Tarjei Vesaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tarjei Vesaas

Message par Bédoulène le Dim 4 Déc - 23:44

Tarjei Vesaas (1897-1970)


Tarjei Vesaas, né le 20 août 1897 à Vinje (comté du Telemark), et décédé le 15 mars 1970 à Oslo, est un écrivain norvégien de langue néo-norvégienne (nynorsk). Son œuvre, dominée par les thèmes existentiels du Mal, de l'Absurde, ainsi que par l'omniprésence de la Nature, se caractérise par une forte dimension symbolique et onirique.

Oeuvres traduites en français

Les Chevaux noirs
L’Arbre de santal
Le Germe
La Maison dans les ténèbres
La Blanchisserie
Le Vent du Nord
Nuit de printemps
Les Oiseaux
Une belle journée
L’Incendie
Palais de glace
Les Ponts
La Barque, le soir
Être dans ce qui s'en va
Lisières de givre








"les Oiseaux"

Délicatesse est le mot que m'inspirent cette écriture et ce récit.

L'auteur en pénétrant dans l'esprit de Mattis nous permet non seulement de le comprendre mais également de comprendre les autres et leurs réactions. Délicatesse de cet esprit simple ; Mattis est un être à part, mais il raisonne avec logique, simplement elle est incompréhensible aux autres.

Savent-ils eux écrire en langage oiseau ? Parler aux éléments ou à leur propre corps? Lui voit, entend l'indescriptible, l'insaisissable mais hélas eux non !
Mais il sait apprécier à leur juste valeur les moments de plaisir, celui d'une journée passée avec deux charmantes jeunes filles, le bonheur d'un vol d'oiseaux, un mot gentil, un sourire.

Certains mots le terrorisent et tout événement est interprété comme un symbole.
Dépendant affectivement et matériellement de sa soeur depuis de longues années l'arrivée d'un homme dans ce foyer va bouleverser leurs vies. Mattis ne peut et ne veut pas envisager une séparation de sa soeur ou simplement un partage avec une autre personne.

Mattis est submergé par ses idées qui tournent et bondissent dans son esprit comme une boule dans un jeu de roulette. Le vent sera un jour le hasard qui décidera de sa vie.

(message rapatrié)


Dernière édition par Bédoulène le Dim 11 Déc - 15:26, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3238
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Tarjei Vesaas

Message par bix_229 le Jeu 8 Déc - 23:40



LES OISEAUX

Les Oiseaux, c'est essentiellement l'histoire de Mattis, un innocent, un peu comme le Benjy du Bruit et la fureur de Faulkner. Il sait des choses qu'il ne peut dire, et en voit d'autres invisibles aux autres.
En somme, il est doté de sens mystérieux qui le rendent inférieur aux autres - du moins en apparence - parce qu'incapable d'affronter ce qu'ils nomment "réalité" ou de nommer celle qu'il percoit avec leurs mots à eux. Il bouillonne pourtant d'une sensibilité intérieure qu'il voudrait montrer, mais dont il se sent incapable. Il est plein de visions merveilleuses mais qui s'évanouissent dès qu'il se met en devoir de les raconter ou de les vivre.
Alors il choisit de vivre ses reves comme s'ils étaient la seule réalité.

Comme Benjy, il ne peut vivre que par les autres, parce que sous son apparence d'homme, Benjy est resté un enfant à bien des égards, et comme eux, il a besoin d'être aimé et protégé. Mais les adultes ont franchi le seuil définitif qui les rend inaptes à le comprendre. Pour eux, il est un homme et doit assumer sa condition d'homme comme eux, sinon il n'est qu'une sorte d'infirme pitoyable.

Seuls les oiseaux semblent aimer Mattis véritablement. Et lui, comprend toujours leurs messages. C'est dans leurs bruits d'ailes, dans leurs empreintes légères qu'ils laissent dans les fossés, que Mattis déchiffre une écriture qui lui est destinée.

Le temps d'une journée, ses reves les plus fous deviennent réalité, et le font sortir de lui meme, devenir l'égal de ceux qu'il admire le plus. Ce jour-là, il est accueilli gentiment par deux jeunes filles avec qui il fait une promenade en barque. Mais la promenade s'achève, et avec elle l'espoir d'être devenu quelqu'un d'autre. Comme un malheur n'arrive jamais seul, sa soeur, l'être le plus aimé jusque là, se détourne de lui.

Alors, désespérément, mais de toutes ses forces et de toute sa volonté, Mattis essaie de forger lui-meme son propre destin, et c'est ce qui rend ce livre pathétique. Je crois que Vesaas a voulu montrer que seuls les simples ont accès à une réalité cachée, parce qu'ils savent aimer simplement et rêver naturellement.

Message rapatrié


mots-clés : #psychologique


Dernière édition par bix_229 le Ven 9 Déc - 19:43, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 2671
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Tarjei Vesaas

Message par bix_229 le Jeu 8 Déc - 23:49



L'arbre de santal

Une famille ordinaire en Norvège au début du 2Oe siècle. Un couple uni, deux enfants, une fille, Margit, un garçon, Egil, de dix et onze ans.
Le père écrit des articles pour les journaux et  sans doute quelque chose de plus personnel. La mère est enceinte et son humeur se met à varier soudain.
Par moments, elle est carrément déprimée et elle confie à son mari qu' elle est «condamnée». De plus en plus souvent, elle se plaint d'être «seule» et «s'absente» mentalement.
Et l'on a déjà compris que la vie de cette famille va être bouleversée.

Comme tous les enfants de leur âge, les enfants ont parfois des rapports agressifs, mais aussi des moments de communion et de complicité exceptionnels.
L'état de la mère se dégrade, contamine l'atmosphère et inquiète le père au plus haut point. Un homme exceptionnellement tendre jusqu' à la faiblesse, intuitif et généreux.
Il va devenir en fait l'unique pilier ou presque sur laquelle Hilde, sa femme va s'appuyer. L'unique pourvoyeur des besoins d'une famille en perdition.
Face à l'adversité, ils deviennent à eux quatre un organisme autonome, symbiotique et sans hiérarchie, les rôles alternant en fonction de la situation.

Hilde est un être magnétique, une voyante, elle capte la lumière. Mieux, elle est source de lumière et illumine tous ceux qui l' entourent. Ou ceux qu'elle rencontre. Mais quand elle «s'absente», tout s' assombrit.
Elle VOIT ce que personne d' autre ne perçoit.  La contrepartie, c'est qu'elle devient dépendante de  son mari et de ses enfants. Elle se coupe de la réalité ordinaire et par la force des choses, les trois autres deviennent extraordinairement perspicaces, attentifs à son égard pour l'arracher à la mélancolie.
Aux yeux des enfants, elle paraît déraisonnable, capricieuse, infantile  et leur père excessivement faible. Mais seulement par moments.
Et, de fait, ils n' ont pas tort. Mais d' un seul sourire, elle les subjugue tous.

Un jour elle déclare qu' elle veut voyager. Et lorsque le père réalise qu' elle est sérieuse, il décide de l'accompagner.
Il hypothèque sa maison et ils partent tous les quatre en train. Ce voyage révèle très vite ce qu'il est, une folle randonnée, une fuite en avant funambulesque. Avec des moments totalement exaltants. Surtout pour la mère, grâce à ses facultés extrasensorielles.
Les autres l'aident constamment, la veillent, la surveillent, la protègent. Mais à la fin, il n' y a plus d' argent. Plus de train. Juste des marches harassantes. Le père doit travailler pour simplement subvenir aux besoins immédiats.
Un jour enfin, l' errance se termine. Hilde va accoucher dans une ferme et accomplir ce qu' elle avait annoncé et prévu des mois auparavant.

Voilà un livre d' une justesse de ton et de style constante. Quasiment miraculeuse. À la fois sombre et lumineux. Meme si cette lumière porte le «soleil noir de la mélancolie».

Rapatrié


mots-clés : #famille #pathologie
avatar
bix_229

Messages : 2671
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Tarjei Vesaas

Message par églantine le Ven 9 Déc - 17:13

La blanchisserie


À travers ce roman court mais intense , fidèle à son style , Tarjei Vesaas nous entraine dans une blanchisserie (lieu déjà symbolique !)qui sera le décor d'une tragédie :

C'est l'histoire banale d'un homme mûr, marié et sans histoire , propriétaire d'une blanchisserie ,qui sombrera au fil des pages dans un état obsessionnel grandissant face à l'arrivée d'une jeune employée ...... Vouant une haine farouche à l'égard du fiancée de celle-ci , ce sentiment le hante jour et nuit , l'accapare , le dénature , l'éloigne de la réalité : très rapidement son entourage perçoit le danger qui émane de Tander et les réactions des uns et des autres sont surprenantes ! Telles les schémas de tragédie classique , on assistera à une montée en puissance des sentiments dans une atmosphère de plus en plus oppressante jusqu'au dénouement final où la mort ne semble être que la seule issue libératrice et rédemptrice!

Tarjei a su habilement créer un climat ambivalent et malsain très bien traduit dans ce passage :

«Elles travaillent certes silencieusement ces jeunes filles , mais de temps à autre , elles dirigent leurs regards vers la fenêtre ou la porte . Car dehors le soleil brille ,les nuages défilent et le linge claque au vent . Comme si passait un cortège invisible . Quelque chose d'étrange porté par le vent . Loin , très loin d'une blanchisserie installée dans une cave . Des chants . Des chants d'hommes . Perçus par le coeur . tel le chant de marins partis vers de nouveaux horizons ou quelque autre absurdité venue de la terre ferme .Tout simplement quelque chose qui est dans l'air et que chacun porte en soi .Comme issu de quelque chose pour quoi l'on a été créé mais ne peut obtenir puisque le vent souffle sur les vastes espaces et que l'on est jeune et neuf .C'est tout cela le chant .»

Certains ont vu dans la folie qui menace Tander , une simple obsession issue d'un amour non partagé : pour ma part je n'ai pas ressenti les choses ainsi et j'ai plutôt perçu cet «attachement» à cette jeune fille comme une réaction inconsciente due à un traumatisme antérieur ( la perte d'un enfant ) .Plusieurs passages ont orienté mon regard vers cette analyse :

«Et voici Vera .......C'est là que se trouve Vera . Et c'est là qu'elle restera».

«Depuis que Véra est venue travailler chez lui . À peine était-elle arrivée qu'il avait senti un nouvel espace s'ouvrir en lui . Avec la soudaine puissance d'une révélation......Vera aubeau milieux de piles de linges immaculées, toujours ! Et dans cela personne ne peut entrer . C'est ainsi . Il faut se contenter de regarder et de rester à proximité».

Quelques lignes plus loin :«Vis-à-vis d'elle il avait senti se développer en lui un absurde sentiment de propriété. Il fallait que Véra demeure telle qu'elle avait été en arrivant , avait-il décrété ».

Plus loin encore alors qu'il est confronté à une explication avec le fiancé de Véra, il parle de :

«celle que personne ne devait toucher!»

A travers ces passages , Tander semble plutôt victime de perturbations psychiques importantes que soumis à une passion dévorante : Véra n'est que l'objet de son obsession dans ce qu'elle représente de virginité , pureté lui apportant un sentiment de sécurité !

J'ai apprécié cette lecture pour la qualité d'écriture toute en finesse , poétique et rythmée... envoûtée par cette histoire qui témoigne de la fragilité du sens de la vie , de l'interdépendance des êtres, de la frontière ténue entre la raison et la folie...
Mais la présentation de ce livre dans laquelle on parle d'amour me heurte. Je serais aussi ravie de susciter l'envie de quelques lecteurs pour confronter nos lectures !!!!


mots-clés : #psychologique
avatar
églantine

Messages : 1622
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 51
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Tarjei Vesaas

Message par Arturo le Ven 9 Déc - 17:28

Grâce à Bix, j'avais découvert cet auteur avec Les Oiseaux, vraiment un roman à part, qui m'a marqué. Il faudra que je lise autre chose.
avatar
Arturo

Messages : 647
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Tarjei Vesaas

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de Scandinavie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum