Magda Szabó

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Magda Szabó

Message par églantine le Dim 4 Déc - 21:36

Magda Szabó
(1917-2007)


Née dans une famille cultivée de la bourgeoisie, elle finit ses études de hongrois et de latin à l'université de Debrecen en 1940 et commence à enseigner dans sa ville natale, puis dans le lycée protestant pour filles de Hódmezővásárhely. À partir de 1945, elle est employée par le ministère de la Religion et de l'Éducation jusqu'à son licenciement en 1949, année où on lui retire également le prix Baumgarten. En 1947, elle se marie avec l'écrivain Tibor Szobotka (1913-1982). Elle écrit ses premiers recueils de poèmes, comme Bárány ou Vissza az emberig. Ses premiers livres paraissent juste après la Seconde Guerre mondiale. Puis s'ensuit, pour des raisons politiques, dans la dernière période du stalinisme, un long silence littéraire, rompu seulement vers la fin des années 1950, où elle connaît alors un grand succès.

En 1959, elle reçoit le prix Attila József, puis le prix Lajos Kossuth en 1978, le prix Pro Urbe Budapest en 1983, le prix Csokonai en 1987, le prix Getz en 1992, le prix Déry en 1996 et le prix Agnes Nemes Nagy en 2000. Son roman La Porte (1987) obtient le prix Betz Corporation (États-Unis) en 1992 et le prix Femina étranger en 2003. En 2007, elle reçoit le prix du meilleur roman européen pour Rue Katalin. Le premier volume de son autobiographie Für Elise, paru en Hongrie en 2002, appelle un second volume, auquel elle travaillait... Magda Szabó est un des écrivains hongrois les plus traduits dans le monde. En France, ce sont les Éditions Viviane Hamy qui éditent aujourd'hui Magda Szabó.

Œuvres traduites en français

Le Faon (Az őz), 1962
Fresque (Freskó), 1963
Dites à Sophie (Mondják meg Zsófikának), 1963
Bleu-île (Sziget-kék), 1967
La Ballade d'Iza (Pilátus), Seuil 1967, 2004
Les Parents perdus (Mózes egy, huszonkettő), 1970
Lala, Prince du pays des fées (Tündér Lala) (littérature jeunesse), 1971
Rue Katalin (Katalin utca), 1974, 2006
Le Vieux Puits (Ókút), 2008
La Porte (Az ajtó), 2003 — Prix Femina étranger
L'Instant (A Pillanat), 2009
avatar
églantine

Messages : 1830
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par églantine le Dim 4 Déc - 21:42

La porte .


Une bien étrange histoire que nous raconte Magda Szabo et qui nous laisse songeur longtemps après avoir refermé cette porte !

Une relation peu ordinaire entre une intellectuelle Hongroise (Maria Szabo elle-même )  et cette dame qu'elle prendra à son service comme femme de ménage...
D'entrée de jeu les cartes ne fonctionnent pas dans le sens habituel : c'est qu'Emerence, sollicitée pour le poste  en question , renverse la situation en exigeant des références à ses futurs employeurs :

«Je ne lave pas le linge de n'importe qui, dit Emerence».

Tout au long du livre , on tentera en vain de cerner ce personnage qui n'entre dans aucune case, aucune norme et fonctionnera toute sa vie en électron libre.

«Emerence était l'unique habitante de son royaume à une personne , plus souveraine que le Pape à Rome ...»

«Elle était intelligente , dotée d'un esprit froidement analytique , d'une logique imparable ,mais elle ne voulut pas se cultiver,, ni s'élever , ni oeuvrer dans l'intêrêt de la collectivité que ce soit sur ordre ou dans le cadre des campagnes , elle décida elle même ce qu'elle ferait , pour quoi , pour qui et dans quelle mesure , elle se cantonna à à un monde de plats de marraine et de chats aux pelages divers.

«Emerence avait  fait toute sa vie  des déclarations négatives .J'avais pu m'en rendre compte , son opposition était  de nature particulière , presque irrationnelle».

Ces quelques passages donnent un aperçu de l'immense complexité psychologique de cette femme ! Ange et démon , presque figure mythologique , Emerence semble ne pas faire partie de ce monde .

Un énorme bloc , une masse pesante qui n'a de cesse de travailler jour et nuit pour «la rue», se rendant indispensable à son entourage mais refusant toute reconnaissance en retour, balayant inlassablement les rues enneigées de la ville , oeuvrant pour autrui selon ses propres exigences... et une fois la tâche terminée, se réfugiant «derrière la porte», dans sa maison vécue comme une antre dans laquelle personne n'a jamais mis les pieds .

Pendant plus de 20 ans elle s'imposera dans la vie de Magda , régentant son quotidien, lui imposant les diktats de ses propres  lois internes apparaissant pour le commun des mortels comme des lubies, des originalités, des manies ou pour le mieux quelques fantaisies!

Insidieusement, au fil des ans, un lien affectif marqué par la domination de la servante sur sa maitresse se tissera et les asservira l'une à l'autre : ainsi Emerence entreouvrira-t-elle sa porte à Magda, cet acte constituant le pacte d'une union quasi sacrée et irréversible.
Lorsque Emerence tombera malade, Magda sera partagée entre le contrat tacite qui lui impose de laisser la vieille femme mourir toute seule dans son antre et son devoir de forcer la porte pour lui porter assistance : Elle outrepassera la volonté d'Emerence pour la sauver mais rompant à jamais le lien... ce qui conduira l'une à la mort et l'autre dans les affres de la culpabilité insurmontable.

Un récit qui dérange car les repères sociaux habituels sont balayés, Emerence parait presque irréelle, figure puissamment fantômatique dans cette bizarre incarnation : qui est-elle ? capable du meilleur comme du pire, passant outre  les lois, les codes sociaux, les devoirs de bienséance, et toutes formes d'acceptation d'un ordre auquel elle se soustrait, comme si elle n'appartenait pas à ce monde, ostensiblement secrète, machiavéliquement dominatrice et pourtant prête à se sacrifier pour aider son prochain dès lors qu'elle l'a décidé...

Un superbe personnage, attachant par l'ensemble de ses contradictions et l'incapacité qu'il nous est donné de comprendre toute sa complexité : il en découle un inévitable sentiment de frustration... Mais Emerence a-t-elle existé telle que nous l'a dépeint Magda Szabo ? Peut importe, c'est le personnage perçu et certainement recrée par Magda qui naît sous la plume de celle-ci avec une puissance quasi surnaturelle qui nous fascine, nous dérange, nous violente, nous attendrit et finalement nous laisse orphelin... Un grand moment de lecture pour moi, inoubliable et qui n'aura pas dévoilé tout son secret…
avatar
églantine

Messages : 1830
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par tom léo le Dim 4 Déc - 22:32

Je partage l'enthousiasme d'églantine pour Magda Szabo et ce livre en particulier.

Derrière les bizarreries apparentes, les lubbies et le secret cherché, il me semble que l'immense liberté du personnage d'Emerence, son dévouement à autrui dont parle églantine ET au même moment la/une porte reservée et fermée à l'autre sont intimement liés. Je ne peux pas m'aider à penser que cette porte cache le secret d'un être humain, l'intime qu'on ne partage pas, qu'on ne peut pas partager. Il y a une part en nous qui reste à tout jamais un secret pour l'autre et qu'il faudra accepter et rencontrer avec respect. Et, d'autre part, cette part existe en nous.

En ce qui me concerne, je nommerais cette part «l'âme», pour utiliser un vieux mot, néccessaire (François Cheng en témoignait récemment dans son nouveau livre!). On respecte, on se tient à distance, et on n'entre pas par effraction.
avatar
tom léo

Messages : 408
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par topocl le Lun 5 Déc - 9:19



La porte

Il s'agit d'un splendide portrait de femme, une vieille  femme, servante mais libre, et qui s'est construite sur les drames de sa vie. Mais surtout d'une relation tout à fait ambiguë, à travers  l'humble allégeance d'une femme de lettre face à une femme du peuple.
En effet, si elle tend à sacraliser Emerence, l'auteur trace un portrait d’elle-même, sans indulgence : psychorigide, pleine de de préjugés, accrochée à sa machine à écrire autant qu'à son intellect, à sa rationalité plus qu'à son cœur. A tel point qu'on se demande parfois pourquoi elle est fascinée par Emerence, avec ses humeurs, sa tyrannie, ses leçons perpétuelles, ses excès. Mais cette femme a un charisme, un passé et une intelligence affective qui l'expliquent.
Et on se demande encore plus pourquoi Emerence s’attache à sa « maitresse », ce n’est pas seulement pour Viola, le chien, c'est bien elle qu'elle l'aime, c'est que dans sa finesse elle perçoit en Magda (décidons de l'appeler ainsi et de faire la part belle à l’autobiographie) ce que l'auteur ne sait trouver en elle-même.

J'écrivais, j'étais encore jeune, je n'avais pas analysé à fond à quel point l'affection est un sentiment illogique, mortel, imprévisible

C'est au final dans le commentaire d'églantine que je me reconnais le mieux, c''est aussi pour moi
églantine a écrit:Un récit qui dérange
de par
églantine a écrit:l'incapacité qu'il nous est donné de comprendre toute sa complexité : il en découle un inévitable sentiment de frustration ......
En effet on n'est pas dans une histoire romanesque où tout colle et se suffit à lui-même, mais dans la vraie vie, où on ne comprend pas grand chose, où les mystères demeurent, où on se satisfait de ce qu'on a. et ce d'autant plus que ce bout de vie est raconté par une femme fascinée par autre qu'elle même, honteuse de sa propre « grandeur » et de ses petitesses.

La vraie vie ? Mais plus encore.
Par sa façon d'aduler Emerence, ( cette femme admirable par certains côtés, généreuse, «chrétienne» sans foi, mais aussi capricieuse, pire qu'exigente, et incapable de se mettre à la place de l'autre) mais aussi en se présentant elle-même comme si revêche, incapable d'un amour désintéressé, l'auteur fait entrer une part de subjectivité complète dans son récit, elle en est à la limite du pathétique par moment. Cette histoire est comme un conte où les personnages sont emblématiques et non de chair et d'os. Il y a d'ailleurs comme dans un conte des mystères, des pouvoirs quasi magiques,  une cache inviolable et tentatrice, la mort qui finit par ouvrir les yeux. Le chien  est  un compagnon fidèle et omniscient, qui prend par moments des allures de chœur antique. Tout  le véritable travail de l'écrivain apparaît là dans la transformation d'un récit autobiographique en un roman à la limite de l'onirique qui rend hommage aux petites gens.

(commentaire rapatrié)


mots-clés : #psychologique


Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 18:10, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2670
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par bix_229 le Lun 12 Déc - 15:56



LA PORTE

Quelques mots seulement pour confirmer l'impression enthousiaste concernant ce livre...

J'aimerais revenir sur le personnage central d'Emerence et de sa relation avec la narratrice dont elle fut la servante et qui dura de longues années.
Emerence est une femme rude en apparence, silencieuse, qui ne se livre pas. Son être véritable, elle ne le montre jamais, pire, elle s'acharne à le brouiller, à l'obscurcir...

On comprend assez rapidement qu'elle a subi de graves blessures morales, et qu'elles ne sont toujours pas guéries.
Ce qu'Emerence souhaite par dessus tout, c'est qu'on la devine et qu'on l'aime au delà de ce qu'elle tait, et malgré son agressivité insolite. Et particulièrement la narratrice qui l'aime tout autant...
Cette soif d'affection réciproque entre les deux femmes, ne sera qu'espérée, entrevue, mais finalement restera inassouvie.

Cette impression de frustration et d'inachèvement, c'est peut-être celle que nous ressentons quand il est trop tard pour y remédier et que nous pensons alors que décidément toutes les vies sont ratées.

C'est la force de Magda Szabo d'être quand même parvenue à sublimer cette femme qui l'aima tellement et d'en faire aussi un personnage inoubliable...

(Message récupéré)
avatar
bix_229

Messages : 3042
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par bix_229 le Lun 12 Déc - 16:00

Merci Eglantine pour cette romancière si sensible et  originale.
L' une des plus grandes de sa génération en Europe.
A redécouvrir la littérature hongroise de l' époque, la première moitié du 20e siècle et un peu plus.
avatar
bix_229

Messages : 3042
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par tom léo le Lun 12 Déc - 16:45



Rue Katalin

Originale: Katalin utca  (Hongrois, 1969)

CONTENU :
Le roman décrit les liens entre trois familles en proche voisinage dans la rue Katalin, dans le Budapest à partir des années 30. Pendant la guerre un des personnages principaux, Henriette, a seize ans. Elle meurt et change ainsi tragiquemment la vie de tous les autres jusqu'à la fin du roman qu'on pourrait situer dans les années 60. La rue Katalin devient le symbole, devenu inatteignable, de l'enfance, de la jeunesse, de l'amour et de l'harmonie entre les familles. Mais elle devient aussi le lieu d'événements qui provoquent tristesse et desespoir.

REMARQUES :
Après avoir lu déjà trois autres livres de cet immense auteur hongrois, je n'ai pu faitre autrement que de me procurer aussi celui-ci, paru également dans une nouvelle édition chez Viviane Hamy (merci!).

Ce roman aussi demande une certaine attention dans la lecture, particulièrement au début : les perspectives de narration changent assez souvent et quelques fois la vie est racontée plutôt du point de vie de l'un ou l'autre protagoniste. Certaines parties sont aussi écrit dans la première personne par certains acteurs (Iren). Des époques différents, des niveaux de temps semblent melangés et désorientent d'abord dans la compréhension. Plus tard on comprend doucement que ce jeu de cache-cache apparent avec le lecteur déboussolé n'est pas juste une demonstration inutile de l'auteur, mais qu'il ne fait que réflèter les liens intérieurs et profonds entre le passé et le présent, la mort et la vie, ainsi que les relations intenses entre les personnes. Des choses, apparaissant dans l'enfance et la jeunesse si inébranlables et sûres (nous l'avons tous vécues, n'est-ce pas?) se défont sous l'influence des événements et du temps qui passe.

C'est un fait survenu au temps de la guerre qui va influencer du fond au comble le tout, bien au-delà le cadre strict du temps de la guerre. Rien n'est plus comme avant et quelque chose se perd irrévocablement. On voudrait tant retenir un passé, mais c'est trop tard. Peut-être les protagonistes l'ont reconnu déjà, mais ils jouent encore le jeu, se font encore des illusions, continuant desormais leur vies qui auront des tracées et des inévitabilités d'une tragédie grecque.

Voilà, avec ces pauvres impressions je ne peux qu'effleurer les multiples niveaux de narration et donc de compréhension. Mais j'avoue : j'ai découvert lors de la lecture des choses dans lesquelles je me retrouvais, qui m'ont frappées dans mon propre ressenti.

Donc, récommandation de ce titre et de l'oeuvre de cette femme-écrivaine formidable!
avatar
tom léo

Messages : 408
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le faon

Message par tom léo le Mer 14 Déc - 7:14



Le faon

Originale: Az őz, 1959

La narratrice Esther – comme adulte une actrice avec du succès – se tourne dans ce regard en arrière vers son amant. Elle regarde les frustration de son enfance, où la famille anciennement aristocratique, avait dégringolé dans la misère et la pauvreté. Celles-ci ont été vécu comme une humiliation, une honte. La rencontre avec Angela, figure d'une grande harmonie en quelque sorte, suscite moins l'amour en retour que plutôt de la haine qui, elle, ne sera jamais même perçu par Angela. Un événement enraciné dans la grande Histoire va éloigner les deux l'une de l'autre. Plus tard, cela deviendra dramatique quand Esther aimante découvrira comme adulte qu'Angela est l'épouse de son amante !

La narration bascule dans les niveaux de perspectives entre les différentes stations de la vie, et elle me paraissait, au moins en français, comme assez exigeante et épuisante, même si la langue en soi ne pose pas de problèmes. La virtuosité de Szabo est la mise d'ensemble de tous les niveaux et fils différents, entre retour, regard en arrière vers l'enfance et puis la description d'un passé plus proche. Lentement se déploie une vue de plus en plus large, détaillée sur un drame seulement préssenti au début.

Mais ce qui me rendait la lecture difficile, en plus dans un temps très chargé par le travail, était l'atmosphère d'accusation, l'espérience difficile de sentiments de vraie haine indomptable. Assurement Szabo arrive avec maîtrise de revèler ce labyrinthe intérieur de jalousie, d'envie. Aussi dans la description de honte, de la humiliation liées à la pauvreté dans la première partie du livre. Observations très justes et percutantes. On pressent aussi, causés par les temps historiquement difficiles, les circonstances contrariants : avant, pendant et après la guerre, et sous différents régimes.

Mais probablement beaucoup seront sonnés par l'atmosphère « sombre » du livre. Tout en admirant le talent de Szabo j'ai du interrompre cette lecture, en attente d'un humeur, d'une disposition intérieure plus favorable pour goûter encore plus les finesses de détails ?!
avatar
tom léo

Messages : 408
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par kashmir le Dim 10 Sep - 19:07

Je découvre cette auteure, actuellement, en lisant La ballade d'Iza et c'est une vraie rencontre : j'aime autant l'écriture que le sujet et je m'oblige à lire par petites touches pour faire durer ce partage !


(Vous faites de très beaux commentaires sur les livres que vous lisez...)
avatar
kashmir

Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par bix_229 le Dim 10 Sep - 19:14

Pour l' instant, en tout cas, tu mets l' accent sur des auteurs que nous aimons
particulièrment.

Alors on essaie de les faire aimer...
avatar
bix_229

Messages : 3042
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par kashmir le Dim 24 Sep - 9:46

La ballade d'Iza



Quatrième de couverture :

Dans sa maison de la Grande Plaine, Mme Szöcs attend qu'on vienne la chercher : son mari est en train de mourir. A l'hôpital, Vince ne la reconnaît pas, et sa dernière phrase est destinée à Iza, leur fille trop aimée. Une fois son père enterré, Iza emmène sa mère vivre avec elle dans on appartement de Budapest. Elle a tout décidé, fait le tri entre meubles et objets à garder et à abandonner, arrangé la chambre, sans demander à la vieille dame -qui pourra " enfin se reposer " -ni son avis ni ses envies. Peu à peu la fragile vieille dame se pétrifie de la non-existence qui lui est ainsi offerte, jusqu'au jour où elle décide de retourner dans son village...


En portant le regard porte sur Etelka - Madame Szöcs - , le livre décrit , page après page,  les différents membres de la famille.
Il y a Vince, celui qui s'en va ( et qui est le centre de cette histoire, pour moi, davantage que la femme qu'il laisse seule), il y a Etelka qui, dans son chagrin, se réjouit d'aller vivre chez sa fille et espère retrouver la relation d'enfant à adulte qu'elles avaient toutes les deux, il y a leur fille Iza, devenue un médecin réputé pour son diagnostic et admiré et qui croit faire le bonheur de sa mère en l'emmenant à Budapest pour ne pas la laisser seule, son ex-mari, Antal, médecin lui aussi qui décide d'acheter la maison de Vince et Etelka au départ de celle-ci, la compagne d'Antal - Lydia - infirmière  qui accompagne Vince dans ses derniers instants de vie dans le cadre de sa profession (mais pas seulement).

Tout un ensemble de personnages et d'histoires individuelles, prétexte à raconter un peu d'Histoire de cette Hongrie des villages et d'une certaine pauvreté. Il se dégage de ce récit une atmosphère que l'on quitte à regret.


J'ai beaucoup aimé cette lecture, vous l'aurez deviné, et me réjouis de savoir que d'autres livres du même écrivain m'attendent.
avatar
kashmir

Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par Armor le Dim 24 Sep - 15:35

Spontanément cet auteur ne m'attire pas plus que ça, mais vous m'intiguez, tous, avec vos commentaires qui donnent envie d'être curieux !
avatar
Armor

Messages : 1515
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Magda Szabó

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum