Francis Ponge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Francis Ponge

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 9:21

Francis Ponge
(1899-1988)


Francis Ponge est un poète français, né à Montpellier le 27 mars 1899 et décédé au Bar-sur-Loup, Alpes-Maritimes, le 6 août 1988.

Francis Ponge se décrit comme faisant partie de la génération surréaliste mais s’il partage certains principes du mouvement, il restera en retrait par rapport à cette doctrine.

En 1926, il publie Douze Petits Ecrits qui inaugure son travail poétique. Il essaie de dépasser la distinction entre vers et prose. En 1937, il entre au Parti Communiste Français et en 1942, il publie Le Parti Pris des Choses qui marque son entrée dans le monde littéraire. Il rejoint la résistance en 1941. Après la guerre, il quitte le PCF en 1947 et acquiert une renommée internationale alors qu’il est professeur à l’alliance française. Il publie Proêmes en 1948, La Seine en 1950, La Rage de l’Expression en 1952, Le Soleil placé en abîme en 1954.

Source : franceculture.fr

Œuvres

• Douze petits écrits, avec un portrait de Mania Mavro, NRF/Gallimard, 1926 (rééd. in Tome premier, 1965)
• Le Parti pris des choses, 1942.
• Le Carnet du bois de pins, 1947.
• Le Peintre à l'étude, Paris, Gallimard, 1948 - études sur Émile Picq, Jean Fautrier, Georges Braque… (rééd. in Tome premier, 1965)
• Proêmes, 1948
• Première esquisse d'une main, in ouvrage collectif A la gloire de la main, eaux-fortes de Christine Boumeester, Roger Chastel, Pierre Courtin, Jean Fautrier, Marcel Fiorini, Albert Flocon, Henri Goetz, Germaine Richier, Jean Signovert, Raoul Ubac, Roger Vieillard, Jacques Villon, Gérard Vulliamy, aux dépens d'un amateur, Paris, 1949.
• Le Verre d'eau (avec Eugène de Kermadec), Éditions de la Galerie de Louise Leiris, Paris, 1949
• La Seine 1950, photos de Maurice Blanc, La Guilde du Livre, Lausanne
• La Rage de l'expression, 1952.
• Le lézard, eaux-fortes de Jean Signovert, Éditions Jeanne Bucher, 1953.
• Le Grand Recueil : I. "Méthodes", 1961 ; II. "Lyres", 1961 ; III "Pièces", 1961.
• L'appareil du téléphone 1962.
• Pour un Malherbe, 1965.
• Le Savon, 1967.
• Entretiens avec Philippe Sollers, 1970.
• La Fabrique du Pré, 1971.
• Comment une figue de parole et pourquoi, 1977.
• Pratiques d'écriture.
• Œuvres complètes, La Pléiade volume I, 1999 ; volume II, 2002 ; Gallimard, Paris.
• Pages d'atelier, 1917-1982, 2005 ; Gallimard, Paris (Ensemble de textes inédits).
• Album amicorum, 2009 ; Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », Paris. (De 1926 à 1988, 60 ans d'envois et de dédicaces reçues).


Francis Ponge est assez atypique comme poète. Son approche dans ses écrits est très lexicale et proche de la terminologie, mais il lui donne un côté poétique. Ce fait d'armes le singularise dans sa démarche. Il a tant de facilité face à ce qu’il réussit à pondre dans ses essais d’écriture successifs, un peu à l’image de Comme une figue de paroles et pourquoi. Ne nous méprenons pas, il adopte une posture très laborieuse et ouvragée dans la facture et l’assemblage de ses écrits. Les proêmes témoignent du fait qu’il allie la prose poétique et la poésie versifiée tout en étant très réfléchi dans sa relation à la langue. Ne faisons pas l’erreur de le résumer et de le poser dans les formules toutes faites :

«Lui, pudique, se dérobant, fuyant, secret, héroïque, se dispensant à une allure inquiétante… ce que l’on appelle mener une existence dissolue… mauvais garçon par pudeur et dignité… Il circule, fuit, fait mille manières, s’enrobe de voiles et finalement préfère se dissoudre, plutôt que de se laisser tripoter, avaler unilatéralement par les eaux…»
Extrait, Le savon, p. 99

Yvette Bozon-Scalzitti a émis une hypothèse assez vérifiée et appuyée par des exemples à l’effet que Francis Ponge faisait preuve d’une misogynie. Il était après tout un produit de son époque.

Regardons maintenant de quoi en retournent les choses et leurs envers. Une œuvre se mérite d’être lue, même à l’aune des critiques. Francis Ponge semble partager le même plaisir des descriptions que Georges Perec cultivera après lui.


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 11:21, édité 4 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 958
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 9:31

Le parti pris des choses suivi de Proêmes :



J’ai eu la chance de connaître cette œuvre capitale et assez emblématique de l’œuvre de Francis Ponge. J’y ai puisé des éléments et des motifs façonnant mes premiers poèmes. À la lecture de tout ce qui vient de précéder, le premier extrait que j’ai noté :

«II. Le compliment à l’industriel

Sire, votre cerveau peut paraître pauvre, meublé de tables plates, de lumières coniques tirant sur des fils verticaux, de musiques à cribler l’esprit commercial,
mais votre voiture, autour de la terre, promène visiblement Paris, comme un gilet convexe, barré d’un fleuve de platine,  où pend la tour Eiffel avec d’autres breloques célèbres, et lorsque, revenant de vos usines, déposées au creux des campagnes comme autant de merdes puantes,
vous soulevez une tapisserie et pénétrez dans vos salons,
plusieurs femmes viennent à vous, vêtues de soie,
comme des mouches vertes.»

On peut se demander quelle mouche a piqué Yvette Bozon-Scalzitti… d’autant plus qu’il est question d’«enfant» et d’«ordre social» à la page précédente…

L’extrait suivant que j’ai noté, «Le cageot», est emblématique de la démarche pongienne :

«A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.

Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.

A tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc. Tout neuf encore, et légèrement ahuri d'être dans une pose maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme des plus sympathiques - sur le sort duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement.»

Ponge est sensible au côté fragile de la vie. Pour ma part, j’ai été réceptif à cette métaphore du cageot puisque nous avons tendance à recycler toutes sortes de choses de nos jours. Ainsi, j’ai eu la chance de voir un de mes proches réutiliser le matériau offert par d’anciennes cages à homards pour fabriquer des meubles de circonstance.

L’extrait qui suit donnera valeur à cette confidence :

«Témoignage»

Un corps a été mis au monde et maintenu pendant trente-cinq années dont j'ignore à peu près tout, présent sans cesse à désirer une pensée que mon devoir serait de conduire au jour.

Ainsi, à l'épaisseur des choses, ne s'oppose qu'une exigence d'esprit, qui chaque jour rend les paroles plus coûteuses et plus urgent leur besoin.

N'importe. L'activité qui en résulte est le seule où soient mises en jeu toutes les qualités de cette construction prodigieuse, la personne, à partir de quoi tout a été remis en question et qui semble avoir tant de mal à accepter franchement son existence.

Francis Ponge semble conduit par l’exigence de décrire la condition de l’Homme. Yvette Bozon-Scalzitti s’est sentie le besoin de remettre en question certaines idées établies. Nous pouvons dire qu’elle a donné une certaine résonance aux extraits que je viens de citer.

Le poème qui suit ne fait rien pour arranger les choses si nous les considérons selon un point de vue puriste :

«Poésie du jeune arbre»

Ta rose distraite et trahie
Par un entourage d'insectes
Offre depuis sa robe ouverte
Un cœur par trop empiété

Pour cette pomme l'on te rente
Mais que t'importe quelqu'enfant
Fais de toi-même agitateur
Déchoir le fruit comme la fleur.

Quoiqu'encore malentendu
Et peut-être un peu bref contre eux
Parle! dressé face à tes pères

Jeune homme vêtu comme un arbre
Parle, parle contre le vent
Auteur d'un fort raisonnement.

Encore une fois, je picorerai de façon très précise :

«Si je les nomme [raisons de vivre] c’est que ce sont des retours de l’esprit aux choses. Il n’y a que l’esprit pour rafraîchir les choses. Notons d’ailleurs que ces raisons sont justes ou valables seulement si l’esprit retourne aux choses d’une manière acceptable par les choses : quand elles ne sont pas lésées, et pour ainsi dire qu’elles sont décrites de leur propre point de vue.»
Extrait de «Raisons de vivre heureux», p. 167

Francis Ponge s’est attardé à l’œuvre de Camus, comme plusieurs l’ont fait avant lui, au cœur de son époque. J’ai noté quelque chose de précis qui croque sur le vif les balbutiements de sa démarche exigeante :

«Historiquement voici ce qui s’est passé dans mon esprit :
1. J’ai reconnu l’impossibilité de m’exprimer;
2. Je me suis rabattu sur la tentative de description des choses (mais aussitôt j’ai voulu les transcender!);
3. J’ai reconnu (récemment) l’impossibilité non seulement d’exprimer mais de décrire les choses.

Ma démarche en est à ce point. Je puis donc soit décider de me taire, mais cela ne me convient pas : l’on ne se résout pas à l’abrutissement.

Soit décider de publier des descriptions ou des échecs de description.»
Extrait, p. 181-182.

Une vingtaine de pages plus tard ou à peu près :

«Seule la littérature (et seule dans la littérature celle de description - par opposition à celle d’explication -; parti pris des choses, dictionnaire phénoménologique, cosmogonie) permet de jouer le grand jeu : de refaire le monde, à tous les sens du mot refaire, grâce au caractère à la fois concret et abstrait, intérieur et extérieur du VERBE, grâce à son épaisseur sémantique.»
(p. 200-201)

Un extrait m’a plus marqué :

«À la vérité, expression est plus que connaissance; écrire est plus que connaître; au moins plus que connaître analytiquement : c’est refaire.

*

C’est, sinon reproduire la chose : du moins produire quelque chose, un objet de plaisir pour l’homme.»

(p. 201)

Francis Ponge ne fait rien pour arranger son cas. Toutefois, je veux attirer votre attention en lisant le recueil, de passer par les poèmes «Fragments de masque» et «Des raisons d’écrire». Il y a des manières d’appréhender ses poèmes. Il y a une telle énergie qui circule à l’intérieur de ses poèmes. Les Proêmes ont été longuement analysés au cours de cette relecture du recueil Le parti pris des choses.


mots-clés : #poésie
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 958
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Tristram le Mer 9 Aoû - 14:11

Tout en  littérature est affaire d’interprétations, nous dit Eco, et d’autres. La vision univoque et réductrice d’Yvette Bozon-Scalzitti regardant par le petit bout de sa lorgnette les choses de Ponge comme misogynie (et que cela, et fort teinte de violence « femmicide », etc.) m’incite à commettre un essai où il serait clairement prouvé que l’œuvre pongienne n’est qu’un miraculeux oracle de ce qui deviendra le fameux forum Des choses à lire ‒ après tout, on peut dire n’importe quoi de quelque chose tout en étant certain qu’une partie restera vraie (surtout quand on dit tout et son contraire)… Ponge chantant les choses fait preuve de condescendance pour celles-ci, s’intéresse plus à leur transcription qu’aux choses en elles-mêmes, haro sur le baudet, qui devient cheval de bataille !
La lecture d’Yvette Bozon-Scalzitti n’est pas à rejeter, mais il faudrait y confronter d’autres sur Ponge, et tant qu’à faire après l’avoir lu…
Comme tu dis dans Nos lectures en août,
Jack-Hubert a écrit:L'important est de garder en tête de ne pas avoir de préconçus lorsqu'on lit! Smile
avatar
Tristram

Messages : 1960
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Aventin le Mer 9 Aoû - 18:20

Un grand merci pour cette belle ouverture de fil, Jack-Hubert, doublé d'un bravo !
avatar
Aventin

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Nadine le Mer 9 Aoû - 19:10

Sympa ton intervention Tristam, ça me donne encore plus envie de le lire Smile)
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Tristram le Mer 9 Aoû - 19:20

C'est fait pour, Nadine (comme déjà noté quelque part, Ponge est une de mes plus récentes découvertes majeures...)
avatar
Tristram

Messages : 1960
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 9 Aoû - 21:49

Il y a quelques temps, Gallimard publiait des recueils de chroniques de poésie de Philippe Jaccottet et ce dernier a publié un essai sur Francis Ponge à la maison d'édition Le bruit du temps, Ponge, pâturages, prairies. Nous pouvons voir l'influence que Francis Ponge a eue sur Jaccottet. J'ai également lu l'interview qu'il a donnée à Philippe Sollers, et nous avons vu la maîtrise dont il a pu faire preuve dans des circonstances difficiles. Francis Ponge avait une superbe en poésie et de par les thèmes qu'il évoque, mais pour avoir jeté ce pavé dans la mare, tout héritage se doit d'être examiné à la lumière des faits. Un poète, un écrivain, est par essence subversif. Toutefois, nous pourrions avoir une définition différente de ce qui est subversif dans les années 1930, 1970 et 2010. Néanmoins, Francis Ponge reste un poète majeur même s'il y a une part de critique complaisante à son égard. C'est ainsi que je réponds à ce que tu viens de me dire, Tristram.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 958
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Francis Ponge

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum