Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Clovis Hugues

    Partagez
    avatar
    Chamaco

    Messages : 1037
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 70
    Localisation : Au balcon du Luberon

    Clovis Hugues

    Message par Chamaco le Dim 4 Déc - 0:51

    Clovis Hugues, 1851-1907


    Clovis Hugues, 1851-1907,  écrivain, poète et homme politique. Membre de la Commune de Marseille en 1871 en compagnie de Gaston Crémieux, il échappa au peloton d’exécution de Thiers et fut emprisonné, libéré il devint journaliste, redoutable duelliste, élu député du Parti Ouvrier Français, dès lors il quitta Marseille et monta à Paris. Tout en tenant son rôle politique il écrivit des poèmes.
    Il fut l’ami deVictor Hugo et d’Aristide Bruant, surnommé «le Rouge du Midi» il écrivit les vers du «Droit au bonheur». En 1944 son buste en bronze ayant été fondu au profit de l’Allemagne nazie, un buste en pierre fut réinstallé de nuit à Ménerbes sur la place du village.
    Une exposition sur cet auteur a lieu au foyer rural de Ménerbes dans la Maison de la Truffe et du Vin jusqu’au 18 Septembre...

    Bibliographie:

    Poésie
    1875 : Poèmes de prison
    1876 : La Charrue
    1883 : Les soirs de bataille
    1883 : Jours de combats
    1885 : Les Évocations
    1889 : Le Travail
    1900 : La chanson de Jehanne d'Arc
    1903 : Les roses du laurier
    1906 : Ode au vagin

    Romans
    1881 : La vierge rouge
    1885 : Madame Phaëton
    1891 : Monsieur le gendarme, roman villageois

    Théâtre
    1888 : Une étoile
    1888 : Le sommeil de Danton, drame en 5 actes
    1905 : Les Joujoux du théâtre, comédies enfantines : Cendrillon, La Boîte à musique, La Maison des dimanches, Tyl l'Espiègle





    Poème dédié à Embrun :

    Le ciel m’est à témoin que ton vieux Roc m’attire

    Ainsi qu’un vaste aimant mystérieux et pur.

    Je suspends à tes pins mon bâton et ma lyre

    Comme l’ancien prophète aux grands cèdres d’Assur.

    Je ne puis ni pleurer doucement, ni sourire,

    Que devant tes sommets envolés dans l’azur ;

    Je vois s’épanouir, loin des vents en délire,

    La bonté dans tes cœurs et les fleurs dans ton mur.

    Et c’est pourquoi je t’offre, ô Ville maternelle,

    Ce livre né de toi, dans l’ombre de ton aile,

    Pendant que la Durance au flot illimité

    S’en allait recueillir, entre l’Orme et l’Yeuse,

    Le torrent qui berça mon enfance rêveuse

    Et l’adopter ainsi que tu m’as adopté !


    Poème de «Jours de Combat»

    «J’irai, je vengerai tous ceux que l’ombre assiège,  
    Les gueux, les damnés, les bannis ;  
    Je flétrirai les dieux et les maîtres, dussé-je  
    Oublier la chanson des nids ;
    Et si la corde un jour se tait, déjà brisée  
    Sous l’effort de mon doigt vainqueur,  
    J’en aurai vite une autre, et qui sera tissée
    Avec les fibres de mon cœur !»

    Apostrophe à Jules Ferry :

    «Et quand nous dénoncions les banquiers lourds de graisse,
    Les financiers de grand chemin,
    Qui ne prenaient pas même, avant d’emplir leurs caisse
    Le temps de se laver les mains ;
    Quand le cœur nous sautait brusquement à la gorge
    Quand nous disions : «Châtiez-les !»
    Monsieur Ferry, soufflant comme un soufflet de forge
    Applaudi par tous ses valets,
    S’écriait sur le ton d’un pédant qui professe :
    «Vous êtes des gens de parti !»
    avatar
    Chamaco

    Messages : 1037
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 70
    Localisation : Au balcon du Luberon

    Re: Clovis Hugues

    Message par Chamaco le Dim 4 Déc - 0:51

    « La farandoulo ? La faren,
    Lou cor gai, la tèsto flourido ;
    Et la faren tant que voudren,
    En aio, la taiolo i ren,
    La man dins la man, pèr la vido !
    E se dardaio lou soulèu
    Coume une flume d’amor que s’escoulo
    Lèu ! Lèu !
    La faren, nosto farandoulo !
    La cantaren sènso coulèro
    Dins la chavano e dins la guerro, »

    (La farandole ? Nous la ferons, Le cœur gai, la tête fleurie ; Et nous la ferons tant que nous voudrons, Avec joie, l’écharpe aux reins, La main dans la main, pour la vie ! Et si le soleil brille Comme un fleuve d’amour qui s’écoule Vite !vite ! Nous la ferons, notre farandole ! Nous la chanterons sans colère Dans la bourrasque et dans la guerre,)

    Le Droit au Bonheur, écrit à 20 ans

    « A quoi bon pour la République
    Tomber comme un héros antique
    Dans le roulement des tambours,
    Si la charité s’éternise,
    S’il n’est plus de terre promise,
    Et s’il est des pauvres toujours ? »
    avatar
    Chamaco

    Messages : 1037
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 70
    Localisation : Au balcon du Luberon

    Re: Clovis Hugues

    Message par Chamaco le Dim 4 Déc - 0:52


    "Ce que nous chantions en prison »
    (prison de Tours, mai 1873) :

    Et pourtant que demandions-nous ?
    Nous voulions, comme nos ancêtres,
    Ne plus tomber à deux genoux
    Devant le lâche orgueil des maîtres ;
    Nous voulions que la royauté
    Ne vînt plus bâillonner nos bouches,
    Et nous voulions dans la cité
    Garder nos droits et nos cartouches.

    Contenu sponsorisé

    Re: Clovis Hugues

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 12:27