Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Olivier Sillig

    Partagez
    avatar
    Hanta

    Messages : 399
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Olivier Sillig

    Message par Hanta le Ven 14 Avr - 20:21

    Olivier Sillig (né en 1951)



    Biographie a écrit:Olivier Sillig, né le 8 mai 1951 à Lausanne, est un psychologue, informaticien, artiste peintre, cinéaste et écrivain vaudois.

    Olivier Sillig après avoir fréquenté les Beaux-Arts à Londres, fait des études de psychologie, avant de devenir programmeur analyste, peintre, scénariste et réalisateur.

    Cinéaste, cet homme aux talents multiples est aussi écrivain. Après son premier roman, Bzjeurd, paru en 1995 à l’Atalante, il publie plusieurs romans aux Editions Encre Fraîche, comme La Marche du Loup en 2004, Deux bons bougres en 2006 et Lyon, simple filature en 2008 qui obtient le Prix Bibliomedia.

    Publié chez Bernard Campiche éditeur, La Cire perdue reçoit le Prix Coup de cœur Lettres frontière 2010.

    Bibliographie :

    Bzjeurd, roman
    La Marche du loup, roman
    Je dis tue à tous ceux que j'aime, roman
    Deux bons bougres, roman
    Lyon, simple filature, roman
    Cire perdue, roman
    Skoda, roman
    La Nuit de la musique, roman
    Le Poids des corps, roman
    Jiminy Cricket, roman
    Jambon dodu, roman policier
    avatar
    Hanta

    Messages : 399
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Olivier Sillig

    Message par Hanta le Ven 14 Avr - 20:29

    Skoda



    Un livre triste, dérangeant par moment. Un pays inconnu, en guerre avec un autre, un jeune homme, soldat, seul, qui recueille au gré de son périple un bébé, seul également. Ensemble ils vont faire un bout de chemin.
    C'est un récit profondément émouvant, la relation entre le bébé et le jeune homme est extrêmement touchante, la violence qui les accompagne, une violence décrite de manière tellement laconique nous scandalisent et cela contraste avec cette résignation qui emplit l'histoire;
    Peu de rencontres, anecdotiques souvent, car seul demeure le dialogue muet entre le jeune soldat et "sa petite hirondelle".

    Une histoire qui donne envie d'en découvrir davantage de cet auteur. Une réussite.
    avatar
    topocl

    Messages : 1983
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Olivier Sillig

    Message par topocl le Jeu 20 Avr - 16:56

    Skoda




    Merci Hanta, c'était un vraiment bon tuyau.

    Un roman court qui m'a par moments fait penser à Mingarelli.

    Un roman de guerre avec la violence extrême de ce truc auquel on ne comprend rien, cette abomination que traverse avec candeur Stjepan, un tout jeune soldat plein de candeur, qui pour le moment en a réchappé et décide d'avancer. Et cette absurdité est traversé par la douceur de ce bébé trouvé, cette évidence, ce Moïse qui donne un sens.

    Le lecteur est  pris dans des description économes et précises, écartelé entre l'horreur et la délicatesse, happé par les gestes de tendresse . Peu de mots, peu d'effets, mais beaucoup d'émotions.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Olivier Sillig

    Message par églantine le Jeu 20 Avr - 18:35

    @topocl a écrit:Skoda






    Un roman court qui m'a par moments fait penser à Mingarelli.
    Tiens tiens , ça pourrait peut-être ne pas me déplaire alors ! Je vais la rajouter dans mon fourre-tout .Si un jour j'y tombe dessus !
    Merci à tous les deux ! Very Happy


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    Hanta

    Messages : 399
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Olivier Sillig

    Message par Hanta le Ven 21 Avr - 14:00

    Content que cela t'ait plu Topocl. En effet cela peut faire penser à Mingarelli, cette sorte de temps figé
    avec un huis clos à ciel ouvert.

    Contenu sponsorisé

    Re: Olivier Sillig

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 12:23