Jonathan Tropper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jonathan Tropper

Message par Ouliposuccion le Lun 27 Fév - 17:27

Jonathan Tropper
Né en 1970




Jonathan Tropper obtient un diplôme de master à la University Graduate School of Arts and Science dans l'état de New York.
En 2001, il connaît le succès aux États-Unis en publiant son premier roman, "Plan B".
Il a écrit par la suite "Le Livre de Joe" (The Book of Joe, 2004), "Tout peut arriver" (Everything Changes, 2005), "Perte et Fracas" (How to Talk to a Widower, 2007).
En 2009, Warner Bros Pictures a acquis les droits pour porter à l'écran "C'est ici que l'on se quitte" ("This Is Where I Leave You", 2009).
En 2013, Il est le co-créateur (avec l'écrivain David Schickler), le producteur et le scénariste de la série télévisée "Banshee".
Père de trois enfants, Jonathan Tropper vit à Westchester, État de New York, où il enseigne au Manhattanville College.

Source Babelio


Bibliographie :

Le livre de Joe
Tout peut arriver
Perte et fracas
C'est ici que l'on se quitte
Une dernière chose avant de partir
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jonathan Tropper

Message par Ouliposuccion le Lun 27 Fév - 17:31

Perte et fracas



J'avais une femme. Elle s'appelait Hailey. Aujourd'hui, elle est morte. Et je suis mort
Doug a 29 ans et il est veuf. Depuis deux ans. Depuis que l'avion dans lequel voyageait Hailey a explosé en plein vol. Depuis, Doug se noie dans l'auto apitoiement comme dans le Jack Daniel's et a pour seules activités le lancer de canettes de bière sur les lapins qui envahissent la pelouse et la rédaction d’une chronique hebdomadaire. « Comment parler à un veuf »
Nul doute qu’il se consacrerait à plein temps à cette douleur si sa sœur despotique, son beau-fils en mal d’attention et son père sénile ne venaient le sortir de sa léthargie.
Et que dire de sa voisine qui s’obstine à lui susurrer des mots cochons à l’oreille…
Qu’il le veuille ou non, plus question de se couper des autres. Mais pour Doug , ce retour à la vie ne se fera pas sans perte et fracas.


Vous aimez l’ironie, vous allez adorer ma vie…

Premier livre de cet auteur que je lis, pourtant dès les premières pages je me sens en terrain connu et reconnais le genre de trempe à la Brady Udall et David Lodge.
Un univers contemporain, famille déjantée sortie d’un sitcom, un veuf qui assassine un coup de verve cynique la société.
Jonathan Tropper explore le sujet de la perte de sa moitié, la perte de soi-même sur un ton juste, sans fausses notes et décrit la violence du monde souterrain dans lequel toute forme de vie devient impossible.
Pourtant, est-il possible de trouver une issue ?
Nous sommes happés dans cet univers tantôt bouleversant tantôt désopilant.
Je recommande vivement ce livre qui se dévore dès la première page.

« J’ai perdu quelque chose…J’ignore, au juste, comment l’appeler mais il s’agit de ce mécanisme qui vous retient
de dire la vérité quand les gens vous demandent comment vous vous sentez, de cette valve indispensable qui
vous permet de garder vos vrais sentiments sous clé, bien à l’abri. »

« C’est ainsi la vie voilà tout. Il n’y a pas de happy end comme au cinéma. Seulement des jours, des
moments heureux.
La seule fin véritable est la mort et, crois-moi, personne ne meurt heureux. Et le prix à payer, quand on ne meurt
pas, c’est que tout change constamment, et la seule certitude sur laquelle on peut s’appuyer est qu’on ne peut
s’appuyer sur aucune certitude. »


mots-clés : #mort
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jonathan Tropper

Message par Bédoulène le Lun 27 Fév - 17:56

merci Ouli !

dans ma PAL avec 3 autres !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4354
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jonathan Tropper

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum