Pierre de Ronsard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre de Ronsard

Message par Chamaco le Dim 4 Déc - 0:44

Pierre de Ronsard (1524 – 1585)


Pierre de Ronsard grandit au sein d'une vieille famille de la noblesse française. Éduqué par un précepteur, le jeune homme fait preuve d'un goût profond pour l'étude et la poésie. Son père le destine à une carrière dans les ordres, mais c'est finalement au service de la cour du roi que Pierre de Ronsard va se placer. Après avoir passé trois ans en Écosse et en Angleterre auprès de Jacques V d'Écosse, il rentre en France et se voit progressivement offrir une place de choix dans l'entourage royal, d'abord comme page puis comme conseiller.

Le 6 mars 1543, il est tonsuré au Mans. Des bénéfices ecclésiastiques lui assurent un revenu régulier qui lui enlève tout souci matériel ; ce qui lui vaut de consacrer sa vie à la poésie.
Il s'installe à Paris en 1544. C'est là qu'il contribue à former la Pléiade, groupe d'écrivains qui se donnent comme mission d'enrichir la langue française et de créer une véritable littérature française. Grand humaniste, il devient le poète le plus important du groupe avec Joachim du Bellay, qui rédige en 1549 "Défense et Illustration de la langue française".

Ronsard ne fait pas d'études littéraires régulières, il apprend sous l'influence de beaucoup d'écrivains, d'abord auprès de l’helléniste français Jean Dorat qu'il a comme maître, au collège de Coqueret.
Il fréquente des poètes, des humanistes, des clercs, des gens de cour; il y participe activement à la vie des premiers salons et à l'activité de l'Académie de poésie et de musique, créée par Jean Antoine de Baïf. Il devient en 1558 poète officiel de la cour, avec le titre de conseiller et d'aumônier ordinaire du roi.

Grand humaniste, il veut une poésie inspirée de l'antiquité tant au niveau des thèmes qu'au niveau de la mythologie; il renoue avec Homère, Virgile et Horace.

Auteur d’une œuvre vaste qui s'est porté aussi bien sur la poésie engagée et officielle dans le contexte des guerres de religions avec Les "Hymnes" et les "Discours" (1555-1564), que sur l’épopée avec "La Franciade" (1572) ou la poésie lyrique avec les recueils "Odes" (1550-1552) et "Amours" (Les Amours de Cassandre, 1552 ; Les Amours de Marie, 1555 ; Sonnets pour Hélène, 1578).
sources : Babelio et l'internaute

Bibliographie :

Odes (1550-1552)
Les Amours de Cassandre
Le bocage royal (1554)
Hymne de Bacchus
Les Hymnes (1556)
Poèmes (1560-1573)
La Franciade (1572)
Discours sur les misères du temps (1562)
Amours de Marie (1555)




Ma maîtresse est toute angelette

Ma maîtresse est toute angelette,
Toute belle fleur nouvelette,
Toute mon gracieux accueil,
Toute ma petite brunette,
Toute ma douce mignonnette,
Toute mon coeur, toute mon oeil.

Toute ma grâce et ma Charite,
Toute belle perle d'élite,
Toute doux parfum indien,
Toute douce odeur d'Assyrie,
Toute ma douce tromperie,
Toute mon mal, toute mon bien.

Toute miel, toute reguelyce,
Toute ma petite malice,
Toute ma joie, et ma langueur,
Toute ma petite Angevine,
Ma toute simple, et toute fine,
Toute mon âme, et tout mon coeur.

Encore un envieux me nie
Que je ne dois aimer m'amie :
Mais quoi ? Si ce bel envieux
Disait que mes yeux je n'aimasse
Penseriez-vous que je laissasse,
Pour son dire, à n'aimer mes yeux ?



Ni de son chef le trésor crépelu

Ni de son chef le trésor crépelu,
Ni de son ris l'une et l'autre fossette,
Ni l'embonpoint de sa gorge grassette,
Ni son menton rondement fosselu,

Ni son bel oeil que les miens ont voulu
Choisir pour prince à mon âme sujette,
Ni son beau sein dont l'Archerot me jette
Le plus aigu de son trait émoulu,

Ni son beau corps, le logis des Charites,
Ni ses beautés en mille coeurs écrites,
N'ont esclavé ma libre affection.

Seul son esprit, où tout le ciel abonde,
Et les torrents de sa douce faconde,
Me font mourir pour sa perfection.


mots-clés : #poésie
avatar
Chamaco

Messages : 1334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Chamaco le Dim 4 Déc - 0:46

Cet homme (d'origines Roumaine),  grand défenseur de la langue française, sut privilégier l'Humanisme de la Renaissance sur les ombres de la Réforme (un ouvrage sur ses prises de position :

avatar
Chamaco

Messages : 1334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Chamaco le Mar 20 Déc - 20:16

Epitaphe que Ronsard a proposé au poète savoisien Marc-Claude de Buttet de graver sur sa tombe.

CELUY QUI GIST SOUS CETTE TOMBE ICY
AIMA PREMIERE UNE BELLE CASSANDRE
AIMA SECONDE UNE MARIE AUSSY,
TANT EN AMOUR IL FUT FACILE A PRENDRE.
DE LA PREMIERE IL EUT LE CŒUR TRANSY,
DE LA SECONDE IL EUT LE CŒUR EN CENDRE,
ET SI DES DEUX IL N'EUT ONCQUES MERCY"
(Deuxième livre des Amours).
avatar
Chamaco

Messages : 1334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par ArenSor le Dim 16 Avr - 9:31

Marie levez-vous ma jeune paresseuse,
Ja la gaye Alouette au ciel a fredonné,
Et ja le Rossignol doucement jargonné,
Dessus l'espine assis sa complainte amoureuse.

Sus debout allon voir l'herbelette perleuse,
Et votre beau rosier de boutons couronné,
Et vos oeillets mignons ausquels aviez donné,
Hier au soir de l'eau d'une main si songneuse.

Harsoir en vous couchant vous jusrastes vos yeux,
D'estre plus-tost que moy ce matin esveillée ;
Mais le dormir de l'Aube aux filles gracieux

Vous tient d'un doux sommeil encor les yeux sillée,
Ca ça que je les baise et vostre beau tetin
Cent fois pour vous apprendre à vous lever matin.
avatar
ArenSor

Messages : 678
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Anatomia le Dim 16 Avr - 11:41

Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! »

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578
avatar
Anatomia

Messages : 48
Date d'inscription : 10/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Nadine le Dim 16 Avr - 13:33

Chamaco ! Ce fil m'avait échappe, décembre : je commençais à être summergée par le flot de ce jeune forum. Merci à tous, quel délice, simple et chantant, faussement simple, humain. Miam


Dernière édition par Nadine le Dim 16 Avr - 14:20, édité 1 fois
avatar
Nadine

Messages : 1910
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Chamaco le Dim 16 Avr - 13:57

Merci Nadine, il y a toujours pas assez de poésie Very Happy
avatar
Chamaco

Messages : 1334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par ArenSor le Lun 17 Avr - 18:27

Je n'ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, denervé, demusclé, depoulpé.
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son filz deux grans maistres ensemble,
Ne me sçauroient guerir, leur mestier m'a trompé,
Adieu, plaisant soleil, mon oeil est estoupé,
Mon corps s'en va descendre où tout se desassemble,

Quel amy me voyant en ce point despouillé
Ne remporte au logis un oeil triste et mouillé,
Me consolant au lict et me baisant la face.

En essuiant mes yeux par la mort endormie ?
Adieu chers compaignons, adieu, mes chers amis,
Je m'en vay le premier vous preparer la place.
avatar
ArenSor

Messages : 678
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre de Ronsard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum