David Goudreault

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

David Goudreault

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 12 Juil - 9:43

David Goudreault
Né en 1980


David Goudreault s'est d'abord fait connaître comme artiste slammeur et poète. Il s'est mis au roman sur le tard. Son œuvre est déjà assez accomplie dans la mesure où il s'est fait connaître dans différents réseaux. Il a endisqué certaines de ses performances slam. Il poursuit un genre d'engagement social à travers les performances qu'il mène. J'ai eu l'occasion de lire une entrevue qu'il a réalisée en compagnie du poète Patrice Desbiens dans le cadre du numéro anniversaire de la revue Les libraires. Ils ont tous deux partagé des références communes et David Goudreault a rappelé l'importante dette contractée à Yves Boisvert.

Bibliographie :

Poésie
- Premiers soins, 2012
- Mines à vacarme, 2012
- S'édenter la chienne, 2014
- Testament de naissance, 2016

Romans
- La bête à sa mère, 2015
- La bête et sa cage, 2016
- Abattre la bête, 2017

Théâtre
- 21 manches cubes, 2015

Discographie
- Moins que liens, 2009
- ÀpprofonDire, 2011
- La faute au silence, 2014

Mot-clé : #quebec


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 20 Juil - 8:29, édité 2 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: David Goudreault

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 12 Juil - 10:17

S'édenter la chienne (2014) :



Juste en relisant le recueil à tête reposée, j'ai eu l'impression que David Goudreault s'est inscrit dans la lignée des Josée Yvon, Denis Vanier, Yves Boisvert, Lucien Francoeur et Patrice Desbiens. J'avance une telle affirmation avec le recul des œuvres déjà lues.

Pour arriver à ce constat, il a fallu que je lise S'édenter la chienne une première fois. J'ai pris du recul, lu des poésies et j'ai fini par revenir à S'édenter la chienne. Entretemps, j'ai eu l'occasion de lire Premiers soins et j'ai fini par lire Testament de naissance. S'édenter la chienne sera difficile à dupliquer. Je dirais qu'il s'agit d'une œuvre qui deviendra une œuvre classique de poésie québécoise. David Goudreault s'y est dépassé et j'ai l'impression qu'il a beaucoup donné de lui dans cette œuvre.

La poésie comme telle est assez simple à comprendre et assimiler. On n'a pas l'impression d'être en face de métaphores opaques. Nous pourrions dire que ce genre d'écriture a tout pour réconcilier avec la poésie. Je pourrais d'ailleurs comprendre pourquoi cette poésie ne m'a pas sauté aux yeux dans un premier temps. Je vous laisserai donc avec quelques extraits en guise d'avant-goût, car elles ne sont pas nécessairement représentatives du projet d'ensemble, mais répondent plutôt à un critère d'éclat et de motifs poétiques.

Pomper le frein

T'ai vu venir
Comme un accident
À la dernière seconde
En pompant le frein
Suspendu dans le temps
Nos gueules et nos cœurs brisés
Sur le bord de la route
Avant même qu'on se touche
Je glisse en toi
Comme une ambulance
Sur une plaque de glace

(p. 39)

Dans ce dernier extrait, on peut voir l'influence de Patrice Desbiens... Dans l'extrait qui suit, je sens se profiler l'ombre d'autres poètes :

Cinq

Lave roches et cendres
Crache sur mes seins
Chaude tu disais crache
Fais-toi glisser mais
Tu pleurais souvent après

Tes amours impossibles
Les fumées enchevêtrées
Volutes et corps parfait

Crache tu disais crache
Tes seins magnifiques aussi
Toute chaleur en cendres suspendues
Je ne te crachais jamais sur le coeur

(p. 55)

Comme amateur de poésie végé, cet extrait me parle :

Non merci

Je boirai vos femmes
Fumerai vos viandes
Baiserai vos cendres
Et cracherai de la boue
À force de mordre la poussière

Sans lendemain ni fermer l'œil
Je m'empalerai sur vos sourires
Et attendrai encore une offre
Encore un petit verre
Encore une fois

(p. 108)

En tant que travailleur, je suis tombé au hasard sur cet extrait :

La chaîne

Des travailleurs
Vont chercher la matière première
D'autres la transportent
Et d'autres encore la transforment
Des travailleurs
Transforment encore d'autres matières
Pour emballer la première transformée
D'autres travailleurs l'entreposent
D'autres encore la transportent
Sur des milliers de kilomètres
D'autres travailleurs l'enregistrent
D'autres encore te la vendent
Un dollar
Un
Dollar

La valeur de ton achat

(p. 136)

Là-dessus, je vous réfère aux poètes nommés plus haut :

Tel que je le conçois

Dieu est une déesse émotive
Poétesse hépatique
Touillant nos sexes amourachés
Les chiens font chiennes chattes
Font les meilleures histoires
Argile ayant tendance à saisir
Le soleil n'a rien de spécial à y voir
Et la marée lave les péchés
De père en fils
À cycle doux

(p. 156)

Pour clore le tout :

Égotisme bien ordonné

En canne en boîte je conserve
Mes photographies de mal-aimées
Mes lettres en éclats lyriques
Certains dessous mémorables

J'installe ma chanson triste
Tamise mes armures
Me roule en croix
Jouis de mes plaies

Laisse-moi me reposer
Dans un état critique

(p. 187)

Retenez bien ce titre. On ne reverra pas un S'édenter la chienne de sitôt.

mots-clés : #poesie #quebec
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: David Goudreault

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 20 Juil - 8:22

Premiers soins :



David Goudreault est plutôt constant dans la livrée de ses poèmes si on en juge par la facture de Testament de naissance qui a suivi Premiers soins et S'édenter la chienne dans l'ordre... Je dirais quand même qu'il suit un peu l'héritage laissé par le poète Yves Boisvert. Revenons sur les entrefaites de Premiers soins.

À l'instar de Testament de naissance, je n'ai pas été soufflé par Premiers soins. Il faut quand même noter quelques fulgurances qui annoncent S'édenter la chienne :

«EN PARTICULIER»

Opération délicate
Aux premières heures
Assassiner l'enfance en soi
Planqué derrière la rage
S'extraire du monde réel
Égorger ce qui doit être
Rentrer le soir même
L'innocence en moins
Ne rien laisser voir
Le mal est moindre
Jamais assez mort muet
Se faire tomber dessus
Au moindre mal
Ne plus s'écrouler dedans
Atterrir sur ses espoirs élimés
Le vide le sol et la vie devant

(p. 12)

Comme vous pouvez voir, il s'agit d'une poésie très terre-à-terre et qui évoque le passé québécois.

«LES PRIORITÉS»

Débordante d'une chaise moulée
Une femme tordue me fait face
Me fait peur aussi

Elle est taillée au couteau
De l'intérieur

Elle marine depuis mille émissions
Dans ses rêves brisés et le rosé
Aux petites heures des matins
Où le soleil ne se lève
Sur aucun pôle
À pleurer

L'appel à l'aide suinte par chacun de ses pores
Dans le ventre de la bête bienveillante
Des soins précipités s'imposent
Mais elle habite de l'autre côté

De l'autre côté de la vitre
Encore elle s'oublie
Et me trie

(p. 17)

Émerge un certain mensonge :

«EXOSQUELETTES»

Dans le malaise des caresses inconnues
Sur les sites de mensonges où se leurrent les
rencontres
Dans les supermarchés et les salons de thé
Sur les calendriers de chatons
Dans les bibelots de dauphins
Sur la pointe des pieds
Dans les recueils de poésie et les séries américaines
Sur les graffitis déchiffrables
Sur des airs de chansons tristes
Dans nos serments de fers et nos promesses en l'air
Au fond
Tout au fond des choses
Nous cherchons des pansements de dentelles pour
nos miroirs brisés

(p. 28)

Les symptômes s'en font ressentir :

«AFFECTÉS»

Au téléthon de la bonne conscience
Les petits tordus font leurs stripteases
Les artistes plus putes encore jouent sans cachet
Les chercheurs paient leurs factures en ligne
Je me caresse la mauvaise foi
Et un kyste bénin

(p. 55)

Nous pouvons voir dans cette mesure que David Goudreault s'inscrit dans la lignée des poètes engagés en faveur de la condition québécoise. À l'instar de Yves Boisvert, Patrice Desbiens et Gaston Miron, David Goudreault est l'un des rares poètes à se commettre sur la question nationale. Il décrit la condition québécoise dans ce qu'elle a de plus dur.

Mots-clés : #poésie #québec
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: David Goudreault

Message par Bédoulène le Jeu 20 Juil - 17:59

il mord à même les plaies !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4762
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: David Goudreault

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Canada

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum