Dicomanie

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par églantine le Dim 30 Avr - 19:09

Tristram a écrit:Oui, et aussi, euh, féminine...
Rolling Eyes

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1828
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par ArenSor le Dim 30 Avr - 20:55

églantine a écrit:
Tristram a écrit:Oui, et aussi, euh, féminine...
Rolling Eyes

Je dirais même affraid
avatar
ArenSor

Messages : 742
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Dim 30 Avr - 20:56

Plaît-il ???
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par animal le Dim 30 Avr - 22:06

Ce serait-on égaré au détour d'un jeu (factuel ?) sur les mots ?

Cingria est pas mal pour le vocabulaire et les tournures riches. J'avais appris :

Il n' y a pas d' odeur à quoi je suis plus sensible qu' une véhémente subite odeur de marais dans les champs quand le sol se fait mou et que l' herbe se modifie en roseaux et que la faune devient des libellules en toile forte satinée, et qu' une ou deux hautes fleurs qui sont des juliennes grenat font sonner leur immarcescible haut droit à ce haut genre. ça remue, ça plait solennellement ainsi, parce que c' est theatrical et que c' est mérovingien (ce que je m' imaginais quand j' étais petit, d' après les livres qui avaient de si généreuses gravures, mêlant je ne sais quoi d'historique sensuel-sexuel portant les pauvrets vers les déserts, au milieu des ferrailles, des boites où planaient, vibraient ces libellules que j' ai dit.)

immarcescible : Qui ne peut se flétrir; impérissable.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4414
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Dim 30 Avr - 23:09

Immarcescible, un classique de la littérature symboliste. Au fait, voici le lien vers un de ces dictionnaires informels, mais précieux _ un blog pour addicts aux mots, qui vaut quelques flâneries : Le Garde-mots

Cingria est de ces écrivains à envisager la littérature comme un vaste corpus commun, où faire référence et emprunter sont inévitables.
C'est l'intertextualité (caractère fondamental de tout texte, par lequel il renvoie à d'autres textes) ; il va falloir que je crée un fil sur la transtextualité (transcendance textuelle du texte, qui se définit grossièrement par « tout ce qui met un texte en relation, manifeste ou secrète, avec un autre texte », Gérard Genette), mais j'ai peur de choquer certain(e)s si je bafouille...  
Repris par Nicolas Bouvier :
« Tout ayant déjà été dit, fait, tracé ou modulé cent fois ; toute personne qui s’avise de fabriquer quelque chose se couvre aussitôt, et peut-être à son insu, de dettes. J’en suis couvert et j’en suis heureux : ces dettes sont salubres et constituent une chaîne amicale et solide entre les morts et les vivants. Il n’en faut jamais rougir mais il est agréable d’en payer au moins une partie en citant quelques-unes des figures tutélaires qui nous ont donné, dans notre travail, souffle, confiance et courage. »
« La création est une incessante polyphonie dont nous n’avons par paresse, routine, insuffisance d’être, qu’une lecture monodique. »
Nicolas Bouvier, « Le flâneur ensorcelé – Charles-Albert Cingria »

En matière d'égarement langagier :
« (la conversation vit de parenthèses, lâche le plus éblouissant esprit de notre époque qui était Max Jacob). »
Charles-Albert Cingria, « Le camp de César », in « Bois sec Bois vert »
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Dim 7 Mai - 15:19

J'ai hâte de repasser en métropole, retrouver mon L’Obsolète, dictionnaire des mots perdus : un vrai régal de gourmet des mots !
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par ArenSor le Ven 26 Mai - 19:10

Vous qui avez quelques bandelettes de momies dans votre grenier, voici le premier dictionnaire numérique de l'ancien égyptien Smile
https://vimeo.com/129106152
Vous avez une dizaine de jours pour effectuer vos traductions et translittérations gratuitement.
Deux regrets :
1) l'accès va être payant
2) pas de passage de l'égyptien au hittite Very Happy
avatar
ArenSor

Messages : 742
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Dim 28 Mai - 17:42

Un outil qui manquait vraiment (comment on a pu vivre sans ?) Au vrai, une remarquable démonstration de ce que le travail collaboratif des technologies numériques, universités et scientifiques peut accomplir.
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Sam 3 Juin - 0:22

Début de la grande scène d'humour dans Jonathan Coe, Bienvenue au club (La gueule du chaos, 3), qui résonne d'ailleurs d'allusions dans tout le livre :

« "Grand félin." Cinq lettres, deuxième lettre I, quatrième lettre R.
Quand même, se disait le père de Philip, celui-là, tu dois connaître la réponse. Un félin, c'était un chat, ça, il en était sûr. Un genre de chat en cinq lettres, deuxième lettre I ? Pourquoi pas minou ?
À tout hasard, il allait vérifier le sens de "félin".
"Chérie, tu veux bien me passer le dictionnaire, s'il te plaît ?"
Barbara lui tendit le dictionnaire du Reader's Digest sans lever les yeux et continua à lire son magazine. Ou plus exactement continua à lire la lettre dissimulée entre les pages de son magazine.
Le vent du soir faisait trembler les fenêtres que Sam avait omis, pour la troisième année consécutive, d'équiper d'un double vitrage. À la télé marmonnait un documentaire régional, ignoré, négligé, à peine audible.
"La première fois que je vous ai vue, à la réunion parents-professeurs, j'ai enfin su ce que Giordano avait dû ressentir à son premier regard sur les Ménines de Vélasquez. J'ai éprouvé ce frisson électrique dont parle Herbert Howells de manière si bouleversante en évoquant sa découverte de la Fantaisie Tallis de Vaughan Williams. J'ai su que j'étais confronté à la grandeur : j’étais non seulement en présence de la perfection de l’être humain (perfection physique autant, j’ose le supposer, que perfection de l’esprit, quintessence sans défaut), mais encore de ce qu'on pourrait décrire, sans exagération chimérique, comme la perfection de l'œuvre d'art. Car toi, ma Barbara, tu es ce chef d'œuvre que j'ai recherché toute ma vie, cet opus magnum qui m'était destiné…"
Félin adj. De la famille du chat. 2. Semblable à un chat. – n. Animal de la famille du chat. Félinité n. (du lat. feles, chat).
Il savait bien que c'était ça que ça voulait dire ! Donc ça devait être minou. Est-ce qu'un minou pouvait être grand ? Eh bien, celui de la voisine, Mme Freeman, il était énorme, un vrai monstre. Il y a deux semaines, il avait fait détaler un renard. Donc, le "R" était faux.
Le "R" était celui de "pourri". Quelle était la définition ? "Putréfié." Six lettres, deuxième lettre O. Il allait vérifier "putréfié" dans le dictionnaire quand Barbara tendit une main distraite en lui demandant : "Chéri, tu veux bien me passer le dictionnaire, s'il te plaît ?"
Il le lui céda en soupirant.
Barbara le feuilleta d'un air à la fois fébrile et furtif auquel Sam, absorbé par ses mots croisés ne prêta pas attention.
Quintessence n. 1. (en gén. suivi de de) Forme, manifestation ou incarnation la plus pure et la plus parfaite d'une qualité, etc. 2. Essence hautement raffinée.
Hautement raffinée ! »
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Bédoulène le Sam 3 Juin - 7:44

chouette j'ai trouvé ! Smile

merci Tristram !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3764
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par bix_229 le Sam 3 Juin - 17:18

Un de mes dicos préferés est celui d' Ambrose Bierce, indémodable humoriste noir et "absude".

BELLADONNA : En Italien, une jolie femme ; en anglais, un poison mortel.
Exemple frappant de l' identité essentielle des deux langues.

DETRESSE : Maladie contactée par exposition de la prospérité d' un ami.

DISCUSSION : Méthode utilisée pour confirmer les autres dans leurs erreurs.

DISSIMULER : Mettre une chemise propre sur le caractère.

DISTANCE : La seul chose que les riches veulent bien permettre aux pauvres de considérer comme
leur, et de garder.
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par bix_229 le Sam 3 Juin - 17:19

CARTESIEN : Se rapportant à Descartes, philosophe célèbre, auteur du fameux dicton :Cogito, ergo sum, par lequel il se plaisait à croire qu' il démontrait la rélité de l' existence humaine.
Néanmoins, on pourrit l' améliorer de la façon suivante :
Cogito cogito, ergo cogito sum (Je pense que je pense, donc je pense que je suis).
Nul philosopne n' a fait plus proche de la vérité.

Le Dictionnaire du diable.
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Sam 3 Juin - 17:22

Oui Bix, une excellent souvenir de lecture, quoiqu'ancienne.
Le "Cogito cogito, ergo cogito sum" est d'une profondeur abyssale (atteignant même les antipodes, puisqu'il rejoint le papillon de Tchouang-Tseu).
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par bix_229 le Sam 3 Juin - 17:29





Les édition ne manquent pas.
A garder à son chevet !
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Ven 16 Juin - 8:04

J’ai remis la main sur l’Obsolète, dictionnaire des mots perdus (Duchesne/ Leguay), vivier de précieux mots en sursis, dont les entrées renvoient souvent à une œuvre littéraire. Dans le même genre, deux ouvrages savoureux : Abracadabrantesque ! le dictionnaire des mots inventés par les écrivains du XIXe et XXe siècles (Maurice Rheims), et le Dictionnaire des mots rares et précieux (qui eux aussi renvoient à des lectures [passées ou à venir] au gré de variations millésimées sur les termes anciens, d’argots et autres) : de goûteux délices. Tomes bien agréables conservés à portée de main pour y pilloter à l’occasion une mutation de son ou de sens, un délectable reliquat de langue.
Mais j’ai aussi retrouvé le Dictionnaire des idées reçues (Flaubert), le (faux) gros dico du vrai-faux (Jérôme Duhamel ; aussi sur les idées reçues), le Trévoux (refuge des exclus du Dictionnaire de l’Académie), le Dictionnaire d’un polygraphe (Louis-Sébastien Mercier) – en fait une méditation sur l’écriture par un auteur fin XVIIIe peut-être un peu méconnu, Le français classique (G. Cayrou, lexique du XVIIe), un Larousse analogique début XXe, quelques dictionnaires étymologiques (et donc historiques) et le Dictionnaire des synonymes nuances et contraires (Robert).  
Pour les amateurs, il existe dans Pour tous l’or des mots (Paul Gagnière) un intéressant historique des... dictionnaires.
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par animal le Ven 16 Juin - 10:43

Louis-Sébastien Mercier
Je peux rapatrier un fil si tu veux... l'année dernière en cette même saison ensoleillée je peinais, le plus souvent, sur L'An 2440, rêve s'il en fut jamais !

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4414
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Tristram le Ven 16 Juin - 15:05

De saines lectures pour un Panda fraîchement kinésithérapeuté...
avatar
Tristram

Messages : 1760
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par bix_229 le Ven 16 Juin - 15:38

Louis-Sébastien Mercier est quand meme connu -enfin par les esprits curieux d' Histoire, de sociologie et de vie des gens au 18e siècle.




Le tableau de Paris


C'est tout simplement le Paris populaire de la fin du XVIII siècle que Louis-Sébastien Mercier nous invite à découvrir dans ce " tableau " publié entre 1781 et 1788 et dont Brissot a pu écrire qu'il " n'a pas peu contribué à accélérer la Révolution"."
Enfant de boutiquiers parisiens, philosophe des Lumières, ami de Diderot et de Rousseau, Louis-Sébastien Mercier était-il un fou ou un génie ? Comme son ami Restif de la Bretonne, l'histoire littéraire a relégué au " deuxième rayon " cet auteur de plus de cinquante romans, essais et pièces de théâtre, que Claude Manceron qualifie dans Les hommes de la liberté de " bouillon de culture ".
Mais il reste de lui cet ouvrage " moral " dont nous publions ici un abrégé (l'original totalise douze parties en six tomes !), qui mêle les descriptions " objectives " et la critique acerbe des mœurs ; Rivarol disait, traduisant le mépris de ses pairs, qu'il avait été " pensé dans la rue et écrit sur la borne ". Louis-Sébastien Mercier lui-même confiait : " J'ai tant couru pour faire le tableau de Paris que je puis dire l'avoir fait avec mes jambes... " C'est bien ce qui en fait une œuvre unique en son genre, description, inégalée dans sa richesse, d'une société disparue dont la connaissance est indispensable pour comprendre la nôtre.

France Culture
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par bix_229 le Ven 16 Juin - 15:44

Difficile à moins d' etre un érudit ou un chercheur de lire les 7 ou 8 volumes du Tableau de Paris, mais on peut se faire une idée interessante en lisant une édition comme celle-çi.

avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Nadine le Ven 16 Juin - 17:21

Oh làà, c'est une mine ce fil, vivement que j'ai le temps de davantage vous lire ici. Au vol, en remontant, Animal, ce beau texte est de qui ? :
animal a écrit:
Il n' y a pas d' odeur à quoi je suis plus sensible qu' une véhémente subite odeur de marais dans les champs quand le sol se fait mou et que l' herbe se modifie en roseaux et que la faune devient des libellules en toile forte satinée, et qu' une ou deux hautes fleurs qui sont des juliennes grenat font sonner leur immarcescible haut droit à ce haut genre. ça remue, ça plait solennellement ainsi, parce que c' est theatrical et que c' est mérovingien (ce que je m' imaginais quand j' étais petit, d' après les livres qui avaient de si généreuses gravures, mêlant je ne sais quoi d'historique sensuel-sexuel portant les pauvrets vers les déserts, au milieu des ferrailles, des boites où planaient, vibraient ces libellules que j' ai dit.)

immarcescible : Qui ne peut se flétrir; impérissable.

Parce que j'aore sa maniere de décrire comment il voyait ses impressions, il est hyper précis, et en effet, même si on n'a pas les mots, enfant, on est précis dans ses sensations. Je flashe.
avatar
Nadine

Messages : 2064
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Dicomanie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos lectures

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum