André Beucler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André Beucler

Message par ArenSor le Dim 19 Fév - 18:38

André Beucler
(1898-1985)


André Beucler a été romancier, journaliste, scénariste, producteur de radio, essayiste, traducteur et parfois historien, critique d'art. Il a tenté de rendre la poésie accessible à tous. Le « Bureau de poésie », créé à l'initiative de Paul Gilson, permettait à des poètes jeunes, inconnus, débutants, d'envoyer des textes qui étaient lus à la Radiodiffusion française par des artistes connus. Durant 20 ans, cette émission reçut quelques milliers d'œuvres.
L'écriture d'André Beucler s'est aussi révélée dans la presse de l'entre-deux-guerres. S'il y fait paraître des nouvelles, il aborde également des domaines aussi divers que le cinéma, la nuit et ses excès, la musique, l'art ; mais aussi les hommes marquants de cette période. Il expose ses observations de terrain et ses réflexions politiques sur l'Europe centrale et plus particulièrement la montée du nazisme en Allemagne.

Il revient régulièrement dans la maison de ses rêves, à Bondeval (Doubs), pour écrire. Directeur de l'équipe française de la Universum Film Aktien Gesellshaft (UFA), à Berlin, qui veut créer un cinéma européen, chargé de mission dans le cabinet de Jean Giraudoux au commissariat à l'information avant guerre, il devient résistant pendant l'Occupation. Grand voyageur dès son enfance et avec ses parents, il connaît comme peu de personnes l'Europe centrale.

André Beucler fut l'ami privilégié et, bien souvent le compagnon de route pour toute une vie de nombreuses figures des arts et lettres. Il en a évoqué certaines en quatre volumes de portraits et souvenirs : Marcel Achard, Marcel Aymé, Mireille Balin, Emmanuel Berl, Pierre Bonnard, Pierre Bost, Emmanuel Bove, Pierre Brasseur, Maria Casarès, André Cayatte, Blaise Cendrars, Jean Cocteau, René Crevel, Antoine de Saint-Exupéry, Robert Desnos, Pierre Drieu la Rochelle, André Dunoyer de Segonzac, Alfred Fabre-Luce, Léon-Paul Fargue, Jean Gabin, Gaston Gallimard, Jean Giraudoux, Max Jacob, Louis Jouvet, Joseph Kessel, Valery Larbaud, Marie Laurencin, André Malraux, Roger Martin du Gard, Paul Morand, Jean Prévost, Saint-John Perse, Pablo Picasso, et Paul Valéry.

Bibliographie sélective :

De son vivant, l'œuvre éditée d'André Beucler comporte 42 volumes, parmi lesquels 15 romans, 6 essais et 6 recueils de portraits et souvenirs, sans compter une cinquantaine de contes et nouvelles parus dans la presse.

• 1925 : La Ville anonyme, Entrée du Désordre, Un suicide, Jacquot et l'Oncle de Marseille.
• 1926 : Gueule d'Amour  Ce roman a été adapté au cinéma en 1937 par Jean Grémillon avec Jean Gabin dans le rôle principal.
• 1927 : Le Pays neuf , La Belle de Banlieue, L'Amour automatique, Un nouvel Amour (illustré par André Dignimont), Le Carnet de rêves.
• 1928 : Le Mauvais Sort, La Vallée du Doubs, Paysages et villes russes.
• 1930...1945 : À droite par quatre, Mon chat, La vie d'Ivan le Terrible, Caucase, La belle de Banlieue, La Fleur qui chante, La Bête de Joie, Composite, Noir et vert.
• 1947…1954 : 29 bis troisième étage, Dimanche avec Léon-Paul Fargue, Les instants de Giraudoux, Vingt ans avec Léon-Paul Fargue, Portrait de D.Galanis, Le carnet de vengeance.
• 1956 …1982 : Charmante, Trois Oiseaux, Ténébrus, et enfin ses deux volumes de souvenirs : De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain-des-Prés (1980) et Plaisirs de mémoire (1982).
André Beucler a laissé aussi une œuvre poétique, des essais (La vie de Ivan le Terrible), des portraits ( Les instants de Giraudoux, Vingt ans avec Léon-Paul Fargue), des traductions (Dostoïewski par sa femme).
• André Beucler et Léon-Paul Fargue, Correspondance 1927-1945 (éd. Bruno Curatolo), Presses universitaires de Paris Ouest, 2014
(source Wikipedia)
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: André Beucler

Message par ArenSor le Dim 19 Fév - 18:43

De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain-des-Prés


En treize chapitres André Beucler, prince des nuits parisiennes de l’Entre-deux-guerres raconte ses souvenirs avec d’illustres écrivains qui furent ses amis. Il y a en priorité Valéry Larbaud et Léon-Paul Fargue avec qui il est particulièrement proche. Beucler trouve de belles phrases pour parler du premier :
« Il s’agissait exactement, dans le cas de Larbaud, d’écrire avec allégresse ce qui vous passe par la tête et par le cœur, à condition d’avoir une bonne tête et un cœur pur. Il s’agissait aussi de parties fines avec son imagination d’où naissent en abondance sentiments et souvenirs, ou encore de songeries profondes et complaisantes sur soi-même, de méditations poétiques sur ces images qui, précisera plus tard Gaston Bachelard, nous apprennent sans cesse à parler »
On y rencontre aussi Gaston Gallimard, Paul Morand fou d’automobiles, Saint-John Perse dans son bureau des affaires étrangères, Robert Desnos, Max Jacob, Louis Jouvet, Drieu la Rochelle, Roger Martin du Gard ; un autre très proche, Giraudoux présenté sous un jour facétieux, s’amusant à ajouter des plats fictifs sur les menus des restaurants et y semant une belle pagaïe : « concombres illustrés », « poitrines de veau farcies à la hussarde », « Langoustines d’Elseneur » etc… Giraudoux également, ministre de l’information en 40, qui envoie Beucler réaliser une mission périlleuse en Autriche.

La plupart de ces écrivains sont issus d’un milieu bourgeois, ils ont reçu une éducation soignée, possèdent une culture raffinée. Beucler montre combien ils sont perdus dans un Paris qui se transforme et s’enlaidit, comment ils s’éloignent d’un monde qu’ils trouvent de plus en plus vulgaire et où leur politesse exquise ne trouve plus place. La preuve, ce joli mot de R. Martin du Gard à ses amis, alors qu’il sort de clinique après une quinzaine de jours d’hémorragies internes :
« Roger Martin du Gard, en convalescence, après des ennuis de santé, qui l’ont obligé à un long repos, vous remercie bien vivement de votre témoignage de sympathie, et s’excuse d’être encore, pour le moment dans l’impossibilité de répondre aux amicales attentions dont il a été l’objet ces derniers temps. »

Ces souvenirs dont le seul reproche est d’être parfois hagiographiques – Sachs est de ce point de vue plus direct – donnent envie de lire, relire des auteurs parfois quelque peu oubliés aujourd’hui ; plus particulièrement en ce qui me concerne : Larbaud, Fargue et Martin du Gard (colonel Maumort notamment).


mots-clés : #autobiographie
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: André Beucler

Message par Bédoulène le Dim 19 Fév - 20:21

merci Arensor !

souvent nous trouvons dans un lire nos prochaines lectures.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3992
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: André Beucler

Message par ArenSor le Lun 20 Fév - 19:04

Dimanche avec Léon-Paul Fargue



C'est un livre que j'ai lu il y a quelques années. J'en avais tiré quelques citations de ce poète, ami de Jarry, pleines d'humour. Il faudra que je plonge un jour dans l'oeuvre de L-P. Fargue  Smile

Fargue observe et dit ce qu’il voit dans le micro de son verre « Regarde cette pauvre (ici un nom) avec sa tête de moule marinière et ses cheveux de grand amour manqué. Il paraît qu’elle ne sait jamais dans quel tiroir elle a fourré son sexe. Une bonne fille quand même. Elle a été jolie, tu sais ! »

« Regarde Machin, dit encore Fargue, avec son crâne plein de films à thèses et de phrases noueuses, étranglées : on dirait un rognon de chou fleur. Et ces jeunes qui seront vieux, et ces vieux qui ne seront plus rien ! C’est atroce. Allons prendre un verre de blanc au coin de la rue de l’Eperon, nous y trouverons peut-être Laugier. »

« -Mon vieux, j’ai fait le voyage d’aller avec une troupe de politiciens, tu n’as pas idée de ça ! Des vidangeurs de la justice avec des têtes d’étrons de chameaux passés au papier de verre et un violoniste graisseux qui allait râper du Mozart en Hollande »

« - Tu verras, c’est un ancien beau. Il n’a plus de chapelure sur le jambonneau, mais dans le temps il a dû aller aux épinards et je jurerais qu’il a la couenne historiée de notes marginales. »
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: André Beucler

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum