Poésie

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Poésie

Message par Bédoulène le Dim 29 Oct - 15:46

je vais m'y intéresser !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8952
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Chamaco le Dim 29 Oct - 16:32

@Tristram a écrit:Il y a aussi les récits d'Alléluia pour une femme-jardin. Il m'évoque les auteurs créoles antillais, en plus érotique et lyrico-poétique !

il était tres proche de Césaire qu'il a croisé plusieurs fois dans sa vie...
avatar
Chamaco

Messages : 2908
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Tristram le Mar 31 Oct - 14:09

Jehan-Rictus a écrit:L'Hiver, in Soliloques du pauvre (extrait)

Et pis contemplons les Artisses,
Peint’s, poèt’s ou écrivains,
Car ceuss qui font des sujets trisses
Nag’nt dans la gloire et les bons vins !

Pour euss, les Pauvr’s, c’est eun’ bath chose,
Un filon, eun’ mine à boulots ;
Ça s’ met en dram’s, en vers, en prose,
Et ça fait fair’ de chouett’s tableaux !

Oui, j’ai r’marqué, mais j’ai p’têt’ tort,
Qu’ les ceuss qui s’ font « nos interprètes »
En geignant su’ not’ triste sort
S’arr’tir’nt tous après fortun’ faite !

Ainsi, t’nez, en littérature
Nous avons not’ Victor Hugo
Qui a tiré des mendigots
D’ quoi caser sa progéniture !

Oh ! c’lui-là, vrai, à lui l’ pompon !
Quand j’ pens’ que, malgré ses meillons,
Y s’ fit ballader les rognons
Du Bois d’ Boulogn’ au Panthéon

Dans l’ corbillard des « Misérables »
Enguirlandé d’ Beni-Bouff’-Tout
Et d’ vieux birb’s à barb’s vénérables...
J’ai idée qu’y s’a foutu d’ nous.

Et gn’a pas qu’ lui ; t’nez Jean Rich’pin
En plaignant les « Gueux » fit fortune.
F’ra rien chaud quand j’ bouffrai d’ son pain
Ou qu’y m’ laiss’ra l’ taper d’eun’ thune.

Ben pis Mirbeau et pis Zola
Y z’ont « plaint les Pauvres » dans des livres,
Aussi, c’ que ça les aide à vivre
De l’une à l’aute Saint-Nicolas !

Même qu’Émile avait eun’ bedaine
À décourager les cochons
Et qu’ lui, son ventre et ses nichons
N’ passaient pus par l’av’nue Trudaine.

Alorss, honteux, qu’a fait Zola ?
Pour continuer à plaindr’ not’ sort
Y s’a changé en harang-saur
Et déguisé en échalas.

Ben en peintur’, gn’y a z’un troupeau
De peintr’s qui gagn’nt la forte somme
À nous peind’ pus tocs que nous sommes :
Les poux aussi viv’nt de not’ peau !

Allez ! tout c’ mond’ là s’ fait pas d’ bile,
C’est des bons typ’s, des rigolos,
Qui pinc’nt eun’ lyre à crocodiles
Faite ed’ nos trip’s et d’ nos boïaux !
avatar
Tristram

Messages : 5648
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par bix_229 le Jeu 2 Nov - 15:47

La poésie ne tient pas à la personne, elle souffle où et quand elle veut, comme
le vent, elle n' appartient pas au nom inscrit au bas du poème.
Elle nait parfois de la main, comme certains dessins tracés distraitement
sur le papier, et qui à la fin se révèlent enchanteurs, ou comme certains gestes par lesquels quelqu' un exprime, sans s' en apercevoir, une grace
qu' il ne se connaissait pas et qu' il n' aura peut etre plus jamais.


Nicolas Bouvier
avatar
bix_229

Messages : 7238
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par bix_229 le Ven 10 Nov - 18:31

Complainte du pauvre Chevalier-errant

Jupe des quinze ans,aurores de femmes,
Qui veut, enfin, des palais de mon ame ?
Perrons d' oeillets blancs, escaliers de flamme,
Labyrinthes alannguis
Edens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
....................................................................................................

Nous organiserons de ces parties !
Mes caresses naivement serties,
Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
Aux amandes de tes seins !
O tocsins,
Des coeurs dans le roulis des empilements de coussins.

Tu t' abandonnes au Bon, moi j' abdique;
Nous nous comblons de nos deux Esthétiques;
Tu condimentes mes piments mystiques,
J' assassine tes saisons;
Nous blasons,
A force d' étapes sur nos collines, l' Horizon !
......................................................................................;;

- Mais j' ai beau parader, toutes s' en fichent !
Et je repars avec ma folle affiche,
Boniment incompris, piteux sandwiche :
Au Bon Chevallier-errant,
Restaurant,
Hotel meublé, Cabinets de lecture, pris courants.

Je ne sais pas très bien pourquoi, mais je pense que la poésie de Laforgue est

faite pour toi, Quasimodo.
avatar
bix_229

Messages : 7238
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Quasimodo le Dim 12 Nov - 12:28

Ah ! Merci Bix. Je ne la connais pas, mais je crois que tu as raison, ça pique l'intérêt ! Je vais aller trouver les quelques poèmes de lui que j'ai dans une anthologie (en attendant mieux)

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 2485
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par bix_229 le Dim 12 Nov - 17:38

Je t' en remets un.


Noël résigné
 
 
Noël ! Noël ! toujours, sur mes livres, je rêve.
Que de jours ont passé depuis l'autre Noël !
Comme toute douleur au cœur de l'homme est brève.
Non, je ne pleure plus, cloches, à votre appel.
 
Noël! triste Noël! En vain la bonne chère
S'étale sous le gaz! il pleut, le ciel est noir,
Et dans les flaques d'eau tremblent les réverbères
Que tourmente le vent, un vent de désespoir.
 
Dans la boue et la pluie on palpe des oranges,
Restaurants et cafés s'emplissent dans le bruit,
Qui songe à l'éternel, à l'histoire, à nos fanges ?
Chacun veut se gaver et rire cette nuit !
 
Manger, rire, chanter, - pourtant tout est mystère !
Dans quel but venons-nous sur ce vieux monde, et d'où ?
Sommes-nous seuls ? Pourquoi le Mal ? pourquoi la Terre ?
Pourquoi l'éternité stupide ? Pourquoi tout ?
 
Mais non ! mais non, qu'importe à la mêlée humaine ?
L'illusion nous tient ! - et nous mène à son port.
Et Paris qui mourra faisant trêve à sa peine
Vers les cieux éternels braille un Noël encor.
 
avatar
bix_229

Messages : 7238
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Quasimodo le Ven 17 Nov - 11:00

Et tu as raison Bix, ça me plaît beaucoup ! Ce sont les Complaintes ?

Le dernier que tu as mis me rappelle celui-là :

Gaspard Hauser chante :

Je suis venu, calme orphelin,
Riche de mes seuls yeux tranquilles,
Vers les hommes des grandes villes :
Ils ne m'ont pas trouvé malin.

A vingt ans un trouble nouveau,
Sous le nom d'amoureuses flammes,
M'a fait trouver belles les femmes :
Elles ne m'ont pas trouvé beau.

Bien que sans patrie et sans roi
Et très brave ne l'étant guère,
J'ai voulu mourir à la guerre :
La mort n'a pas voulu de moi.

Suis-je né trop tôt ou trop tard ?
Qu'est-ce que je fais en ce monde ?
O vous tous, ma peine est profonde :
Priez pour le pauvre Gaspard !

Qui fait lui-même écho à Frankenstein...

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 2485
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Aventin le Sam 18 Nov - 11:10

Louis Brauquier, l'attirant monsieur Louis Brauquier. Un pilier de la revue Les Cahiers du Sud. J'aime son trait, parfois rugueux, sa façon d'écrire le voyage maritime tout en restant à quai et, beaucoup plus difficile (ou inusité) le fait qu'il le fasse sans surcroît, falbalas ni emphase. Il y a de l'épure dans son art, assez étanche il me semble aux influences, en tout cas à celles de ses pairs.  


Tableau, Martigues, Port de Lavéra



Ces navires rayés du contrôle des flottes -

Ces navires rayés du contrôle des flottes,

Ils naviguent toujours dans notre souvenir

A Port-Saïd, le Marnix-Van-Sant-Aldegonde

Un matin blanc et bleu – il prenait le canal.

Dans la fraîcheur de l’air, parfois, mêlé au sel,

Un relent de mazout dérivait des citernes.

Ce n’est pas à Trincomalee, c’est à Penang ;

Je me souviens du Merchant-Prince,

De ses lascars dorés aux longs yeux décevants.

Le vieil El-Kantara, je l’ai connu dans ma jeunesse ;

Il faisait, épuisé, un dernier tour du monde.

A Diégo,l’Helena-Phangopolous, affreux rafiot.

Nous l’appelions « Hélène », et j’aurais pu

Rêver longtemps, au-delà des tôles rouillées

Et de ses treuils en panne, à quelque dame grecque.

Mais, jamais rencontrés, sinon entre les pages

Du Lloyd’s register, ce Cap-des Palmes si beau,

Qui se reflète au miroir plat d’un golfe triste,

Ou, cueillie, jadis, en poupe d’une maquette,

Sous la vitrine d’une agence à Cristobal,

Et que, depuis je n’aurai pas cessé d’entendre,

Pareille au lent ressac sur les plages obscures

D’une invisible mer, grandiose, inlassable,

La nocturne lueur de l’Arandora-Star.





Trouvé sur ce site dédié.
avatar
Aventin

Messages : 598
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Tristram le Sam 18 Nov - 12:22

Encore merci Aventin _ cela ramentoit Cendrars, non ?
avatar
Tristram

Messages : 5648
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 20 Nov - 11:47

En lien avec ce qu'Arturo vient de mettre comme recueil de poésie de Théophile Gauthier dans l'association de livres, Émaux et camées, je suis tombé sur ce poème en particulier :

http://www.poesie-francaise.fr/theophile-gautier/poeme-le-souper-des-armures.php

Il me semblait que c'était digne de mention sur le fil de poésie.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1302
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par bix_229 le Jeu 23 Nov - 18:02

Qu' est-ce que l' homme ? Qu' est-ce que le pouvoir ?


Vient le jour où tout est fini.
Les flutes, les harpes se taisent.
Les chants s' arrètent inachevés.
C' est la fin.


Qu' est ce que le luxe ? La splendeur ?
Vient le jour où tout est fini.
Les luths brisés tombent.
L' astre d' amour s' est éteint.
C' est la fin.


Glissent les brumes d' automne.
Sur les silencieuses terrasses de jade.
La vieille lune contemple les salles vides
Avec placidité.
Les buveurs et les rieurs
Sont tombés en poussière :
Tous !


Kin P'ing mei ou Les Six fleurs du mandarin
avatar
bix_229

Messages : 7238
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 25 Nov - 9:40

Cette semaine, on en parlait encore une fois en classe. Je pense qu'il est important que je vous dévoile ce pan de l'histoire québécoise en poésie, qui donne à voir les combats de notre littérature dans l'indifférence ambiante. Du moins, je pense que nous tentons de percer ce mur de l'indifférence dans nos solitudes respectives (québécois-es francophones et immigrant-e-s)...

Speak white, par Michèle Lalonde.


Speak white (1)
il est si beau de vous entendre
parler de Paradise Lost
ou du profil gracieux et anonyme qui tremble
dans les sonnets de Shakespeare

nous sommes un peuple inculte et bègue
mais ne sommes pas sourds au génie d’une langue
parlez avec l’accent de Milton et Byron et Shelley et Keats
speak white
et pardonnez-nous de n’avoir pour réponse
que les chants rauques de nos ancêtres
et le chagrin de Nelligan

speak white
parlez de choses et d’autres
parlez-nous de la Grande Charte
ou du monument à Lincoln
du charme gris de la Tamise
De l’eau rose de la Potomac
parlez-nous de vos traditions
nous sommes un peuple peu brillant
mais fort capable d’apprécier
toute l’importance des crumpets
ou du Boston Tea Party
mais quand vous really speak white
quand vous get down to brass tacks

pour parler du gracious living
et parler du standard de vie
et de la Grande Société
un peu plus fort alors speak white
haussez vos voix de contremaîtres
nous sommes un peu durs d’oreille
nous vivons trop près des machines
et n’entendons que notre souffle au-dessus des outils

speak white and loud
qu’on vous entende
de Saint-Henri à Saint-Domingue
oui quelle admirable langue
pour embaucher
donner des ordres
fixer l’heure de la mort à l’ouvrage
et de la pause qui rafraîchit
et ravigote le dollar

speak white
tell us that God is a great big shot
and that we’re paid to trust him
speak white
parlez-nous production profits et pourcentages
speak white
c’est une langue riche
pour acheter
mais pour se vendre
mais pour se vendre à perte d’âme
mais pour se vendre

ah! speak white
big deal
mais pour vous dire
l’éternité d’un jour de grève
pour raconter
l’histoire de peuple-concierge
mais pour rentrer chez-nous le soir
à l’heure où le soleil s’en vient crever au dessus des ruelles
mais pour vous dire oui que le soleil se couche oui
chaque jour de nos vies à l’est de vos empires
rien ne vaut une langue à jurons
notre parlure pas très propre
tachée de cambouis et d’huile

speak white
soyez à l’aise dans vos mots
nous sommes un peuple rancunier
mais ne reprochons à personne
d’avoir le monopole
de la correction de langage

dans la langue douce de Shakespeare
avec l’accent de Longfellow
parlez un français pur et atrocement blanc
comme au Vietnam au Congo
parlez un allemand impeccable
une étoile jaune entre les dents
parlez russe parlez rappel à l’ordre parlez répression
speak white
c’est une langue universelle
nous sommes nés pour la comprendre
avec ses mots lacrymogènes
avec ses mots matraques

speak white
tell us again about Freedom and Democracy
nous savons que liberté est un mot noir
comme la misère est nègre
et comme le sang se mêle à la poussière des rues d’Alger ou de Little Rock

speak white
de Westminster à Washington relayez-vous
speak white comme à Wall Street
white comme à Watts
be civilized
et comprenez notre parler de circonstance
quand vous nous demandez poliment
how do you do
et nous entendez vous répondre
we’re doing all right
we’re doing fine
We are not alone

nous savons
que nous ne sommes pas seuls.



1. Injure utilisée par les anglophones envers les francophones du Canada quand la langue française était utilisée en public.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1302
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 25 Nov - 9:51

Il est si beau de vous entendre parler
de La Romance du vin
et de L'homme rapaillé
d'imaginer vos coureurs des bois
des poèmes dans leurs carquois

nous sommes cent peuples venu de loin
partager vos rêves et vos hivers
nous avions les mots
de Montale et de Neruda
le souffle de l'Oural
le rythme des haïkus

speak what now
nos parents ne comprennent déjà plus nos enfants
nous sommes étrangers
à la colère de Félix
et au spleen de Nelligan
parlez-nous de votre charte
de la beauté vermeille de vos automnes
du funeste octobre
et aussi du Noblet
nous sommes sensibles
aux pas cadencés
aux esprits cadenassés

speak what

comment parlez-vous
dans vos salons huppés
vous souvenez-vous du vacarme des usines
and of the voice des contremaîtres
you sound like them more and more

speak what
que personne ne vous comprend
ni à Saint-Henri ni à Montréal-Nord
nous y parlons
la langue du silence
et de l'impuissance

speak what
« productions, profits et pourcentages »
parlez-nous d'autres choses
des enfants que nous aurons ensemble
du jardin que nous leur ferons

délestez-vous des maîtres et du cilice
imposez-nous votre langue
nous vous raconterons
la guerre, la torture et la misère
nous dirons notre trépas avec vos mots
pour que vous ne mouriez pas
et vous parlerons
avec notre verbe bâtard
et nos accents fêlés
du Cambodge et du Salvador
du Chili et de la Roumanie
de la Molise et du Péloponnèse
jusqu'à notre dernier regard

speak what

nous sommes cent peuples venus de loin
pour vous dire que vous n'êtes pas seuls.

Marco Micone, Speak What 1989

La réplique de Marco Micone à 19 ans d'intervalle en a choqué plusieurs, dont Michèle Lalonde qui a rompu les liens avec son éditeur qui publiait Marco Micone. Je dirais que c'est la provocation et la virulence avec laquelle Marco Micone a imposé un certain tempo, a fait en sorte de rompre un dialogue déjà tellement ténu entre les solitudes de ce pays. Nous venions à peine d'émerger d'un nationalisme de survivance, et je pense que cet épisode, parmi plusieurs, a fragilisé l'écosystème linguistique dans lequel nous évoluons. Marco Micone est un immigrant d'origine italienne et il enseignait dans le système scolaire anglophone. Je pense que c'est difficile d'envisager un dialogue avec les autres solitudes quand on garde un nationalisme fier. Je pense qu'il faut mieux comprendre en quoi nous pouvons nous percevoir dans notre patriotisme. À mon sens, il est important de cheminer dans la dignité, percevoir nos émotions et cheminer intellectuellement au gré de nos désaccords historiques pour mieux les dépasser. Micone a essayé, mais c'était trop demander à cette époque et je pense que Michèle Lalonde pouvait parfaitement ressentir ce qui pouvait être perçu comme de la condescendance à l'endroit des Québécois-es. La situation aurait peut-être pu mieux tourner si nous étions dans une période moins agitée de l'histoire.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1302
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Bédoulène le Sam 25 Nov - 10:21

merci Jack , ces deux poèmes montrent les différentes âmes de ton pays. Je comprends que la réponse 19 ans après ait choqué, mais peut-être n'avez-vous pas retenu "nous sommes cent peuples venus de loin
pour vous dire que vous n'êtes pas seuls." ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8952
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 25 Nov - 10:32

Dans le contexte de Montréal, c'est un peu dur à prendre, Bédou. La communauté italienne qui a immigré au Québec s'est enclavée et s'exprime majoritairement en anglais. Il y avait eu une crise des commissions scolaires à Saint-Léonard vu que les jeunes Italien-ne-s passaient presque tou-te-s à l'école anglaise. La loi 101 a été conçue de manière à ce que les fil-le-s d'immigrant-e-s aillent à l'école en français sauf exceptions. Ça avait soulevé le tollé de bien du monde. J'imagine que Marco Micone voulait essayer de rapprocher les sensibilités des deux communautés, mais il s'y est mal pris à ce qu'il me semble car il répondait à la poésie d'une femme et parlait au majoritaire qui rejette lui-même son côté minoritaire en Amérique du Nord. De la manière que c'est dit, je sais pas, mais j'ai l'impression de ressentir un peu un côté «macho». En fait, je pense qu'il y a eu là l'expression d'une maladresse et le fait a été monté en épingle dans les médias. À la réflexion, je pense que le processus de maturation d'une histoire a démontré que les Québécois-es n'étaient pas encore prêt-e-s à envisager avec sérénité la teneur d'un tel discours, quitte à ce que ce soit franc...
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1302
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Bédoulène le Sam 25 Nov - 10:57

tu dois savoir mieux que moi, le sentiment engendré par ce poème/réponse, difficile d'apprécier quand on voit de loin.

c'est peut-être le fait que cela soit exprimé par une minorité comme tu le précise pour les Italiens

langue française, langue anglaise, toujours une rivalité ou une richesse ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8952
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Tristram le Sam 25 Nov - 11:11

"Speak white" : un comble de racisme ?!
avatar
Tristram

Messages : 5648
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Bédoulène le Sam 25 Nov - 11:30

demander à ne pas être opprimé, critiqué tu y vois du racisme toi ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8952
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Tristram le Sam 25 Nov - 11:47

C'est l'expression : "Parles blanc", pour moi ça sonne sinistrement (peut-être dû à mon vécu dans des ex-colonies).
avatar
Tristram

Messages : 5648
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Poésie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos lectures


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum