Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Jacques Perret

    Partagez
    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Jacques Perret

    Message par Aventin le Mar 30 Mai - 14:49

    Jacques Perret
    1901-1992

    Biographie:
    Jacques Perret nait le 8 septembre 1901 à Trappes dans les Yvelines.

    Second fils de Marc Perret, rédacteur principal à la préfecture de la Seine, et de Thérèse Roque.
    Enfance marquée par la première guerre mondiale au cours de laquelle son frère Louis est tué, le 25 septembre 1916 à Bouchavesnes dans la Somme.

    Après une scolarité à Montaigne puis Louis-le-Grand, il suit des études de français et de philosophie.
    De 1921 à 1923, il effectue son service militaire au Maroc dans le 29ème Régiment des Tirailleurs Algériens avec le grade de caporal et bataille contre les Chleuhs (NB: Berbères du sud marocain).

    Représentant chez Belin, puis brièvement professeur de français en classe de troisième, il débute en journalisme au Rappel et au Journal. Plusieurs voyages le mènent au Danemark, en Suède, au Mexique, Honduras, Canada, en Turquie et au Liban.

    En 1931 il entreprend une expédition en Guyane, pour le compte du musée de l'Homme pour l'aspect ethnographique, et des industriels Monteux et Richard pour l'aspect prospection d'or. Il revient sans or, mais riche de renseignements sur les indiens Emerillons. Une exposition est consacrée à cette expédition en 1932.

    Le 31 octobre 1931, mariage avec Alice Thiétry, professeur de français à l'Alliance Française. En 1932, naissance de leur fille Jacqueline. En 1934, un bref retour à la terre à Chissay-en-Touraine, dans le Loir-et-Cher, se solde par un échec agricole mais la même année voit la parution de son premier roman, édité chez Gallimard.

    De retour à Paris en 1936 le couple emménage rue de la Clef, Jacques Perret poursuivant sa vie de journaliste et de romancier.
    En 1938, naissance de leur fils Jean-Louis, second et dernier enfant.

    Mobilisé en 1939, il s'engage dans les Corps Francs au 334ème RI.
    Fait prisonnier en 1940 près de Longwy, il s'évade après trois tentatives en 1942 et entre dans le maquis au sein de l'ORA (Organisation de Résistance de l'Armée) jusqu'à la Libération.

    Avec l'argent du Prix Interallié il s'offre un voilier en 1951, et s'adonne avec passion à la navigation.

    Il continue d'écrire dans divers journaux et y pourfend régulièrement le droit-de-l'hommisme, la démocratie parlementariste, tout en affirmant son attachement au régime monarchique.

    En 1960 l'ancien combattant du 29ème Régiment des Tirailleurs Algérien, qui s'est battu pour la France dans le sud marocain, prend une part active à la défense de l'Algérie Française.
    Différents articles contre le général de Gaulle et quelques offenses à la Légion d'Honneur lui valent d'être déchu de ses droits civiques et radié des contrôles de la Médaille Militaire en mai 1963.
    Il s'engage également contre les réformes apportées dans l'Église par le Concile Vatican II.

    Sa dernière saillie faisant remous est pour l'émission "Apostrophes", de Bernard Pivot, dans les années 1980, où il s'affirme ardent défenseur "du Trône et de l'Autel".

    Il s'éteint à Paris le 10 décembre 1992.

    Détail d'importance: ne pas le confondre avec son homonyme Jacques Perret, le philologue inventeur du sens contemporain du mot ordinateur, décédé la même année que lui.

    (Source principale: site Jacques Perret, lien en toute fin de message)

    Bibliographie:

    Chroniques

    1953 Bâtons dans les roues, Gallimard
    1954 Cheveux sur la soupe, Gallimard
    1957 Salades de saison, Gallimard
    1964 Le Vilain Temps, Le Fuseau

    Romans et récits

    1936 Roucou, Gallimard
    1937 Ernest le rebelle, Gallimard
    1948 Le Vent dans les voiles, Gallimard
    1951 Bande à part, Gallimard
    1953 Mutinerie à bord, Amiot-Dumont
    1957 Rôle de plaisance, Gallimard
    1961 Les Biffins de Gonesse, Gallimard
    1969 La Compagnie des eaux, Gallimard

    Nouvelles

    1947 : L'Oiseau rare, Gallimard
    1949 : Objets perdus, Gallimard
    1951 : La Bête Mahousse, Gallimard
    1953 : Histoires sous le vent, Éditions Nouvelle France
    1955 : Le Machin, Gallimard
    1981 : Tirelires, Julliard

    Souvenirs

    1947 Le Caporal épinglé, Gallimard
    1975 Grands Chevaux et Dadas, Gallimard
    1976 Raisons de famille, Gallimard
    1980 Un marché aux puces, Julliard
    1982 Belle Lurette, Julliard
    1985 Le Jardin des Plantes, Julliard

    Divers

    1964 Préface au Pantagruel de Rabelais, Gallimard
    1965 Rapport sur le paquet de gris, Aspects de la France
    1979 Préface à C'est ainsi qu'Allah est grand d'Alexandre Vialatte, Julliard
    1964 Trois pièces (Maximilien, Monsieur Georges, Caracalla), Éditions Gallimard (théâtre)
    1989 Les collectionneurs, Le Dilettante
    1991 Articles de sport, Julliard
    1992 Comme Baptiste...ou les tranquillisants à travers les âges, Le Dilettante
    1996 François, Alfred, Gustave et les autres, Le Dilettante
    2004 L'Aventure en bretelles, suivi d'Un Blanc chez les Rouges, Le Dilettante
    2005 Chroniques, Arcadia Éditions
    2009 Les sept péchés capitaux, Via Romana
    2012 La République et ses Peaux-Rouges : chroniques d'Aspects de la France, T.1, 1948-1952, Via Romana.

    (source principale Wikipedia).


    Qu'en dire ?
    Un écrivain que j'avais inscrit à mon index personnel, par suivisme discipliné envers les zavis-zautorisés de ma jeunesse, qui le snobaient en raison de ses prises de postions publiques.
    Erreur, une fois de plus. Mais erreur qui me vaut la joie de le découvrir seulement maintenant.

    Un épatant styliste, ce Jacques Perret.
    Lire la forme, la manière de Perret -le fond on en pense ce que l'on veut- a un côté soin de désintoxication, à la fois stimulant pour l'appétit du lecteur, soulageant par son humour altier, et expulsant pour les abus de style script contemporain qui nous guettent tous, le tout servi par un sens narratif assez brut, semblant inné.

    Sa lecture est d'un abord très aisé, mais je conseille la modération, dégustez lentement, très lentement afin de recueillir toutes les nuances de sa palette.

    Mais laissons donc la parole aux belles plumes de Roger Nimier et de Patrice Delbourg:

    Roger Nimier a écrit:Le style de Jacques Perret, avec ses longues phrases enchevêtrées, écailleuses, drôlement bien construites mais toujours bien d'aplomb sur leurs pattes, n'est pas sans rappeler la démarche des plésiosaures. La luxuriance de ce style s'accorde mieux avec une époque de création ou de cataclysme qu'avec une période d'inventaire prudent.

    Patrice Delbourg a écrit:Sa virtuosité de bretteur chouan flirte volontiers avec une préciosité à jabot, en se gardant toutefois de quelconques scories affectées. (...) Le "Gary Cooper de la belle ouvrage", polémiste de l'Algérie Française, navigateur au pifomètre, conserve jusqu'à son dernier souffle un attachement paysan au sol et pratique un esprit frondeur d'ascendance voltairienne.

    Il demeura longtemps notre unique féodal, notre dernier défenseur du trône, de l'autel, barricadé dans sa grande nuit du Moyen-Âge. Le chant le plus funèbre est encore un acte d'espérance; le vrai désespoir n'a pas de voix. Surtout quand il émane de celui qui resta longtemps notre dernier mousquetaire exilé dans les praticables des "vélo-drames", d'un olibrius qui aimait à s'affubler de braies et d'un casque gaulois.

    Monarchiste, mérovingien, paladin des causes ultimes aux antipodes des bonnes consciences capitonnées, la mémoire de Jacques Perret prétend avec légitimité à la statue de marbre de nos voltigeurs d'exception.


    Un site dédié, fourni, recommandable.





    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Re: Jacques Perret

    Message par Aventin le Mar 30 Mai - 14:52

    Le Caporal épinglé
    Souvenirs, livre paru en 1947, environ cinq cents pages.
    Jacques Perret a insisté pour que "Le Caporal..." ne soit pas classé parmi ses romans, mais étiqueté comme "souvenirs".
    Entendez par ce distinguo qu'il ne doit pas y avoir équivoque pour le lecteur, ce sont des évènements réels, certes un rien retravaillés sous la plume, durant deux années de rédaction, de 1943 à 1944, dans la clandestinité du maquis (et donc tout de suite après que les évènements décrits se soient déroulés).

    Un texte long comme une attente de libération, divisé en chapitres titrés assez brefs, bichonnés tels de faux Ausweise.
    Sur une fiction, l'auteur se serait sans doute permis d'émonder quelque peu, mais là, il s'agit de rendre témoignage, d'où ce pavé, interjeté depuis l'entre-barbelés.

    J'ai eu la chance de le lire dans l'édition originale nrf 1947, avec du papier d'une qualité inférieure à celle de mise, d'ordinaire, dans ces parutions, un piètre encrage laissant au lecteur le soin de deviner quelques mots, si ce n'est une ligne parfois, et même quelques fautes d'orthographe passées inaperçues avant mise sous presse.

    Bref, une édition qui respire l'immédiat après-guerre et les moyens du bord, la vie qui reprend, et cette petite note supplémentaire inattendue était parfaitement dans le ton du contenu de l'ouvrage.

    De tout ce que Perret fit paraître, ce fut d'assez loin sa meilleure vente.
    Jean Renoir en tirera en 1962 un film au titre éponyme, grand habitué des ciné-clubs d'avant le Web.

    En y réfléchissant, vu le sujet, tendance grave et lourd (l'armée française en déroute, la captivité, les stalags, la faim, le froid, les travaux forcés, l'éloignement d'avec les siens, bref, tout ce qui fait le quotidien d'un soldat vaincu et emprisonné pour une durée inconnue), et vu les circonstances d'écriture (le maquis, ce n'est quand même pas la table au coin de la fenêtre et du foyer familiaux), il en fallait, de l'humour, du détachement altier, pour oser ces cinq cents pages-là, qui ont leur dose de légèreté -on s'y marre à belle fréquence.

    Sous le calot à deux pointes, élevage à pouilleries, le miteux, boueux, puant et esquinté manteau militaire flanqué d'un large "f" blanc dans le dos (pour "flüchtig", fugitif), l'estomac toujours vide et l'onglée aux doigts on reconnaît sans peine la grande noblesse de genre, celle d'épée et de mérite, celle qui réussit l'incroyable tour de force d'allier argot parisien et argot de stalag avec l'imparfait du subjonctif, celle qui pénètre et analyse gens et situations et les restitue en quelques traits vifs et drôles, toujours magistralement croqués parce que finement observés.

    Noblesse de goûts et d'honneurs, ceux de ne pas verser dans le manichéisme outrancier, il n'y a pas spécialement de bons et de méchants (excepté, peut-être, Gamelin, Bazaine, les généraux de la France de la ligne Maginot, et le régime de Pétain), au reste les allemands ne sont jamais désignés en termes (trop) péjoratifs, mais plutôt argotiques.

    C'est bien, c'est beau, cher Jacques Perret, qu'à partir d'une situation pareille, le cocasse, le jubilatoire de la situation des "Kriegsgefangene" soit toujours privilégié, le lecteur vous en est reconnaissant !


    mots-clés : #deuxiemeguerre
    avatar
    Tristram

    Messages : 1118
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    Re: Jacques Perret

    Message par Tristram le Mar 30 Mai - 20:52

    J'avais été frappé par Roucou (ou "se perdre en forêt guyanaise").

    « Mais, au lecteur que pourrait tenter une excursion en ces parages, je confierai qu’en naviguant trois jours sur le Tampoc, en amont de la crique Alice [qu’il a découverte, et baptisée du prénom de sa fiancée], en prenant alors le tracé sud-est qu’il tâchera de trouver sur la droite à vingt coups de pagaye en aval d’un groupe de huit carbets, il découvrira, après sept jours de marche, sous un solide abri de feuilles de pinot : une demi-bombe de farine, un litre d’huile et cinq boîtes de lait condensé. »
    Jacques Perret, « Un Blanc chez les Rouges » (derniers mots de l’article, paru dans Le Matin du 20 novembre 1932)


    Autre homonyme (ou homophone), Benjamin Péret, poète surréaliste que j'avais aussi beaucoup apprécié.
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Jacques Perret

    Message par animal le Mar 30 Mai - 22:44

    Des extraits du Caporal épinglé ?


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Re: Jacques Perret

    Message par Aventin le Mer 31 Mai - 12:05

    @animal a écrit:Des extraits du Caporal épinglé ?
    Volontiers,

    (NB: Le bouteillon, c'est le ragot, le bruit, la rumeur en argot bidasse de l'époque)
    Le Caporal épinglé a écrit:…C’est un fait certain que les bouteillons de classe et de libération ne vont plus suffire à nous tenir tranquilles. L’espèce de crédulité semi-comateuse où nous étions tous réduits commence à se dissiper, l’espoir se fait moins frénétique et les bobards accumulés pour étouffer les idées de fuite se laissent entamer par l’approche du printemps. Nul courrier spécial ayant crevé vingt chevaux depuis Vichy ne nous apportera un beau matin la liberté officielle timbrée au double sceau de la francisque et de la croix gammée, ou alors c’est que tout l’honneur de la France aura passé au paiement de la rançon. Non, la liberté, la mienne, j’en suis bien certain maintenant, c’est une petite affaire qui me regarde. Le docteur n’en est pas moins persuadé, mais il a des scrupules :
    — Un peu cucu à dire peut-être, m’a-t-il confié, mais j’ai la prétention d’être encore utile ici, pour l’instant en tout cas.
    Je suis bien convaincu que ce renoncement à la fuite n’est pas une dérobade, mais un sacrifice. A tout hasard il s’amuse pourtant à travailler la carte avec moi. C’est une petite carte que Nana m’a fait parvenir dans un pain d’épice avec une boussole qu’on pourrait se mettre au cou comme un médaillon. Depuis que j’ai cette boussole, depuis que je la sens planquée à mon chevet derrière une latte reclouée, c’est comme si j’avais déjà un pied dehors et j’en tire une sérénité intime, une assurance, comme si Ariane en douce m’eût déjà glissé dans la main le bon bout de son fil. Avoir son petit Nord bien planqué à la tête du lit, c’est quelqu’un. Puisqu’en France les phares se sont éteints, il faut bien se démerder tout seul dans ces remous de sargasse où braillent et pleurnichent d’équivoques sirènes. Sur la dunette c’est le bordel, le porte-voix cafouille et le compas n’a plus de jus, mais ça n’a pas d’importance, je suis dépanné, j’ai ma petite boussole à moi maintenant, ma petite aiguille tout spécialement magnétisée pour me conduire rue de la Clef, Paris Vème, et je vais me tailler ma route à mon idée, choisir mon cap, appareiller à mon heure.

    Tant que j'y suis, une petite image (pas signée Perret, qui dessinait fort bien dit-on, ce qui lui valut au reste une spécialité de tatoueur-bidouilleur-avec-des-moyens-de-fortune lors de de sa captivité):


    Tant qu'à faire, voici le tout début, comme ça vous êtes en train, il n'y a plus qu'à continuer - le premier chapitre s'intitule "Les trente-six chandelles".
    Les trente-six chandelles a écrit: C'est fini les histoires de boue glorieuse.
    Nous sommes quatre, couchés ventre à fesse dans un paquet de mouscaille sous une couverture mal tendue qui fait une poche d'eau suintante. Crevés de faim, de fatigue et de dégoût, nous nous ratatinons dans une somnolence sordide. Ne pas bouger; serrer les épaules, bloquer les mâchoires, raidir le derrière, crisper le ventre et crisper aussi la tête si possible. La retraite, la défaite, le chahut des derniers combats, la grande rafle, on verra olus tard à comprendre. Pour l'instant c'est la faim et la pluie. Ne pas remuer la boue. Contre la misère faire le mort. Mon voisin a logé ses fesses dans le creux de mon estomac, pourvu qu'il ne bouge pas, le clapotis me remonterait jusqu'au nombril. Dans le dos je sens Pater, fidèle Pater; il est collé contre moi et me souffle dans la nuque des blasphèmes grelottants.  
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Jacques Perret

    Message par animal le Mer 31 Mai - 12:46

    Merci, il a l'air diablement efficace à emmener son lecteur !


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Re: Jacques Perret

    Message par Aventin le Mer 31 Mai - 12:52

    @animal a écrit:Merci, il a l'air diablement efficace à emmener son lecteur !
    En effet !

    Si vous comparez les deux extraits, il saute aux yeux que Perret a plusieurs plumes à son stylo.
    La première manière, un rien mâtinée de tournures traduisant l'impatience, rend à merveille un instant en particulier.
    La seconde, utile pour l'ambiance déroute-misérable par laquelle il souhaite qu'on entre dans le livre, peut être qualifiée de style Célinien-Sartrien, ou peu s'en faut.

    Et il y en a d'autres !
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Jacques Perret

    Message par topocl le Ven 2 Juin - 17:53

    J'achète le caporal épinglé, certains sont intéressés que je le fasse tourner?


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Jacques Perret

    Message par animal le Ven 2 Juin - 22:29

    je ne dis pas forcément non.


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Re: Jacques Perret

    Message par Aventin le Lun 5 Juin - 22:12

    Je prête aussi très volontiers mon exemplaire nrf 1947 (mp pour les intéressés).





    Un général qui passe
    Recueil posthume de six nouvelles, paru en 1995.


    Au décès d'un auteur, on assiste en général à un engouement passager pour ses ouvrages disponibles, et c'est parfois l'occasion de nouvelles éditions.
    Et puis, quand ce filon-là s'épuise, deux ou trois années plus tard, vient le tour des fonds de tiroir et aussi des découpages, commodes lorsque l'écrivain, comme c'est le cas de Perret, compte des nouvelles au nombre de ses parutions.

    Je ne suis pas très bon client, d'ordinaire, pour ce type de mélange hétéroclite, que l'éditeur a le front de qualifier d'"anthologie" de surcroît, mieux vaut, du moins est-ce mon ressenti, publier à nouveau les ouvrages tels qu'ils furent visés par l'auteur de son vivant.
    Mais, bon.
    Un petit laisser-aller sur mes principes m'a paru acceptable, s'agissant de découvrir Perret, un léger balayage via morceaux choisis n'est pas sans commodité.

    Six nouvelles donc, extraites d'Objets perdus (1949) pour Objets perdus 30 pages environ, Jean sans terre 20 pages environ.
    D'Histoires sous le vent (1953) pour Un général qui passe 80 pages environ, Une belle figure qui s'en va 20 pages environ, Le mégot 15 pages environ.
    Et de L'oiseau rare (1959) pour Le Tourangeau de Winnipeg 30 pages environ.


    Un général qui passe ouvre le recueil et lui donne son titre, c'est un bon moment de lecture, pas mal de truculence, des personnages, pour grotesques (ou simplement drôles) qu'ils puissent être, très bien brossés y compris les secondaires, sous la plume d'un Perret qui avait, à l'évidence, décidé de s'amuser.
    Le sujet, parce que rien qu'à l'énoncer on entrevoit la porte ouverte au potentiel bouffonnant:
    Un général sud-américain en fuite, au soir de sa vie, rencontre un docteur français, passionné de Grand Hommes qui ont jalonné l'Histoire et de la fin qu'ils eurent...  

    J'ai moins apprécié Le Tourangeau de Winnipeg, pourtant non sans qualités (le personnage principal, l'olibrius paysan des environs de Tours en exil improbable dans l'Ouest canadien, vaut son pesant de pages encrées), ainsi que Jean sans terre, qui, lui, ne vaut que par l'allégorie (on me rétorquera sans doute que ce n'est déjà pas si mal !).

    En revanche je découvre que Perret a chassé sur les terres du réalisme magique, cher, par exemple, aux Marcel Aymé, Miguel-Angel Asturias, Gabriel Garcia-Marquez & consorts:
    Une belle figure qui s'en va, histoire d'une figure de proue de goélette dotée de parole et du mouvement, et qui désire s'en aller, Le mégot étonnant détritus trouvé sur un rocher au milieu d'un fleuve guyanais, alors que la région passe pour inviolée et que les environs sont déserts de toute présence humaine.

    Gardons pour la fin Objets perdus, une histoire de deux prisonniers fugitifs sur le point de franchir la frontière entre l'Allemagne et la France, on sait à quelle source Perret a puisé, c'est drôle et léger, disons-le tout net: retrouver le Perret du Caporal, ça me plaît beaucoup.



    Recul pris sur cette compilation, et bien... elle donne envie de lire le recueil Histoires sous le vent in extenso.


    avatar
    Aventin

    Messages : 147
    Date d'inscription : 10/12/2016

    Re: Jacques Perret

    Message par Aventin le Mar 6 Juin - 10:47

    Dans la musette du Caporal
    Sept nouvelles, rassemblées par Jacques et Louis Perret (petits-fils de l'auteur), parution chez Le Dilettante en 2011.


    Cent quinze pages de textes de Perret, "jamais parus en volume ou inédits" selon l'introduction (traduisez que chacun de ces textes sauf deux furent publiés sous forme d'articles), livre qui a l'avantage d'être aisé à trouver.

    Ces nouvelles gravitent autour de la guerre, la deuxième guerre mondiale pour toutes sauf La mort de mon grand frère, qui se rapporte à la guerre de 14-18.

    On est dans le domaine des souvenirs et témoignages divers plutôt que dans celui de la fiction, registre de Perret qui me semble pour l'instant, à ce stade de la découverte de l'auteur, à priser particulièrement.

    Comme dans le Caporal, nombre de pages traitent de sujets ne prêtant plutôt pas à sourire, mais attaqués sous un tel angle que l'humour perce sans peine et couvre le tout, l'ensemble étant servi par ce style atypique, très plaisant, déjà évoqué.
    Pour un exemple valant tous les descriptifs, prenons cet extrait d'"Accident du travail", véritable numéro de funambulisme littéraire.

    On remercie, au passage, le subjonctif de sa présence active au service de la phrase, temps de conjugaison qui était supposé être déjà remisé au musée de la langue française aux dates d'écriture, et qui trouve là un plein-emploi totalement justifié (jouez à ré-écrire de tête ce passage, sans mot-à-mot et sans employer le subjonctif, puis confrontez votre résultat avec ce qu'obtient Perret, c'est probant, je pose pour ma part un CQFD):
     
    Accident du travail a écrit:Oui, je pourrais le dessiner, avec sa tête un peu carrée, l'ongle trapu et ras, la jointure un peu cornée mais luisante avec deux ou trois poils follets et blondins. Avec son air humble et résigné, sa mine de piéton routier voué à toutes les boues et toutes les sueurs. Il était quand même un petit seigneur car il n'aimait pas qu'on lui marchât dessus. Toujours à la peine dans nuit d'une chaussette écœurante, il cherchait malicieusement d'en rompre les mailles; il cultivait la délectation morose à l'évocation de ses grands jours, soit qu'il frétillât dans le sable chaud des plages qui le faisait si propre et si coquet, soit qu'il clapotât sur le pont des cargos balayés par les lames, soit qu'il pataugeât tout ému, un peu fiévreux, dans les gravillons aurifères de l'Amazonie ou qu'il s'affalât, voluptueux, sur les tapis de haute laine comme un orteil de sultan. Maintenant, il est là solitaire et pourrissant dans la poubelle. Mais peut-être qu'il bouge encore avec de petits mouvements spasmodiques, attendrissant comme une papatte d'araignée. Et quand je pense que me voilà profitant de l'occasion pour faire de la littérature, je ne trouve pas ça très joli.  

    Deux nouvelles (La mort de mon grand frère et Ramos) sont nettement plus poignantes, surtout la première.

    Certes une dose d'humour y est instillée, ce n'est pas contestable, mais Perret laisse poindre des accents qui bouleversent, cela semble (précaution, je ne connais pas encore suffisamment l'œuvre de cet auteur) exceptionnel chez lui, et dans cet exercice-là aussi il s'avère d'un habile doigté, disons que ça "fonctionne" impeccablement bien.

    Vous trouverez ici un pdf contenant quelques extraits et, en toute fin, la table.



    Contenu sponsorisé

    Re: Jacques Perret

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:27