Montréal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Dim 30 Juil - 6:56

Salut!

Je vous écris le début du fil Montréal. J'ai eu l'inspiration alors que le fil Paris voyait le jour et vu que je suis revenu en autocar à Montréal en passant par les rues Sherbrooke et Cherrier, j'ai spontanément pensé à la rue Cherrier que je chéris depuis mon enfance.

Il y a une année ou deux, j'ai mûri une quête en lien avec l'exploration pédestre autour de ces lieux... il y a un cas de façadisme qui me fatigue, angle rue Saint-Hubert.

Je vous présente trois photos :



(2009)



(2012)



(2016)

Il s'agit d'une surimpression en vrac... en vrai, je suis obnubilé par la beauté et le cachet relativement bien préservé autour de ces lieux. Je trouve juste dommage que les lois entourant la préservation patrimoniale laissent place à ce «free-for-all» au premier entrepreneur improvisé.

Je venais de passer devant le parc Lafontaine avant de revenir sur les lieux du crime... de façon surprenante, autour de ces habitations disons «cossues» car issues de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, dans les environs du carré-Saint-Louis et du secteur du parc Lafontaine, il y a un ensemble de ruelles à couper le souffle. Je vous offre une autre photo :



Sources utilisées : Article Revue Relations, Ruelles Vertes Ville de Montréal et galerie photo de Philippe Duberger
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Bédoulène le Dim 30 Juil - 9:19

merci Jack de nous montrer tes flâneries d' enfance !

la dernière photo est très belle !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 2 Aoû - 6:08

J'ai appris à connaître Montréal depuis le moment que j'ai connu Saint-Henri il y a cinq ans ou à peu près. Aujourd'hui, après être passé par Cartierville, Centre-Sud, Ahuntsic, Saint-Henri, Rosemont et Côte-Saint-Paul, j'ai développé une conscience particulière des quartiers en présence à Montréal.



Durant mon enfance, j'ai connu la rue Bordeaux dans Rosemont, le quartier Bordeaux en plus de Cartierville et Ahuntsic, j'ai fréquenté brièvement une école du Mile-End - situé dans le Plateau à la lisière d'Outremont à l'Ouest et Parc-Extension au Nord - et j'ai fait une retraite durant mon enfance à Cartierville après avoir fréquenté des écoles spécialisées à Montréal. Corollairement à ces fréquentations de quartiers, j'ai connu Villeray, le quartier historique sourd, Parc-Extension et une partie de Westmount en haut de Saint-Henri. Bien évidemment, j'ai connu les environs du carré Saint-Louis en raison du fait que je fréquentais l'Institut Raymond-Dewar, l'ancien Institut des sourdes muettes à Montréal sur la rue Berri. L'Institut sera relocalisé ailleurs sous peu et la bâtisse sera reconvertie en condos.

Dans mon cheminement, les quartiers de Bordeaux, Centre-Sud, Saint-Henri et Mile-End ont été décisifs dans mon évolution d'une conscience de flâneur montréalais. Bordeaux m'a donné la conscience limitrophe et historique des quartiers. À Rosemont, j'ai pu l'expérimenter en vivant aux abords de Saint-Léonard. Centre-Sud m'a fait mâtiner une conscience populaire et ouvrière qui existe dans l'histoire des bâtiments qui sont considérés comme étant de l'architecture ouvrière. Mile-End me l'a fait sentir avec encore plus d'acuité d'autant plus que je venais de connaître Saint-Henri et il s'agit de deux quartiers où la marche y est très aisée. Nous pourrions également le dire d'un certain point de vue en ce qui concerne le Villeray historique. Aujourd'hui, je vous retrouve sur ce fil pour vous parler de Côte-Saint-Paul.

Côte-Saint-Paul c'est quoi? Disons tout d'abord qu'on parle souvent de Saint-Paul-Émard. Il s'agit de la contraction des quartiers Côte-Saint-Paul et Ville-Émard. Disons pour débuter le tout que la rue Monk distingue les deux quartiers, Côte-Saint-Paul à l'est et Ville-Émard à l'ouest.



Pour ma part, je fréquente le quartier depuis un certain temps. Je me sens davantage appartenir à Côte-Saint-Paul. Il s'agit d'un quartier chargé d'histoire. À l'instar de Saint-Henri, les églises ont longtemps fleuré le paysage. Les gens de Ville-Émard prennent plus souvent le métro Monk et Angrignon s'ils s'y rendent à pied. Du côté de Côte-Saint-Paul, la référence au métro Jolicoeur est plus forte. En empruntant quelques ponts - et un tunnel notamment - nous pouvons nous rendre sans trop d'encombres à Saint-Henri et à Verdun.

Sur la rue Monk, il y a le théâtre Le Paradoxe :



Comme il se retrouve à l'Ouest, nous pouvons symboliser ceci comme distinguant Ville-Émard de Côte-Saint-Paul où nous retrouvons l'Église Saint-Paul sur la rue de L'Église.



Le Pont Jolicoeur, situé non loin du métro et de la rue Drake, donne libre accès à Verdun. De la rue Monk, nous pouvons avoir accès à une vision panoramique - au loin, côté Nord - de l'hôpital universitaire anglophone flambant neuf. L'autre versant de cette vision panoramique se retrouve au croisement des rues Saint-Jacques et de Courcelle à Saint-Henri. Nous y voyons les signes galopants de la gentrification qui gagne lentement et sûrement du terrain.

Pour l'instant, il y a surtout des condos et des immeubles de retraités qui ont élu domicile dans Côte-Saint-Paul. Il y a encore une part de communautaire qui subsiste et la vie de quartier est particulièrement riche et animée. Nous pouvons quand même nous inquiéter de ce qui s'en vient si nous devons nous en référer à Saint-Henri et aux développements sur les rues Saint-Patrick et de L'Église. Il y a de nombreux immeubles qui ont disparu et qui ont été rasés pour permettre aux immeubles à condos de s'édifier sur place. Il reste quand même une forte présence de l'architecture ouvrière et les immeubles sont souvent à deux étages, parfois à trois... ce qui est plus souvent le cas à Ville-Émard. Il y a plusieurs maisons de type «shoe-box» dans ces deux quartiers.

Côte-Saint-Paul est un quartier bigarré. La particularité de ce quartier est que les rues ont tendance à serpenter et se diriger à l'horizontale, à l'instar de la rue Jolicoeur qui traverse le quartier Saint-Paul-Émard. Comparativement, Ville-Émard est davantage orientée nord-sud. Nous pouvons expliquer cette particularité par le fait que les rues est-ouest butent souvent à Monk sauf pour quelques artères principales (Jolicoeur, Springland, Allard). Je sens mon sentiment d'appartenance à ce quartier poindre quand j'exprime une préférence tranchée pour le parc Campbell-Ouest plutôt que celui d'Ignace-Bourget qui est plus identifié au secteur Angrignon. Il  a quand même des parties de Côte-Saint-Paul qui sont dépareillées et qui font penser à Saint-Léonard, mais ces parties sont soit retirées au sud ou longent le quartier pour le traverser.

Avant de revenir avec des photos, je vous laisse sur ce pont - Monk - et cette embarcation :



Je vous laisse le compte-rendu d'un citadin qui a écrit sur les deux parties du quartier :

http://baladenlile.blogspot.ca/#!/2015/07/cote-saint-paul.html

http://baladenlile.blogspot.ca/#!/2014/08/ville-emard.html


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Dim 6 Aoû - 11:43, édité 2 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Bédoulène le Mer 2 Aoû - 8:36

merci Jack pour nous faire partager tes flâneries urbaines ; argumentées !

je me serais bien laisser glisser au fil de l'eau, mais je doute de mes possibilités à pagayer Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 2 Aoû - 8:50

Bédoulène : C'est sur le canal Lachine, donc le courant ne serait pas trop fort de ce côté. Pagayer tranquillement se fait bien dans ces circonstances... Smile
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Nadine le Mer 2 Aoû - 9:42

Ah je suis bien contente de voir ton environnement JHB ! C'est vraiment différent de l'Europe, c est dépaysant !!
Continue s il te plais !
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Dim 6 Aoû - 9:57

Je reviens sur les entrefaites de mes réflexions sur Montréal.

Tout d'abord, il y a une manière d'appréhender le développement du patrimoine urbain. En faisant tout bonnement des recherches sur des propriétés montréalaises à vendre, j'ai observé des choses, des tendances en cours qui se dessinent. Le minimalisme a la cote. Les architectes ont tendance à ouvrager vers une minimalisation extrême jusque dans les détails. Je n'ai pas le vocabulaire d'un architecte, encore moins d'un historien de l'architecture, je fais tout simplement voir des choses. Il y a eu une tendance historique accentuée, il y a eu le style Le Corbusier, après ça, il y a eu l'Art Nouveau et les Beaux-Arts, Ernest Cormier et cie. Le style international a fait table rase de l'architecture des artisans tels qu'ils oeuvraient au temps de l'Art Nouveau et de Gaudi. Le béton, les formes pures et lisses, il y a de quoi qui se dérobe jusque dans les détails.

En étudiant le cas de Côte-Saint-Paul et en regardant du côté du mille carré doré, je remarque que le passage du temps entraîne destruction et ruines. Dans le cas de Montréal, le développement du réseau des autoroutes et des échangeurs, l'échangeur Turcot étant principalement en cause dans le cas du Sud-Ouest de Montréal... il y a eu une tendance qui s'est accentuée d'un côté, et une autre tendance peut s'être inversée. L'architecture ouvrière ouvre une brèche dans les tendances contemporaines. Ainsi, de nombreux bâtiments sont reconvertis. D'anciennes usines deviennent des complexes à condos et des duplex, triplex et quadruplex deviennent par la force des choses des habitations unifamiliales.

En étudiant de près certaines modifications d'inspiration «post-mo» comme advenant le cas qu'un garage soit reconverti en salon ou vidé pour laisser place à un espace ouvert, il y a de nombreuses possibilités pour envisager le développement d'un patrimoine de type nouveau, qui soit dans la dématérialisation progressive. En consultant une fiche de vente relayé par un journal mainstream, je fus mis sur la piste de la «shed architecture». Le cas d'une habitation épurée face au parc Molson à Rosemont m'a fait prendre conscience du fait qu'il s'agit d'un embourgeoisement par la porte d'en arrière. Moyennant des modifications sur une propriété, sa valeur peut atteindre un cap nouveau, difficilement imaginable auparavant. Et nous pouvons accuser le coup d'une augmentation de la valeur foncière des propriétés autour et une montée du compte des taxes et de la valeur de vente des propriétés.

Si nous comparons Côte-Saint-Paul au reste du sud-ouest de Montréal (Saint-Henri, Pointe-Saint-Charles, Verdun en gros...), nous avons l'impression que Côte-Saint-Paul fait figure de parent pauvre au point de vue du patrimoine urbain. Attention... il ne faut pas se méprendre sur une telle illusion d'optique... la grande balafre qui a mis Côte-Saint-Paul hors-circuit pendant de longues années, entraînant saignement et détérioration de la rue de l'Église, a fait en sorte de libérer de l'espace pour reconfigurer le code et les usages de l'espace urbain. À côté des immeubles à valeur patrimoniale, il y a une manière de reconfigurer la valeur ajoutée que les promoteurs immobiliers et les firmes d'architectes espèrent escompter dans un tel cas de figure.

Pendant que les propriétés et les loyers augmentent d'une manière exponentielle en ce moment à Saint-Henri et à Griffintown, le terrain se prépare à Saint-Paul-Émard. L'intérêt de Côte-Saint-Paul, c'est que les habitations sont bigarrées dans leur succession. Les époques et le contexte de construction des propriétés fait en sorte qu'elles donnent un éclat sur une rue donnée. Il y a une maison sur la rue Holy Cross qui est luxueuse et minimaliste dans un voisinage de maisons destinées aux ouvriers.



En sortant du métro Jolicoeur, nous remarquons une église à notre gauche sur la rue Drake entre Sève et Jolicoeur :



En gardant Holy Cross à l'esprit, nous pouvons prendre connaissance de cette église sur Jolicoeur :



Le parc Campbell Ouest et la rue Monk nous permettent de recréer une perspective. Il y a un plusieurs points de vue qui nous permettent d'imaginer le cycle de rénovation et de vente des propriétés qui se mettra en branle dès le moment que les choses auront eu le temps de reconfigurer l'espace urbain. Actuellement, je dirais qu'un espace entre De l'Église et certaines rues parallèles fait en sorte que le processus semble en dormance, mais lentement, le mouvement de pagaie est inexorable...



La tendance à l'embourgeoisement dans ce secteur est principalement le résultat de la percée réalisée dans Griffintown-Saint-Henri-Pointe-Saint-Charles et de l'hôpital universitaire anglophone qui banalise la présence de l'Oratoire-Saint-Joseph qui surplombe une bonne partie des différents points de vue autour du Mont-Royal.



Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Dim 6 Aoû - 12:04, édité 1 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Dim 6 Aoû - 10:52

Dans la configuration de Montréal, il y a un creuset historique particulier. Il y a une ville. Il y avait un slogan politique qui réclamait «une île, une ville» au moment où le gouvernement Lucien Bouchard avait procédé à la tentative de faire des fusions sur l'Île de Montréal car il y avait une ville-centre avec sa panoplie d'arrondissements et des municipalités indépendantes sur l'île même, principalement anglophones. Il y a déjà le phénomène des banlieues en dehors de Montréal - rive-nord et rive-sud - sans y ajouter les banlieues à l'intérieur de Montréal. Le métro de Montréal s'aventure en dehors de l'île et il y a eu pendant longtemps des litiges persistants concernant les paiements de péréquation pour l'entretien du réseau. Nous pouvons imaginer la tarification progressive et à plusieurs échelles du transport urbain qui calcule le moindre lopin de terre franchi. Le train de banlieue coûte plus cher, même quand tu voyages sur l'île.

Je me suis toujours vu comme un gars de la ville-centre, même si j'ai évolué longtemps dans des quartiers en périphérie, la banlieue en ville qu'ils disent. Je mets ça sur le compte de mes maisons natales à Pierrefonds et à Cartierville. Qui est Montréalais et qui ne l'est pas... ça m'a toujours traversé l'esprit avec cette conscience intime des frontières entre Montréalais de différentes villes au cœur de l'île. À Pierrefonds, tu es dans le West Island. À Cartierville, tu es théoriquement dans la ville-centre. De l'autre bord du train, à une époque, Ville-Saint-Laurent avait son propre hôtel de ville. Montréal-Nord était une municipalité indépendante. Vous pouvez imaginer la cacophonie... donc, en connaissant Bordeaux, j'ai renoué avec le cœur de la ville. Je me suis facilement retrouvé à Saint-Henri, au Centre-Sud et à Rosemont. La frontière banlieusarde de Saint-Léonard m'était familière, puisque j'ai senti mon cœur de citadin, quoique le Nouveau-Rosemont ne soit pas nécessairement là où bat le cœur du Vieux-Rosemont. Nous sentions quand même une différence nette entre Rosemont et Saint-Léonard. Le cas est intéressant à Côte-Saint-Paul car Ville-Émard constituait au départ la portion ouest de Côte-Saint-Paul et finalement Côte-Saint-Paul s'est scindée pour constituer une ville indépendante. Ville-Émard était un genre de banlieue, mais nous pouvons aussi le sentir à Côte-Saint-Paul quand nous nous rapprochons des limites des quartiers environnants.

Le train et le Mont-Royal constituent les frontières naturelles de Montréal. À cela, nous pouvons y ajouter le parcours des autoroutes. Saint-Henri et Côte-Saint-Paul y ont beaucoup perdu au change à l'instar d'un quartier comme Villeray... dans ces moments, il importe de revenir aux racines qui font battre le cœur de cette ville et de sa conscience patrimoniale. Le Golden Square Mile (Mille carré doré) témoigne des vestiges d'une bourgeoisie qui existait antérieurement au krach économique des années 1930. Le développement architectural a été profondément influencé au moment où le krach économique s'est fait sentir. L'activité industrielle s'exerçait surtout sur le bord de l'eau en bordure du canal Lachine et du fleuve Saint-Laurent. Des quartiers entiers ont dépéri sous nos yeux - Hochelaga, Centre-Sud, Saint-Henri, Pointe-Sainte-Charles, Côte-Saint-Paul. La bourgeoisie du mille carré doré s'est déplacée aux alentours de Westmount et du West-Island. La bourgeoisie francophone s'est réalisée après les années 1930... Dans le Golden Square Mile, l'architecture est d'inspiration victorienne et une bonne partie de cette architecture a été démolie pour faire place au centre-ville naissant. Le développement de la conscience patrimoniale québécoise a débuté après la démolition de la maison Van Horne en 1973 qui était issue du Golden Mile Square.

En vrac, il y a des photos pour accompagner mon inspiration bien personnelle de ce qui m'a marqué au cœur du Golden Mile Square. En lisant l'ouvrage accompagné de photos de MacKay L. Smith, je m'aperçois qu'il s'agit d'une époque bien éloignée de nos préoccupations architecturales actuelles...

Tout d'abord, je vous livre ce coup de cœur. Il s'agit de la maison Clarence de Sola :



À plusieurs reprises, je me suis épris de la vue à partir du Mont-Royal du centre médical McIntyre qui est associé à l'Université McGill, l'université anglophone par excellence du Canada. Pour vous dire à quel point il y a un déséquilibre institutionnel, il y a deux universités francophones sur l'île de Montréal et deux universités anglophones pour une proportion d'habitants anglophones natifs - issus de la communauté anglophone historique - de 5,9 à 8% gros maximum... nous pouvons voir ce qui est associé au prestige très british :



Il y avait des Écossais, des Irlandais, des Anglais et des Américains qui prenaient part à cette bourgeoisie anglophone bien sommaire... les Irlandais étaient souvent pauvres et se retrouvaient à Pointe-Saint-Charles entre autres... l'université McGill fut le fait d'une bourgeoisie écossaise.

Deuxième coup de cœur... à l'angle des rues Sherbrooke et Guy, le Medical Arts Building :



Ça peut sembler bien classique, mais j'assume que la localisation des immeubles est tout aussi importante que l'épure du style architectural du bâtiment lui-même...

La bourgeoisie anglophone avait de nombreuses demeures somptueuses au cœur du mille carré doré. Il faut bien un certain côté judas aux yeux de l'histoire :

avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Bédoulène le Dim 6 Aoû - 15:39

merci Jack !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Marie le Dim 6 Aoû - 21:13

Je suis allée plusieurs fois à Montréal, mais jamais bien longtemps. Tu sais, Jack, qu'il y a de très nombreux tahitiens au Québec? et inversement pas mal de québecois en Polynésie. Et des allers-retours très fréquents!
J'appréciais Montréal pour son dynamisme, mais qui vient de Polynésie ne peut qu'apprécier une ville pour son dynamisme Very Happy
Merci en tout cas de nous faire redécouvrir cette ville de façon différente.
avatar
Marie

Messages : 519
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 7 Aoû - 7:53

Merci pour cette intervention, Marie. Je prends conscience qu'il y a des choses qui nous relient en ce monde, même si nous pouvons être isolés... La Polynésie me semble partager des choses en commun avec le Québec dans la mesure où il y a un héritage français, une pluralité d'îles et une conscience très touristique. Comme tu sais sûrement déjà, je vous ai parlé des Îles-de-la-Madeleine au fil des ans. La Polynésie française me semble assez importante, au même titre que Saint-Pierre-et-Miquelon au point de vue de la chronique historique.

Pour revenir au sujet de Montréal, il s'agit d'une île. Ma conscience est très insulaire et proche des eaux. Mais pour dire que la ville est dynamique, je peux quand même déplorer certaines lourdeurs bureaucratiques et une politique essentiellement conservatrice dans son essence. Les choses changement lentement, très lentement au niveau politique à Montréal. Donc, oui, la richesse est essentiellement humaine et culturelle, de par la manière que les projets et le développement de certains secteurs donnent une identité bien singulière à cette ville, qui est difficile à comprendre pour les habitants du reste du Québec.

Sans le Plateau et le carré-Saint-Louis, il y aurait difficilement une capitale littéraire au Québec. Mais Montréal ne se limite pas à ça...

Pour le moment, je note ceci :

Rosemont : parcs
Cartierville : espaces verts et nature
Mile End : espaces de vie et ruelles, la diaspora juive entre autres minorités très visibles dans ce quartier et l'art actuel... night life des 20-35...
Centre-Sud : la rue Ontario et le secteur du métro Frontenac où les autobus de nuit transitent... frontière entre Centre-Sud et Hochelaga
Saint-Henri : conscience du passé ferroviaire
Bordeaux : préservation de l'architecture et équilibre entre l'urbanité et la nature
Villeray : le côté bucolique des petites rues, des multiplex en rangée et les ruelles
Parc-Extension : Espace extrêmement limitrophe, enclavé où toutes les cultures tentent une première visite, pauvreté très apparente, regarder les balcons... l'Inde, les Grecs et les Italiens y ont passé entre autres.
Carré-Saint-Louis : Je suis écrivain et j'ai vécu... Tous ont passé par là.
Plateau-Mont-Royal : Je n'ai pas d'impression bien prégnante, outre celle que la promenade Mont-Royal est reliée à la promenade Masson via Iberville. Je viens de repasser par le quartier portugais et je dirais qu'il est le fil invisible qui relie le Plateau à Mile End. Idem pour les Grecs, Parc Extension et Mile End...
Côte-Saint-Paul : Refus de ressembler aux autres. Singularité du développement urbain. Il me semble que ce côté soit mal compris.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Bédoulène le Lun 7 Aoû - 9:02

merci Jack pour ce patchwork de quartiers

(c'est bête mais ça me fait penser à la chanson de Renaud "mon HLM")

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 7 Aoû - 9:19

J'aime bien cette référence, Bédou, avec cette pointe de douceur et d'humour dans le non-dit. Un HLM, ça reste quand même un milieu de vie. Jean-Simon Desrochers en parle d'ailleurs dans La canicule des pauvres. Dans les logements à prix modiques, il y a les HLM, les logements abordables et les coopératives d'habitation. À Montréal, on en voit surtout à Rosemont, Hochelaga, Centre-Sud et dans le Sud-Ouest. Il y a eu l'expérience de Milton Park où il y a eu une revitalisation d'un quartier proche du centre-ville où les gens ont réchappé aux pics démolisseurs. Malheureusement, la question revient d'actualité depuis les dernières années et le FRAPRU est un acteur très visible dans les médias pour militer en faveur du logement social.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 10 Aoû - 11:31

J'ai parlé de l'élément qui consiste à définir l'identité de la vie des quartiers. En tant que flâneur, je pense que les parcs témoignent de l'importance d'un quartier donné par rapport à un autre, et nous pouvons mieux comprendre en quoi le parc s'insère dans la trame du quartier. À Côte-Saint-Paul, j'ai eu l'occasion de visiter trois parcs qui me semblent emblématiques de l'identité du quartier. Il s'agit des parcs suivants : parc Garneau, Campbell Ouest et Saint-Paul. Ces parcs se trouvent au croisement de quelques artères importantes du quartier. Il s'agit du boulevard Monk, et des rues Laurendeau et Angers. J'ai volontairement passé outre les rues Jolicoeur et de l'Église car ces rues remplissent d'autres fonctions.

Je vous ai déjà parlé du parc Campbell Ouest, car c'est le parc destiné aux enfants par excellence dans Côte-Saint-Paul. Je vous ai parlé plus haut du parc Ignace-Bourget qui remplit une fonction semblable dans le secteur Angrignon, mais qui m'apparaissait froid en comparaison. Le parc Campbell Ouest est le microcosme qui relie l'âme du vieux quartier et ce qui attire les jeunes familles et les personnes à l'instinct de conservation sûr.



Dans le cas du parc Garneau, il est plus facile à repérer au point de vue des gens de l'extérieur car il se trouve en bordure du boulevard Monk. Il y a une statue militaire au centre du parc, des bancs et de la verdure qui offrent un site relativement paisible même s'il y a beaucoup de passants et de circulation environnante. Le parc est presque un lieu de méditation, si ce n'était pas de la publicité clignotante d'un cabinet d'impôts et de comptabilité sur la rue Monk qui jure dans le paysage.



Il me manquait le parc Saint-Paul dans le dernier compte-rendu de mes promenades dans le quartier. À l'instar du parc Garneau, le parc Saint-Paul remplit une fonction précise. Je ne saurais dire en quoi le parc modifie la cartographie du quartier à jamais, mais il lui donne une identité caractéristique. La disposition singulière du parc lui donne actuellement un charme certain. Le centre du parc est disposé de telle manière que tous les sentiers offerts mènent à des rues différentes du quartier. La rue Angers «traverse» le parc à travers un de ces sentiers piétonniers. Ainsi, nous pouvons retrouver les rues suivantes au bout des sentiers : Champigny, Angers - et de L'Église -, et Le Caron. Le tracé des sentiers forme un X avec la rue Angers qui trace une autre ligne verticale au centre. Il y a un dépanneur au coin de la rue Champigny, des immeubles d'architecture ouvrière et des condos qui s'y sont ajoutés. Le profil socio-démographique me semble comporter davantage d'écarts entre les classes aisées et plus modestes à cet endroit.

avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 18 Aoû - 11:35

J'ai lu brièvement et parfois de long en large aujourd'hui. J'ai notamment débuté Leonard Cohen. Un Canadien errant de Viviane Gravey. Avant de poursuivre mon exposé, je veux vous citer ce passage :

La première destination de Leonard sera New York, en 1957. Sous couvert d'étudier à Columbia, comme son idole Frederico Garcia Lorca avant lui, il se plonge dans l'énergie de la ville et essaie d'approcher les Beats. Verdict : trop bourgeois, trop conventionnel. Pour quelqu'un de plus jeune, Leonard sonne trop vieux. Les Beats ne veulent pas de lui et il n'insiste pas : son groupe montréalais lui convient très bien, il se passera des Beats. Quant à son image conventionnelle, il s'appliquera à la déconstruire durant les prochaines années.

J'ai pris le temps de feuilleter un carnet de réflexions signé Jules Tessier : Mot de passe. Nous y lisons un point de vue intéressant, dégagé d'un point de vue de spécialiste. Il aborde notamment la réalité de la gentrification à partir de son expérience de résidant du Plateau-Mont-Royal. Il y a déménagé en 1984, tout juste avant que les prix commencent à monter de manière drastique. Il a vu le quartier changer. Il a voulu faire œuvre de mémoire. Il était intéressant de le voir passer à différents sujets. Il parle notamment du transport en commun, de la langue et des poètes anglophones. Il est revenu sur l'exemple d'Abraham Moses Klein qui est, selon lui, un antidote aux descriptions teintées de mépris à l'encontre des Canadiens français de la part de Mordecai Richler, lui qui a grandi dans les mêmes environs que ce dernier - Mile End ou en tout cas Saint-Urbain au nord de Sherbrooke, ce qui correspond au Plateau.

J'ai commencé à mieux connaître ma ville au moment où j'ai ressenti que j'avais une âme proche de la poésie. Dans cette mesure, je considérais important de lui accorder une partie privilégiée aux descriptions que je vous fais de cette même ville.

Je reviens à Abraham Moses Klein et à une des citations de sa poésie de Jules Tessier :

Et au crépuscule,

Quand on a chassé le soleil,

Qu'on l'a renvoyé au verso,

Comme un vagabond,

Les enfants goûtent une
dernière partie, une
blague, un répit.

Derrière le tronc d'arbre
au fruit en verre,

Qui s'offre,

Une dernière partie, une
blague, un répit,

Puis on entend piailler du
porche les mères qui les
appellent.

Ainsi, je vous invite à explorer ce qui clôt ma parenthèse sur le Plateau et Mile End, lorsque je vous expliquais que le quartier portugais est ce qui lie invisiblement le Plateau-Mont-Royal à Mile End. Ça, les Juifs et les Grecs qui peuplent l'âme du Mile End...

Mots-clés : #poésie #québec
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par bix_229 le Ven 18 Aoû - 16:11

Quand tu parles de quartiers, cela veut-il dire des regroupements par identité
nationale ou simplement par ordre d' arrivée dans ces quartiers ?
avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 19 Aoû - 6:53

@ Bix,

Merci de poser la question. En fait, c'est un peu plus complexe que cela. Je ne sais pas quand les Portugais sont arrivés à Montréal - dans le temps de le dire je viens de lire ici, mais ça fait longtemps qu'ils sont dans le vase communicant entre le Plateau-Mont-Royal et Mile End. Mile End est dans les faits intégré dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal mais pour des raisons historiques, je dirais qu'il s'agit d'un quartier plus ou moins assez distinct.

Ce que je sais par contre, c'est que la diaspora juive montréalaise est là depuis longtemps. J'ai parlé de Saint-Urbain plus haut, mais il est important de tenir compte de la rue Saint-Laurent qui traverse l'île du sud au nord. C'est même la seule rue qui réussit à le faire. Quand nous prenons connaissance de l'histoire de la Main de Montréal que constitue la rue Saint-Laurent, nous comprenons un peu mieux les déplacements des contingents d'immigration à Montréal. Les Grecs sont là depuis assez longtemps. Les Juifs sont assez regroupés autour de quartiers précis, même si nous remarquons une augmentation des mariages mixtes (juifs avec non-juifs) chez les plus jeunes de cette population.

Source : https://www.federationcja.org/fr/la-vie-juive-a-montreal/donnees-demographiques/

De la manière que j'ai connu les Juifs de Montréal et autour de Montréal, je savais qu'il y en avait dans Mile End, Ville-Mont-Royal, Val-David (dans les Laurentides, sur la rive-nord à l'extérieur de Montréal) et un peu partout à Montréal. En marchant dans Mile End, j'ai vu qu'il y en avait à Outremont. Je viens de lire que la concentration de population juive est assez élevée à Côte-Saint-Luc et à Hampstead.

À l'instar de la communauté grecque, j'ai l'impression que la présence des Juifs devient une notion quelque peu fantomatique. Nous les voyons toujours autant - les Juifs - dans Mile-End, Outremont et à Ville-Mont-Royal, mais pour avoir assisté à la disparition progressive des Grecs dans certains secteurs plus défavorisés de Montréal comme à Parc-Extension, nous finissons par les voir dans des quartiers plus aisés. Il en résulte une certaine dissémination de leur population, même si nous sentons que leurs communautés sont très présentes dans la ville. Il y a notamment des centres communautaires, des événements sportifs et plusieurs restaurants et commerces qui démontrent la présence de la communauté grecque à Montréal. À Parc-Extension, la communauté indo-pakistanaise vient de supplanter la communauté grecque dans les dernières années.

Par rapport aux Portugais, on dirait qu'ils ont «fondu» dans la masse anonyme du Plateau-Mont-Royal. Je ne connais pas vraiment de regroupements de la communauté portugaise ailleurs à Montréal, mais c'est pour vous dire à quel point le caractère multiculturel de Montréal est fluctuant et a tendance à finir par adopter un principe de mixité, surtout à la deuxième ou troisième génération. Dans le cas de certaines communautés, comme dans le cas de la communauté juive, c'est un processus de changement plus ardu. Tout ça pour dire que comme c'est le cas pour les communautés italienne, grecque et juive, il y a une bonne partie de ces populations qui est rétive à apprendre et adopter le français comme langue d'usage dans la vie de tous les jours, au profit de l'anglais.

Pour vous encourager un peu... il semblerait qu'il y ait un mouvement migratoire positif de la communauté française à Montréal dans les quartiers suivants : Outremont, Plateau-Mont-Royal et Rosemont... j'ai des données très partielles, mais j'avais remarqué la chose à Rosemont. L'autre donnée encourageante, même si elle ne se mélange pas bien d'un point de vue religieux, c'est que les communautés arabes et/ou musulmanes francisées sont un atout pour faire pencher la balance du bon côté en faveur du français...
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Arturo le Sam 19 Aoû - 8:14

Ce que tu dis me semble cohérent par rapport à ce que j'ai rencontré il y a 10 ans à Montréal. Mais bon, je ne serais pas très fin de sortir des statistiques à partir d'un cas ou deux (ma proprio portugaise immigrée, qui vivait au Plateau-Mont-Royal par exemple). Par contre, il me semble que le Plateau était déjà réputée pour être envahi de maudits français Very Happy (un peu le coin des bobos d'ailleurs).
avatar
Arturo

Messages : 1278
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par bix_229 le Sam 19 Aoû - 15:38

Compte tenu de qui se passe en Syrie, en Irak et ailleurs, y a-t-il un afflux de
migrants ?
On a dit aussi que certains américains avaient décidé de fuir au Canada après
l' élection de Trump.
Est-ce sensible à Montréal ?
avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Jack-Hubert Bukowski le Dim 20 Aoû - 9:00

Bix : Les événements politiques sont très agités à l'heure actuelle au Québec. Je pense tout de même qu'il y a une montée en épingle et une certaine complaisance au sein de la classe politique actuelle. Nous constatons une montée du discours de l'extrême-droite depuis quelques années. Cette opposition s'est cristallisée avec la montée du mouvement de la droite identitaire. La confrontation entre la gauche et la droite est devenue de plus en plus évidente aux lendemains de la révolution étudiante. Alors que Gabriel Nadeau-Dubois a fait son entrée en scène à la faveur d'une élection partielle au printemps dernier, nous pouvons voir qu'il y a une animosité contre la personne et contre ce que son parti présente selon ces mêmes nationalistes extrémistes. Je ne saurais dire que ces griefs incluent ces seuls nationalistes extrémistes, mais il y a actuellement un froid entre la gauche «anti-nationale» et les indépendantistes québécois, depuis que Québec solidaire est entré en scène.

Sous fond d'accusations qui fusent des deux camps, les anti-racistes - nationalistes comme anti-nationalistes canadiAn - comme la droite extrémiste et identitaire, il y a actuellement un enjeu qui polarise. Il serait peut-être superflu de parler d'enjeu car il fut monté en épingle dans les médias. Des réfugiés haïtiens entrent en grand nombre au pays en passant outre aux postes frontaliers. Avec tout ce qui se passe à Charleston aux États-Unis et les déclarations contradictoires de Trump contre la violence des manifestants au sein des deux camps, l'inertie et la complaisance des Trudeau et Couillard a de quoi étonner. Ce n'est pas exact car le Canada est considéré comme une terre accueillante pour les immigrants. Gabriel Nadeau-Dubois et Jean-François Lisée - chef du Parti Québécois - sont renvoyés dos-à-dos sur ce qu'ils proposent pour résoudre la crise. Mais plus ça va, plus l'enjeu de l'immigration en finira par s'imposer comme enjeu névralgique. Nous ne pourrons plus faire l'autruche sur cette question. Ça fait quelques années que des militants indépendantistes commencent à aborder la question dans des livres, sans que le tabou perce l'indifférence de la classe politique et des médias jusqu'à tout récemment...

N.B. Québec solidaire se dit indépendantiste, prône pour le principe de la rédaction d'une constitution avec un mandat ouvert et regroupe en son sein des gauchistes anti-nationalistes tenants de leur appartenance canadienne, et des représentants de la gauche québécoise plus proches des mouvements féministes, communautaires, écologistes et syndicalistes notamment.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1079
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Montréal

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Points de vue et passe-temps :: Balades en...

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum