Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Hélène Gremillon

    Partagez
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Hélène Gremillon

    Message par Ouliposuccion le Ven 10 Mar - 16:23

    Hélène Grémillon
    Née en 1977




    Hélène Grémillon est née le 8 février 1977 à Poitiers. Sa mère travaille dans une pape­te­rie, son père est employé au Conseil Géné­ral de la Vienne. La jeune femme se destine très jeune à la litté­ra­ture. Elle étudie les Lettres et obtient une maîtrise, puis se tourne vers l'histoire, décro­chant ainsi un DEA.
    Elle se lance dans l'écri­ture de son premier roman, Le Confident. Cet ouvrage, paru en 2010, devient très vite un best-seller. Traduit dans une ving­taine de langues, il sera vendu à plus de 250 000 exem­plaires. Le Confident est une sensible histoire d'amour, racon­tant la vie de Camille, qui reçoit une lettre d'un expé­di­teur inconnu après la mort de sa mère, entre l'année 1938 et l'année 1942.  Pour ce premier roman, Hélène Grémillon décroche de nombreux prix tels que le Prix Palissy, le Prix Monta­lem­bert, coup de coeur du jury, ou encore le Prix Emma­nuel-Roblès.
    Elle change radi­ca­le­ment de décor dans son second roman, La Garçon­nière, qui se passe en Argen­tine à Buenos Aires en 1987. Dans un registre très diffé­rent du premier, Hélène Grémillon signe ici un roman à suspens inspiré d'un drame réel.


    Bibliographie :

    2010:Le Confident
    2013:La Garçonnière, Paris, Éditions Flammarion
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Hélène Gremillon

    Message par Ouliposuccion le Ven 10 Mar - 16:27

    La garçonnière



    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987, c'est l'hiver. Les saisons ne sont pas les mêmes partout. Les êtres humains, si.

    une écriture incisive , un texte incursif presque susurré , voilà ce que nous offre Hélène Grémillon ,cette singularité de la syntaxe qui nous balade dans le concerto obscur des tourments , de la junte d'Argentine aux bourreaux impunis , de la vengeance platonique des victimes envers les exécuteurs des chairs oubliées et perdues. C'est la réminiscence des douleurs , de l'arrière goût de sang dans la bouche qui obstrue les clairvoyances et les vérités sous fond de psychanalyse.
    A la pénombre des silhouettes se lève le doute , immarcescible , d'un potentiel assassin , d'une hypothétique véracité d'où s'esquisse cette recherche d'absolu pour mieux faire retentir le rang des âmes égarées volées à l'aube de vies authentiques , craintives et avides des voix s'élèvent pour comprendre , pour se délester d'un poids mort qui n'existe que dans les cœurs.
    C'est discerner l'abject quand nous ne sommes que le spectre de nous-mêmes , quand l'individu n'est plus , qu'il ne laisse comme seul indice d'existence que des poussières de résilience avortée ou un sursaut vindicatif comme ultime issue de secours.
    La garçonnière , c'est l'antre des âmes meurtries d'une Argentine dans le déni , d'un combat mené envers et contre tous , de la cohabitation d'un peuple ravagé par le mensonge , de falsification de chaque visage croisé qui compose la symphonie macabre du genre humain.
    A lire absolument.
    Je lirai "Le confident" , c'est une certitude.

    Les souvenirs sont libres. Il se jouent de nous. Ils s'amenuisent, ils se dilatent, ils se rétractent, ils nous évitent ou ils nous foudroient. Une fois engendrés par la vie, ils en deviennent les maîtres. Ce sont les petits soldats du temps avec lesquels il nous rend fous. Sans souvenirs, nous serions des hommes libres. La mémoire est une mauvaise fée du temps. Les souvenirs en sont les forces obscures. Aucun souvenir n'apporte la joie réelle, la sérénité. Regrets, remords, les souvenirs sont des tas de petites cloches discordantes qui vibrent en nous. Et plus la vie passe, et plus la petite musique des souvenirs dissonne. On croit être soi, mais on n'est rien d'autre que ses souvenirs.
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Hélène Gremillon

    Message par Bédoulène le Ven 10 Mar - 17:25

    merci Ouli ! les deux sont dans ma pal numérique


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

    Contenu sponsorisé

    Re: Hélène Gremillon

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:21