorité de la tante. Une bigote fanatique, confite dans ses mortifications ; ses prières et sa morale rigide.
Dans ce village antique elle est investie d'un chariisme qui domine l'inconscient collectif de la communauté, et l'inconscient profond de son neveu.
Laide, elle incarne une idéologie tout entière, dont l'emblème est le nez, un nez interminable.

Marco découvre l'amour avec une jeune fille de seize ans, sensuelle et beaucoup plus futée que lui.
Pris sur le fait alors qu'ils font l' amour, Marco, culpabilisé quitte le village.

Tel est ce récit, qu'on peut considérer comme un acte d' accusation contre la communauté de l'auteur,  ses rites, son étroitesse d'esprit.
Comme d'autres écrivains, Plinio Martini aime et déteste à la fois son milieu, le traditionalisme religieux qui a marqué son esprit de façon durable.
Mais il a su trouver la bonne distance par rapport à la réalité.

Son style est moderne et met en valeur les qualités psychologiques des personnages.
Je l'ai même trouvé envoûtant dans ce moment de ressassement de la mémoire qu'est le temps des obsèques et aussi de la narration.


mots-clés : #initiatique #religion #mort[/color]
par bix_229
le Ven 17 Fév 2017 - 15:39
 
Rechercher dans: Écrivains Italiens et Grecs
Sujet: Plinio Martini
Réponses: 1
Vues: 399

Anouk Markovits

Je suis interdite

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 51wtlq11

Nous le savons tous, l'extrémisme religieux n'a pas fini de déchirer le monde. Ici, on voit comment il déchire aussi les êtres et les familles.
Chez les Juifs Hassidims, tous ne vivent que pour respecter la Parole de Dieu dans un idéal de pureté rigoriste : les enfants sont embrigadées, les femmes soumises et les hommes obéissants et maîtres tout à la fois. On adore et loue Dieu dans les chants et les danses, un Dieu qui n’est qu'exigence et absence de pardon.

La dévotion est absolue... si ce n’est que là comme ailleurs, le doute s’installe parfois, peu y échappent, qu'il soit ébauché ou qu'il aille jusqu'à la rébellion. Et dans un tel système, le doute, c'est un peu comme l'exil car on s'y retrouve avec sa solitude, sa peur et sa culpabilité.

C'est à travers la vie de Zalman, rabbin admiré, chantre magnifique, et celle de sa famille sur quatre générations que Anouk Markovitz nous montre la dévastation crée sur les esprits et sur les cœurs par une doctrine mal digérée - ou trop digérée : cette parole de Dieu immuable et intransigeante. A quel point cela peut rassurer et mutiler tout à la fois.

Cette perversion relationnelle au sein des familles et de la communauté, Anouk Markovits la raconte avec brio, avançant d'un continent à l'autre, d'une époque à l'autre (l'histoire commence par les persécutions et déportations en 44 en Transylvanie, passe par Paris, notamment en mai 68, jusqu'au New York juif actuel) dans un roman aux rebondissements romanesques assez fascinant. On est dans un autre monde, et pourtant, ce sont des humains.

Elle n'omet pas d'évoquer , au-delà de l’histoire individuelle, le rapport parfois ambigu du hassidisme au monde et à l'Histoire contemporaine, au sionisme, au nazisme, et la compromission de certaines autorités qui, pendant la guerre n'ont pas hésité à sauver leur peau et celle des leurs au détriment de la communauté dont ils étaient responsables ; cet aspect  et les controverses qu'il occasionne, sont des plus intéressants historiquement.

Au total c'est une excellente découverte, un roman haletant et tragique, avec des personnages déchirés derrière leur masque de certitudes, dans la lignée de Je m’appelle Asher Lev de Chaïm Potok. On apprend beaucoup, on touche de intérieur ce que peut-être le carcan d'une croyance et comme il est difficile d'y échapper, cela ne peut que nous aider à mieux comprendre le monde d'hier et d'aujourd'hui .

(commentaire récupéré)


mots-clés : #religion #conditionfeminine
par topocl
le Sam 11 Fév 2017 - 4:41
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Anouk Markovits
Réponses: 6
Vues: 301

Anouk Markovits

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 51wtlq11

Je suis interdite

Le roman nous décrit, sur quatre générations, la vie de la famille du charismatique rabbin Zalman. L'occasion pour l'auteur de nous faire pénétrer les arcanes de la très fermée communauté Satmar, dont elle est elle-même issue.
Le sujet peut sembler ardu, certes. Mais le traitement, lui, ne l'est pas du tout. Anouk Markovits parvient à merveille à nous faire ressentir la vie des juifs hassidiques, et le carcan incroyable qui pèse en permanence sur eux. Une rigidité extrême, qui, si elle n'exclut pas les moments de joie, les rend extrêmement rares, et toujours contenus. Comment, en effet, laisser place à la spontanéité, à l'amour, à l'insouciance, lorsque le moindre geste est codifié, jusqu'aux pensées et aux positions qu'un couple se doit d'adopter dans les actes les plus intimes ? Comment songer au bonheur quand les interdits sont innombrables, et parfois absurdes ?

Les hommes se plongent dans l'étude des textes, jusqu'à obsession, jusqu'à se fustiger pour la moindre broutille qui ne répond pas à la Loi. En effet, pour les juifs hassidiques, le manquement d'un seul homme rejaillit sur toute la communauté. Et alors, Dieu punit...
Les femmes sont mariées très jeunes, rabaissées, ravalées au rang d'épouses et de mères, les seuls rôles qui leur soient permis. Même l'étude des textes leur était interdite jusqu'à il y a peu, les plus sacrés d'entre eux demeurant encore prohibés...
Dans cette communauté régie par tant de règles, toute velléité d'indépendance est bannie. Surtout, le doute n'est pas permis. Il faut obéir, aveuglément. Accepter des explications culpabilisantes, sur la Shoah, notamment. Ahurissantes théories qui rendent les juifs responsables de ce qui arriva…
Pour tenir le doute à l'écart, l'on est prêt à façonner des légendes ; tout, plutôt que de voir remises en cause les croyances établies. Attitude dangereuse qui, parfois, peut même s'apparenter à du négationnisme...

L'auteur a un véritable talent pour nous décrire cette existence, et nous amener à la comprendre, un peu. Derrière la façade rigoriste, domine le sentiment d'une terrible fragilité. Bien peu solide en effet, le groupe qui bannit celui qui ose faire un pas de côté, de peur que tout l'édifice ne vacille...
Anouk Markovits évoque ces sujets complexes sans que cela soit jamais pesant. La volonté didactique ne nuit jamais au romanesque, au souffle qui vous emporte, qui vous fait vous attacher ou au contraire haïr ces personnages si éloignés de nous. Elle nous fait partager leurs doutes, leurs déchirements intimes, leur révolte parfois, toujours contenus derrière le masque des convenances. Et c'est un tour de force, vraiment, que de parvenir à nous faire entrer dans ce monde tellement rigide et hermétique sans négliger pour autant ce que ces hommes ont de terriblement, d'irrémédiablement humain.

Une lecture passionnante, marquante. Encore un grand merci à topocl qui avait attiré mon attention sur ce livre !

Extrait d'un cours sur la Shoah…

Atara a lu le texte en hébreu et traduit : "Mesure pour mesure, le Seigneur punit, le Seigneur est juste…"
_ Merci. Le saint Hazon Isch, paix à son âme, explique : avant la guerre, des parents juifs  envoyaient leurs enfants dans des écoles laïques ; ils gardaient en vie le corps de leurs enfants tout en sacrifiant leur âme. Mesure pour mesure, le Seigneur a frappé ces parents ; Il a détruit le corps de leurs enfants. » Le rabbin Braunsdorfer parlait haut d'une voix nasillarde : « Et ce fut un acte de pitié ! Dans un acte de pitié HaShem a délivré ces communautés polonaises du lire-arbitre, avant qu'elles ne s'avilissent entièrement.
 Parmi les enfants assassinés, certains provenaient de familles qui craignaient Dieu ? Alors leur souffrance doit être imputée au Bitul Torah : au manque de Torah. Et si la Torah était présente dans leur vie, alors leur souffrance doit être imputée aux tourments de l'amour : Dieu tourmente ceux qui ne pêchent pas pour leur permettre d'accéder à une position encore plus favorable dans l'autre monde. »
Atara avait cessé de prendre des notes. Elle n'a pas attendu que le rabbin lui donne la parole.
« Le Seigneur assiste-t-il au martyre des enfants qui brûlent ? »


(ancien commentaire remanié)


mots-clés : #religion  #conditionfeminine  #communautejuive
par Armor
le Ven 10 Fév 2017 - 9:57
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Anouk Markovits
Réponses: 6
Vues: 301

David Lodge

Jeux de maux

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylyc116

Le diable fait de nouveau irruption en littérature. Si David Lodge a revêtu l'habit infernal dans ce roman écrit en 1980, c'est pour poser quelques questions dérangeantes.
Car le diable, c'est l'esprit qui nie, celui qui doute, qui regarde nos actions à la loupe pour en voir les failles et les ridicules.
Avec son scalpel, son bistouri et son microscope, David Lodge dissèque, avec un plaisir certain, le grand corps de l'Église des années 50 et 60. Pour ce faire, il observe de près, de très près même, un petit groupe d'étudiants catholiques anglais et les chemins qu'ils suivent.
Par quel miracle parvient-il à s'introduire dans tant de lits et dans tant d'âmes, comment s'y prend-il pour reconstituer avec une telle force les moindres détails d'une époque et d'un milieu ?


Si vous aimez grincer des dents et ricaner d'une situation qui pourtant n'a rien de drôle , c'est bien le bon livre !
L'église est frappée en plein cœur , le dogme et la parole d'évangile maltraités et molestés par l'oeil assassin de Lodge qui filtre l'âme de jeunes puritains des années 50/60 , leur évolution et les dégâts que celle-ci crée sur le chemin d'une construction personnelle et de couple.
C'est avec fascination qu'en lectrice , j'ai admiré la structure de ce livre intelligent et dénonciateur d'un Ordre lobotomisant et nullement adapté au bonheur de chacun , d'un système conservateur qui refuse l'amour et l'évolution , sans parler d'élévation spirituelle que je différencie de la croyance.
David Lodge se pose en diable oui , mais bien évidemment , on pense à Faust tout au long de ce livre , troquer sa foi contre un peu de folie et de bagatelles , communiquant sans tracas du châtiment avec son prochain ou sa prochaine...
C'est une autopsie affriolante qui commence sur les bancs d'une université , nullement retenu , David Lodge remue les chairs sans vergogne et analyse cette problématique toujours d'actualité avec brio sans aucune carence.
Un joyau épineux sur un chemin de croix semé d'embûches qui appelle à prier pour la liberté de pensée, la liberté tout court.

Avant d'aller plus loin , ce serait probablement une bonne idée d'éclairer la conception du monde, la métaphysique, que ces jeunes gens devaient à leur éducation et à leur milieu catholique. Là-haut il y avait le ciel, en bas l'enfer. Le nom du jeu c'était le salut, c'est à dire la manière d'aller au ciel et d'éviter l'enfer. Le tout ressemblait un peu au jeu de l'oie. Un péché, vous envoyait directement au fond du puits; les sacrements, les bonnes actions, les mortifications vous permettaient d'en sortir et de retrouver la lumière. Tout ce que vous faisiez, tout ce que vous pensiez était soumis à une comptabilité spirituelle. C'était bon, mauvais ou encore neutre


Elle était encore, en principe, vierge, mais elle avait eu l'année précédente avec un étudiant dentiste une relation plutôt passionnée, impliquant des séances de pelotage extrêmement poussées. C'était au cours de celles-ci que son dentiste, plein d'espoir, lui avait expliqué, à plusieurs occasions, les divers moyens anticonceptionnels.



mots-clés : #religion
par Ouliposuccion
le Dim 5 Fév 2017 - 7:43
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: David Lodge
Réponses: 10
Vues: 523

Ernst Wiechert

D'abord un grand Merci pour l'ouverture de ce fil, églantine! J'apprécie énormement cet auteur qui fait vibrer quelque chose à l'intérieur...

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 L-enfa10

L’enfant élu


Original : Die kleine Passion (deutsch, 1929)

Traduction française par Clara Malraux, 1ère édition 1960

CONTENU :
Venus de la mer du Nord s'installer dans des fermes isolées de Prusse orientale, les Karsten passent depuis des générations pour des chrétiens sévères, intègres et sages, mais on dit dans le pays qu'une fatalité pèse sur leurs filles, car toutes épousent des hommes indignes d'elles.
Gina Karsten n'échappe pas à la règle. Zerrgiebel n'a .pas plus de coeur que d'honnêteté. L'enfant qui va naître de leur union sera-t-il un autre Zerrgiebel, comme l’autre fils de la première union du mari (et la femme s’est suicidée…) ou le grand-père paternel? Par bonheur, le petit Jean se révèle uniquement héritier de l'âme des Karsten. Il fera son éducation dans les forêts, auprès d'hommes simples et droits comme son grand-père ou le garde-chasse, ou encore le pêcheur qui l'appelle « l'enfant élu ».
Le temps des épreuves commence avec l'obligation de fréquenter l'école, ce premier schéma de la société, mais les leçons de la Nature et les amis anciens et nouveaux soutiennent Jean Karsten dans la longue marche vers l'adolescence et la maturité morale …

REMARQUES :
Les personnages « positifs » de ce roman sont – comme si souvent chez Wiechert – marqué par une certaine solitude face à un environnement des fois hostile, une proximité avec la nature et une sorte de « foi profonde » qui touche à la terre, à un profond enracinement dans le simple et le concret. Pas de double jeu, de fausseté en eux. Des âmes simples ? Ils nous paraissent un peu d’un autre monde, nous sont peut-être devenus un peu lointain, comme si on nous parle d’une autre génération qui a vécu avec un autre rythme face au temps. Et voilà que des mots dominants sont p.ex. « calmement, silencieusement, avec intériorité » etc.

Malgré cette certaine étrangeté des personnages pour nous et notre temps, même notre sentiment de distance envers eux, je me demande quand même si Wiechert ne nous indique pas un type d’homme qui peut et pourra exercer tranquillement, mais avec assurance, une sorte de résistance face à ce qu’il appelle « la machine » (de la société, de l’école…). Vu quand le livre avait été écrit me fait trembler : en 1929 ! Comme si Wiechert avait pressenti déjà les uniformismes d’une certaine socialisation, mais aussi qu’il a décrit ce dont il faisait (et fait !) défaut, et ce dont il nous faut pour oser « être autre ».

Wiechert utilise ce faisant un langage mythique, aussi souvent avec des références bibliques. Cela a l’air un peu pathétique des fois, un peu vieillot, mais il me semble qu’on devrait en faire abstraction ?! Car derrière cette langue imagée avec ses comparaisons et métaphores se trouvent une force qui pourrait nous dire encore quelque chose aujourd’hui. Un certain besoin d’enracinement, d’appartenance à la nature et aux siens. Une tranquillité. Voir même un sens pour le don de soi. Et à voir de plus près Wiechert se livre à une critique virulente envers le système scolaire de l’époque et ce qu’il appelle « la foule », aliénant l’homme et le nivelant dans un produit de norme.

Les caractères sont un peu en noir et blanc. Le « bien et le mal » semblent assez clairement définis. Dans un certain sens encore un monde plus abordable, clair ?

Est-ce que je dois souligner qu’en toute étrangeté ce livre fait résonner quelque chose en moi?


(Certains critiques trouvent un pendant français dans le livre « L'Enfant des Terres blondes » par Christian Signol. Peut-être cette remarque aidera l’un ou l’autre ?)

mots-clés : #initiatique #religion
par tom léo
le Jeu 26 Jan 2017 - 18:27
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Ernst Wiechert
Réponses: 16
Vues: 918

Emmanuel Carrère

Le royaume

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych13

S'attaquer à la rédaction d'un avis sur « le royaume » n'est pas une mince affaire , tant l’œuvre est riche et étoffée.
Vous l'aurez compris , le royaume , c'est Dieu , la naissance du christianisme. C'est le berceau de Carrère , qui dans les premiers chapitres nous parle de sa foi , de sa soif d'analyse et plus tard , du doute qui en fait un agnostique.
Peu importe dans toute cette traversée ce qui à poussé l'écrivain à revenir sur le chemin qui a été sa demeure , à relater avec brio le commencement d'une nouvelle civilisation , la nôtre , puisque ce roman est une antre de savoir et une introspection des plus intelligentes.
Si Carrère se positionne un peu trop souvent au beau milieu de l'histoire , prenant parfois la place du Christ tant il est arrogant , j'ai décidé de lui pardonner en vue de sa réflexion brillante et pertinente.
Tout au long de la lecture , on marche aux côtés de Paul alors que celui ci tente de convertir les romains. La grande Rome est évoquée , aussi Tibère , Néron , Vespasien et Titus font partie du paysage , éléments majeurs dans la genèse de cette fondation .
Arrive Luc ,personnage vénéré de Carrère qui tout au long de ce livre , lui voue un culte en le considérant comme le premier écrivain , puis Jésus , que Carrère préfère traiter en homme plutôt que Messie ce qui le rend plus humain, plus proche de chacun tout en désacralisant le divin , ce qui amène une objectivité que la foi anesthésie.
C'est le début d'une quête , d'une entreprise céleste qui sillonne un monde , qui se frotte aux peuples et se dresse afin de promouvoir une vision nouvelle.
J'ai décidé de ne pas traiter lors de ce post tous les questionnements de Carrère , les développements et faits historiques soutirés de la bible ou autre manuel religieux tout simplement parce qu'il me semble important de laisser le futur lecteur entre les mains de l'auteur qui excelle dans cet exercice initiatique.  
Plus qu'un roman , « Le royaume » est un essai , un travail de documentation impressionnant ,une introspection intellectuelle saisissante tant la solidité des arguments est pesée et filtrée.
Si le céleste n'a jamais eu mes faveurs , ce fut un plaisir de plonger tout au long de ses 630 pages dans les cieux de la foi avec pour seul compagnon un épicurien qui vient de signer un livre édifiant.


mots-clés : #religion
par Ouliposuccion
le Jeu 26 Jan 2017 - 3:40
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Emmanuel Carrère
Réponses: 72
Vues: 2693

Ernst Wiechert

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 51iuzy10

Les enfants Jéromine


Il restera parmi les plus forts moments que j'ai pu vivre dans ma vie de lectrice . Une lecture qui m'a fait un bien fou !
Certains pourront être rebutés  par la musicalité toute chrétienne de cette oeuvre exceptionnelle .
Pour ma part j'y ai trouvé un immense réconfort et plaisir ....C'est mon âme d'enfant qui s'est réveillée à travers ce long chant , hymne à la terre , à l'amour et à la foi . Et qu'un homme puisse être capable d'un tel souffle littéraire porté par tant d'humanité , à travers ces 1124 pages d'un lyrisme puissant et enivrant ...oui ... tout cela dans un seul homme , c'est extraordinaire .Et en ce sens pour moi c'est un chef-d'oeuvre . Même si je n'adhère pas forcément à tout ,je pense que l'essence , le fond de cette réflexion réunit l'humanité toute entière au delà des clivages et des appartenances politiques ou religieuses .
Je cherchais  une petite lumière ces dernièrs temps , je l'ai trouvée dans Les enfants Jéromine . Merci Ernst Wiechert .
Je déplore ne pas l'avoir découvert avant , lorsque mes filles étaient petites ; je leur aurais lu le soir , comme j'ai pu le faire avec certains écrits d'Hermann Hesse ou d'autres encore .

Commentaire rapatrié
mots-clés : #religion #spiritualité
par églantine
le Mer 25 Jan 2017 - 15:12
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Ernst Wiechert
Réponses: 16
Vues: 918

Jakob Wassermann

Les Juifs de Zirndorf

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Jakob210

Le roman est divisé en deux parties. La première comporte 70 pages, considérée comme un prologue par l'auteur, elle est en quelque sorte un récit fondateur, mythique, qui raconte la création du village de Zirndorf.
Vers 1648 apparait à Smyrne, Sabbatai Tsevi qui va rapidement être reconnu par les Juifs de toute l'Europe comme le Messie, celui qui va les ramener en Terre Sainte, la terre de Canaan. Cette Révélation va bouleverser la vie de milliers de juifs et les précipiter sur les routes, abandonnant leurs masures et leur terre de misère. Hélas, dès 1666 Sabbatai se convertit à la foi musulmane ruinant ainsi les grands espoirs de tout un peuple.

Là où les Juifs partis de Fürth apprennent la conversion de leur Messie, ils s'arrêtent et fondent le village de Zirndorf. Cette première étape est assez agréable à lire (malgré les nombreuses diversions et les nombreux personnages qui investissent ses lignes). L'hystérie collective est palpable, ainsi que le violent désir de croire à un Sauveur, quel qu'il soit. La communauté juive est prête à toutes les compromissions, tous les mensonges et toutes les orgies pour accueillir enfin le Messie tant attendu. Cette première partie, qui retrace avec humour, dérision et amour les errances et les emportements des juifs est à mon avis la plus réussie de l'ensemble du roman.

La seconde partie se situe deux cents ans après la création de Zirndorf. La communauté juive est scindée en deux grands groupes, les très riches (usuriers) et les extrêmement pauvres et vivent avec les chrétiens qui ne cachent pas leur haine mortelle contre les uns et les autres. Agathon, le héros de notre roman, appartient à la communauté pauvre et son père fortement endetté auprès de l'aubergiste (antisémite notoire) ne peut que souhaiter la mort de son créditeur. Jusqu'au jour, où après une altercation entre le jeune Agathon et l'aubergiste, ce dernier est retrouvé mort.

On dira qu'après cette mort, la vie d'Agathon qui se croit responsable, va être transformée. Il s'élève contre son père, se fait renvoyé de l'école chrétienne qu'il fréquente pour avoir écrit que ses professeurs étaient de mauvais pédagogues, il va guérir sa mère d'une mort certaine, devenir une sorte de prophète qui rejette la religion juive sans parvenir à s'en détacher complètement. Il finira errant, croisant en une ronde finale les nombreux personnages qui peuplent se foisonnant roman. Toute ressemblance avec l'auteur est bien sûre évidente...

Ce roman a les défauts (mais aussi les qualités) d'un premier roman : liberté totale de l'imagination, mystère par-ci énigme par-là, abondance des personnages et des évènements sans liens avec l'intrigue principale, digressions, hystérie de l'amour adolescent, passage du coq à l'âne et libération d'une parole qui condamne tout autant la condition des femmes, des orphelins, des pauvres juifs, des bons pédagogues et des riches qui ne prêtent qu'à leur semblable.

Il est parfois difficile de trouver une lumière dans l'immense propos de Wassermann. Les évènements s'enchainent les uns aux autres sans rimes ni raison et certains personnages nous demeurent bien obscurs. Formant une sorte de triptyque avec Agathon en pierre de touche, le jeune poète Gudstikker et le professeur Bojesen semblent former les deux angles opposés d'un triangle isocèle qui symboliserait peut-être la Foi, la Création et le Savoir. Le poète est un séducteur sans scrupule, le professeur un amoureux déchu et Agathon trône de toute sa séduction au milieu d'eux comme un trésor (qui raflera d'ailleurs tous les cœurs). De la même manière, le triangle formé par le trio Jeannette, Monique et Agathon révèle toute l'ambiguïté d'un âge (Agathon a 17 ans) où la chair et la sainteté se batte cruellement et souvent finissent par triompher tout à tour.
Et puis en additionnant deux triangles isocèles on obtient l'étoile de David me direz-vous...

Il n'en reste pas moins une certaine confusion, à la fois dans le propos et dans l'intrigue. A force de vouloir jouer du mystère, de la prophétie et de l'effervescence adolescente, il arrive bien souvent que le lecteur ne puisse plus suivre le fol voyage d'Agathon à travers la fièvre humaine. Malgré tout j'ai pris un certain plaisir à lire ce roman, ce premier roman, qui laisse présager de belles réussites, d'inquiétantes visions (en particulier en ce qui concerne la religion juive) et une écriture dont la traduction doit être bien loin de rendre justice.


Emmêlant onirisme échevelé, fantastique mystique et réalisme prophétique, l'auteur tente sans doute de glisser dans le creuset alchimique de son œuvre la totalité de son univers intellectuel, spirituel et social. Cela donne d'incroyables moments d'élévation et d'autres plus déroutants.


mots-clés : #communautejuive #initiatique #religion
par shanidar
le Lun 23 Jan 2017 - 13:13
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Jakob Wassermann
Réponses: 6
Vues: 578

Karen Connelly

La cage aux lézards

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych52

Teza est un étudiant de vingt-cinq ans quand il est arrêté par les services secrets birmans pour avoir trop chanté contre la junte militaire qui dirige le pays depuis des décennies. Jeté dans une geôle putride et sombre de la prison de haute sécurité de Rangoon, appelée la " cage ", il est condamné à vingt ans de détention en isolement total. Coupé de sa famille depuis sept longues années et interdit de contact avec les autres prisonniers, il est la victime jour après jour des violences sadiques d'un gardien-chef fou. Pour seuls compagnons de cellule il n'a que quelques lézards et insectes, pour uniques nouvelles du " Dehors " des fragments de journaux qui font office de papier à cigarette ; pour toute ressource, ses convictions bouddhistes. A l'issue d'un événement dramatique, Teza noue une amitié avec Nyi Lay, un orphelin de douze ans élevé dans l'enceinte de la prison. C'est ce lien extraordinaire entre eux qui fait naître enfin une lueur d'espoir au cœur de l'obscurité, de la violence et de l'injustice, brillante comme une promesse de fraternité et d'humanité. Premier roman de Karen Connelly, il a déjà pris une place de choix auprès des célébrations littéraires de la résistance et de la dignité humaines.


Difficile de parler d’un tel livre, nous sommes dans une fiction qui nous révèle de part de nombreux témoignages de dissidents Birmans entre autres, l’horreur quotidienne de sa dictature. La politique du pays y est très bien décrite, les conditions de vie dans les geôles font froid dans le dos entre sévices physiques et psychologiques, un huis clos où la faim dévore les entrailles, et où la corruption régit tout un quotidien. Et puis il y a le bouddhisme, ses préceptes adoucissant les pages de ce roman, ultime recours pour un prisonnier, Teza et cet enfant vivant dans l’enceinte d’une prison, dans les yeux desquels tout espoir est vain , où sa seule maison ressemble à de la tôle , où seules les odeurs nauséabondes , à l’instar d’une vie écœurante écrasent toute vie pour ne laisser place qu’à la survie. Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette lecture un moment riche, mais à mon grand étonnement, malgré que je ne trouve aucune critique négative à émettre, je n’ai pas réussi à rentrer dedans, ma lecture a été longue et saccadée. Paradoxalement je ne peux que le conseiller en vue de la documentation et de la grande humanité qui en ressort.


mots-clés : #regimeautoritaire #religion
par Ouliposuccion
le Dim 22 Jan 2017 - 16:08
 
Rechercher dans: Écrivains du Canada
Sujet: Karen Connelly
Réponses: 3
Vues: 303

Jeanne Bourin

Les pérégrines

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Tylych27

De Chartres à Jérusalem, en passant par Constantinople, Nicée, Antioche et Tripoli, Les Pérégrines nous entraînent à la suite de Brunissen, Flaminia et Alaïs, les trois filles d'un parcheminier chartrain. Par leurs yeux, nous découvrons les splendeurs de ces villes mais aussi les terribles épreuves rencontrées en route : la mort qui décime leur famille, les longues marches épuisantes, la faim, la soif, la maladie, les combats, les rivalités qui opposent les seigneurs francs. Soutenues par leur foi et les événements miraculeux qui sauvent les pèlerins du désastre, les trois sœurs nous font également vivre les amours passionnées et contradictoires qui vont diviser leurs cœurs et bouleverser leurs vies. Jeanne Bourin nous restitue avec éclat l'existence quotidienne des croisés. Elle nous replace dans cette époque de foi et de violence, en mêlant l'histoire à la fiction, et nous rappelle que les femmes, elles aussi, ont participé activement aux croisades. Elles furent les aventurières de Dieu.

Jeanne Bourin ne déroge pas de son chemin de croix, la gente féminine est encore à l’honneur dans ce livre historique empli d’anecdotes relatant la vie de celle-ci ainsi que des pèlerins ayant entrepris le plus grand déplacement de foule de l’humanité (3 ans), la délivrance du tombeau du Christ à Jérusalem.
L’auteur rend hommage à toutes les femmes, celles qui n’apparaissent jamais dans les livres d’histoire abordant ce sujet. Pourtant, elles étaient des milliers à avoir quitté le foyer afin de rejoindre la terre Sainte.

Véritable pilier, elles sont le soutien psychologique des preux chevaliers, les infirmières, elles embrasent les pèlerins de leurs prières, de leur dévotion afin de mieux les armer.
Les pérégrines, c’est une œuvre majestueuse qui resitue la place de la femme au Moyen âge lors du droit Celtique. Loin des idées reçues, elles sont l’égal de l’homme, étudient, exercent les métiers qu’elles souhaitent voire même d’exception, se marient sans besoin de consentement des parents, peuvent divorcer, hériter, voter pour élire des représentants de commune…
Elles ont tout perdu à la reprise du droit romain au XVIème siècle, somme toute, misogyne.

Qui a dit que le Moyen Age était une période sombre et crasseuse ?
Période très prospère économiquement, nouvel essor d’un art de vivre, conception de l’amour courtois, conséquence de cette croisade au travers d’une foi indéfectible.
Au travers des malheurs, des horreurs, des pleurs mais aussi des splendeurs de la grande et puissante Constantinople, nous vivons au cœur de ce pèlerinage, les épidémies, les combats , la faim , les traîtrises … Mais toujours , la foi est victorieuse.

Un livre romancé, certes, mais très riche, déterrant les non-dits et les oubliées de l’histoire, imposant la souveraineté de dieu qui dirige toute vie. Une œuvre qui sans contexte, rend hommage à tous ceux qui ont construit notre histoire et nos racines.


mots-clés : #historique #religion
par Ouliposuccion
le Sam 21 Jan 2017 - 6:29
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jeanne Bourin
Réponses: 5
Vues: 344

Bernard Malamud

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Commis10

Le commis

Histoire : La famille Bober  de confession Juive tient une épicerie qui périclite. Il semble que le destin s’acharne contre eux (à cause d’erreurs de choix, de malchance…) et voilà qu’un jeune délinquant, Frank,  vient y porter  ses  soucis. Quelle cohabitation espérer entre eux ? entre des Juifs et un goy ?  Il s’avèrera que Frank s’acharnera à sauver la famille, à évoluer, à se racheter mais arrivera-t-il à convaincre et se découvrira t-il ?  

On ne peut pas s’appeler Morris Bober et être riche. Un nom pareil est inconciliable avec la notion de propriété ; comme si c’était dans votre sang et votre histoire de n’avoir rien. Et si, par miracle, il vous arrive de gagner quelque chose, ce ne peut être que pour le reperdre. Finalement à soixante ans, vous vous retrouvez plus pauvre qu’à trente. C’était, pensa Helen, une forme de talent.

Cette phrase m’a interpelée et j’ai cherché ce que pouvait signifier « bober » puisque ce mot paraissait négatif. L’une des significations : se tromper  (ce qui ma foi prend du sens dans ce cas) autre sens : castor (bobr en Tchèque) construction, destruction par les éléments ?

Spoiler:
stupide recherche ? oui mais alors comment expliquer la phrase


Frank :

Quel genre d’homme fallait-il être  pour s’enterrer du matin au soir dans ce cercueil géant sans jamais sortir pour respirer une bouffée d’air, à part pour acheter un journal Yiddish ? C’est bien simple , il fallait être juif. Ils sont nés prisonniers.

Les arrangements de Morris avec la religion juive suite aux remarques de Frank

Personne ne pourra dire que je ne suis pas un bon juif parce que, si j’ai une petite faim, je grignote de temps en temps un bout de jambon. Par contre, je n’aurai qu’à me taire si on peut me reprocher  d’avoir failli à la Loi qui commande de faire ce que l’on doit, d’être bon et honnête vis-à-vis de son prochain. C’est ce qui compte : la vie est trop dure sans qu’on aille encore faire du mal. Nous ne sommes pas des animaux c’est pourquoi nous avons besoin de la Loi. Voilà ce en quoi les juifs croient.

Morris Bober :

Malgré la bise de mars la température n’était pas désagréable, mais où était le temps où il s’attendrissait sur la nature ? Qu’ avait-elle donné en échange au pauvre Juif ? Le vent le poussait aux épaules ; il se laissa aller inerte, sans volonté, sans poids, victime offerte à tous les coups du sort : vent, angoisses, dettes, Karp, hold up, faillite. Il n’avait plus la force de parler.

Amer, acculé et envieux malgré tout alors que le magasin de son voisin brûle :

Cet incendie qui aurait pu le sauver, lui Morris, c’était Karp qui l’avait eu et gratuitement par-dessus le marché. La chance ne sourit qu’aux riches.

Frank :

C’est drôle, se dit-il, pour les Juifs la souffrance est une pièce de tissu ; ils s’en drapent comme dans un vêtement. Et d’où sortent tous ces gens qui sont venus pour l’enterrement et que personne ne connaît ?

Helen à propos de Frank  qu’elle aimait mais qu’elle a rejeté  quand quelque peu enivré et amoureux  a tenté de la forcer :

Je l’ai méprisé pour le mal qu’il a fait sans chercher à comprendre ses raisons, sans vouloir reconnaître qu’il peut y avoir une limite au mal et un commencement au bien.


Rêve de Frank :

St-François s’arrêta devant l’épicerie, plongea la main dans la poubelle, en sortit une rose en bois sculpté qu’il lança en l’air et elle se transforma en une vraie fleur. L’ ayant attrapée au vol, il s’inclina et la remit à Helen qui venait de sortir de la maison en lui disant : « Petite sœur voici votre petite sœur la rose. » Et Helen l’accepta des mains de Saint-François bien qu’elle exprima l’amour et les meilleurs vœux de Frank Alpine.

Peut-être est-ce une critique de l’auteur sur le regard que les Juifs (de NY  et du quartier dans ce cas) portent sur les autres, les Goys, des étrangers  avec lesquels ils ne peuvent s’unir, et  ce sentiment qu’ ils exploitent de se draper de leurs souffrances, de se plaindre oubliant leur responsabilité.  
Cependant les arrangements de Morris avec la religion et les désirs d’Helen  montrent également une intelligence à l’adaptation devant une situation difficile. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’une famille pauvre et le sentiment d’ échec, les sacrifices  sont les mêmes que ceux de tous les pauvres du monde. Frank, sur les conseils d’Helen, lit mais c’est de la lecture de la Bible que naîtra son désir de se convertir à la religion Juive. Une façon pour l'auteur de rappeler son attachement à sa judéité. Frank apprécie la vie de Saint-François d’Assise et on peut dire qu’il l’inspire, car il donnera plus qui lui a été donné. Sa conversion ouvre un espoir, sur le futur et l’amour. Et pour tous la lutte du Bien contre le Mal inhérent à l'Homme

C'était donc une lecture d'émotions et pour avoir lu précédemment une nouvelle de l'auteur (la culotte de cheval) celle-ci confirme le salut dans le don, voire le sacrifice et la difficulté à vivre, à s'accomplir.


mots-clés : #religion #communautejuive
par Bédoulène
le Mar 17 Jan 2017 - 11:47
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Bernard Malamud
Réponses: 38
Vues: 1096

Chaïm Potok

J'ai lu aussi bien L'élu que La promesse, et j'ai beaucoup aimé. On peut choisir de voir les «murs infranchissables». Cette réalité est transposable à beaucoup de couches des réalités sociales... Pensons à nos «classes» encore existantes avec leurs clivages, ou les débats politiques, même à l'intérieur d'une partie. Nous attendrions à juste titre autre chose des formes de la foi. Mais néanmoins c'est à mettre en balance avec le fait qu'il y a du bon, du mauvais là comme ailleurs. Donc aussi des tensions, des désirs de vérité etc...Néanmoins se dessinent dans L'Elu déjà une proposition de surmonter les clivages qui est plus qu'intéressante. Dans la figure des deux garçons qui deviennent amis, nous découvrons que le respect et l'amitié à la base, on arrivera à communique un peu mieux. De là je ne voudrais pas parler d'infranchissables. La promesse reprend les deux personnages du premier livre:

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 41np5j10

La promesse

Original : The promise (Anglais, 1969)
Traduction : Nicole Tisserand

CONTENU :

Reuven/Ruben Malter vit à Brooklyn et fait des études en vue de devenir Rabbin. Au début de l'histoire nous le trouvons proche, voir amoureux, de Rachel. Il est en conflit avec les interprétations strictes surtout d'un professeur, et se demande jusqu'à quel point il faut rester soi-même et fidèle à ses vérités, ou s'il faut se retenir pour pouvoir terminer les études. Son vieil ami Danny Saunders a abandonné la vie prévue dans la tradition familiale hassidique et étudie avec beaucoup de succès la psychologie. Chacun, à sa façon, va entrer en contact avec le jeune malheureux et déboussolé cousin de Rachel, Michael. Reuven le prend pour un tour en bateau, le fait parler un peu pour la première fois. Il l'introduira chez Danny pour que celui puisse l'aider après quelques thérapies échouées.

(Source : Amazon.com : ma traduction et raccourcissement)

STRUCTURE :

Une introduction et un épilogue cadrent trois « livres » avec 4,8 et puis encore une fois 4 chapitres. En eux on trouver parfois des paragraphes structurantes.

REMARQUES :

A nouveau on rencontre alors Reuven Malters et Danny Saunders dont on a fait connaissance dans le livre L'élu (The chosen). Maintenant, quelques années ont passé et nous nous retrouvons à peu près vers l'an 1950 : l'arrivée des réfugiés juifs, survivants de la Shoah, l'ère de McCarthy et le conflit naissant en Corée sont discrètement dans l'arrière-fond historique. Tout d'abord on trouve le narrateur Reuven en contact avec Rachel et son cousin Michael. Dans une situation remarquablement racontée, lors d'un jeu de fortune au cours d'une foire, la tension monte et on trouve le jeune cousin perdant le contrôle de soi-même. Reuven va s'occuper dans la suite un peu de lui, il arrivera à le faire parler un peu. Puis, pour une aide plus professionnelle, il va mettre la famille en lien avec Danny, son ami, en train de devenir un psychologue remarquable. L'un et l'autre seront (ré-)unis dans le souci pour le garçon.

Dans l'autre grande partie du roman, Reuven est au milieu des études talmudiques poussées pour se préparer à l'ordination comme Rabbin. Venant avec son père adorable d'un milieu ouvert, l'affrontation avec un professeur très stricte devient un vrai défi. Celui-ci, Rabbi Kalmann, venu de l'Europe comme survivant de la Shoah pousse Reuven vers des questions : Est-ce qu'il faut se taire en vue d'obtenir un résultat nécessaire finale ? Est-ce qu'il y a de la place pour des nouvelles approches dans l'interprétation des écritures saintes ?

À nouveau, ce roman joue aussi quasi uniquement à l'intérieur d'un milieu juif. Cela influence tout le contenu et peut pourrait paraître réducteur ou petit. Mais qui sait transposer des exemples ne retrouvera pas ici seulement des informations intéressantes, voire passionnantes sur le judaïsme et ses divers courants, mais au-delà trouvera des problèmes fondamentaux à tellement de groupes, voir religions, différents : Quelle énergie est gaspillée si souvent dans des combats de tranchées ! Quand est-ce que la fidélité à une parole (une loi) devient infidélité à un esprit ? Où le respect de la tradition, d'une règle devient rétrécissant, exagéré ? Quand est-ce qu'une Loi (ici la Torah et son interprétation) mène vers des situations absurdes, vers une réligiosité qui détruit ? Et d'autre part : quand est-ce qu'une critique, une mise en question des fondements, même justifiées, mènent vers le non-sens et le grand vide, où rien ne reste ? Comment dois-je faire des choix, prendre une décision ?

Très finement Potok écrit des relations entre parents et enfants, spécialement père et fils. Dans ces relations nous vivons dans l'attirance, le respect, l'amour ET le refus, voir la haine. À nouveau, il s'agit d'un livre admirable. Pour celui qui avait aimé L'élu, ce livre devrait plaire aussi. Pour moi, c'est un univers fascinant. Certaines choses semblent si lointaines, mais c'est au lecteur, de faire connaissance de ce monde et de transposer éventuellement certaines réalités dans sa façon de voir. Quelques scènes me semblent de signification profondément universelle !J'ai lu en langue originale anglaise, donc je ne peux pas me prononcer sur la traduction française…


mots-clés : #religion #famille #communautejuive
par tom léo
le Sam 14 Jan 2017 - 18:55
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Chaïm Potok
Réponses: 7
Vues: 326

Chaïm Potok

Je me souviens très bien du sentiment de déception que j'avais éprouvé à la lecture de L'Elu qui semble pourtant être très apprécié.

L'Elu

Tag religion sur Des Choses à lire - Page 3 Potok10

un livre extrêmement intéressant sur le fond et terriblement décevant sur la forme. Un livre passionnant pour ce qu'il dit du judaïsme, des milieux orthodoxes, des frontières insurmontables au sein d'une même communauté, d'une même religion, la quasi haine qui découle de deux formes de pensées opposées et si ce n'est de la haine au moins de l'incompréhension et une certaine envie de condamner. Tous ces sentiments, très forts, qui s'affrontent (entre hassidisme et sionisme) forment un ensemble très cohérent et passionnant. Hélas, triple hélas, le style répétitif, lassant, redondant, rend la lecture ânonnante, fatigante et un peu buissonnière. Quel dommage !


mots-clés : #religion #communautejuive
par shanidar
le Sam 14 Jan 2017 - 13:49
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Chaïm Potok
Réponses: 7
Vues: 326

Revenir en haut

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Sauter vers: