Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Volker Schlöndorff

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par Chamaco le Mar 11 Juil - 15:20

@topocl a écrit:
@Chamaco a écrit:et si les personnages avaient d'autres rôles, que l'un ne serait pas auteur à succés et l'autre avocate friquée, la fin de l'histoire aurait été bien sordide, bien loin du clinquant rendant cette aventure engluée dans la masse des occasions ratées.
Je ne les ai pas trouvés gais gais, à la fin. Je crois que les riches et les pauvres sont à égalité devant l'amour. Mais comme on dit l'argent ne fait pas le bonheur mais y donne un petit coup de pouce, c'est sûr.

@Chamaco a écrit:Fort possible, d'ailleurs est-il dit pourquoi ils se sont séparés 17 ans plus tôt nos deux tourtereaux estropiés..?

C'est dit dans el film. lui partait toujours la laissant insatisfaite.
Et il a eu une liaison qui a donné naissance à sa fille. Il ne l'a pas rappelée "pour ne pas la blesser" selon sa belle ligne de vie courageuse, dont il se mord les doigts maintenant..

Merci Topocl pour ce commentaire dont je partage les grandes lignes et de ton complement d'information qui ravit mon âme d'adepte d'un disciple de Sinope dont la lanterne était tombèe soudain en panne. Je dois avouer que en litterature comme au cinema lorsque je croise ce type de personnage principal avec un ptit air d'Hemingway je brandis mon paratonnerre qui brouille souvent le message des testosterones disparaissant sous une amnésie asexuée.. Volker Schlöndorff - Page 2 3866672782 Volker Schlöndorff - Page 2 3866672782 Et pour cerner le film je comprend mieux l'état de vetusté dans lequel se trouvait l'appartement de sa nouvelle conquête, en fait trivialement : c'est un gros égoïste ce mec...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : entre ombre et soleil

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par topocl le Mar 11 Juil - 17:54

Je ne connais pas très bien Hemingway, mais il me fait l'effet d'un gros macho parfaitement assumé, non? Alors que Max joue suffisamment subtil pour se faire croire qu'il est un type bien, qui veut juste ne pas blesser ces dames...

Quant au nom de Zorn, c'est bizarre, non? Vous avez une idée d'explication?

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par Chamaco le Mar 11 Juil - 19:00

Zorn en allemand : colere, rage, courroux...
C"est aussi le nom préceltique d'une rivière
pour Hemingway, oui, macho assumé, jusqu'au jour où les dégâts de l'alcool ont fait leur oeuvre...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : entre ombre et soleil

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par topocl le Mar 11 Juil - 19:46

Oui, pour Zorn, mais c'est aussi le pseudonyme de Fritz Zorn, l'auteur de Mars où cet auteur suisse raconte son cancer et ses névroses, et règle ses comptes avec sa famille. Schlöndorf ne peut pas ne pas y avoir pensé.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par animal le Mar 11 Juil - 22:07

C'est le mélange bluette projetée par le bonhomme et égoïsme (presque) discret qui m'a bien plu. Il y a une certaine ironie a posteriori sur ces "occasions manquées". Malgré tout il ne pousse pas à la comédie ou n'appuie pas lourdement sur les failles et faillites de l'un comme des autres. Cette perspective sur le temps est pas mal arrangée.

Niels Arestrup en "personnage" ça fait un beau spécimen de type en fait pas sympa ou apparemment pas sympa avec lequel on fait avec ou plus.

J'aime bien son humour... hum, "sérieux" à Volker Schlöndorff.

Pour Zorn je ne sais pas.

J'aime bien aussi ta manière d'annoncer tes réticences topocl, on dirait presque du panda des fois. Volker Schlöndorff - Page 2 3866672782

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par topocl le Mer 12 Juil - 10:44

En fait la scène d'entrée, qui est très bien menée, on croit d'abord que c'est une confession intime de Max, puis on découvre que
Spoiler:
c'est une lecture
, mais évidemment c'est les deux. Elle oriente le film vers quelque chose de très sérieux, comme une réflexion sur la vie. Il parle  de la mort de son père, philosophe et de ses dernières pensées, le remord au seuil de la mort, tout ça... C'est presque plombant. Et ça oriente notre perception du film, veut lui donner un sens. Mais ce n'est que l'histoire assez banale d'un écrivain malheureux qui essaie de rattraper une femme qu'il a laissée échapper il y a 17 ans, par sa maladresse et son inaptitude à se mettre à la place de l'autre.

Un écrivain rattrapé par un amour de jeunesse et à qui ça casse la vie, je viens de lire ça dans Un soir de décembre de Delphine de Vigan: il n'y avait pas tout ce galimatias pseudo philosophique. C'était sans doute plus honnête (mais nettement moins bon).

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par animal le Mer 12 Juil - 12:46

J'ai bien aimé aussi les divers moments pendant lesquels il ressort sa soupe à différents interlocuteurs (interview radio ou autres).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par Arturo le Dim 24 Sep - 19:48

Le tambour (palme d'or à Cannes) :

Volker Schlöndorff - Page 2 14649510

Ils ne sont pas flippants les yeux de ce gamin ? affraid
Spoiler:
mais il fait penser aussi à lui : Laughing
Volker Schlöndorff - Page 2 A4hm0t10

Je n'ai pas (encore) lu le livre de Grass, bien qu'il soit dans ma PAL depuis fort longtemps, mais le visionnage du film devrait me motiver à franchir le pas !
J'imagine qu'avec ce type d'histoire, il y a de la place pour un grand roman.
Le film est assez étrange au final, plutôt décalé. Burlesque, grinçant, grotesque, dérangeant.
Mais je ne me suis pas ennuyé sur les 2H15 (sauf sur les répétitions où l'enfant crie pour faire exploser tout ce qui bouge).

De beaux passages, l'air de rien, sur la montée et la folie du nazisme.
Volker Schlöndorff - Page 2 Thumb_10
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par animal le Dim 24 Sep - 20:37

Ah c'est clair que ce n'est pas commun comme affaire ! Récup' pour t'accompagner :

Volker Schlöndorff - Page 2 Le-tam10

Le Tambour (1979)

Dans la ville de Dantzig, après nous avoir conté l'histoire de sa mère, et un peu celle de sa grand-mère, Oskar nous raconte et nous rend témoins de la sienne. Partagé entre les deux amours de sa mère et l'Allemagne et la Pologne. A trois ans Oskar a décidé d'arrêter de grandir, au prix d'une cascade spectaculaire et savamment orchestrée, et c'est sous une forme d'enfant vaguement démoniaque qu'il traverse et jumelle la montée du nazisme et la seconde guerre mondiale. Le spectateur est partagé entre effroi, amusement, souffle romanesque et quelques quantités de sentiments contradictoires.

Dans une forme très Volker Schlöndorff ou très "bon ton bon garçon" (pour reprendre de mémoire sa façon de le dire), c'est à dire que c'est simple et qu'il y a une certaine réticence à en rajouter, mais qui néanmoins déborde dans l'imaginaire et développe un burlesque terrible, le film déploie toutes les dimensions non linéaires de cette histoire à tiroirs.

De décalé, pas commun, le film s'installe et devient magnétique. Dramatique et tissé d'émotions fortes mais sans se reposer sur une sympathie ou empathie trop forte pour ce gamin terrible qui n'en est pas tout à fait un et qui vaille que vaille et comme d'autres habitants de ce lieu n'est pas que d'un côté de la barrière.

On note aussi des bizarreries de forme comme les flashbacks en couleurs mais tournés à l'ancienne (vitesse et image saccadée) ou des images marquantes comme le pique-nique des comédiens nains en uniforme allemand sur le toit d'un bunker.

Un film déroutant, heureusement vu sur grand écran, et dans sa récente version "director's cut", qui est un des rares à oser et à aborder certaines dimensions littéraires (appelées plus haut non linéaires) de la mise en œuvre du récit.

Dans une petite intervention après la projection le réalisateur a pu parler de l'adaptation littéraire justement et de son film, les choix qui se sont faits. Avec beaucoup d'humour et de simplicité.

C'est difficile de parler de ce film, il faudrait faire des gestes et des grimaces, raconter des anecdotes, laisser les choses et l'atmosphère revenir...

Volker Schlöndorff - Page 2 19756510

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par Arturo le Lun 21 Mai - 22:11

La servante écarlate (1990) :

La flemme de lire le bouquin qu'on m'a vendu comme assez pauvre du point de vue du style, alors je me suis rabattu sur le film, d'un réalisateur a priori bon.
Alors ... Le concept de l'histoire est vraiment intéressant en effet.
Par contre je n'ai pas été très emballé par le film. Ni mauvais ni bon, moyen quoi. ça se regarde, mais c'est assez terne dans le traitement.
J'ai l'impression d'un raté du réalisateur.
ça fait très "américain". Bref, je m'attendais à mieux.
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par animal le Lun 21 Mai - 22:15

Pas vu celui-là !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Volker Schlöndorff - Page 2 Empty Re: Volker Schlöndorff

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum