Jean-Paul Michel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean-Paul Michel

Message par Aventin le Sam 29 Juil - 19:18

Jean-Paul Michel
(alias, à ses débuts littéraires, Jean-Michel Michelena)
Né en 1948.



Biographie :
Auteur, poète et éditeur français né à La Roche-Canillac (Corrèze) le 14 décembre 1948.
Enfance rurale.
Il s'échappe à onze ans des enfants de troupe, marqué de façon indélébile par le suicide de son frère, et finit par atterrir à Brive la Gaillarde au collège puis au lycée.
Il garde encore aujourd'hui une exécration de la Corrèze et admet ne pas comprendre les écrivains et plus généralement les gens ayant le goût "du marigot natal".

Après avoir fondé à Brive une petite revue lycéenne, où il promeut, à la tête de quelques comparses, la poésie, le vrai grand saut est effectué en 1966, par l'acquisition (récupération serait plus exact) d'une vieille presse à bras à la décharge du coin, grâce à laquelle il publie, sur du papier boucherie, Le roi de Mohammed Khaïr-Eddine.
Descendant la Dordogne, sa trajectoire s'arrête dès Bordeaux, où il se fixera tellement durablement qu'il y est encore.
Une agrégation de Philosophie plus tard, d'où il ressort nanti d'une admiration amicale envers Jean-Marie Pontévia, il part pour une longue carrière professorale, tout en restant fidèle à son quartier Saint-Michel à Bordeaux, où son élégante silhouette dépouillée fait partie du paysage, et aux (excellentes, recommandables) éditions William Blake & Co. qu'il y fonde en 1976.

Toujours un peu hors du temps et des modes, cet auteur exigeant (mais le professeur et l'éditeur le sont aussi) ferraille contre ceux qui prédisent la fin de l'art, la facile soupe immédiate contemporaine, la dérisoire épicerie commerciale se disant littéraire, et entend placer l'art dans un domaine de l'ordre du sacré, d'où il n'eût jamais dû être retiré.  

Une certaine consécration, le prix européen francophone de poésie Léopold-Sédar-Senghor 2013, vient couronner son œuvre, laquelle fait régulièrement l'objet de colloques, d'études et diverses parutions.
(source personnelle)

Bibliographie partielle:

(Jusqu'en 1991, il publie sous le nom de Jean-Michel Michelena)

Poésie:
  C'est une grave erreur que d'avoir des ancêtres forbans, Architypographies, 1975
  Du Dépeçage comme de l'un des Beaux-Arts, William Blake and Co. Edit., 1976
  « Le Fils apprête, à la mort, son chant », William Blake and Co. Edit., 1981
  Dans la gloire d'être, ici, tenu, par le mal, droit, calligraphies de Lalou, William Blake and Co. Edit., 1991
  Meditatio italica, bilingue, texte italien par Anna-Maria Sanfelice, Liguori, Naples, 1992
  Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Cérémonies et Sacrifices, Poèmes 1976-1996, Flammarion, 1997
  Beau front pour une vilaine âme, William Blake and Co., 1998
  « Nos ennemis dessinent notre visage », Le Monde, Cahier Poésies vivantes d'aujourd'hui, Août 1998
  Les signes sont l'être de l'être, calligraphies de Lalou, William Blake and Co. Edit., 2000
  « Défends-toi, Beauté Violente ! », Intimations et expériences, Poèmes 1985-2000, Flammarion, 2001
  Le rêve d'un livre peint, avec Eugenio Lopez, La casa dipinta, William Blake and Co. Edit., 2002
  « Pour moi, dit-il, hélas, j'écris avec des ciseaux », Via di levare, Sur trois livres, Entretiens avec M. Sebban, William Blake and Co., 2005
  Poursuivre avec Mallarmé (Un Salut), William Blake and Co., 2006
  Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Cérémonies et Sacrifices, Poèmes 1976-1996. Édition nouvelle corrigée, Flammarion, 2006
  « Notre inaptitude à connaitre est énorme », avec Thierry Le Saëc, La Canopée, Languidic, 2008
  « Je ne voudrais rien qui mente, dans un livre » suivi de Défends-toi, Beauté violente ! ». Édition nouvelle, Flammarion, 2010.
  « Unsre Feinde zeichnen unsre Gesihter », (Geständnisse & Sübnen)/« Nos ennemis dessinent notre visage », (Aveux et expiations), bilingue, texte allemand de Rüdiger Fischer, Im wald/William Blake and Co. Edit., 2010
  Écrits sur la poésie 1981-2012, Editions Flammarion, 2013

Carnets:
  Difficile conquête du calme, Joseph K., 1996
  La politique mise à nu par ses célibataires même, Ludd, 1996
  « Ô l'irréalité de chacun, dans l'irréalité générale ! », Le loup dans la véranda, 1999
  « Le réel surgit selon ses qualités réelles — d'obstacle », Le Loup dans la véranda, 1999
  Dans la surprise de voir, avec Alexandre Hollan, William Blake and Co. Edit., 2004
  La Vérité jusqu'à la faute, Nrf, mai 1995 ; Verticales, Paris, 2007
  Nous étions voués à souffrir de se savoir ainsi, Carnets de Pertanera, La Cabane, 2008
  Placer « l'être en face de lui-même », Carnets de Sicile, avec Farhad Ostovani, William Blake and Co., 2009
  Placing being befor itself / Placer « l'être en face de lui-même » (Carnets de Sicile, été 1994), bilingue, texte anglais par Michael Bishop, VVV Editions, 2009
  Stupeur et joie de devoirs nouveaux / Stupour and joy of new duties, bilingue, texte anglais par Michael Bishop, VVV Editions, Halifax, 2009

Admirations & circonstances (sic):
Bernard Faucon: la part du calcul dans la grâce, Galerie Images nouvelles, 1985
« Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups » (Sur Hölderlin), William Blake and Co. Edit., 1991
Loïc le Groumellec, «Un commencement dans l'art est toujours un refus marqué » Gal. Yvon Lambert, 1986 ; Gal. Karsten Greve, 2001
« Autour d'Eux la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante », William Blake and Co., 1992
Mohammed Khaïr-Eddine, William Blake and Co. Edit., 1995.
« La deuxième fois », Pierre Bergounioux sculpteur (photographies de Baptiste Belcour), William Blake & co. Edit., 1997
« Pour nous, la Loi », (sur Hölderlin), avec des illustrations de Lionel Guibout, William Blake and Co., 1999
Mohammed Khaïr-Eddine, William Blake and Co. Edit., nouvelle édition, 2004
« Ich lese Hölderlin, wie man Schläge einsteckt »/« Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups ». Édition bilingue. Texte original français. Traduction allemande par Rüdiger Fisher, Verlag im Wald / William Blake & Co. Edit, mars 2011
"L'art n'efface pas la perte. Il lui répond". (Entretiens 1984-2015) Fario, 2016.


(Source principale: éditions William Blake & Co et wikipedia.)
Pour une bibliographie un peu plus complète, et bien que sur ce site elle s'arrête à 2009, voir le site des éditions William Blake & Co (lien en bas de message).




Qu'en dire ?
Toutes mes excuses, je suis sans doute le plus mal placé d'entre les membres de ce forum pour parler de jean-Paul Michel à froid.
Concrètement je suis un parmi les milliers qui ont suivi son enseignement, au cours de sa (très) longue carrière professorale. Nous a-t'il assez asséné de Spinoza, de Kant, de Nietzsche, de Pascal, de Platon/Socrate ?
Au début, l'intérêt pour ses propres écrits, ce fut de la curiosité mâtinée de voyeurisme:
- Eh, vous savez quoi ? M. le professeur Michel...
- Oui ?
- Eh bien, il écrit de la poésie, il est même publié, et puis il publie aussi, il est éditeur !

Et puis, de sortie en sortie, à suivre ses parutions depuis toutes ces années, à le croiser aussi dans les diverses manifestations poétiques et littéraires bordelaises...

Alors je l'avoue sans détour, c'est une grande joie de le voir aujourd'hui parmi les poètes de langue d'expression française qui comptent, ou, si vous n'aimez pas plus ce terme que moi, qui sont sur le devant, en première ligne.
En première ligne, au point de se demander si son audience hors francophonie ne va pas l'emporter sur celle de sa langue d'écriture.

Dans un genre devenu aussi confidentiel, confiné disons-le, que la poésie, où un bon auteur est à l'instar du bon indien selon le général Custer, c'est-à-dire mort, c'est grande émotion que le voir accéder à une telle notoriété, certes relative, mais, ramenée à l'aune de la considération pour la poésie contemporaine, qui a son indéniable ampleur.

(mâtiné d'un message sur Parfum du 2 janvier 2014)


Entretien avec Alain Veinstein sur France Culture

Entretien avec Michèle Duclos sur Temporel

Le site des éditions William Blake & Co.


Dernière édition par Aventin le Sam 29 Juil - 19:42, édité 1 fois
avatar
Aventin

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Aventin le Sam 29 Juil - 19:22



Défends-toi, Beauté violente !

"Défends-toi, Beauté violente !" est un recueil à 95% de poésie, publié chez Flammarion en mars 2001, cent quatre vingt dix pages à peu près. C'est plutôt une compilation, de poèmes surtout (presque exclusivement), parus ou inédits, et composés dans les années 1980 et 1990.

Pour ce qui est de la forme, le vers est libre, et il peut même (rarement) arriver qu'il décroche parfois au cours d'un mot, en fin de syllabe et pas forcément au début, au milieu ou à la fin du mot, sans trait d'union. Pourtant ces poèmes-là sont, pour la plupart, ponctués.
Dans tous les cas, on est bien dans un jeu de mise en valeur/relief de mots, rendu par ce découpage, de mots s'accordant, si ce n'est de strophes, parfois donc suspendus, sur lesquels le lecteur achoppera s'il ne lit pas en silence, rendant ainsi une certaine singularité sonore (et visuelle) à l'ensemble. Idem, parfois des majuscules en début de vers, parfois pas, parfois un mot isolé (ou plusieurs) affublé(s) de majuscule(s).

Extrait, poème intitulé:

"Le dimanche les Trapanese..."

Le dimanche les Trapanese au frais des îles vont
chercher le vent
Siciliens à la mattanza comme
laboureurs à la moisson - en bonnets rouges de pêcheurs antiques
- ici l'on tuait comme ailleurs on moissonne - (il faut
avoir l'audace encore de ces couvre-chefs colorés vifs cela
par trop manque au pittoresque des poèmes
modernes)

Bénies soient les barques blanc-bleu qui rêvent
le passage d'une rive à l'autre de
l'infini présent
La croyance au Temps est une manière peu coûteuse de
s'alléger de ce qui demeure
- étageant dans les profonds du déjà-perdu
ce qui frémit inchangé vivace
d'hier en aujourd'hui d'aujourd'hui en
hier

Les marchands d'alors apprennent
de nos marchands - Non qu'ils n'aient su ce qu'il en est de toute chose
mais que les hommes obéissent aux mêmes désirs é
ternellement
Marsa-Allah Ô
les Vignes de ceux qui croient !
Trapani, 07.08.94

(recyclé d'un message du 1er janvier 2014 sur Parfum)
avatar
Aventin

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Aventin le Sam 29 Juil - 19:25

Deux autres extraits du même ouvrage:

"Défends-toi, sublime Beauté du monde donné !"

Défends-toi, sublime Beauté du monde donné ! Défends-toi
Beauté violente ! Tu serais à mes yeux moins belle
consentante Que tu luttes, résistes, te
rends désirable davantage davantage une proie
digne Bondisse
d'éclat en éclat ta terrible
beauté surgie


Comment ce que tu es se pourrait-il entendre
dans un chant ?
Je te connais, puissance, Monde ! Féroce Désir fermé sur
le désir de ton être, sans parole, voué
à des nécessités que ne guide aucune fin pensable
Ta présence, chacun en endure
les effets


Comment garder de ta vigueur l'éclat Beauté du monde
donné ? - trop grande pour l'oeil d'un mortel mal
capable d'embrasser ensemble tes traits
contraires De loin en loin une voix aurait-elle la force de dire
ce qui est ? Laisser battre, hors le sens, sa terrible
beauté nue ?


Ou bien, divisé, le poème, luttant contre soi devrait-il
de soi devenir ennemi ? Comme il faut qu'en son cours un vers
  se brise im
prévisiblement pour
que la chose nommée se débatte bondisse crie ?
Départ neuf Ô d'Amour le
fouet !


L'être vaut par des traits contraires Sauf à te garder bataille
j'ai perdu. Beauté je te veux
vivante Cela, dans un livre, dit-on, ne se peut. Cela
connu de sûr désespéré savoir pourtant nous
ruinons en ruse sans
renoncer


Ou bien il te faudrait connaître jardin, Poème, labyrinthe !
Chose de taille & comme
silence sculpté par
des notes ? - Jardin alors à proportion plus haut que dressé
par des artistes à l'espoir au désespoir
plus hauts



                                                                    (Ou bien, ou bien)
                                                                  Monemvasia, 19.08.96

(NB: le vers "se brise im" est légèrement décalé dans la version imprimée, mais la police me joue des tours ! comptez l'espace de trois lettres environ en "blanc" avant que le vers ne commence)

Voilà quelque chose d'un peu plus altier, sans doute d'un abord moins aisé que "Le dimanche les Trapanese..." . La forme -ou l'ornement- toujours caractéristiques, remarquez l'emploi de majuscule à chaque fois sauf une pour "beauté", trois virgules et un point pour "vivante Cela, dans un livre, dit-on, ne se peut." mais aucune virgule pour, par ex. "que la chose nommée se débatte bondisse crie ?".
Le jeu de décroche-accroche, que j'évoquais dans le message de présentation, est particulièrement visible. Si vous lisez ce poème, c'est-à-dire en remuant les lèvres et que les sons en sorte, le relief vous apparaîtra assez net.
En effet, les singularités de prime abord -disons de "lecture visuelle" de la scansion font place à davantage de clarté.

Jean-Paul Michel aime la netteté. Même dans ce poème-ci, à dessein choisi comme plutôt sophistiqué, il a ce souci du contour clair. Il n'encode pas ses poèmes, ne crypte pas, ne donne pas dans un hermétisme ou dans un art à destination de hauts spécialistes, d'experts.

Un autre maintenant, du même ouvrage toujours, celui-ci très coloré. Vous noterez sans doute le salut à quelques vieux maîtres (pas que Gauguin, pas que des maîtres de peinture, du reste !).
Les quatre derniers vers sont très caractéristiques de son exigence, dont nous verrons plus avant sur ce fil qu'elle est totale.

"Gauguin avait bien vu"

Des chevaux renâclent dans l'ombre violette.
Violet le champ. Violet les chênes
Violette la profondeur du sous-bois.
Gauguin avait bien vu ! Il n'avait pas
menti ! Le soleil rasant à six heures
du soir en septembre peint
des couleurs de bruyères ce qui
il y a peu brillait
d'éclats d'or Le peintre lui-même est
violet Si cette page
ne donne pas à voir le sang
qui sèche dans les arbres elle
est manquée



Menjoy, 7.IX.97

(exhumé d'un message sur Parfum du 4 janvier 2014)
avatar
Aventin

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Bédoulène le Sam 29 Juil - 21:01

je t' ai lu , je ne suis pas de taille à répondre mais je peux goûter les mots.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4030
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Aventin le Mar 1 Aoû - 21:21

Bédoulène a écrit:je t' ai lu , je ne suis pas de taille à répondre mais je peux goûter les mots.

Donc ils sont plutôt à ton goût, Bédoulène ?




L'art n'efface pas la perte. Il lui répond.
Entretiens (1984-2015), éditions Fario, paru en 2016, 240 pages environ.

Vingt et un entretiens, avec des journalistes &/ou des critiques d'art, sur une période d'une trentaine d'années.
Et je me dis: peut-être est-ce là une vraie bonne porte d'entrée aux écrits de Jean-Paul Michel.
Somme toute, pour qui découvre, pourquoi ne pas commencer par la fin ?

L'invite de l'auteur, en avertissement "au lecteur", indique net ce que J-P Michel mise sur cette parution:
[...] Les pages qui suivent nourrissent une méditation de l'acte du poème, découvert dans sa radicalité et son dénuement.

Venues de l'épreuve d'une solitude, elles la dépassent, disent leur dette à l'endroit des grandes œuvres incitatrices dont elles ont ressenti l'injonction; [...].

On y trouve par exemple ceci, à soumettre à votre sagacité, aurait sa place sur le fil "poésie" (pour ce qu'il advient de son itinéraire propre depuis son ouverture), cet échantillon; sachez que chacune des 240 pages est aussi dense, et riche en contenu, on pourrait extraire pour citation un ou plusieurs paragraphes de chaque page d'un tonneau similaire:
troisième entretien avec Matthieu Gosztola a écrit:
Sans, de loin en loin, dans la poésie comme dans tous les arts, la surprise d'une œuvre juste, forte, fraîche, capable de donner la réplique au meilleur du passé comme de requérir passionnément l'avenir, la machine symbolique ronronne. Le surgissement de telles œuvres fait date non seulement pour ce qu'elles "gardent chaleur à l'attention des hommes pour les choses qui sont" (Hopkins), mais pour ce qu'en elles se maintient l'exigence du meilleur avec la tonicité souhaitable: une œuvre alors à même d'opposer des beautés durables à l'entropie qui est la loi de tous les systèmes physiques; à la décomposition, à la mort. Sans ces puissances du symbolique, nous nous abandonnerions sans résistance aux fatalités de la ruine de tout. Cette faculté de résistance du poème est notre seule possible voie d'échappement, et, par là, l'humain même.
avatar
Aventin

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Bédoulène le Mer 2 Aoû - 8:45

oui Aventin !

tu peux bien sur mettre cet extrait sur le fil ouvert sur la poésie.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4030
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean-Paul Michel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum