Mariusz Wilk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mariusz Wilk

Message par tom léo le Mar 8 Aoû - 7:41

Mariusz Wilk
né en 1955



Mariusz Wilk est un journaliste, essayiste, écrivain voyageur polonais, né le 19 janvier 1955 à Wrocław (en allemand : Breslau), en Silésie, Pologne). Ses essais relatent son expérience de vie durant de nombreuses années dans les régions de la mer Blanche, de la presqu'île de Kola, de Zaonejie, de Carélie, à l'ouest de la Russie d'Europe.

Après des études de littérature polonaise à l'Université de Wrocław, entre 1977 et 1981, Wilk travaille pour des journaux d'oppositions au régime communiste encore en place en République populaire de Pologne jusqu'en 1989. Il est emprisonné pendant 7 mois pour son engagement actif au sein du syndicat Solidarność dans lequel il est attaché de presse de Lech Wałęsa1, président du syndicat.

En 1984, il publie "Konspira, Solidarité clandestine" qui le fait connaître en Pologne.

Après la chute du gouvernement polonais et la nomination de Lech Wałęsa comme président de la 5e République populaire de Pologne, en 1990, alors que la Pologne est libérée de l'emprise de l'URSS. Wilk commence une carrière de journaliste.

La suite de sa vie se confond avec ses reportages qui décrivent ses pérégrinations en Russie puis son expérience vécue sur place dans le Grand Nord.

Avant de se fixer en Russie, il part comme correspondant du Quotidien de Gdansk. Il traverse les pays baltes, l'Ukraine, le Kazakhstan et la Sibérie.

Wilk est un écrivain culte en Pologne et en Russie. Ses articles sont publiés par la revue Kultura en France.

En 2006, il est décoré de la Croix d'Officier de l'Ordre Polonia Restituta, le deuxième plus haut grade d'ordre civil polonais.

Livres en français :

Le Journal d'un Loup, 1999
La Maison au Bord du Lac de L'Oniégo [« Dom nad Oniego »], 2007
Dans les Pas du Renne, 2009
Portage, 2010
Dans le Sillage des Oies Sauvages, 2013
La Maison du vagabond [« Dom włóczęgi »], 2016
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par tom léo le Mar 8 Aoû - 7:48



Le journal d’un loup


Original : Wilczy Notes. Zapiski sołowieckie 1996-1998 (Polonais)

Né en 1955 à Wroclaw/Pologne, Mariusz Wilk était entre autre très tôt actif dans le mouvement de « Solidarnosc ». Puis il travaillait comme reporter à Moscou, Berlin, les Etats-Unis. Un jour il sentait le besoin d’une distance et atterrissait, un peu par hasard, sur les Îles très reculés des Solovki, dans la Mer blanche, dans l’Extrême Nord de la Russie. C’est de là il commença à écrire régulièrement des articles pour le journal polonais « Kultura ».

Les semaines se prolongent en années et il se laisse toucher non pas plus comme un pur étranger, mais comme de l’intérieur, comme par empathie par les réalités de la Russie dans ces contrées lointaines des centres virevoltantes comme St. Petersbourg ou Moscou. Malgré ses origines polonaises (qui connaît l’histoire…) il arrive de devenir tout proche des gens, si souvent abandonnés par un pouvoir trop occupé par d’autres soucis. C’est de l’optique de ces lieux –là, qu’il regarde, observe et commente les développements de ce pays. Mais jamais cela devient une exercice d’enseignement sec, même si il nous fait partager une quantité de pensées et réflexions sur la culture, la foi et l’histoire de ce pays. Il part de la réalité concrète sur ces Ïles de Solovki, lieu si fameux dans l’histoire de la Russie, et cela à double titre : Cette île est historiquement et spirituellement célèbre pour son monastère fondé au XVème siècle, lieu qui a bien rayonné au-delà des environs. De l’autre côté, ce même lieu est devenu le premier « GOULAG » de l’Union soviétique, au tout début des années 20. C’est par ailleurs de là que Soljenitsyne a pris le titre de son investigation sur les camps : « Archipel de Goulag », c’était d’abord cet archipel de quelques îles dans la Mer blanche.

Quelques fois ses visions, ses descriptions prendront une allure apocalyptique, comme par exemple quand il parle de ce fléau qu’est l’alcoolisme ou les désastres écologiques… D’un coup l’animal humain n’est pas loin, purement historique, mais tout proche. Et pourtant… Qui connaît la Russie comme Wilk s’y laissait prendre, y discerne une force d’attraction qui peut dérouter dans son étrangeté ; mais qui ne nous lâche plus.

C’est un livre très varié de par ses sujets, idées, analyses, impressions évoqués, qui pourra donner des nouveaux perspectives à chaque russophile ancien et nouveau sur ce pays fascinant. Ayant été moi-même infecté par ce virus de l’amour pour ce pays, et ayant visité avec bonheur et respect cet archipel proche du Cercle polaire, je trouve dans les pages de Wilk mes impressions confirmées et nourries. Dans CE genre précis, avec cette lucidité et cet amour pour la Russie, j’ai rien trouvé de comparable.

Entre-temps Wilk est en train de se confirmer comme un explorateur/voyageur dans la meilleure tradition…

Il faut dire que les éditions « Noir sur blanc » ont eu une main magnifique en nous présentant Mariusz Wilk !


mots-clés : #campsconcentration #voyage #insularite
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Bédoulène le Mar 8 Aoû - 8:39

merci Tom Léo pour tes découvertes toujours intéressante.

je viens de mettre dans ma tablette la maison du vagabond

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4030
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par topocl le Mar 8 Aoû - 16:58

Le journal d'un loup



Le livre est en deux parties, d'abord « Notes de Solovki » (1996+1998), sorte de carnets d'une résidence, puis Le Kanin Nos, bref récit d'une exploration en bateau contre vents et tempêtes, sans autorisations, dans la mer Blanche et l’océan glacial arctique(1995).

Mariusz Wilk est donc un journaliste polonais qui a vécu 10 ans dans le îles Solovki et  en a tiré au fil des années, des articles pour la revue polonaise en exil en France, Kultura, qui sont réunis ici.
Il ne faut donc pas attendre une étude exhaustive et objective, une progression dans la réflexion,c'est plutôt une accumulation de points de vue, un partage de connaissances, de réflexions et de ressentis, qui n' épuise pas  son sujet, mais  le traite de façon subjective, voire parcellaire, en tant que Mariusz Wilk.

Cela donne donc un livre d'un intérêt  inégal - selon l'intérêt qu'on peut porter à la littérature russe du XIe siècle, ou au diverses sectes de l'église orthodoxe – abordant des sujets classiques ou inhabituels,  et qui ne répond pas à toutes les questions du lecteur. L'essentiel apporte quand même un point de vue intéressant, de magnifiques descriptions de nature dans un style alternativement littéraire ou technique.

Les apports historiques sur cet archipel glacé, hôte d'un prestigieux monastère dont les moines assuraient, contre avantages, le rôle de gardiens de prison pour les opposants au tsar, puis du premier camps de travail forcé d'Union Soviétique sont assez épars et survolés. Plus intéressante la description des habitants et de la vie actuelle (on est à la fin des années 90, on émerge de l'URSS) dans ce territoire de misère, d'alcoolisme, d'ordures de délinquance et d'assistanat non abouti qui préfère se remettre à la protection de Dieu qu'à celle de l'Administration. Une espèce de journal de voyage immobile, en quelque sorte. La description des us et coutumes actuels est si sordide et glaçante (à tous les sens du mot) qu'on peut se questionner sur les motivations de l'auteur à y vivre, mais voila ce qu'il répond.

…De notre gratitude, en effet ; c'est bien grâce à Melnitsa que je suis ici, c'est au cours de notre première promenade que m'est venue subitement l'idée de venir habiter ici. Au moins quelques années, pour voir l'hiver dans le Grand Nord, une aurore boréale, et me retrouver. J'avais déjà vécu à pas mal d'endroits : en Europe centrale, en Amérique du Nord, et dans les monts d'Or aux environs de Klodzko en Pologne ; à New York, sur la Cinquième  avenue ; aux chantier navals de Gdansk, pendant la grève de 1980 ; près du mur de Berlin au moment de sa destruction ; à la Maison-Blanche de Moscou, pendant le putsch, et sur une plage déserte de Soukhoumi, pendant la guerre entre les Abkhazes et les Géorgiens. Dans le tumulte des événements, toujours entouré, jamais seul, il m'était difficile de me concentrer, de faire le point, alors qu'ici, aux Solovki, même la nature, grâce à l'ascèse de ses formes et de ses couleurs, serait favorable à l'isolement et la concentration. Là-bas, le bruit des médias, le vacarme, les tchin-tchin et  la parlotte ; ici la forêt, le silence des pierres et l'horizon désert. Alors, pourquoi ne pas faire une pause ici, ne serait-ce que quelques temps ?

Mais il ne faut pas oublier qu'il se décrit lui-même comme un taiseux, un solitaire : « J'existe. Je suis seul. », et qu'il y a peu de chances qu'il nous livre toutes ses motivations. Ou l'explication est-elle peut-être dans la deuxième partie, cette folle expédition dans une sublime nature, mais sauvage et impitoyable, cette humanité partagée de l'extrême, qui donne « le sentiment d'une limite, de la limite du monde, de la vie . De la réalité. » Cette terre qui «  a surgi devant nous comme si elle venait d'être créée à l'instant ».

Il s'agit donc plus de « Mariusz Wilk aux îles Solovki » que d'un traité encyclopédique sur la question. Mais cela, le titre l'annonçait déjà. Je dirais donc que c'est un livre intéressant si on  s'intéresse au fameux archipel, mais sans doute pas le meilleur moyen pour en faire la connaissance.

Enfin il faut bien reconnaître que Mariusz Wilk a une fâcheuse tendance à évoquer avec mépris  l'apport des autres écrivains/explorateurs/reporters/intellectuels sur ce qu'il considère comme  « son » sujet. Comme si lui seul, au prétexte qu'il y a vécu plusieurs années, était autorisé à s'exprimer, que son expérience était seule valable « Chalamov avait tord de dire que les fleurs du Grand Nord ne sentent rien. ». C'est assez irritant.

Si l'on en croit mon passeport, je suis toujours un étranger, mais, vivant parmi eux depuis un bon moment, je suis devenu l'un des leurs. Car on te reçoit d'une manière quand tu habites à l'hôtel, que tu as un udostoviériénié binostannovo korrespondenta,une carte de presse de correspondant étranger, beaucoup de « backs », de billets verts, et l'immunité que te confère l'accréditation ;et d'une autre quand tu sarcles toi-même ta kartochka,que tu es capable de poser des filets, l'hiver, sous la glace, et de ne pas te perdre dans la toundra. Ici, dans le Grand Nord, la vie n'est pas une plaisanterie, les conditions qui règnent sont très difficiles, la nature elle-même met l'homme à l'épreuve. Quant aux autres, ils ne peuvent que confirmer que l'un des leurs, comme Ioura, le moujik assis dans un coin de la cuisine.

Commentaire récupéré.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2828
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 5:56

J'avais eu une mauvaise impression de Mariusz Wilk qui se trouve bien résumée dans cette citation de topocl :

«Enfin il faut bien reconnaître que Mariusz Wilk a une fâcheuse tendance à évoquer avec mépris  l'apport des autres écrivains/explorateurs/reporters/intellectuels sur ce qu'il considère comme  « son » sujet. Comme si lui seul, au prétexte qu'il y a vécu plusieurs années, était autorisé à s'exprimer, que son expérience était seule valable»

Il faudrait que j'essaie de lire quelque chose d'autre qui sorte de ces travers de son parcours... car à ce qu'il me semble, si c'est le livre que j'ai lu, Dans le sillage des oies sauvages m'avait pour ainsi dire «sauvagement» rebuté... Tu es très persévérant pour essayer de nous faire lire Wilk, TomLeo... Wink


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 9:03, édité 1 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 964
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par tom léo le Mer 9 Aoû - 7:53

Je comprends très bien de quoi vous parlez: cette forme de regard un peu (beaucoup) de mépris de Wilk... Pas seulement envers d'autres explorateurs (cela je le ressentais moins), mais envers ceux qui sont "confortablement assis" en Occident etc. Il y a un écart entre d'un coté quelqu'un qui vit de sa plume et alors de ses auditeurs, et puis ses jugements faciles. Je suis entièrement d'accord. Et cela va en s'empirant, à mon avis, de livre en livre.

Néanmoins je me retrouvais dans beaucoup de ses observations. Il voit des choses dont on ne parle pas. Et y appartient alors aussi justement des trucs qu'ignorent le grand public. Pour cette dimension là, je trouvais une vraie boîte de trésor dans ses remarques.

Pour les Solovki: j'y étais, et j'ai remarqué cette atmosphère dont il parle. Derrière l'atmosphère de déclin, de poubelles, de ..., comment discerner autre chose? Nous, on associe avec certaines impressions certains jugements. Beaucoup de Russe "voient", perçoivent autrement. Et il est vrai que Wilk s'approche de cette autre forme de perception. Peut-être lié avec un certain mépris? Je peux m'imaginer qu'il est tout brave quand on passerait prendre un Vodka avec lui...

(Petite anecdote en passant: j'ai passé sur les Solovki au port, partiellement délabré: du matériel en rouille, des débris de verre, des bouts de feraille... un vrai desastre. Mes amis russes disaient quelque chose comme "Ô, que c'est beau!")

Peut-être la lecture de n'importe quel livre nous invite à nous dépasser dans nos premières impressions? Je suis aussi sceptique, voir fâché avec certains cotés de chez Wilk. Mais cela n'empêche pas... Aimer alors un livre dans le cadre des possibilités de l'auteur, de sa personnalité? De ce qu'il a compris?! J'essaie de tirer un max de profit de chaque lecture.
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Bédoulène le Mer 9 Aoû - 7:58

" J'essaie de tirer un max de profit de chaque lecture."

c'est un bon principe Tom Léo !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4030
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par topocl le Mer 9 Aoû - 8:20

JHB, il est des livres comme des gens, qui cumulent côte à côte qualités et défauts. Tout dépend du dosage, de l'équilibre, de nos attentes, de ce qu'on est prêts à pardonner, ou pas.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2828
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 9:08

Tout à fait, topocl. Au moins, TomLeo a l'humilité d'admettre les défauts et appréciations que nous pouvons avoir à propos de Mariusz Wilk. Il n'y a pas uniquement de littérature qui se fait avec des bons sentiments... le matériau d'une inspiration s'étoffe de données brutes. Comme Wilk est un écrivain voyageur, nous pouvons avoir là le compte-rendu de ses expériences et de ses humeurs. Libre à nous de l'apprécier ou non...
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 964
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par tom léo le Mer 9 Aoû - 22:03

Même si nous ne partagions pas la même appréciation, j'importe encore un autre commentaire...:

La maison au bord de l'Oniégo


(Originale : “Dom nad Oniego” , Polonais)

Voilà que je veux vous présenter le deuxième tome (traduit en français) du « Journal du Nord ». Après avoir découvert le premier tome « Journal d’un loup » je ne pouvais faire autrement que de continuer ces lectures sur le Nord et la Russie..

Après son temps passé sur les iles Solovki dans la Mer Blanche, Mariusz Wilk acheta en 2003 une maison centenaire, énorme et en bois au bord du lac Oniégo, pareillement dans le Nord de la Russie. Quand il y déménagea, c’était une ruine sans électricité avec 37 fenêtres et portes (très agréable dans l’hiver russe, s’ils ne sont pas un peu étanches…). Alors l’écrivain est aussi ouvrier et doit y pourvoir. De nouveau Wilk réussit le coup de nous parler de son point de vue géographiquement assez isolé de la Russie ancienne et d’aujourd’hui, de la Carélie et ses problèmes et beautés. Il parle des chanteurs vagabonds, de l’hiver dur et son poêle russe, et l’explosion de l’été.

Oui, il y a les diaires, les récits de voyages et de pays écrits sur les routes du monde. Et puis il y a ce livre de Wilk qui semble bouger un peu moins (même s’il connaît la région parfaitement) et qui est même isolé dans un lieu lointain. Pourtant combien poignantes sont ses descriptions du Nord et ses impressions à partir de son poste d’observation ! Il parle de ses rencontres avec des vrais originaux du pays et à travers ses lectures avec des « proches en esprit », soit Miller, Gombrowicz ou Kawabata. Ses récits sur l’histoire et la culture de la Russie, sur Poutine et la catastrophe écologique en Carélie sont toujours intéressantes et sans sécheresse. Du milieu de son « isolement » il développe une vue sur le monde qui pourrait bien relativiser pour nous telle ou telle opinion. Toujours il me semble qu’il a à dire quelque chose, et ceci pas seulement par rapport à des lieux géographiques éloignés, mais même sur l’être humain, donc sur nous-mêmes !

Grande recommandation !
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par bix_229 le Jeu 10 Aoû - 16:38

La Maison au bord de l' Oniego

Mariusz Wilk, si j'ai bien compris, a d'abord essayé de changer la sociétépolonaise -la sienne- en militant dans le syndicat Solidarnosc.
Puis il est parti vivre dans le Grand Nord russe, les Iles Solovki, dans la Mer Blanche, puis la Carélie.

Je comprends Wilk quand il exalte les paysages sans limites qu'il voit de sa maison au bord de l'Oniégo.
Du contact qu'il a avec la nature brute et les éléments que sont l'air, l'eau et le feu. Et le silence.
Quand il parle de son retrait du monde dans un but d'isolement volontaire, de contemplation et de réflexion.
Et quand il cherche les derniers vestiges du chamanisme.

Pourtant sa vision positive est constamment battue en brèche par la réalité meme qu'il décrit.
Les forets sont abattues et pillées par des voleurs sans scrupule, tout comme les minerais :
vanadium, uranium...
Les autochtones sont tout aussi cupides mais ont moins de moyens de pillage ou de destruction.

Alors j'ai du mal à comprendre qu'il se sente à l'aise dans un milieu oùla population dans son ensemble est aculturée,
dissoute dans l'ennui, par les rigueurs du climat ; et surtout par l'alcoolisme et le suicide.
J'ai du mal à comprendre quand il semble nier la nature expansionniste de la Russie, y compris vis à vis de son propre pays,
 la Pologne.
Et je ne comprends plus du tout quand il déclare son admiration pour Poutine sous prétexte que la pratique le judo lui
donne de la maitrise sur lui meme !
Je peux saisir l'objet de sa quete spirituelle, mais j'ai du mal à la sentir dans un tel contexte.

Récupéré

Je me souviens que Wilk avait été plutot contesté sur d' autres plans sur Parfum.
Pour rmon compte, il m' a laissé une impression plutot désagréable et négative. B
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 10 Aoû - 17:24

Puisque je vous ai parlé de mon analyse précédemment, je la rapatrie vite fait…




Dans le sillage des oies sauvages

Bon, j'en arrive à ma critique sur Wilk et Dans le sillage des oies sauvages : tout d'abord, Mariusz Wilk se dit russe de langue polonaise. Il doit en résulter une différence de sensibilités poétiques mais qu'importe. Je vois plus Wilk comme un géopoète. Il s'adonne au voyage et aux réflexions. Dans le cas de ce livre précis, j'ai presque regretté de ne pas être passé par l'original, Kenneth White. Je trouve le livre un peu mal ficelé. Mais bon, si je dois en croire le résumé de vos interventions sur ses derniers livres, c'est une tendance qui se suit.

Outre mon appréhension face à l'écrivain et mon parti-pris pour Kenneth White, j'ai remarqué tout comme certains d'entre vous l'ont indiqué plus haut dans le fil que Mariusz Wilk avait tendance à gloser sur les canons de la littérature. Dans ce cas précis, il en beurre épais sur Melville, White et quelques autres. Gloser, c'est bien... il faut encore que le style te sauve... à ce trait, Wilk a beaucoup de chemin à faire pour arriver à la cheville d'un Enrique Vila-Matas par exemple... selon cette perspective, il semble s'écarter un peu de la géopoésie mais bon, son ouvrage littéraire est assez inconsistant. J'aime bien sûr la partie «récit de voyage», ses réflexions sur la vie et tout... mais le mélange ne s'harmonise pas assez bien je dirais.

Côté Québec, je trouvais que Wilk plaquait ses lunettes, badigeonnait du Melville ici et là et se faisait le touriste du tourisme. Je l'ai trouvé un peu «exotique» dans sa façon de procéder. Bancal en somme... si ce n'était pas des réflexions sur la géopoésie, j'aurais vite refermé le livre je pense bien.

message récupéré
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 964
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mariusz Wilk

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum