Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Patrick Deville

    Partagez
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Patrick Deville

    Message par Ouliposuccion le Lun 20 Fév - 18:23

    Patrick Deville
    Né en 1957




    Né à Saint-Brévin en 1957, Patrick Deville suit des études de littérature française et comparée à Nantes où il obtient deux Maîtrises. À 23 ans, il devient attaché culturel dans le Golfe Persique. Deux ans plus tard, il est titulaire du CAPES de philosophie et enseigne à l'étranger. Il débute alors une série de nombreux voyages qui le mènent à séjourner longuement en Algérie, au Nigéria, au Maroc, à La Havane...

    Taraudé par son projet d'écriture, Deville regagne périodiquement la France pour publier : son premier roman, Cordon bleu paraît aux Editions de Minuit en 1987. Paru un an plus tard, Longue vue, son premier succès, est traduit dans une dizaine de langues. Remarqué par la critique universitaire pour son approche du minimaliste, Deville poursuit ses voyages en France et ses séjours à l'étranger, au gré de résidences d'écrivain. Il s'investit dans l'organisation d'événements littéraires et, parallèlement, publie Le feu d'artifice (1992), La femme parfaite (1995), Ces deux-là (2000) aux Editions de Minuit.

    En 2001, de retour sur la côte atlantique, il déploie toute son énergie à la direction de la MEET (Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs), située à Saint-Nazaire, au sein de laquelle, passionné par l'Amérique du Sud, il a créé un Prix littéraire latino-américain.
    [source Babelio]

    Bibliographie :

    1987 : Cordon-bleu
    1988 : Longue Vue
    1992 : Le Feu d'artifice
    1995 : La Femme parfaite
    2000 : Ces deux-là
    2004 : Pura vida
    2006 : La Tentation des armes à feu
    2009 : Equatoria
    2011 : Kampuchéa
    2011 : Vie et Mort sainte Tina l'exilée
    2012 : Peste et Choléra
    2014 : Viva
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Patrick Deville

    Message par Ouliposuccion le Lun 20 Fév - 18:27

    Peste et Choléra



    Parmi les jeunes chercheurs qui ont constitué la première équipe de l’Institut Pasteur créé en 1887, Alexandre Yersin aura mené l'existence la plus mouvementée. "Ce n'est pas une vie que de ne pas bouger", écrit-il. Très vite il part en Asie, se fait marin, puis explorateur. Découvreur à Hong Kong, en 1894, du bacille de la peste, il s’installe en Indochine, à Nha Trang, loin du brouhaha des guerres, et multiplie les observations scientifiques, développe la culture de l’hévéa et de l’arbre à quinquina. Il meurt en 1943 pendant l’occupation japonaise.
    Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, Patrick Deville a suivi les traces de Yersin autour du monde, et s’est nourri des correspondances et documents déposés aux archives des Instituts Pasteur.


    Il fut un homme épris de liberté qui n'eut pas peur de tout quitter pour explorer le monde , dernière résidence: Vietnam.
    Un gentilhomme passionné par les sciences , la médecine , la botanique , qui n'eut pas peur de tourner le dos à tous les honneurs afin de vivre son essentiel.
    Un chevalier solitaire avide de connaissances , perfectionniste et méticuleux , il fut le découvreur du bacille de la peste.
    Personnage de l'ombre , pilier de l'Institut Pasteur , sa fidélité et sa loyauté en fit d'avantage qu'un génie , mais un philanthrope émérite que la sédentarité paralysait.
    Alors que cet homme devrait illuminer chaque esprit , amorcer l'ébauche d'un souvenir , il reste pour la plupart inconnu , mais afin de réparer cette lourde perte , il renaît, réapparaît dans ce livre que lui dédie Patrick Deville , triomphant et insoumis.
    Ceci est un hymne.
    un hommage.
    Une révérence à un homme libre.
    A l'excellence.
    Il s'appelait Alexandre Yersin.
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Patrick Deville

    Message par shanidar le Lun 20 Fév - 20:43

    Après Ceux-là et Pura Vida, je vais sans doute laisser une dernière chance à Deville avec Peste et Choléra !
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Patrick Deville

    Message par topocl le Mar 21 Fév - 11:43

    Réfléchis quand même avant: je n'avais pas du tout aimé.

    Peste et choléra  




    Que de prix, que de bruit!
    Je n’ai pas aimé ce roman que je n’ai terminé que pour m’autoriser à écrire un commentaire portant sur une vision complète.

    Pour le style, j'hésite entre pesant, pompier, pédant. Il ne faut pas craindre les phrases nominales, ni les phrases définitives et encore moins celles qui font    ou   :

    C'est toujours le paradoxe de l'universalité française, pour un Suisse, déjà dans leur Déclaration : cette idéologie française qui paraît toujours à ce point curieuse aux étrangers qu'elle montre bien, par là même, qu’elle ne l'est pas tant que ça, universelle.(sic)

    Alourdi par tout ce fourbi sous le panache noir de ses cheminées, le bâtiment pèse de ses trois mille huit cent tonneaux sur les eaux vertes et parfois la pluie cinglante et brève est déjà le soleil fait relire le bois mouillé . (re-sic)


    Si on est indulgent, on se demande s'il n'y a pas eu une faute de relecture. Si on ne l'est pas, je vous laisse tirer les conclusions…Et je suis honnête, toutes les phrases ne sont pas comme ça.

    Quand il a une idée, Deville est fier de sa trouvaille et ainsi ses personnages sont tous des orphelins désignés par le nom de leur ville natale ("l’orphelin de Morges", "l’orphelin d’Aurillac"…), l’avion qui emmène une dernière fois Yersin hors de France en 40 s’appelle définitivement une "petite baleine blanche au ventre rond", etc..C’est un peu lassant
    Un peu irritante aussi cette façon de raconter l’avenir et de nous révéler que Yersin, lui, ô surprise, l’ignore.

    Deville aime donc montrer qu'il écrit bien, croit-il, il aime aussi montrer son érudition et nous assomme de détails inutiles qui ont certainement été très jouissifs quand il les a découvert dans ses recherches. Malheureusement j’y suis totalement indifférente : le nombre de noms propres de personnes ayant laissé une trace plus ou moins marquante dans les archives est impressionnant. C’est comme si à travers Yersin, Deville voulait écrire – excusez du peu - une histoire du monde du XIXème siècle finissant au XXème commençant.

    Deville juge utile de se mettre en scène observant Yersin en « invisible fantôme du futur » prenant des notes sur son « carnet en peau de taupe », et on le voit passer au fil du récit. Bon . On ne sait pas bien ce que cela apporte : on n’avait pourtant pas besoin qu’il nous explique à quel point il avait bien travaillé à recueillir ses informations.

    S’égarant entre afféterie et coquetterie, pour masquer sa technique narrative qui n’est souvent que l’ énumération d’un enchaînement de faits qu’il rend fastidieux, l'auteur a le mérite d’avoir choisi pour sujet Yersin personnage atypique, protestant consciencieux gagné par la folie de l’exploration et de la navigation, génie découvreur en bactériologie lassé par les mondanités , touche-à-tout acharné à satisfaire sa boulimie d'activité, de connaissance et d'exotisme. Ce matériau alléchant permet au récit, après un début particulièrement poisseux d’échapper par moment à l’ennui, en particulier quand il mène sa campagne contre le bacille de la peste, prodigieuse course contre la montre et la mort. Le parallèle avec Rimbaud, autre voyageur fou d’Orient, est malheureusement insuffisamment approfondi. Ces quelques bons moments n’arrivent pas quoi qu'il en soit à sauver ce roman biographique pesant et peut-être vaguement prétentieux

    Il se trouve que Yersin ne sait pas raconter une histoire et qu’il ennuie son public dans les salons à égrener ses aventures : « C’est vite la barbe » Curieuse identification de l’auteur à son personnage. Yersin, personnage haut en couleurs, aurait mérité mieux que cette enflure factuelle. Le lecteur aussi.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Patrick Deville

    Message par shanidar le Mar 21 Fév - 11:49

    Aïe !
    avatar
    Gnocchi

    Messages : 721
    Date d'inscription : 01/01/2017

    Re: Patrick Deville

    Message par Gnocchi le Mar 21 Fév - 18:54

    Aîe ! (bis)
    Dommage ! Il m'intriguait beaucoup. confused
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Patrick Deville

    Message par topocl le Mar 21 Fév - 19:31

    Cependant il a plu à Ouliposuccion, donc, ça mérite peut-être de le tenter.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    ArenSor

    Messages : 546
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Din ch'nord

    Re: Patrick Deville

    Message par ArenSor le Mar 21 Fév - 19:49

    Quelqu'un a lu "Kampuchea" qui traîne dans l'une de mes PAL ?

    Contenu sponsorisé

    Re: Patrick Deville

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:27