Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Ramuz Charles-Ferdinand

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Tristram le Mar 24 Juil - 23:14

"très resserré et "décroché"" ça allait pour moi, mais là je suis limite largué voire dévissé.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par animal le Mer 25 Juil - 6:09

tu en as lu du Ramuz ou pas ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 9:59

J'ai eu une longue journée hier, mais après un bon sommeil j'ai saisi ton propos en le relisant.
Sinon je n'ai lu que Joie dans le ciel, La Grande Peur dans la montagne, Derborence et Si le soleil ne revenait pas ; c'est une oeuvre qui se prête peu à l'extraction de citations en ce qui me concerne, que j'ai cependant apprécié jusque-là.
C'est vrai qu'il y a là, au-delà de l'éventuel exotisme de la montagne/ région (pour un lecteur qui n'en est pas), une certaine dimension métaphysique assez évidente, peut-être plus dans le ton que dans la réflexion ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Armor le Mer 25 Juil - 11:25

Merci Panda pour les explications !

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3531
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par animal le Mer 25 Juil - 22:17

@Tristram a écrit:une certaine dimension métaphysique assez évidente, peut-être plus dans le ton que dans la réflexion ?
faut voir, il a pas mal écrit aussi sur le versant journal ou essais et puis il y a son approche très "picturale dynamique" ?

(Et il a son recueil de citations d'autres).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 22:19

Il faut que j'en lise plus pour en discuter ! J'avais surtout réagi à ta citation (pas de point de vue global).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par animal le Mer 25 Juil - 22:28

Moi je réfléchis au "difficile à citer", certainement pas faux. Faudrait que je vois ce que me dit ma mémoire un hypothétique jour de fraîcheur.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Nadine le Lun 30 Juil - 22:56

Moi ce qui m'a le plus impressionné , c'est le "pictural dynamique" . (mais j'ai encore à finir Fêtes des vignerons, je me connais, rien d'inquietant, dans un an, j imagine, à ce train. Nulle)
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 31 Juil - 9:29

@animal a écrit:Une crise d'à-quoi-bonisme ?
Il a bien fallu qu'il regarde ; il voit que ces lieux connus sont inconnus, que ces lieux habités sont déserts.
On voit tout, et c'est comme si on ne voyait rien, car la rivière brille toujours par place entre les buissons qui l'entaillent, mais à quoi est-ce qu'elle sert ? Ils n'y sont plus, les deux (ceux qui y avaient été mis), et il y a une beauté partout, mais c'est une beauté étrangère. Rien ne sert à rien, comme il voit, ni ces couleurs jaunes, ni ces couleurs roses, pendant que les oiseaux chantent moins fort déjà, ni tous ces petits nuages qui passent là-haut, tout ce fin duvet de nuages qui est là-haut, comme si les oiseaux y avaient perdu leurs plumes. Pendant qu'il se laisse tomber dans l'herbe, car à quoi ça sert d'exister ? Que je marche ou ne marche pas, que j'avance ou non, que je sois debout sur mes jambes ou couché comme je suis et immobile comme je suis : rien, - puisque tout doit finir. Rien parce qu'on a été chassé, c'est écrit.
Il regarde : ils ne sont plus là, ils ne sont plus où il les avait mis.
L'amour doit monter pour descendre ; il ne compte plus pour nous. Rien ne compte, puisque tout finit.

Je sais pas si on parlait de cet extrait en particulier, mais j'aimerais y ajouter le commentaire de Colimasson :

@Colimasson a écrit:Le spectacle de l'indifférence de la nature, comme l'amour qui doit monter pour descendre, inspire aussi bien de la joie qu'une intense mélancolie.

Difficile de lire Ramuz dans la ville. Il faut au moins se trouver un petit coin d'herbe et un arbre.

Si on se réfère à l'extrait d'avant, oui, Ramuz est un campagnard. Oui, ça pourrait donner l'impression que l'extrait cité plus haut s'adonne à la contemplation du paysage. La première phrase fait quand même écran à la nature profonde de la démarche d'écriture de Ramuz à ce qu'il me semble...

Comme flâneur, je suis sensible à un tel extrait. Il a tendance à me parler dans la mesure que oui, c'est peut-être plus difficile de le faire dans un contexte d'animation urbaine, mais quand on arrive dans des coins tranquilles à des moments précis (matin ou après-midi hors des heures de pointe, soir, nuit), il est possible de réaliser une contemplation de cette qualité, même en ville. J'ai vu un gars dans un atelier en classe qui fuyait la foule et observait les lieux habituellement achalandés à d'autres heures (centre-ville, les environs de l'Université McGill).

Revenons à Ramuz... Smile
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par animal le Mar 31 Juil - 12:41

A voir ce qui prend le dessus de la contemplation ou du désespoir (ou du mélange des deux phénomènes).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Nadine le Mer 1 Aoû - 22:59

Ou l'échapatoire par la contemplation..
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Aventin le Mer 1 Aoû - 23:06

La grande peur dans la montagne
Roman, 1926, 180 pages environ.

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 La_gra12

Ce fut une relecture, dans une vieille édition poche défraîchie, tranchant avec la précédente lecture, la magnifique édition illustrée par Samivel de l'image ci-dessus, lecture qui elle-même n'était pas la première, etc...

Bref, quoi qu'il en soit:
@Colimasson a écrit: Difficile de lire Ramuz dans la ville. Il faut au moins se trouver un petit coin d'herbe et un arbre.
Une bonne estive pyrénéenne verte et fleurie versant soulane, le glouglou de la neste, les sonnailles des vaches en fond sonore, l'occasion fait le larron, comme l'impression que le livre s'est glissé tout seul, de lui-même, dans le sac à dos...

En fait le point commun avec Derborence c'est cette montagne qui paraît avoir sa vie, ses desseins.
La volonté de l'homme (en l'occurrence la poursuite d'un but économique) ne peut s'imposer, contrecarrer la grande force de la nature.
La montagne dispose (décide ?). Ce qui, ramené à des problématiques très contemporaines, j'y ai songé à l'occasion de cette relecture, eh bien ma foi...


Peut-être ai-je plongé davantage cette fois-ci dans les caractères, je n'avais pas perçu le personnage de Clou aussi fortement auparavant. Car enfin c'est lui le premier volontaire, et même le seul, mais justement c'est le dernier accepté, non sans réticence, parmi les hommes qui monteront au pâturage.

Avec ses façons (on le craint), son œil unique, il est à part, même dans le huis-clos des hommes en alpage. Il s'est affranchi du travail en commun, voire même des relations avec le groupe. Lui ne vient pas faire paître un troupeau, mais chercher des minéraux précieux. C'est le seul à exercer, en somme, une activité de fouille, de chasse-recherche et de prédation, et non pas une mise en valeur agreste des lieux. Lui se meut très librement, sans l'ombre d'une crainte, paraît avoir pactisé avec la montagne.

Très différent de Barthélemy et son talisman, tout juste à l'opposé de Barthélemy l'immunisé, le vétéran de la précédente catastrophe...

Pour le reste, difficile de parler sans dévoiler, et comme tout ce qu'on souhaite au primo-lecteur de "La grande peur..." est qu'il reçoive ce livre, avec son suspense, si ce n'est son thrill façon Dix petits nègres d'Agatha Christie, on va stopper là toute velléité de commentaire.

Extrait, histoire d'illustrer la façon picturale-dynamique dont vous parliez ?

Chapitre XIII a écrit:Clou était couché dans le lit du maître et Barthélemy dans le sien; ni l'un ni l'autre ne bougèrent, quand Joseph se leva, ni ne parurent le voir passer. Et lui, pareillement, ne les regarda point; pareillement, il n'eut l'air de rien voir, ni dans le chalet, ni hors du chalet, ni ce qu'il y avait devant la porte.
Des bêtes déjà réveillées, les unes essayaient de brouter, et les autres erraient en meuglant, puis, voyant Joseph, elles sont accourues; il ne les vit pas. Il ne voyait rien, elles le suivaient, il ne les a pas vues qui le suivaient. Elles secouaient derrière lui leurs sonnailles sur l'espèce de chemin où il s'est avancé, d'abord, tournant le dos à la vallée; et, longtemps, les bêtes ont été derrière lui sur ce chemin, sans qu'il ait paru les entendre, puis elles se sont découragées.
Elles se sont arrêtées l'une après l'autre, avec des meuglements de nouveau, parce que le lait recommençait à leur faire mal dans leurs mamelles regonflées; elles tendaient vers lui leur mufle d'où le son est sorti, mais sans le léger brouillard blanc dont il s'enveloppe d'ordinaire à ces premières heures du jour. Le son, un instant encore, court après Joseph, le dépasse, lui est ramené par l'écho; Joseph va toujours, il ne s'en est pas occupé. Il va sur l'espèce de chemin qu'il y a eu d'abord, puis il n'y a plus eu de chemin. Il avait pris par ces étroits passages et cette suite de ruelles que les quartiers de rocs laissent entre eux; il passait d'une de ces ruelles à l'autre, il remontait le torrent. Il tournait le dos à la vallée et au village, il allait du côté du glacier, il a été où elle n'était pas; - voyant le glacier tourner légèrement de gauche à droite devant lui, comme une aiguille de montre, puis il l'a eu en face de soi, lui tombant tout entier dessus de ses hauteurs.      
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par animal le Jeu 2 Aoû - 6:23

Il faudra bien que je le relise un jour moi aussi.

Surtout la fin de l'extrait qui me fait penser "pictural-dynamique" bien que l'ensemble ne soit pas dépareillé.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Bédoulène le Jeu 2 Aoû - 7:03

merci Aventin, cet extrait incite en effet à une relecture.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Louvaluna le Jeu 2 Aoû - 16:28

Merci Aventin, je dirais même, pour ma part, que cet extrait incite à découvrir la poétique ramuzienne ; j'ai pris note de ce titre. Smile
Louvaluna
Louvaluna

Messages : 1006
Date d'inscription : 19/03/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Aventin le Ven 3 Aoû - 1:23

Merci et petit salut à vous, Bédoulène et Louvaluna !

@animal a écrit:Surtout la fin de l'extrait qui me fait penser "pictural-dynamique" bien que l'ensemble ne soit pas dépareillé.
De mémoire un livre comme Aimé Pache peintre vaudois regorge de "pictural-dynamique".
Le sujet s'y prêtant particulièrement, possible qu'il s'y soit surpassé, l'ami Charles-Ferdinand.

Revenons à l'extrait ci dessus, en fait il y a ça et là un autre élément de style propre à Ramuz, avec l'oralité (ici paysanne) transcrite.
Par exemple:
ni l'un ni l'autre ne bougèrent, quand Joseph se leva, ni ne parurent le voir passer. Et lui, pareillement, ne les regarda point; pareillement, il n'eut l'air de rien voir, ni dans le chalet, ni hors du chalet, ni ce qu'il y avait devant la porte.
Un passage comme celui-ci est plutôt pataud, pas loin de la balourdise avec son double pareillement, sauf à le lire avec un ancestral accent paysan vaudois qui enjolive, en authentifiant, la proposition scripturale.
Autre singularité:
L'usage généreux, tendance copieux parfois -et ça me plaît beaucoup- du point-virgule sert aussi à ne pas arrêter les phrases, au coulé de l'ensemble, une sorte de liant général.  





Un exemple similaire de ce procédé littéraire, bien sûr toujours dans La grande peur dans la montagne, avec l'oralité transcrite -comme des propos un peu gauches, à mots cherchés par une bouche usant de peu de vocabulaire- puis, tout à coup, Ramuz se met à écrire avec des pinceaux (comme Jean-Paul Michel prétend écrire avec des ciseaux), et le mouvement dynamique, la kinesthésie du texte en quelque sorte, jaillit:
Chapitre V a écrit:Il y a eu cette première journée plutôt courte quant au soleil qui s'est vite caché pour nous. Vers les cinq heures déjà, on l'a vu qui commençait à être mordu dans sa partie d'en bas.
Ce jour-là, c'était une sorte de corne surmontant une des arêtes; elle est entrée en coin dans le bas du soleil, comme quand on veut fendre une souche.
Le soleil fut fendu, en effet, d'un bord à l'autre. On voyait là-haut ses deux parties s'écarter toujours plus; puis elles tombèrent chacune de son côté, comme si elles allaient vous rouler dessus. Deux gros tisons d'un rouge sombre, qui cependant restaient suspendus, mais ont vite diminué de grosseur. Et, ensuite, ce fut comme si la corne, puis la paroi la supportant se mettaient à pencher, penchaient de plus en plus; et elles ont laissé se détacher d'elles leur ombre, comme un vêtement qu'elles quitteraient. Il n'y avait plus de soleil. Il n'y avait plus que cette grande ombre qui a été sur nous, puis on l'a vue courir en arrière de nous grimpant aux pentes avec une grande vitesse,  les pentes d'herbe d'abord, puis les premiers rochers, un peu moins vite à ces premiers rochers; tandis que les choses changeaient d'aspect, et la couleur de tout et même le climat changeaient.  
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Tristram le Ven 3 Aoû - 1:59

Merci d'avoir souligné cet art ramuzien ! Je comprends ce que vous signifiez par pictural-dynamique : cette narration qui reste dans l'instant, coule avec le temps, ne permet pas de pauser, ni de réflexion sur ce qui (se) passe. Le lecteur est emporté, blousé par l'auteur qui à travaillé sa phrase jusqu'à figer l'action en l'entraînant sans cesse.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Bédoulène le Ven 3 Aoû - 8:03

merci Aventin, tu parles de prose comme tu parlerais de la poésie.

Tristram : " blousé par l'auteur qui à travaillé sa phrase jusqu'à figer l'action en l'entraînant sans cesse.
"
je te suis la-dessus !


Dernière édition par Bédoulène le Dim 2 Déc - 8:46, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Tristram le Sam 1 Déc - 15:29


_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Bédoulène le Sam 1 Déc - 18:32

merci Tristam !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ramuz Charles-Ferdinand - Page 4 Empty Re: Ramuz Charles-Ferdinand

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum