Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Katherine Pancol

    Partagez
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Katherine Pancol

    Message par Ouliposuccion le Mer 22 Mar - 16:40

    Katherine Pancol
    Née en 1954




    Née au Maroc, Katherine Pancol arrive en France à l'âge de 5 ans. Après une maîtrise et deux ans de doctorat de lettres modernes, elle s'initie à l'enseignement et devient professeur de français et de latin avant de poursuivre dans le journalisme : Katherine Pancol écrit pour Paris-Match et Cosmopolitan. Un éditeur la remarque et lui demande d'écrire un roman. Ce sera chose faite en 1979 avec la parution de 'Moi, d'abord', sorte de roman initiatique vendu à 300.000 exemplaires. Le succès lui tombe rapidement dessus et l'écrivain décide de partir pour New York pour oublier tout cela. En 1981 paraît 'La Barbare', puis 'Scarlett, si possible' en 1985. Elle donne naissance en 1987 à une petite Charlotte, puis en 1989 à Clément. Bien qu'occupée par ses deux enfants, elle continue à écrire. Viennent 'Les Hommes cruels ne courent pas les rues', 'Vu de l'extérieur', 'Une si belle image', 'Encore une danse'. Poursuivant sa collaboration avec l'hebdomadaire Paris-Match, elle interviewe des personnalités venant d'horizons divers : Ronald Reagan, Lionel Jospin, Jacques Chirac, Meryl Streep, Vanessa Paradis, Louise Brooks. Editée chez Albin Michel depuis 1999 et son 'J'étais là avant’, elle publie au moins un roman par an. 'Et monter lentement dans un immense amour...' (2001), 'Un homme à distance' (2002), 'Embrassez-moi' (2003) et 'Les Yeux jaunes des crocodiles' en 2006.
    (source Evene)

    Bibliographie :


    1979 : Moi d'abord
    1981 : La Barbare
    1985 : Scarlett, si possible
    1990 : Les hommes cruels ne courent pas les rues
    1993 : Vu de l’extérieur
    1994 : Une si belle image
    1998 : Encore une danse
    1999 : J’étais là avant
    2001 : Et monter lentement dans un immense amour…
    2002 : Un homme à distance
    2003 : Embrassez-moi
    2006 : Les Yeux jaunes des crocodiles
    2008 : La Valse lente des tortues
    2010 : Les écureuils de Central Park sont tristes le lundil
    2014 : Muchachas tome 1 / 2 / 3
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Katherine Pancol

    Message par Ouliposuccion le Mer 22 Mar - 16:43

    Un homme à distance



    « Ceci est l'histoire de Kay Bartholdi. Un jour, Kay est entrée dans mon restaurant. Elle a posé une grosse liasse de lettres sur la table. Elle m'a dit : Tu en fais ce que tu veux, je ne veux plus les garder. » Ainsi commence ce roman par lettres comme on en écrivait au xviiie siècle. Il raconte la liaison épistolaire de Kay Bartholdi, libraire à Fécamp, et d'un inconnu qui lui écrit pour commander des livres. Au fil des lettres, le ton devient moins officiel, plus inquisiteur, plus tendre aussi. Kay et Jonathan parlent de leurs lectures, certes, mais entament un vrai dialogue amoureux. Ils se font des scènes, ils se font des confidences, ils se tendent des pièges, s'engagent dans une relation que Kay, hantée par le souvenir d'une déchirure ancienne, s'efforce de repousser. Mais qui pourrait prédire vers quelle révélation l'emmène ce nouveau lien noué à travers des livres dont chacun des correspondants se sert comme de masques pour cacher ses vrais sentiments ? Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es et comment tu aimes... semble dire ce nouveau roman de Katherine Pancol.

    Un échange épistolaire élégant doublé d’une stylistique des plus agréables.
    J’avoue avoir pris beaucoup de plaisir à retrouver  la délicatesse et la courtoisie des correspondances  d’antan.  
    Prenez une libraire subtile et érudite,  un voyageur  intriguant et lettré et vous aurez « un homme à distance » un clin d’œil à la littérature, à la passion,  prodiguant des références littéraires des plus séduisantes à côté desquelles je ne suis pas passée...
    Un  récit gracieux, un épilogue dont je ne me serais pas douté, ce qui est appréciable.
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Katherine Pancol

    Message par Ouliposuccion le Mer 22 Mar - 16:48

    La trilogie :
    Les yeux jaunes des crocodiles
    La valse lente des tortues
    Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi





    Cette trilogie se passe à Paris.
    Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.


    Après la lecture d' "un homme à distance" j'ai été frappée en débutant cette trilogie de la différence de stylistique de Pancol.
    J'avais lu une auteure subtile avec une prose fournie et élégante , prolixe dans la métaphore onirique, ce qui est loin d'être le cas en ce début de roman.
    J'ai tout de même opté pour continuer cette lecture pensant que la diversité des personnages était la clé du succès de ce livre.

    Résultat :  
    On pourra dire ce que l’on veut, le romanesque acidulé a du bon parfois, et j’apprécie les  confiseries de Pancol, c’est comme plonger sa main dans un gros sac de friandises sans pouvoir stopper sa boulimie de guimauve  appétissante.  Qu’on soit Fauchon, Hédiard, Mariage et frères, Lidl ou Ed, tout le monde peut s’identifier, il y a tout un panel  chez Pancol c’est beau la vie, même des crocodiles et des grosloulous qui niquent les dents des personnages  malmenés, des êtres qui se déchaînent à l’envi  contre tous !  
    En bref j’ai été rassasiée par cette lecture Chupa Chups  sucrée après une envie d’édulcoré d’ailleurs j’entamerai  un dernier paquet pour "Encore une danse"…

    Contenu sponsorisé

    Re: Katherine Pancol

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 14:14