Jacques Ellul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jacques Ellul

Message par animal le Lun 13 Mar - 20:58

Jacques Ellul
(1912-1994)



« Penser globalement, agir localement. » Toute sa vie durant Jacques Ellul se sera montré fidèle à cette maxime. Il avait coutume de dire qu'il était né à Bordeaux, par hasard, le 6 janvier 1912, mais c'est délibérément qu'il a choisi d'y passer la presque totalité de sa carrière universitaire.
Il est chargé de cours des Facultés de Droit en 1937, révoqué par le gouvernement de Vichy en 1940, professeur titulaire depuis 1945. Il participe à la Résistance de 1941 à 1944, à la vie politique de 1944 à 1947, et fait partie de la municipalité de Bordeaux à la Libération. Spécialiste d'histoire et de sociologie des Institutions, il a écrit une cinquantaine d'ouvrages et quelques milliers d'articles portant sur deux thèmes principaux : la sociologie dans la société technicienne moderne et l'éthique chrétienne de notre société. Il a notamment publié Les Nouveaux possédés (Mille et une nuits, 2003), De la Révolution aux révoltes (Calmann-Lévy, 1994) et Autopsie de la révolution (Calmann-Lévy, 1994).
Il s'est éteint le 19 mai 1994 à la suite d'une longue maladie dont le traitement lui donnait l'occasion encore, peu avant sa mort, d'illustrer l'un de ses thèmes favoris : l'ambivalence du progrès technique.

source : Fayard

Bibliographie :

Pour plus de détails, je vous renvoie à jacques-ellul.org
En me contentant pour planter le décor et mettre en avant une particularité intéressante de l'auteur de reprendre cette citation du site :
Conformément à ce que souhaitait Ellul, nous distinguons dans cette bibliographie le "volet sociologique" du "volet théologique".

Sur la technique
La Technique ou l'Enjeu du siècle, Paris, 1954
Propagandes, Paris, Economica, 1962
L'Illusion politique, Paris, 1965
Exégèse des nouveaux lieux communs, 1966
Métamorphose du bourgeois, Paris, 1967
Autopsie de la révolution, Paris, 1969
De la révolution aux révoltes, 1972
Les nouveaux possédés, Paris, 1973
Trahison de l'Occident, 1975
Le Système technicien, 1977
L'empire du non-sens: L'art et la société technicienne, 1980
La Parole humiliée, Paris, 1981
Changer de révolution : L'inéluctable prolétariat, Paris, 1982
Le bluff technologique, 1988

Théologie
Le fondement théologique du droit, 1946
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991,  « Présence au monde moderne : Problèmes de la civilisation post-chrétienne ».
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « Le livre de Jonas ».
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « L'homme et l'argent (Nova et vetera) »
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « Politique de Dieu, politiques de l'homme ».
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « L'impossible prière »
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « Contre les violents »
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991 « Un chrétien pour Israël »
Le défi et le nouveau : Œuvres théologiques, 1948-1991, « Si tu es le Fils de Dieu: Souffrances et tentations de Jésus »Le vouloir et le faire : Une critique théologique de la morale, 1964
Fausse présence au monde moderne, 1964
L'Espérance oubliée, 1972
Éthique de la liberté, vol. 1, 1973.
Éthique de la liberté, vol. 2, 1974
Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville, 1975
L'Apocalypse : Architecture en mouvement, 1975
L'idéologie marxiste chrétienne, 1979
L'idéologie marxiste chrétienne, 1979
La foi au prix du doute: : « Encore quarante jours… », 1980
La Subversion du christianisme, 1984
Éthique de la Liberté, vol. 3 : Les Combats de la liberté, 1984
Conférence sur l'Apocalypse de Jean, 1985
La raison d'être : Méditation sur l'Ecclésiaste, 1987
Jacques Ellul et François Tosquelles, 1987
Anarchie et Christianisme, 1988
Ce Dieu injuste… ? : Théologie chrétienne pour le peuple d'Israël, 1991

Divers
Histoire des institutions, t. 1 & 2 : L'Antiquité, 1955
Histoire des institutions, t. 3 : Le Moyen Âge, 1956
Histoire des institutions, t. 4 : xvie siècle-xviiie siècle, 1956
Histoire des institutions, t. 5 : Le xixe siècle (1789–1914), 1956
Histoire de la propagande, Coll. « Que Sais-je ? », 1967
Jacques Ellul et Yves Charrier, Jeunesse délinquante: Des blousons noirs aux hippies, 1971
Ce que je crois, 1987
Déviances et déviants dans notre société intolérante, 1992

Correspondance
Jacques Ellul et Didier Nordon, L'Homme à lui-même : correspondance, 1992

Livres d'entretiens
Jacques Ellul et Madeleine Garrigou-Lagrange, À temps et à contretemps, 1981
Jacques Ellul et Patrick Chastenet, 1994
Jacques Ellul et Patrick Chastenet, A contre-courant

Ouvrages posthumes
Silences : Poèmes, Bordeaux
Oratorio : Les quatre cavaliers de l'Apocalypse : Poèmes, Bordeaux, Opales
La pensée marxiste : Cours professé à l'IEP de Bordeaux de 1947 à 1979
Islam et judéo-christianisme
Les successeurs de Marx : Cours professé à l'IEP de Bordeaux
Penser globalement, agir localement : Chroniques journalistiques
Ellul par lui-même : retranscription d'une interview radiophonique
Israël, Chance de civilisation : compilation d'articles
Pour qui, pour quoi travaillons-nous ?
Théologie et technique : Pour une éthique de la non-puissance
Nous sommes révolutionnaires malgré nous : Textes pionniers de l'écologie politique

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4365
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par animal le Lun 13 Mar - 21:20



Pour qui, pour quoi travaillons-nous ?

Compilation d'articles et d'extraits jusqu'au début des années 80.

Une introduction synthétique et claire qui prépare à la suite : une vision de la construction d'un mythe moderne du travail, de la Renaissance au marxisme et au capitalisme, ça promet de quoi réfléchir.

Et c'est le cas, Ellul, en désaccord avec le trop plein de vertus supposées du travail à l'excès, met en garde contre mensonges et abus (Arbeit macht Frei), dénonce un travail devenu outil de domination et déplore une perte de valeurs morales et spirituelles qui ne pouvant se retrouver dans la consommation ou la consommation de loisirs à l'excès se sont réfugiées dans ou sur le travail (ce qui fait en passant un joli point de jonction entre capitalisme et socialisme).

On peut souligner que la vision orientée, ou simplement non passée sous silence, de croyant chrétien donne un point d'ancrage qui est très loin d'être inintéressant pour ne pas dire pertinent.

Ca se complique quand on en arrive à la technique. Considérer qu'elle est passée de l'industrialisation et l'appel de plus de main d'oeuvre pour produire plus à une sorte de monstre auto-entretenu ne cherchant plus à produire des biens mais des avancées techniques ou de l'information, une maîtrise de l'information, pourquoi pas. Envisager que ce changement de mesure du travail devrait induire des changements de mesure de l'économie et de la redistribution des richesses pouvant s'éloigner du salariat comme on le conçoit habituellement, ça fait réfléchir aussi.

Quand on pense à "Technique et Informatisation" comme mots clés magiques de décentralisation, révolution, de moyen d'éclatement de la décision, de dissolution de la contrainte hiérarchique et politique ça devient plus délicat. D'autant  que malheureusement ça patine et tourne en boucle jusqu'à apparaître indigeste et nébuleux. La démonstration très abstraite ne m'a pas parue assez convaincante. Ça en deviendrait même contradictoire avec un théorème Lego de révolution qui n'en est pas une mais serait plus encore et qui colle la charrue avant les bœufs avant de faire l'inverse... Impression de logorrhée prospective un peu gratuite (au mauvais sens du terme) qui brasse et reprend d'autres discours politiques (marxistes et autres) dans une forme qui fait perdre de vue la notion de liberté au profit d'un "les autres sont des croûtes de freins à la révolution des mentalités et des pratiques". Emerge aussi dilemme de ne pouvoir imposer tout en le devant.

Pour en revenir au sujet travail et à l'exercice du travail, c'est là qu'intervient l'expérience du lecteur. Le livre et les textes deviennent décevants, une fois de plus ça parle dans le vide et ça semble très déconnecté de la réalité, notamment de ce que le travail à de collectif, forcément. Une caractéristique qui n'a même pas du attendre hier pour apparaître mais semble oubliée, bricoler une cathédrale ça doit pourtant être un beau et grand bazar !

La foi débridée revient pour conclure l'ouvrage avec une lueur d'espoir et si c'est avec un certains soulagement qu'on retrouve une aspiration sensible c'est beaucoup plus réservé qu'on accueille ces mots.

Le truc surprenant pour moi restera cette vision hyper nébuleuse, magique et porte-manteau de la technique et de l'informatisation sorte de mal et de bien porteurs d'un pouvoir très improbable. Certes la technique et le contrôle que ça implique de la part des états et des multinationales est flippant mais si le mal est malgré tout dans l'homme au départ et que c'était de ce côté là malgré tout qu'il fallait travailler pour faire muter le progrès technique (qui existe depuis.... ) pour en faire autre chose ?

Intéressant pour sa partie historique, énigmatique et gonflant au mieux pour sa partie prospective, je reste sur ma faim et est achevé ma lecture avec soulagement. Arrêtons-nous quand même sur quelques citations pouvant servir de points de départ :

Car enfin sauf anomalie, on ne peut pas dire que spontanément l'homme aime travailler. Qu'il travaille pour devenir riche, ou premier, ou héros du travail, c'est-à-dire satisfaire son orgueil, sa jouissance ou son égoïsme cela se comprend. Qu'il travaille pour s'abrutir, pour se divertir, c'est-à-dire pour se fuir lui-même, pour fuir les questions dernières et le désespoir, cela se comprend aussi.

Il est clair, aujourd'hui (1980), que tout ce que nous venons d'écrire sur le travail doit être doublé par ce qu'il faudrait dire sur le chômage. Si le travail était parfois écrasant, inhumain, sans signification, le refus du travail par le corps social l'est encore plus.

(Commentaire remanié en vol).


mots-clés : #essai

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4365
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Gnocchi le Mar 14 Mar - 0:18

Merci Animal pour ce fil et ton commentaire. Jacques Ellul m'intéresse beaucoup depuis quelques ans.
J'ai déjà plusieurs de ses livres dans mon étagère mais je n'arrive pas à les attaquer.
As-tu un conseil pour débuter ses œuvres ?
avatar
Gnocchi

Messages : 721
Date d'inscription : 01/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Tristram le Mar 14 Mar - 3:19

On considère généralement Le Système technicien comme son oeuvre principale (pour le volet sociologique), et c'est un ouvrage qui sonne bien dans notre culture digitale actuelle (qu'Ellul n'a pas connue, mais peut-être pressentie, dans la recherche de l'efficacité comme une fin en soi).
avatar
Tristram

Messages : 1753
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Hanta le Mar 14 Mar - 11:10

Je conseille toujours de commencer par le bluff technologique.
avatar
Hanta

Messages : 652
Date d'inscription : 03/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Gnocchi le Mar 14 Mar - 21:10

Merci Tristram et Hanta. Je note deux titres pour ma prochaine visite à la librairie.
avatar
Gnocchi

Messages : 721
Date d'inscription : 01/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Tristram le Ven 22 Sep - 17:41

Redécouverte
avatar
Tristram

Messages : 1753
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Chamaco le Ven 22 Sep - 18:02

Histoire des Institutions une oeuvre maîtresse, recommandée en fac d'Histoire
avatar
Chamaco

Messages : 1497
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 71
Localisation : Au balcon du Luberon, à l'écoute

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jacques Ellul

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Philosophie-Sociologie-Société

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum