Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jean d'Ormesson

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Quasimodo le Sam 9 Déc - 21:08

Oui, moi aussi. J'avais pourtant beaucoup d'a priori. Mais à part ça, je ne pense pas vraiment le lire.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3169
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Armor le Lun 8 Jan - 20:56

Pour rire un peu, un texte de Jean d'Ormesson. (qu'on pourrait d'ailleurs assez facilement réécrire en inversant les rôles, pour plus d'équité !)
Billet d’humour de Jean d’Ormesson …

Le Français ? Une Langue animale…!

« Myope comme une Taupe « rusé comme un Renard », « serrés comme des Sardines »…
Les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les Fables de La Fontaine, ils sont partout.
La preuve: que vous soyez fier comme un Coq, fort comme un Boeuf, têtu comme un Âne, malin comme un Singe ou simplement un chaud Lapin, vous êtes tous, un jour ou l’autre, devenu Chèvre pour une Caille aux yeux de Biche.
Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un Paon et frais comme un Gardon et là, … pas un Chat !  Vous faites le pied de Grue, vous demandant si cette Bécasse vous a réellement posé un Lapin.
Il y a Anguille sous roche et pourtant le Bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de Linotte avec qui vous êtes copain comme Cochon, vous l’a certifié : cette Poule a du Chien, une vraie Panthère !   C’est sûr, vous serez un Crapaud mort d’amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un Chien.

Vous êtes prêt à gueuler comme un Putois quand finalement la fine Mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un Canard. Sauf que la fameuse Souris, malgré son cou de Cygne et sa crinière de Lion est en fait aussi plate qu’une Limande, myope comme une Taupe, elle souffle comme un Phoque et rit comme une Baleine. Une vraie peau de Vache, quoi !  Et vous, vous êtes fait comme un Rat.

Vous roulez des yeux de Merlan frit, vous êtes rouge comme une Ecrevisse, mais vous restez muet comme une Carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du Coq à l’Âne et finissez par noyer le Poisson. Vous avez le Cafard, l’envie vous prend de pleurer comme un Veau (ou de verser des larmes de Crocodile, c’est selon). Vous finissez par prendre le Taureau par les cornes et vous inventez une fièvre de Cheval qui vous permet de filer comme un Lièvre.....

Ce n’est pas que vous êtes une Poule mouillée, vous ne voulez pas être le Dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un Agneau sous vos airs d’Ours mal léché, il ne faut pas vous prendre pour un Pigeon car vous pourriez devenir le Loup dans la bergerie.

Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des Chiens de faïence. Après tout, revenons à nos Moutons :  vous avez maintenant une faim de Loup, l’envie de dormir comme un Loir et surtout vous avez d’autres Chats à fouetter.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3496
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Bédoulène le Lun 8 Jan - 21:21

Smile

un bestiaire quoi !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12602
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par animal le Lun 8 Jan - 21:34

Moins bon que Devos ? Cool

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10076
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par anagramme le Lun 8 Jan - 21:42

Pauvres chats qui sont oujours à fouetter, on se demande pourquoi... Suspect
anagramme
anagramme

Messages : 1104
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 51

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par ArenSor le Mar 9 Jan - 19:24

Portrait de d'Ormesson jeune par Matthieu Galey :

Jean d'Ormesson, trente ans et des poussières, pas grand non plus, le nez fort, la figure longue, la voix sèche, un peu pointue, mais des yeux bleus ciel d'une caressante beauté. De la classe, et même un rien de morgue sous la gentillesse, qui veut séduire à tout prix, pour la plaisir d'être aimé. De l'intelligence et une culture inépuisable, qu'il n'exploite pas encore tout à fait bien : il pourrait être plus brillant. Bien qu'il affecte de brocarder son oncle, l'ambassadeur, on sent qu'il reste de la famille, et ne la renie point. Son petit rire bref, hennissant, est une défense, comme s'il tenait toujours à se moquer de lui-même. Mais il a de l'ambition, beaucoup d'ambition, sur un fond de sincérité presque ingénue. Singulier mélange, avec le charme en plus.
Matthieu Galey, Journal, 31 janvier 1957

Assez bien vu, je trouve Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par chrysta le Lun 29 Jan - 8:08

Jean d'Ormesson - Page 2 51jvr510

Histoire du juif errant

Résumé : A Venise, au pied de la Douane de mer, en face du palais des Doges et de San Giorgio Maggiore avec son haut campanile, deux jeunes gens qui s'aiment vont écouter, le soir, un personnage surprenant qui porte beaucoup de noms.
Ses récits les emportent, à travers l'espace et le temps, dans un tourbillon d'aventures où passent à toute allure, sous des éclairages imprévus, assez peu familiers aux enfants des écoles, Stendhal et Christophe Colomb, des Chinois et des Arabes, le procurateur de Judée et des guerriers vikings, le raid israélien sur Entebbe et l'invention du zéro, les amours de Pauline Borghèse et Les Mille et Une Nuits, toutes les passions du monde et aussi ses misères.
L'homme à l'imperméable, qui raconte, avant de disparaître comme il est apparu, ces souvenirs ou ces fables qui se confondent avec la vie, se prétend condamné à l'immortalité pour avoir refusé, sur le chemin du Calvaire, un verre d'eau à Jésus titubant sous sa croix.
Son histoire d'éternité fait revivre un mythe aussi universel que don Juan ou le docteur Faust : le juif errant.
Dans les récits de la Douane de mer, il ne ressemble à rien de connu : à mi-chemin de la Bible et de la bande dessinée, de Hegel et d'Arsène Lupin, il incarne l'histoire des hommes, nécessaire et inutile, depuis toujours maudite et pourtant irrésistible de gaieté et de bonheur.


« C’est toujours la même chose. Du sang, des sièges, la fin de tout. L’espérance chevillée au cœur, la peur vague d’on ne sait quoi, l’attente d’un dieu inconnu qui peut prendre toutes les formes, qu’on défie et vénère et qui est peut-être le néant, et, courant à travers le monde comme un fil invisible qui tiendrait tout ensemble, l’amour. »

L’inspiration de ce roman, soit le mythe du juif errant, autorise à se promener dans différentes époques, différents lieux, et en cela je trouve qu’il y a matière à un livre riche par tout ce qu’il peut nous faire vivre et traverser. L’histoire se prête aussi à des réflexions philosophiques sur la vie, la mort, l’amour, les trois étant intriqués.

Je n’enléverai pas à l’auteur sa culture, son érudition, sa belle formulation, mais dommage qu’il n’y ait pas plus d’âme, en tous les cas, personnellement, j’ai eu du mal à m’émouvoir, à entrer dans l’histoire, à m’identifier à quelque personnage, et de ce fait cela a donné une suite de situations un peu insipides. On croise maints noms connus, maintes parts d’histoire du monde, mais cela ne m’a pas émue, touchée, emmenée vraiment dans d’autres contrées, ni dans mon imaginaire.

Le roman est constitué de 3 parties. La première n’est pas aisée car ne livre pas encore le fil rouge, et on passe d’un personnage à un autre, d’un lieu à un autre, d’un moment de l’histoire à un autre, cela sans comprendre le lien, de manière décousue. Par la suite, quand nous comprenons que le lien est Ahasverus (Alias le juif errant qui porte plusieurs noms), la lecture se fluidifie. Il va nous emmener dans ses réflexions sur la vie, la mort, l’amour, ce en nous narrant plusieurs récits de front qui nous emmènent d’une époque à une autre, dans différents pays, avec différents peuples. Si le procédé est astucieux et pourrait être très riche, il est peu à peu devenu rébarbatif pour moi. Bien que tous les ingrédients soient là par rapport à mes goûts pour entrer dans une histoire magique, il ne s’est rien passé, et j’ai lu une bonne partie juste pour aller au bout. La faute à quoi ? Je dirai que ces allées et venues cassent constamment le rythme, et que, bien que le fil rouge à un moment soit connu, il ne suffit pas.
Ce roman me semble une suite de belles phrases et de beaux mots qui décrivent, parsemé de ruptures constantes du fait de chapitres très courts dont aucun ne parle de la même chose que le précédent. On fait des sauts constants d’un personnage à l’autre, d’une époque à l’autre, et il est impossible de s’attacher, de mettre les bouts d’histoire ensemble tant ils sont brefs.

Ce livre me semble un étalage d’érudition qui sert plus à montrer la jolie plume de l’auteur et ses références culturelles, historiques, etc, qu’à capter le lecteur. Pour moi, après avoir passé la première partie sans aucun fil rouge, j’ai eu espoir d’accrocher dans les parties suivantes, mais après un temps de lecture supplémentaire,  quand j’ai pris conscience de l’absence de toute magie malgré tout, cela n’a presque été que contrainte de lecture.

Dommage tant ce livre était prometteur, mais l’amoncellement de connaissance sans profondeur et les ruptures constantes dans l’histoire épuisent jusqu’à la lassitude, à l’ennui, ce qui amène à « manger »  les pages pour vite terminer sans plus aucun plaisir à une lecture devenue indigeste.


mots-clés : #aventure #contemythe
chrysta
chrysta

Messages : 551
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 46
Localisation : Var

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Plume le Sam 7 Avr - 16:41

Eh bien voilà, j'ai commencé à lire Jean d'O! et je suis accro...
Je le trouve très proustien...
Plongée dans le second degré... et cet humour...

Petits extraits:

La mort est une belle aventure. Malheureusement c'est la dernière.

Les études firent le reste: je lisais au lieu de baiser. J'ai beaucoup lu, et très tard.

Je perdais ainsi ma vie à être bêtement amoureux.

Tout le monde veut écrire, tout le monde écrit. Un exemple, un seul: j'écris.

Le soleil, l'été, l'Italie, bientôt l'amour: oui, j'ai un faible pour le banal.

Plume
Plume

Messages : 138
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 50

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Arturo le Lun 9 Avr - 17:48

Proustien ? J'essaie de me retenir, mais là c'est difficile de lire une telle comparaison. Je peux comprendre qu'on aime cet auteur, mais je ne vois aucun rapport avec Proust.
J'ai essayé de lire La douane de mer, j'ai tenu une cinquantaine de pages. J'ai trouvé ça surfait, comme le personnage télé. On va dire que j'ai des a priori. Mais au moins j'ai essayé.
Arturo
Arturo

Messages : 3062
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Plume le Sam 24 Nov - 14:27

Bientot l'anniversaire de la disparition de Papy Jean d'O! (et de Johnny mais qui s'en souvient lol)

Qui l'a découvert cette année?
J'ai commencé à le lire... puis je l'ai beaucoup lu... Chronologiquement... (je commence à être fatiguée de son idole, Chateaubriand).Quelle carrière... quelle oeuvre... Mon préféré est le 2è, Du côté de chez Jean...
Je lis actuellement Jean qui grogne et Jean qui rit, ses articles politiques dans les journaux dans les années 75-85. J'ai une dizaine d'année et je regarde les débats sur Antenne 2! Souvenirs souvenirs comme dirait Johnny!

Vous savez certainement que son dernier livre vient de sortir, Un Hosanna sans fin. Et un film docu prochainement.

Alleluia!
Plume
Plume

Messages : 138
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 50

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Plume le Sam 24 Nov - 14:51

Monsieur

Plume
Plume

Messages : 138
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 50

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Tristram le Sam 24 Nov - 17:16

Merci Plume. Je ne l'ai pas assez lu, mais je me demande s'il n'était pas une personne bien plus qu'un bon auteur ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8254
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Plume le Dim 2 Déc - 2:14

Cher Tristram,

Oui je pense que Jean d'O était un auteur, un bon auteur au minimum. Il a créé une oeuvre. Erudit, il méritait l'Académie, et la Pléiade  (après d'autres peut-être, Sagan par ex n'y figure pas). Ses textes étaient très travaillés, ciselés. Humour, légerté voire frivolité, voyages, plaisirs... rendent la lecture très agréable... mais il y a plus, bien plus, lisez Jean d'O entre les lignes...
Plume
Plume

Messages : 138
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 50

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Tristram le Mar 4 Déc - 16:10

@Plume, as-tu lu Histoire du Juif errant, qui n'a pas totalement convaincu Chrysta ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8254
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Plume le Mer 5 Déc - 14:25

Cher Tristram,

je n'ai pas encore lu le juif errand. J'y viens, j'y viens... je ne manquerai pas de donner mon avis...
Pour cette fin d'année, je prévois la trilogie (qui semble une lecture facile...)
Le Vent du soir,
Tous les hommes en sont fous,
Le Bonheur à San Miniato
Plume
Plume

Messages : 138
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 50

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Tristram le Jeu 13 Déc - 20:12

Histoire du Juif errant

Jean d'Ormesson - Page 2 Histoi10


D’Ormesson, à qui il ne déplaît pas de jouer le démiurge (voir La Création du monde, du même), réécrit légèrement l’Histoire en y insérant Ahasvérus le Juif errant à quelques moments-clés, dans les vies plus ou moins légendaires de Chateaubriand, Néron, saint François d’Assise, etc.
Le mythe du Juif errant, c’est dans la pensée collective le symbole de ce peuple coupable, condamné à ne pas/ plus avoir de pays. Mais aussi, c’est le mythe (anti-faustien) d’un homme immortel, le fussgänger, condamné à marcher éternellement à travers le vaste monde en accumulant les expériences, étant doué pour les langues et dénué de souci d’argent (ce qui n’est pas totalement négatif, voir Chemin faisant de Lacarrière). Voir aussi https://www.letemps.ch/societe/lorigine-juif-errant-netait-juif-errant-deconstruction-dun-mythe-travers-siecles
Fort cultivé, effectivement grouillant d’allusions érudites (mais du type conversation de bon ton dans la bonne société, ce qui ménage quand même le plaisir d’en élucider quelques-unes), c’est le bonheur chez l’écrivain de se souvenir et d’imaginer ; humour peut-être trop badin, goût du panache aristocratique assez prononcé ‒ voire une certaine grandiloquence complaisante ‒, métaphysique totalisante et paradoxale, parfois un peu creuse (mais 600 pages, c’est longuet) ; on n’évite pas non plus nombre de lieux communs (et c’est une efficace machine à citations) :
Mais d’abord les Juifs, et en tout premier un mot prêté à Poncius Pilatus :
« L’argent et la religion sont souvent mêlés chez mes Juifs. »

« Les Juifs n’en finissent pas d’être crucifiés par un monde qu’ils comprennent et transforment et dominent mieux que personne. »

« Judas était le traître. Ponce Pilate était l’injuste. Lui était le coupable. Personne autant que lui n’avait jamais été coupable. »

« Je crois qu’être juif est d’abord une idée. »
Autre thème, le temps qui passe, et l’Histoire :
« …] il avait trop de souvenirs pour les conserver tous. »

« L’histoire est une machine à enfermer les gens. […]
‒ Personne ne sait jamais, dit Simon, le sens que prendront ses actions et sa vie ni ce que l’histoire fera de lui. »

« Mais le souvenir n’est rien d’autre qu’une espèce d’imagination, appuyée sur du réel et bloquée par l’histoire. Chacun crée sa propre histoire, chacun invente son réel. »

« Il est aussi impossible de sortir de son temps que de sortir de son corps. Nous sommes prisonniers de beaucoup de choses, mais d’abord de ce temps où notre liberté se déploie, ou croit se déployer. […] Naturellement, la mémoire et l’imagination sont appelées à la rescousse et elles font de leur mieux : ce sont toujours la mémoire et l’imagination d’un homme de son époque. […] L’espace est la forme de la puissance des hommes, le temps est la forme de leur impuissance. »

« Aucun être vivant ne quitte jamais le présent. Le présent bouge tout le temps, et je bouge avec lui. À aucun moment je ne me balade dans l’avenir, à aucun moment je ne m’attarde dans mon passé. Je suis, vous êtes, nous somme tous dans un présent éternel. Le passé ne cesse de s’accroître et le futur de décroître. Seul le présent est à la fois immuable et changeant, seul le présent est éternel. À aucun moment de l’existence nous ne sortons du présent. Et au-delà de moi et de vous, il y a, en avant du passé, en arrière de l’avenir, un éternel présent du monde. »
Et des aphorismes, des méditations et autres pensées diverses :
« Pour vous, qui n’êtes pas immortels, l’amour remplace l’éternité. »

« Moi, je marche sans fin et les yeux dans le vide. Je ne marche jamais vers rien, je m’éloigne plutôt de quelque chose. Et de quoi est-ce que je m’éloigne, toujours en vain, naturellement ? Je m’éloigne de moi-même et de ce que je n’ai pas fait. Mon domaine est l’espace, un espace sans frontières, mon domaine est le temps, et un temps sans limites. J’ignore tout de l’espoir. Je marche et je n’avance pas. »

« De la masse immense de nos livres, et surtout de nos romans, supprimez ce qui ne relève pas des passions de l'amour, je ne dis pas qu’il ne reste rien ‒ il resterait la foi et le savoir, des contes, des fables, des Mémoires, les aventures des hommes, les récits de Conrad, la Critique de la raison pure, la Phénoménologie de l’esprit, des vaudevilles militaires, Alphonse Allais et Kafka, un bout de Polyeucte, le rêve d’Athalie, la Bhagavad-Gîtâ et le Popol Vuh, des fragments de Don Quichotte et de Gargantua, des passages de L’Iliade et, à la rigueur, de L’Odyssée, les voyages d’Ibn Battûta, ce qui n’est déjà pas si mal ‒, mais un typhon peut-être salvateur passerait sur les rayons de nos bibliothèques. »

« Car il n’y a pas de vie qui ne soit dominée par l’ombre de la mort. Et tout l’effort de la vie est de repousser l’idée de la mort par le jaillissement, par l’abondance, par l’accumulation de la vie. »
Un peu dépitant : il est fait plusieurs fois mention des grands Bouddhas de Bâmiyân, qui bien sûr n’avaient pas encore été, à l’époque de la rédaction de ce livre édité en 1990, détruits pas une bande d’abrutis.



mots-clés : #biographie #historique #voyage

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8254
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Bédoulène le Jeu 13 Déc - 23:24

merci Tristram, mais bon cet auteur ne me tente pas !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12602
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean d'Ormesson - Page 2 Empty Re: Jean d'Ormesson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum