Agustina Bessa-Luis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Agustina Bessa-Luis

Message par tom léo le Dim 16 Avr 2017 - 4:07

Agustina Bessa-Luís
née en 1922



wikipedia (raccourci) a écrit:Agustina Bessa-Luís (Maria Agustina Ferreira Teixeira Bessa) est née le 15 octobre 1922 au lieu-dit du Passo, à Travanca, Commune d'Amarante (région du Douro). Descendante d'une famille de racines rurales de l'ancienne province Entre-Douro-e-Minho du côté paternel (son père était un émigrant s'étant enrichi au Brésil), et d'une famille espagnole de Zamora du côté de sa grand-mère maternelle (Lourença Agostinha Jurado).

Déjà très jeune elle s'intéressait aux livres, commençant à en puiser dans la bibliothèque du grand-père maternel, Lourenço Guedes Ferreira. Ce fut à travers ces premières lectures qu'elle prit contact avec quelques-uns des meilleurs écrivains français et anglais, lesquels l'ont éveillée à l'art narratif. En 1932 elle part étudier à Porto où elle passe une partie de son adolescence, puis s'installe à Coimbra en 1945, et de s'établir définitivement à Porto à partir de 1950.

Elle est l'un des écrivains contemporains portugais les plus titrés au Portugal. Elle a été honorée de l'Ordre de Sant'Iago de l'Épée. En 2004, elle a obtenu le prix littéraire le plus important pour la langue portugaise, le prix Camões. Elle s'est dédiée presque entièrement à la création littéraire depuis ses débuts en 1948 et a maintenu un rythme de publication peu usuel dans la littérature portugaise. Elle n'est pas connue seulement en tant que romancière, mais aussi en tant qu'auteur de pièces de théâtre, scénarios, biographies, essais et livres pour enfants, et l'on peut compter actuellement plus d'une cinquantaine d'œuvres.

Plusieurs de ses romans furent adaptés au cinéma par le réalisateur Manoel de Oliveira, dont elle est amie et avec lequel elle a travaillé et a une proche collaboration. Des exemples de ce partenariat sont Francisca, Val Abraham (ou Vale Abraão), Le Couvent, ou Inquiétude.

Oeuvres traduites en français :


Fiction
1954 - A Sibila (roman) - En français : La Sibylle, 1984 et 2005
1979 - Fanny Owen (roman historique) - En français : Fanny Owen, 1988
1980 - O Mosteiro (roman) - En français : Le Confortable Désespoir des femmes, 1994
1987 - A Corte do Norte (roman historique) - En français : La Cour du Nord, 1991
1994 - As Terras do Risco (roman) - En français : Les Terres du risque, 1996
1997 - Um Cão que Sonha (roman) - En français : Un chien qui rêve, 2000
2001 - O Princípio da Incerteza : I – Jóia de Família (roman) - En français : Le Principe de l'incertitude, 2002
2002 - O Princípio da Incerteza : II – A Alma dos Ricos (roman) - En français : L'Âme des riches, 2005

Théâtre 
1996 - Party: Garden-Party dos Açores – Diálogos - En français Party Garden-Party des Açores 1996

Chroniques, mémoires, essais
1994 - Camilo: Génio e Figura - En français : Camilo et Eugénia, 2000
avatar
tom léo

Messages : 381
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Agustina Bessa-Luis

Message par tom léo le Dim 16 Avr 2017 - 4:19

Le confortable désespoir des femmes




Originale : O Mosteiro (Portugais, 1980)

CONTENU :
Métaillié (raccourci) a écrit:Ce roman est fait de croisement, de digressions fulgurantes sur deux thèmes principaux : la marche du jeune Belchior vers la réalité de son rapport à la terre, alors que toute son éducation était programmée pour le « succès inutile du monde », et le sebastianisme, ce messianisme portugais qui attend le retour de Don Sebastiao disparu au cours d'une bataille inutile et perdue, au Xvème siècle.

Ces deux leitmotive se déceloppent dans l'atmosphère étouffante d'une famille de cinq femmes dont Augustina Bessa Luis fait des portraits incroyables de justesse et de pénétration.

REMARQUES :
En cinq grands chapitres de 48 à 78 pages serrés, en soi plus sous-divisés et plutôt « ininterompus », c'est bien l'histoire de Belchior qui est racontée. Il est fils de Salvador, lui-même de la fratrie des Teixeira qui compte encore cinq sœurs, l'une plus éclectique que l'autre. Belchior avait grandi en ville, à Porto, mais il va retourner, après la fin de sa vie de couple, dans la campagne et le domaine familial. L'histoire se déroule sur plusieurs générations, voire époques de l'histoire, avec des retours dans un passé même lointain, et une forme de désordre de bouts d'approches. L'écriture consiste pas tellement dans des dialogue très developpés et fréquents, ou des « actions » nombreuses, mais me semble presque une suite ininterrompue de portraits, de traits caractéristiques de la vie intérieure de ses protagonistes. Une approche très « psychologique », mais qui vire dans une description souvent vécue comme difficile, élaborée, voire sèche, même si extrêmement perspicace. Il faut aimer ce genre de livre très dense. Ce n'est pas le pur plaisir d'une lecture fluide, mais demande un engagement, une attention soutenue. Pour ce lecteur-là ce sera une découverte intéressante, introduisant pas seulement dans la vie de quelques personnes détachées d'un environnement concret, mais aussi encadré par l'histoire portugais, certaines données typique qui apparaissent en filigrane.

Il y a des éléments qui laissent penser que l'auteure insère la petite histoire dans la grande, dans les changements historiques. Nous sommes aussi héritiers d'un passé : certainement vrai dans d'un pays à l'histoire immense.

Pendant une grande partie le narrateur apparaît de temps en temps discrètement. On devine qu'il est impliqué. Quand est-ce qu'il va faire l'entrée en scène ? Pour le lecteur ayant cherché des infos sur la vie de l'auteure, il reconnaît toute de suite certaines données qui pourrait la mêler intimement avec cette histoire : Le nom de famille, Teixeira, est aussi un de Bessa Luis ! Elle vivait une grande partie de sa vie, comme Belchior, à Porto…. Son père avait vécu un temps en Amérique Latine, tout comme Salvador...

Je dois avouer d'avoir abandonné. Pas qu'il s'agit d'un mauvais livre: j'y vois des qualités. Mais après une dizaine de jours de lecture, je suis à peine à 130 pages de 300. Il faut dire que ce sont des pages ultraserrées qui ailleurs auraient pris 500, probablement. Donc, pas ma longeur préférée... Mais il y a autre chose : une lecture difficile, malgré des qualités indéniables, surtout dans ses descriptions "psychologiques". Mais cela dépasse guère l'énumération de ces descriptions et a pour moi quelque chose de "sec", de très difficile à digérer.
Vu que je n'ai pas énormement de temps pour la lecture et que je peine ainsi, j'ai décidé d'arrêter. Donc il s'agit ici d'un début de fil pour lancer le partage…


mots-clés : #historique #psychologique #religion
avatar
tom léo

Messages : 381
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Agustina Bessa-Luis

Message par Nadine le Dim 16 Avr 2017 - 7:19

Merci Tom Léo !
avatar
Nadine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Agustina Bessa-Luis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de la péninsule Ibérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum