Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Stanislas André "S.A" Steeman

    Partagez
    avatar
    Hanta

    Messages : 395
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Stanislas André "S.A" Steeman

    Message par Hanta le Jeu 9 Mar - 20:43

    Stanislas André Steeman (1908-1970)


    Biographie a écrit:Stanislas-André Steeman (Liège, 23 janvier 1908 - Menton, 15 décembre 1970 (à 62 ans)) est un écrivain et illustrateur belge d'expression française, auteur de romans policiers, dont une douzaine a été portée à l'écran.

    Signe de reconnaissance pour cet écrivain exerçant au départ dans un secteur littéraire non légitimé, le roman policier : il a été choisi comme un des Cent Wallons du siècle par l'Institut Jules Destrée, en 1995, et un centre spécialisé en paralittératures à Chaudfontaine porte son nom.

    Stanislas-André Steeman nait à Liège le 23 janvier 1908 au no 22 de la rue Dartois dans le quartier des Guillemins, une plaque commémorative est apposée sur le bâtiment. Il se révèle d'abord dans plusieurs dizaines de bandes dessinées avant 1920, non publiées.

    En 1924, il publie à l'âge de 16 ans Éphémères, un recueil de contes dont plusieurs étaient déjà parus dans La Nation belge. Il publie un recueil de nouvelles, Histoires belges, en 1926, puis ses deux premiers romans : Un roman pour jeune fille (1927) et Les Amants puérils (1928).

    Il travaille comme journaliste à La Nation belge entre 1928-1933. Avec un autre journaliste de La Nation belge, Sintair, pseudonyme de Herman Sartini, il écrit un pastiche de roman policier, Le Mystère du zoo d'Anvers (1928). Ils écrivent quatre autres romans ensemble, puis Sintair s'arrête, alors que Steeman continue d'écrire seul.

    En 1931, il reçoit le prix du roman d'aventures pour Six hommes morts. C'est le premier roman où apparaît son héros, Wenceslas Vorobeïtchik, alias Monsieur Wens, déjà présent dans quelques nouvelles de 1930. Ses romans sont principalement publiés dans la collection Le Masque.

    L'apogée de sa carrière arrive en 1939 avec la publication de L'assassin habite au 21. Pour l'anecdote, ce roman est concocté à son adresse au square du Val de la Cambre au numéro 21, à Ixelles. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fait partie des Auteurs Associés avec Jules Stéphane, Thomas Owen, Evelyne Pollet et Jean Ray.

    Pendant la guerre, Henri-Georges Clouzot adapte pour le cinéma Six hommes morts et L'assassin habite au 21. Le premier donne Le Dernier des six, dont la réalisation est confiée à Georges Lacombe. Clouzot réalise lui-même le second. En 1947, c'est au tour de Légitime Défense de sortir sur le grand écran sous le titre Quai des Orfèvres. D'autres adaptations sortiront au cinéma dans les années 1950. S.-A. Steeman joue l'un des personnages dans deux d'entre elles : Mystère à Shanghai et Le Mannequin assassiné.

    Les critiques français l'ont surnommé le « Simenon belge », oubliant que Simenon l'était aussi… Jean Cocteau l'avait surnommé « le Fregoli du roman policier ».

    Il est le père de l'humoriste belge Stéphane Steeman.
    source : wikipedia

    Pour la bibliographie, je vous renvoie également à cette excellente source : http://polarophile.free.fr/dossiers/2-DOSSIER_STEEMAN_biblio_filmo.pdf

    Bibliographie :

    Série M. Wens
    1931 : Six hommes morts
    1931 : La Nuit du 12 au 135
    1932 : Un dans trois
    1932 : Les Atouts de M. Wens
    1933 : L'Assassiné assassiné
    1933 : Le Yoyo de verre
    1934 : L'Ennemi sans visage
    1940 : La Vieille Dame qui se défend (court roman)
    1941 : La Résurrection d'Atlas (court roman)
    1951 : Crimes à vendre
    1955 : Poker d'enfer
    1956 : Six hommes à tuer
    1958 : La morte survit au 13

    Série Inspecteur Malaise
    1930 : Péril, Moorthemars
    1930 : Le Doigt volé
    1932 : Zéro
    1932 : Le Mannequin assassiné

    Série Désiré Marco
    1951 : Madame la Mort
    1952 : Dix-huit fantômes
    1961 : Faisons les fous

    Autres romans
    1927 : Un roman pour jeunes filles
    1928 : Les Amants puérils, Éditions La Renaissance du Livre, 1928
    1932 : Le Démon de Sainte-Croix
    1934 : Le Lévrier bleu
    1935 : L'Adorable Spectre
    1937 : L'Infaillible Silas Lord
    1938 : La Maison des veilles
    1939 : L'assassin habite au 21
    1942 : Légitime Défense, également paru sous le titre Quai des Orfèvres
    1953 : Haute Tension
    1959 : Impasse des Boiteux
    1959 : Le condamné meurt à cinq heures
    1960 : Une veuve dort seule
    1961 : Peut-être un vendredi, également paru sous le titre Un mur de pierres tendres
    1964 : Autopsie d'un viol

    Romans signés Sintair et Steeman
    1928 : Le Mystère du zoo d'Anvers, Le Masque no 11, 1928
    1928 : Le Treizième Coup de minuit, Le Masque no 20, 1928
    1929 : Le Maître de trois vies, 1929, Revue Le Masque no 5, mai 1929
    1930 : Le Diable au collège, Le Masque no 55, 1930
    1932 : Le Guet-apens, suivi de deux nouvelles de Steeman seul Le Bandit chevaleresque et Les Deux Solitaires, Moorthamers, 1932

    Recueils de nouvelles et contes
    1924 : Éphémères, (recueil de contes)
    1926 : Histoires belges
    L'aventure est au coin de la page (édition posthume en 2005)

    Théâtre
    Les Mains qui parlent
    L'assassin habite au 21
    Quai des Orfèvres
    avatar
    Hanta

    Messages : 395
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Stanislas André "S.A" Steeman

    Message par Hanta le Jeu 9 Mar - 20:49

    L'assassin habite au 21



    Mon premier Steeman, celui qui me l'a fait de suite préférer à Agatha Christie.
    Une enquête savoureuse dont il est impossible de deviner la fin est toujours une ambition que chaque auteur de polars se donne. Steeman le réussit dans cette oeuvre aux personnages charismatiques et à l'intrigue vraiment prenante.
    Le style n'a pas bougé malgré le poids des années, il est incisif et comme il n'est pas ampoulé, il demeure intemporel. Les personnages ont des comportements modernes et les dialogues sont réalistes ce qui me manque souvent dans les romans policiers un peu anciens.
    J'adore lire Steeman et j'ai beau relire souvent ce roman je ne m'en lasse jamais. C'est un peu comme Usual Suspects on a beau connaître la fin, on trouve toujours de nouveaux détails.

      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:20