Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Joseph Roth

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Joseph Roth - Page 2 Empty Re: Joseph Roth

Message par Bédoulène le Ven 25 Jan - 23:37

je vais le devenir aussi Tom Léo ! Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11678
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Joseph Roth - Page 2 Empty Re: Joseph Roth

Message par Bédoulène le Jeu 21 Fév - 10:15

La fuite sans fin

Joseph Roth - Page 2 31l4jn10

C'est l'histoire d'un officier de l'Armée Autrichienne (Franz Tunda,  fait prisonnier par les russes, pendant la première guerre, qui s'évadera du camp avec l'aide d'un paysan de la Sibérie, vivra plusieurs années en Russie se retrouvera dans  la révolution par hasard, se mariera, abandonnera sa femme, quittera la Russie pour retourner dans sa patrie,  se retrouvera en Allemagne, puis vivra à Paris. Il portera contre sa poitrine le portait d'Irène, la femme qui était sa fiancée, alors même qu'il sait ne plus l'aimer, il la rencontrera par hasard  à Paris sans qu'elle le reconnaisse, il ne l'interpellera pas, mais pourtant continuera à conserver son portrait.
C'est sa plume qui après la révolution lui a permis de vivre en Russie, en étant journaliste.

Ce jeune homme, de l'avis du narrateur est "superflu"! Il ne  sent jamais le monde, où qu'il soit, comme son monde. Il n'a ni argent, ni métier, ni amour, il ne sait que faire ; c'est ainsi que le narrateur le retrouvera à Paris. Le dit narrateur à qui Tunda s'est adressé lors de son retour en Allemagne c'est un certain Roth ! Lequel informera Georges Tunda, célèbre chef d'orchestre du retour et de la situation précaire de son frère Franz. Les deux hommes ne s'apprécient pas, Franz a haï Georges car c'est lui qui voulait être musicien, mais une infirmité de Georges contraindra Franz à intégrer l'école des Cadets.

"Mon frère me conteste sans doute le droit moral de vivre puisque je n'ai pas de profession et ne gagne pas d'argent. Moi-même je me sens fautif, puisque je mange ses tartines de beurre. Du reste, je ne pourrais avoir aucune profession dans ce monde, à moins qu'on ne me paie en raison du mécontentement que je ressens envers le monde."


Franz a aimé plusieurs femmes rencontrées par hasard : une révolutionnaire, une touriste française, sa femme Alja,  cependant ses sentiments se tarissent devant  la crue réalité quotidienne(ainsi a-t-il une overdose de soins culinaires avec la révolutionnaire malade).

Les gens riches, les bourgeois qu'il fréquente en Allemagne ou à Paris,  il les voit tels qu'ils sont et non tels qu'ils semblent être.

"Les membres féminins de cette société menaient une vie de bonne humeur dans de petites robes minces, colorées, légères et coûteuses. Elles allaient sur des jambes parfaites dans des souliers d'une coupe surprenante, et quelquefois même excentrique, conduisaient des automobiles ou des voitures légères, galopaient sur des chevaux, et Claude Anet étaient l' auteur élu de leur coeur.

"Il allait de soi que celles qui étaient si vivantes ne vivaient pas."


Franz a souvent le sentiment que c'est le hasard qu' il suit plus que son libre arbitre ; ainsi le pense-t-il dans le train qui le ramène en Allemagne. Et là à Paris alors qu'il est sur cette place où il ne fait rien, n'attend rien, le temps s'enfuit à ses cotés. C'est là que le hasard conduit le narrateur ; un certain Roth !


autres extraits :

"Elle usait de ses mains avec précaution, comme si c'étaient de précieux membres qu'on lui eût prêtés."

"Jamais il n'avait craint la pauvreté, il l'avait à peine sentie. Mais dans la capitale du monde européen, d'où partent les idées et les chants de la liberté, il s'aperçut que l'on n'aurait même pas une croûte de pain sec pour rien. Les mendiants ont leurs bienfaiteurs qui leur sont tout à fait propres, et de chaque coeur compatissant auquel on frappe, la réponse arrive : occupé !"


Dans la version allemande le livre porte  un sous-titre : "compte-rendu" ou Rapport, ce qui se conçoit d'une part car un chapitre se trouve être des pages d'un "journal" écrit par Franz alors qu'il est dans le Caucase, d'autre part car c'est le plus souvent le narrateur qui raconte ce qu'il connait de Tunda, ce qu'il fait et la lettre que ce dernier lui a adressée.
Compte-rendu donc de la vie de Franz en Russie, de son retour, de ses flâneries dans les villes, de ses  sentiments sur cette société riche et bourgeoise.
Le fait que le narrateur soit un double de Roth fait que l'auteur participe des aventures et mésaventures  de Franz qui lui rappellent les siennes ?

L'écriture me plait toujours autant et les flâneries dans les villes sont particulièrement belles ; j'apprécie aussi ses critiques à travers celles de Franz.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11678
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum