José Manuel Prieto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

José Manuel Prieto

Message par shanidar le Jeu 23 Fév - 11:27

José Manuel Prieto
(né le 22 mai 1962)


Il est né en 1962 à La Havane, à Cuba. Il est romancier, traducteur et enseignant cubain.

Il a obtenu une licence d'ingénieur à Novossibirsk, capitale de la Sibérie occidentale et a vécu en Russie pendant douze ans.
Il a traduit les œuvres de Brosdky et d'Anna Akhmatova en espagnol. Il a enseigné l'histoire russe à Mexico. Il vit aujourd'hui à New-York.

source éditeur : Christian Bourgois

Bibliographie

2003 Papillons de nuit dans l'empire de Russie
2007 Rex, Page 1,
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: José Manuel Prieto

Message par shanidar le Jeu 23 Fév - 11:30



Rex

Je l'ai lu des années durant, rien que ce livre. Encore et encore, sans m'arrêter. Et lorsque j'arrivais à la fin, à la description de la fête, du bal d'inauguration, je revenais au premier mot, quand il s'endort dans la maison de Combray, quand il rêve que le temps s'arrête. Je l'ai ouvert au hasard dans des ports (celui d'Helsinki), dans des pubs anglais, dans des cafés d'Istanbul, chaque fois soufflé par son intelligence, son acuité, cette capacité unique de voir ce qui échappe aux autres auteurs. Toujours chez lui les mots justes, semblant jaillir miraculeusement, sans qu'il ait fallu y réfléchir à deux fois, avec l'aisance et le naturel d'une chanson que l'on fredonne au rythme des syllabes et des phonèmes vidés de leur sens.
(…)
Ça m'inquiète, m'annonça-t-il avec la rouerie et la flagornerie infinies de Norpois (chez l'écrivain), ça m'inquiète et j'ai bien peur que votre méthode d'enseignement, qu'une éducation comme celle que vous revendiquez, fondée sur un livre unique, ne soit pas la plus indiquée.

Voici comment commence cet étonnant roman. L'enseignant dont il est question a été recruté par une famille russe pour donner des leçons à son fils, Petia. Et c'est à Petia, que le livre s'adresse reprenant, mélangeant, amalgamant au Livre premier (celui de Proust*) bien d'autres livres et bien d'autres auteurs, qui finissent par former Rex, ce livre que nous tenons entre nos mains.

Je ne vous cache pas mon immense plaisir à la lecture d'un texte bourré de références (de Borges à Kafka en passant par Shakespeare, Bradbury, H.G. Wells jusqu'à Dostoïevski) mais je suis bien consciente que malgré ce plaisir, le roman en lui-même est à peu près tout sauf lisible. Bordélique à souhait et savamment foutraque.

Tout pour me plaire… mais j'ai tout de même ressenti comme un lâché prise au début de la deuxième partie, au moment au notre narrateur précepteur fait entrer le Roi (Rex) dans le récit que j'ai eu bien du mal à rattraper. Car à cette histoire de précepteur un brin proustien, il faut ajouter une histoire de faux diamants, de mafia russe, de Batyk Bouriate (mais pourquoi donc fallait-il qu'il soit Bouriate ?), de femme fatale, de femmes fatales, de soirée hors gravitation et bien sûr d'une machine à explorer le temps et l'argent !


Il n'en reste pas moins que malgré l'aspect légèrement instable de la solution, je me suis régalée à lire les pages de Prieto, dont la langue, absolument superbe, lisible (rien à voir avec l'écrivain*), drôle, enjouée, magnifique, hypnotique , porte le récit à la fois comme une mer 'vineuse' (Homère) et comme un diamant brut.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: José Manuel Prieto

Message par topocl le Jeu 23 Fév - 12:57

@shanidar a écrit: mais je suis bien consciente que malgré ce plaisir, le roman en lui-même est à peu près tout sauf lisible.


Tout pour me plaire…

Tu le vends très bien !

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3122
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: José Manuel Prieto

Message par shanidar le Jeu 23 Fév - 16:34

Ça m'a un peu fait penser à Prochain épisode de Hubert Aquin, avec un côté plus déboutonné, mais on retrouve la drôle d'histoire mafieuse et l'infernale beauté des femmes, le luxe d'une villa, ici sur la Costa del Sol et une impression de flottement narratif, comme si au fond l'histoire n'était pas très importante. Mais c'est beaucoup plus agréable à lire, je trouve, que Aquin, qui a un côté désespéré qui serre les tripes ; rien de tel ici.

Je suis sûre que je ne te fais pas plus envie, là, topocl ! Very Happy
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: José Manuel Prieto

Message par Bédoulène le Jeu 23 Fév - 21:07

je me tate !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4790
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: José Manuel Prieto

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum