Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Georges Perec

    Partagez
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2504
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Georges Perec

    Message par Bédoulène le Dim 4 Déc - 9:00

    Georges Perec (1936 – 1982)



    Georges Perec est un écrivain et verbicruciste français né le 7 mars 1936 à Paris 19e et mort le 3 mars 1982 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Membre de l'Oulipo à partir de 1967, Perec fonde ses œuvres sur l'utilisation de contraintes formelles, littéraires ou mathématiques, qui marquent son style.

    Georges Perec se fait connaître dès son premier roman, Les Choses. Une histoire des années soixante (Prix Renaudot 1965) qui restitue l'air du temps à l'aube de la société de consommation. Suivent, entre autres, Un homme qui dort, portrait d'une solitude urbaine, puis La Disparition, où il reprend son obsession de l'absence douloureuse. Ce premier roman oulipien de Perec est aussi un roman lipogrammatique (il ne comporte aucun « e »). Paraît ensuite, en 1975, W ou le Souvenir d'enfance, qui alterne fiction olympique fascisante et écriture autobiographique fragmentaire. En 2012 paraît le roman Le Condottière dont il avait égaré le manuscrit en 1966 pendant un déménagement et qui ne fut retrouvé qu'en 1992, dix ans après sa mort.La Vie mode d'emploi (prix Médicis 1978), dans lequel Georges Perec explore de façon méthodique et contrainte la vie des différents habitants d'un immeuble, lui apporte la consécration.

    Bibliographie :

    Cliquer ici pour accéder à la bibliographie ::
    Les Choses. Une histoire des années soixante
    Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?
    Un homme qui dort
    La Disparition
    Petit traité invitant à la découverte de l'art subtil du go (avec Pierre Lusson et Jacques Roubaud)
    Les Revenentes
    Die Maschine  (avec la collaboration d'Eugen Helmlé)
    Oulipo. Créations, Re-créations, récréations  (avec Raymond Queneau, Paul Fournel et les membres de l'Oulipo)
    La Boutique obscure. 124 rêves
    Espèces d'espaces
    Ulcérations
    W ou le Souvenir d'enfance
    Tentative d'épuisement d'un lieu parisien
    Alphabets. Cent soixante-seize onzains hétérogrammatiques
    Je me souviens. Les choses communes I
    La Vie mode d'emploi. Romans
    La Clôture et autres poèmes
    Les Mots croisés, précédés de considérations de l'auteur sur l'art et la manière de croiser les mots
    Un cabinet d'amateur. Histoire d'un tableau
    Le Voyage d'hiver (Recueil de 4 nouvelles écrites par Serge Rezvani, Jacques Chessex, Jean Freustié et Georges Perec consacrées aux saisons)
    Récits d'Ellis Island  (en collaboration avec Robert Bober)
    L'Éternité
    Théâtre I

    Livres posthumes
    Épithalames
    Tentative d'épuisement d'un lieu parisien
    Penser/Classer
    Les Mots croisés II
    « 53 jours » ( roman inachevé)
    Vœux
    L'Infra-ordinaire
    Presbytère et prolétaires : Le dossier P.A.L.F.
    Je suis né
    Cantatrix sopranica L. et autres écrits scientifiques
    L. G., une aventure des années soixante
    Le Voyage d'hiver
    Beaux présents, Belles absentes
    What a man!
    Perec/rinations
    Cher, très cher, admirable et charmant ami... Correspondance Georges Perec - Jacques Lederer, 1956-1961
    Jeux intéressants
    Nouveaux Jeux intéressants
    Les Mots croisés
    Entretiens et conférences
    L'Art et la manière d'aborder son chef de service pour lui demander une augmentation (Hachette Littératures, 2008, et livre audio18 )
    Quelques-unes des choses qu'il faudrait tout de même que je fasse, ill. Bruno Gibert
    Vœux
    56 lettres à un ami
    Le Condottière
    En dialogue avec l'époque et autres entretiens (1965-1981)
    L'attentat de Sarajevo


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2504
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Georges Perec

    Message par Bédoulène le Dim 4 Déc - 9:02



    "la vie mode d'emploi" un très bon et long moment de lecture !

    Une écriture étonnante, originale que j'aurais regretté de n'avoir connue. Quant à l'histoire, tout simplement la vie des habitants de l'immeuble, habitants qui se sont succédés au fil du temps, depuis la naissance de l'immeuble.

    En prologue : le concept du puzzle

    Le Peintre Valène décide de créer un grand tableau représentant l'immeuble et tous ceux qui y vivent et un objet, un animal, quelque chose qui leur importe. Foisonnement de vies, de morts qui laissent une empreinte à l'immeuble, à ses habitants. Que de secrets, de joies et de drames, bref la vie dans l'immeuble, immeuble dont le modernisme annonce la disparition prochaine.

    L'auteur a construit l'histoire, comme on le fait avec un puzzle, pièce par pièce, en avançant une, puis lui substituant une autre, faisant une pause sur une autre et c'est au fur et à mesure de cette mise en place que le lecteur connait l'origine des nombreux évènements, faits dont il ne connaissait que l'aboutissement.  Les descriptions sont minutieuses, précises, étonnantes (je n'aurais pas cru qu'un immeuble puisse susciter tant d'intérêt chez moi). Les mots me manquent pour expliquer cette écriture. Je lirai un autre livre où j'espère trouver autant de plaisir.

    P.S. Je pense qu'il me faudrait faire une relecture car celle-ci date.


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 14:02