Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Gérard Mordillat

    Partagez
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Gérard Mordillat

    Message par Ouliposuccion le Mar 14 Mar - 7:02

    Gérard Mordillat
    Né en 1949




    Gérard Mordillat est un romancier et cinéaste français.
    Né d’un père serrurier à la SNCF, Gérard Mordillat s’intéresse très vite à la littérature et au cinéma.
    Il publie des poèmes, travaille avec Roberto Rossellini , réalise un documentaire sur les patrons, devient responsable des pages littéraires du journal Libération, qu’il quitte dès la publication de son premier roman, Vive la sociale !, en 1981. Et après l’adaptation de son livre au cinéma, il enchaîne romans, essais, fictions et documentaires pour petit et grand écran.
    Il est, avec Patrick Besnier, Henri Cueco, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Lucas Fournier et d’autres, l'un des « papous » de l’émission de France-Culture Des Papous dans la tête, fondée par Bertrand Jérôme et animée par Françoise Treussard.
    Il est l’auteur, avec Jérôme Prieur, des séries télévisées sur la chaîne culturelle franco-allemande Arte Corpus Christi, L'Origine du christianisme, L'Apocalypse, ainsi que de trois essais, Jésus contre Jésus, Jésus après Jésus et Jésus sans Jésus.
    (source Babelio)

    Bibliographie :

    Romans
    1981 : Vive la sociale !
    1984 : Les Cinq Parties du Monde
    1984 : Célébrités Poldèves
    1987 : À quoi pense Walter ?
    1990 : L'Attraction universelle
    1984 : Zartmo
    1996 : Béthanie
    1999 : Le Retour du permissionnaire
    2001 : Vichy-menthe
    2001 : Mme Gore
    2002 : L'ombre portée
    2002 : Rue des Rigoles
    2003 : Les rudiments du monde
    2003 : Comment calmer Mr Bracke
    2003 : C2003 : Yorick
    2003 : C'est mon tour
    2005 : Les Vivants et les Morts
    2008 : Notre part des ténèbres
    2008 : Scandale et Folies - neuf récits du monde où nous sommes
    2011 : Rouge dans la brume
    2012 : Ce que savait Jennie
    2013 : Yorick, nouvelle édition modifiée et augmentée d'une préface inédite
    2014 : La Boîte à ragoût
    2015 : La Brigade du rire
    2016 : Hamlet le vrai
    2016 : Moi, Présidente

    Poèmes
    2011: Le Linceul du vieux monde

    Essai
    Le Miroir voilé
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Gérard Mordillat

    Message par Ouliposuccion le Mar 14 Mar - 7:08

    Ce que savait Jennie



    À vingt-trois ans, Jennie n'a qu'un but dans la vie : réunir ses soeurs et son frère dispersés dans des familles d'accueil et un foyer afin de les emmener voir la mer depuis les falaises d?Étretat.
    Au cours de cette quête à travers la France, Jennie va rencontrer Quincy, un acteur qui ne veut plus l'être. Lui aussi est animé d'une volonté sans faille : venger le suicide de sa mère.
    Unis face au pire et portés par une détermination farouche, ces amants tragiques mettront tout en oeuvre pour parvenir à leurs fins.


    Ce que savait Jennie s’entremêle avec « Ce que savait Maisie » d’Henry James , chef d’œuvre de la littérature.
    Jennie dévisage le monde, Jennie  gribouille Maisie, inscrit  ses poèmes, Jennie a sa bible abrupte, ce livre dans lequel elle y appose sa vie laborieuse et douloureuse.
    Jenny est la droiture, inflexible,  c’est la rigidité de sa haine qui l’anime, armée de vengeance.
    La mécanique du cœur s’emballe, l’animosité fait rage, les représailles s’abattent. Évanouis les rêves, seul persiste celui d’une dernière réunion familiale…
    Ce livre est une claque, profond et grave, on touche le fond de la violence psychologique, d’une vie détruite sous fond de capitalisme destructeur et de lourdeur sociale.
    Gerard Mordillat nous offre une bombe  littéraire  qui éclate nous laissant  face aux débris du cœur.

    Qu’est-ce qu’on t’apprend à l’école ? À être le meilleur, le plus performant, celui qui a les meilleures notes, celui qui rafle les prix… En réalité, on te dresse pour le marché. Pour te fourrer dans la tête l’idée de concurrence. Tu dois être concurrentiel, tu dois battre la concurrence, être un winner, comme on dit aujourd’hui. Et les profs, à quoi servent-ils ? Ils servent à te former à la consommation. Tu dois apprendre à choisir le « bon » prof, à vouloir la « bonne » filière, à obtenir le « bon » diplôme. Ça sert à ça, l’école. À faire de toi un type qui ne pourra pas penser en dehors de la concurrence et de la consommation.
    avatar
    bix_229

    Messages : 2266
    Date d'inscription : 06/12/2016
    Localisation : Lauragais

    Re: Gérard Mordillat

    Message par bix_229 le Mar 14 Mar - 15:30

    J' apprécie beaucoup Gérard Mordillat, en tant qu' écrivain mais aussi en tant qu' acteur engagé
    dans la société.
    Et papou aussi !

    Contenu sponsorisé

    Re: Gérard Mordillat

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:26