Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Louis-Ferdinand Céline

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Louis-Ferdinand Céline

Message par Arturo le Lun 14 Aoû - 15:38

Louis-Ferdinand Céline
(1894-1961)


Louis-Ferdinand Céline 09754511

Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, né le 27 mai 1894 à Courbevoie, et mort le 1er juillet 1961 à Meudon, connu sous son nom de plume généralement abrégé en Céline, est un écrivain et médecin français.

Céline est considéré comme l'un des plus grands novateurs de la littérature française du xxe siècle, introduisant un style elliptique personnel et très travaillé qui emprunte à l'argot et tend à s'approcher de l'émotion immédiate du langage parlé. À propos de son style, Julien Gracq dira : « Ce qui m'intéresse chez lui, c'est surtout l'usage très judicieux, efficace qu'il fait de cette langue entièrement artificielle – entièrement littéraire – qu'il a tirée de la langue parlée. ». Il est notamment célèbre pour Voyage au bout de la nuit, publié en 1932.

Il a été un agent actif de l'Allemagne nazie, et notoirement proche de certains milieux collaborationnistes pendant l'Occupation de la France par l'Allemagne. Le rôle qu'il a joué durant cette période a longtemps été minoré, avant que la recherche historique ne fasse la lumière à ce sujet. Son antisémitisme s'est exprimé avec virulence dans des pamphlets dès 1937.

voilà ce qu'en dit wikipédia

Oeuvres :

Romans
- Voyage au bout de la nuit, 1932 ; Page 3
- Mort à crédit, 1936
- Guignol's Band, 1944
- Casse-pipe, 1949
- Féerie pour une autre fois, 1952
- Normance : Féerie pour une autre fois II, 1954
- D'un château l'autre, 1957
- Nord, 1960
- Le Pont de Londres / Guignol's Band II, 1964
- Rigodon, 1969

Pamphlets
- Mea Culpa, 1936
- Bagatelles pour un massacre, 1937
- L'École des cadavres, 1938
- Les Beaux Draps, 1941

Autres textes
- Semmelweis, 1924, thèse de médecine de L. F. Destouches ; Page 2
- Carnet du Cuirassier Destouches rédigé en 1913, publié à la suite de Casse-pipe dans l'édition Gallimard, en 1970.
- Des Vagues, nouvelle, rédigée en 1917, publiée dans le quatrième volume des Cahiers Céline de Gallimard en 1977
- La Vie et l'Œuvre de Philippe Ignace Semmelweis, 1924
- La Quinine en thérapeutique, 1925
- L'Église, 1933
- Foudres et Flèches, 1948
- Scandale aux abysses, 1950
- Entretiens avec le professeur Y, 1955
- Ballets sans musique, sans personne, sans rien 1959. (contient les ballets La Naissance d'une fée, Voyou Paul, brave Virginie, Van Bagaden, Foudres et flèches, Scandale aux abysses, - augmenté de Secrets dans l'île et  de Progrès dans la réédition Gallimard de 2001)
- Progrès, 1978
- Arletty, jeune fille dauphinoise, 1985
- Préfaces et Dédicaces, 1987
- Histoire du petit Mouck, 1997
- À l'agité du bocal, 2006
- Céline vivant, anthologie des entretiens audiovisuels avec LF Céline, 2007
- Le Secret d'État (Extraits d'un synopsis inédit pour argument de ballet), 2017

Correspondance
- Cahiers Céline 5 : Lettres à des amies, Gallimard
- Vingt lettres : à André Pulicani, Jean-Gabriel Daragnès, Ercole Pirazzoli, Charles Frémanger, Charles de Jonquières et Albert Manouvriez, Éd. du Lérot
- Cahiers Céline 6 : Lettres à Albert Paraz 1947-1957, Gallimard
- Lettres à son avocat : 118 lettres inédites à Maître Albert Naud, La Flûte de Pan
- Lettres à Tixier : 44 lettres inédites à Maître Tixier-Vignancour, La Flûte de Pan
- Lettres à Joseph Garcin (1929-1938), Librairie Monnier
- Lettres à Charles Deshayes, 1947-1951, Bibliothèque de Littérature française contemporaine
- Le questionnaire Sandfort, précédé de neuf lettres inédites à J.A. Sandfort, Librairie Monnier
- Lettres à la NRF 1931-1961, Gallimard
- Lettres à Marie Bell, Éd. du Lérot
- Céline et les éditions Denoël, 1932-1948, IMEC
- Lettres à Marie Canavaggia, 2 volumes (1936-1947 et 1948-1960), ed du Lérot
- Lettres de prison à Lucette Destouches et à Maître Mikkelsen (1945-1947), Gallimard
- Au fil de l'eau : Lettres de Louis-Ferdinand Céline à deux amies, Aimée Barancy et Éliane Tayar, Éd. du Lérot
- Lettres à Antonio Zuloaga (1947-1954), Éd. du Lérot
- Cahiers Céline 9 : Lettres à Marie Canavaggia (1936-1960), Gallimard
- Lettres, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard
- Devenir Céline : lettres inédites de Louis Destouches et de quelques autres (1912-1919), Gallimard
- Cahiers Céline 10 : Lettres à Albert Paraz (1947-1957), Gallimard
- Cahiers Céline 11 : Lettres à Milton Hindus (1947-1949), Gallimard
- Lettres à Henri Mondor, Gallimard
- Lettres à Pierre Monnier, Gallimard

MAJ de l'index le 02/10/2019[/color]
Arturo
Arturo

Messages : 3061
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Chamaco le Lun 14 Aoû - 15:45

Merci Arturo pour ce fil, de lui j(ai lu Mort à Credit, au cours d'une de mes jeunesses
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : entre ombre et soleil

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Arturo le Lun 14 Aoû - 15:48

Il est de ces écrivains dont, après avoir effectué une première incursion dans leur oeuvre, l'on a la furieuse envie de tout dévorer. Ce fut mon cas après ma lecture du Voyage. Souvent la première porte d'entrée chez cet écrivain. Le plus décrié, le plus génial, aussi ?
En fait, Le Voyage, n'est pas considéré comme à proprement parlé Célinien. Sa langue y reste assez calme finalement, par rapport à ce qu'il va développer par la suite. Ce qui en fait sûrement le plus accessible de ses grands textes. Pour ma part c'est celui qui me parle le plus. La lecture de sa pièce de théâtre L'église peut être une bonne idée. C'est une répétition générale de ce que sera Voyage au bout de la nuit.

Pour se frotter à l'évolution de son phrasé, il faut essayer des cours textes vraiment délirants (Entretiens avec le professeur Y, ou Casse-pipe). C'est d'ailleurs dans ses entretiens avec le prof Y qu'il livre sa vision, sa cuisine interne sytistique. Le tout avec beaucoup d'humour.
Continuer avec Mort à Crédit est aussi une excellente idée. Ou Guignol's Band, ou Féerie pour une autre fois.
Je suis un peu plus réservé sur la trilogie allemande, Céline s'y fait geignard (et trop aigri ?).
Ses pamphlets antisémites n'ont pas été réédités à sa demande, mais demeurent accessibles pour qui veut se faire une idée. J'y ai trouvé des passages d'une puissance hors-norme, et d'autres ... Qui nous rappellent à cette période si sombre de l'Histoire de France. Avec A l'agité du bocal (Sartre s'en prend une sacrée couche), et Mea Culpa, pamphlet anti-communiste. Celui-ci est vraiment à lire, il y a des passages incroyables, peut-être ce qu'il a écrit de plus fort, terriblement misanthropes, pleins de rage et de désespoir.
La correspondance m'a un peu ennuyé, mais je suis loin d'avoir tout parcouru.

Enfin, ne manquez pas les interviews d'archive disponibles sur youtube. Histoire de cerner un peu une partie du personnage (surjoué, et qu'il s'est créé à mon avis).
Arturo
Arturo

Messages : 3061
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Arturo le Lun 14 Aoû - 16:02

@Chamaco a écrit:Merci Arturo pour ce fil, de lui j(ai lu Mort à Credit, au  cours d'une de mes jeunesses

Et alors, t'as pas eu envie de renouveler l'expérience, dans tes autres jeunesses ? pirat
Arturo
Arturo

Messages : 3061
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Tristram le Lun 14 Aoû - 16:35

Félicitations Arturo pour avoir ouvert le fil de ce prosateur majeur !

« Langage ! Langage ! Parler ? Parler ? Parler quoi ? »
Louis-Ferdinand Céline, « Mort à crédit »

« Mais transposer directement la vie, c'est une tout autre paire de couilles !… Les bons rêves ne s'élèvent que de la vérité, de l'authentique, ceux qui naissent du mensonge, n'ont jamais grâce ni force. Qui s'en soucie ?… Le monde n'a plus de mélodie. […]
Les bons rêves naissent et viennent de la viande, jamais de la tête. Il ne sort de la tête que des mensonges. La vie vue par la tête ne vaut pas mieux que la vie vue par un poisson rouge. C'est un jardin à la française. »

« Cela suffit au fond ces trois petits mots qu'on répète : le temps passe… cela suffit à tout…
Il n'échappe rien au temps… que quelques petits échos… de plus en plus sourds… de plus en plus rares… Quelle importance ?… […]
Et puis voilà…
Tout doucement, ils deviendront tous fantômes… et tous… et tous… […]
Un petit sursaut simplement entre la mort et l'existence… cela distrait… vous emporte !… Vous me suivez ?… Un peu de lumière et d'accord… Le Rêve nous emporte… Mais la Musique ? Ah ! Voici toute mon angoisse… Je retombe tout empêtré !… Musique !… ailes de la Danse ! Hors la musique tout croule et rampe… Musique édifice du Rêve !… »
Louis-Ferdinand Céline, « Bagatelles pour un massacre »

« Qu'importe mon livre ? [Voyage au bout de la nuit] Ce n'est pas de la littérature. Alors ? C'est de la vie, la vie telle qu'elle se présente. La misère humaine me bouleverse, qu'elle soit physique ou morale. Elle a toujours existé, d'accord ; mais dans le temps on l'offrait à un dieu, n'importe lequel. Aujourd'hui, dans le monde, il y a des millions de miséreux, et leur détresse ne va plus nulle part. Notre époque, d'ailleurs, est une époque de misère sans art, c'est pitoyable. L'homme est nu, dépouillé de tout, même de sa foi en lui. C'est ça, mon livre. [...] J'ai écrit comme je parle. Cette langue est mon instrument. Vous n'empêcheriez pas un grand musicien de jouer du cornet à piston. Eh bien ! je joue du cornet à piston. Et puis je suis du peuple, du vrai... »
Louis-Ferdinand Céline, interview avec Pierre-Jean Launay, Paris-Soir, 10 novembre 1932

« Je ne peux pas lire un roman en langage classique. Ce sont là des projets de roman. Ce ne sont jamais des romans. Tout le travail reste à faire... Leur langue est impossible. Elle est morte.
Pourquoi je fais tant d'emprunts à la langue, au "jargon", à la syntaxe argotique, pourquoi je la forme moi-même si tel est mon besoin de l'instant ? Parce que vous l'avez dit, elle meurt vite, cette langue, donc elle a vécu, elle vit tant que je l'emploie.
Une langue c'est comme le reste, ça meurt tout le temps. Ça doit mourir. Il faut s'y résigner. La langue des romans habituels est morte, syntaxe morte, tout mort. Les miens mourront aussi, bientôt sans doute. Mais ils auront eu la petite supériorité sur tant d'autres, ils auront pendant un an, un mois, un jour, vécu.
Tout est là. Le reste n'est que grossière, imbécile, gâteuse vantardise. Dans toute cette recherche d'un français absolu, il existe une niaise prétention, insupportable, à l'éternité d'une forme d'écrire. »
Louis-Ferdinand Céline, lettre à André Rousseaux, Le Figaro, n°151, 30 mai 1936


J'ai pas mal lu Céline, et aussi ses interviews, dont j'ai conservé des extraits significatifs (ceux de son oeuvre littéraire sont généralement sans grand intérêt hors contexte).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8247
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Arturo le Lun 14 Aoû - 17:14

Merci pour les extraits Tristram, j'abonde :

Dans Voyage au bout de la nuit :

On placera nos économies… On s’achètera une maison de commerce… On sera comme tout le monde… Elle disait cela pour calmer mes scrupules. Des projets. Je lui donnais raison. J’avais même honte de tant de mal qu’elle se donnait, pour me conserver. Je l’aimais bien, sûrement, mais j’aimais encore mieux mon vice, cette envie de m’enfuir de partout, à la recherche de je ne sais quoi, par un sot orgueil sans doute, par conviction d’une espèce de supériorité.

La vie c’est une classe dont l’ennui est le pion, il est là tout le temps à vous épier d’ailleurs, il faut avoir l’air d’être occupé, coûte que coûte, à quelque chose de passionnant, autrement il arrive et vous bouffe le cerveau. Rien qu’une simple journée de 24 heures c’est pas tolérable. Ca ne doit être qu’un long plaisir presque insupportable une journée, un long coït une journée, de gré ou de force.

Les jeunes c’est toujours si pressés d’aller faire l’amour, ça se dépêche tellement de saisir tout ce qu’on leur donne à croire pour s’amuser qu’ils y regardent pas à deux fois en fait de sensations. C’est un peu comme ces voyageurs qui vont bouffer tout ce qu’on leur passe au buffet, entre deux coups de sifflet.

Dans L'église :

Apprenez Pistil, que depuis la genèse, le grand principe de la morale de ce monde, c’est la production. Les plaisirs sont improductifs, donc les plaisirs sont immoraux, c’est même pour cela que le plaisir est immoral. S’emmerder sur une tâche aride est productif, donc s’emmerder est moral. Les protestants savent s’emmerder mieux que personne au monde, aussi, sont-ils moraux et productifs et dominent-ils le monde.

… vous êtes intelligent, ne restez pas en France, allez tenter la fortune en Amérique, à New-York ; ici, le prolétaire intelligent devient révolutionnaire, là-bas, il fait parfois fortune. » C’est ses propres paroles. « Ici, qu’il me disait, vous appartiendrez toujours à la classe si intéressante des huit millions de salariés français qui ne gagnent pas cinq cents francs par mois ; c’est assez pour être patriote, ce n’est pas assez pour bouffer, l’expérience le prouve. Foutez le camp, mon ami, autrement vous allez devenir communiste, ce qui n’est pas non plus une manière de se nourrir.
Arturo
Arturo

Messages : 3061
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Baleine le Lun 14 Aoû - 17:24

Merci pour ce fil ! Je garde un très bon souvenir de Voyage au bout de la nuit, mais je reconnais qu'il est confus et brouillé, bien que ma lecture remonte à deux ans maxi. Seule la partie qui se déroule à New York est restée nette. Je prévois de tenter Mort à crédit un des ces quatre, et j'attends de lire vos avis sur ses autres livres. Les courts textes me font assez envie.
Baleine
Baleine

Messages : 69
Date d'inscription : 09/07/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 15 Aoû - 4:14

Merci pour ce travail de déblayage à propos des classiques du roman, Arturo. Il fallait bien que quelqu'un le fasse... Smile

J'exhume de l'autre forum, une critique-appréciation tirée de ma lecture :

«Une seule critique concernant Entretiens avec le professeur Y sur le fil. Je peux bien comprendre pourquoi j'ai pas sauté dessus avant... C'est un accomplissement dans ma «jeune» vie de lecteur, encore jeune, oui.

Être féru de genres littéraires divers, ça rapporte... entre l'essai littéraire, les entretiens, les dialogues sur la littérature et la poésie faite langage, il n'y a qu'un pas à franchir ici.

«L'agité du bocal» m'avait convaincu. Céline fait partie des grands polémistes et pamphlétaires. Dans Entretiens avec le Professeur Y, il reprend de plus belle. J'arrive bien à imaginer le parcours qui reste à faire.

En passant par les Bukowski, Laferrière, Gracq, Miller, Vila-Matas et compagnie, j'oubliais bien sûr Hubert Aquin dans la catégorie des «essayistes littéraires»... Céline représente un peu l'apothéose du dialogue.

Pour vous dire la force à propos de Céline, il faut surtout dire la facilité avec laquelle il se dégage de ses tirades outrancières. Il reprend sa pirouette, l'air de rien. C'est digne d'un grand talent littéraire. Je ne saurais dire que ce soit énervant, mais il en a du répondant le gars.

Gracq se réalise dans le roman. Céline se réalise à travers l'acte d'écrire et non pas en fonction d'un genre. Il s'en fout d'ce qui se passe, il va te dire drette là ce qu'il pense et avec la force d'évocation qui lui est reconnue de digne renommée.

La confrontation entre Jean-Paul Sartre et lui éclipse celles de Camus et Vian, quoi que Jean-Sol Partre... la violence verbale atteint le paroxysme et le choc retentit. Jean-Paul Sartre a davantage bénéficié des attaques à son endroit, c'est indéniable... dire qu'il tient Céline comme le plus grand écrivain du XXe siècle... l'écriture de Sartre est un pet à côté. C'est sur le plan du personnage littéraire et de la réplique cinglante que ce dernier en impose. Le fait demeure que Céline ne voulait pas être en reste.

Il y a une citation que je retiens et c'est celle à la page 24-25 à propos du romancier et du roman «rendu émotif». Elle est trop longue à citer. Lisez cet extrait de dialogue. Il en vaut d'autres mais le summum de Céline se trouve là.

Céline parle lui-même de métro émotif si je ne m'abuse... j'ai vu que quelqu'un a rapporté cette expression d'un autre auteur sur ce même fil... l'expression vient de Céline. Il en a contre la modernité, et il parle des aspirateurs pour décrier les travers de l'époque qu'il perçoit...

À aligner les écrivains à la brochette pour mieux les gifler, et ensuite les esquiver... et le coup retentit encore. Céline se livre au pugilat de la plume. Alors que d'autres choisiront les pas feutrés et les piques discrètes, Céline nous dit : «Arrangez-vous avec ce que je viens de dire à propos de tel auteur. Je l'ai ramassé, y'a pas à dire».

Lisez Céline, vous passez actuellement à côté d'un des événements littéraires qui retentiront encore pour les trois, quatre, cinq, six siècles prochains...»

Rapatrié avec joie.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1844
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par animal le Mar 15 Aoû - 7:51

Je garde un souvenir mélangé de Mort à crédit, lire en presque découverte l'auteur m'a intéressé, il y a de la force et une certaine sensibilité dans de nombreux passages, une certaine ampleur aussi malgré tout il y a aussi de l'indigestion à force d'exclamations et de tapage. Sorte de procédé unidimensionnel étouffant associé à un ton geignard... dérangeant (ce qui est aussi une qualité, dérangeant parce que révélateur de faiblesses ?).

Son artificialité à quelque chose de brutal et de complexe (là où se rejoignent le besoin de dire et d'échapper ?) mais cette complexité se retrouve noyée sous le tapage (plus encore que d'autres se sont retrouvés noyés sous le paysage et le terroir).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10075
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Tristram le Jeu 11 Jan - 20:00

Faut-il continuer à fantasmer et parler de ce qu'on ne connaît pas ? rééditer ou pas les pamphlets céliniens ? voir ici. Pour en avoir lu, je peux témoigner qu'il n'y a d'ailleurs pas qu'antisémitisme dedans. Mais pour en juger, encore faut-il pouvoir lire...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8247
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par bix_229 le Jeu 11 Jan - 21:03

Sans oublier :

Louis-Ferdinand Céline Kamins10

Hanns-Erich Kaminski
Céline en chemise brune

"La fabrication du mythe Céline, qui s'est nourrie de toutes les lectures d'allégeance et de célébration, a fait oublier les lectures à rebours. Par un curieux retournement, le scandale aujourd'hui, ce serait d'oser rappeler les enjeux historiques et politiques d'une oeuvre pourtant tellement ancrée dans l'histoire. Cela fut fait dès 1938 par H.-E Kaminski, Juif allemand en exil, qui livre avec ce texte antidote, la première analyse lucide de celui qui "voulait être le plus nazi des collaborateurs".
Mille et une nuits
bix_229
bix_229

Messages : 10452
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par ArenSor le Ven 12 Jan - 19:48

@Tristram a écrit:Faut-il continuer à fantasmer et parler de ce qu'on ne connaît pas ? rééditer ou pas les pamphlets céliniens ? voir ici. Pour en avoir lu, je peux témoigner qu'il n'y a d'ailleurs pas qu'antisémitisme dedans. Mais pour en juger, encore faut-il pouvoir lire...

La question mérite d’être clairement posée puisqu’elle agite le petit monde littéraire en ce moment : faut-il publier à nouveau les pamphlets de Céline ?

Rappel des faits : Céline a publié trois brûlots violemment antisémites :
- Bagatelles pour un massacre (1937)
- L’Ecole des cadavres (1938)
- Les Beaux draps (1941)
Après la guerre, Céline ne voulait pas que ces pamphlets soient réédités. Ce souhait a été longtemps respecté par son exécuteur testamentaire, c’est à dire son épouse Lucette. Celle-ci, âgée aujourd’hui de 105 ans (!) semble être revenue sur sa décision, peut-être en partie par soucis financiers.  
L’argument de Gallimard pour justifier une réédition des pamphlets est de prendre exemple sur le  livre de Lucien Rebatet Les Décombres récemment réédité dans la collection « bouquins ». Cette réédition n’a entraîné aucune polémique.

Alors, fallait-il rééditer Rebatet ? pour moi oui, parce que :
- L’ouvrage s’accompagne d’un important appareil critique effectué par des historiens. C’est même un modèle du genre.
- il s’agit d’un remarquable document montrant la dérive d’un jeune intellectuel qui passe de l’Action française au fascisme et adopte des positions de plus en plus extrêmes. C’est un texte d’autant plus intéressant pour les personnes qui s’intéressent à cette époque qu’il ne peut être soupçonné de réécriture.
Ce qui est paradoxal c’est que la réédition des Décombres Rebatet, qui a été le vrai best-seller de l’Occupation, bien plus diffusé que les pamphlets de Céline, n’a pas soulevé de polémique. Pourquoi ? Parce que Rebatet n’est connu que d’un petit nombre d’intellectuels, alors que tout ce qui concerne Céline, ce monstre sacré… Pourtant la lecture des Décombres montre un personnage aussi abject que Céline et que j’estime bien plus dangereux (les Allemands se méfiaient beaucoup de Céline qui a toujours été dans une forme de délire).

Alors faut-il rééditer les pamphlets de Céline ?
L’exemple de Rebatet donné par Gallimard ne tient pas la route à mon avis. Parce que Céline est dans l’invective, l’injure, l’anathème et que ce genre de propos peut séduire des « bas du front », beaucoup plus que le discours de Rebatet.
Gallimard voulait reprendre l’édition des pamphlets éditée au Québec. Or, là encore, l’appareillage critique de cette édition ne tient pas la route. C’est une analyse littéraire réalisée sous la direction d’un éditeur proche de l’extrême-droite. Il y a donc une étonnante légèreté de Gallimard à vouloir reprendre cette édition (certes, une vraie édition critique a un coût, mais la maison Gallimard en a les moyens !)
Il faut tenir compte également de deux facteurs : les pamphlets sont accessibles sans difficulté par le net, les œuvres de Céline tomberont dans le domaine public dans une douzaine d’années. A ce moment nous verrons surgir quantité de publications, sans foi ni loi !

Alors, ma position personnelle ? J’aimerais bien qu’il y ait une édition des pamphlets de Céline avec un vrai appareil critique avant que l’œuvre ne tombe dans le domaine public, un peu sur le modèle de celle de Rebatet.
Tout cela n’est que mon modeste avis que j’ai voulu aussi objectif que possible. Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Bédoulène le Ven 12 Jan - 20:31

Je n'ai lu, ni l'un ni l'autre, mais je comprends parfaitement ce que tu expliques Arensor et que je trouve très sensé.

Mais à présent qu'il y a polémique cela risque d'attirer les lecteurs pour de mauvaises raisons.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12598
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par ArenSor le Ven 12 Jan - 20:50

@Bédoulène a écrit:Mais à présent qu'il y a polémique cela risque d'attirer les lecteurs pour de mauvaises raisons.

Tout à fait Bédoulène, je trouve ce côté médiatique au sujet des pamphlets de Céline plutôt malsain. J'ai préféré en parler librement parce que nous sommes sur un forum littéraire où nous pouvons faire la part des choses Very Happy .
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Tristram le Ven 12 Jan - 21:10

@ArenSor a écrit:J’aimerais bien qu’il y ait une édition des pamphlets de Céline avec un vrai appareil critique avant que l’œuvre ne tombe dans le domaine public, un peu sur le modèle de celle de Rebatet.
Je plussoie. Il ne me semble pas judicieux de laisser certaines publications dans l'ombre. Sur la vidéo de mon lien d'hier, Céline, assez confus, dit n'avoir rien personnellement contre les Juifs, argue qu'il voulait seulement défendre la paix, puis nos colonies ! Les mécanismes de l'antisémitisme méritent quand même d'être étudiés et exposés, surtout de nos jours.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8247
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Cliniou le Ven 12 Jan - 22:14

Shocked Shocked
Forum littéraire oblige, étalez-vous sur les qualités littéraires de cet écrivain, mais de grâce abandonnez certain débat et certaine forme de temporisation maladroite. Allez jusqu’au bout de la source.
Pensez-y.
Je m’abstiendrai de poster à nouveau ici.
Cliniou
Cliniou

Messages : 586
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 49

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Armor le Ven 12 Jan - 23:59

Je ne vois pas ce qui, dans ce qui a été dit précédemment, te choque à ce point, cliniou.

S'intéresser aux qualités de Céline en laissant de côté son antisémitisme assumé et affiché ? Ca me semble bien illusoire. Certains, en lisant ses oeuvres "classiques", séparent l'oeuvre de l'homme, d'autres pas, les deux positions s'entendent. Je n'ai personnellement pas réussi à le lire pour le moment, mais je comprends ceux qui le lisent et louent son apport à la littérature.

Je comprends aussi qu'on se pose la question d'une édition de ses écrits polémiques avec appareil critique. Céline est l'un de nos grands écrivains, alors laisser dans l'ombre cette part de lui-même semble impossible. Doit-on ne parler que de ses oeuvres littéraires et laisser aux sites extrémistes la diffusion de ses pamphlets antisémites ? Ou bien, au contraire, ne vaut-il mieux les publier avec un appareil critique qui restituerait l'oeuvre dans son contexte (politique, historique), et l'expliquerait ?
Le débat s'est posé en Allemagne au moment de la publication de Mein Kampf avec un long appareil critique.

Evidemment, on pourrait arguer que ces oeuvres ne devraient tout simplement plus être publiées. Point. Malheureusement, elles vont tomber dans le domaine public, et cela étant, je préfère une édition solidement documentée à une édition sauvage servant de sombres desseins.
Je pense donc que, notamment pour les jeunes générations moins marquées par l'histoire de la seconde guerre mondiale (mais pas seulement), une édition avec appareil critique est importante. Fondamentale, même. Mais il faut des notes inattaquables, sérieuses, étayées, faites par des historiens à l'abri de toute ambiguïté.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3495
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Tristram le Sam 13 Jan - 0:49

Oui Armor.
Par ailleurs, je reconnais être assez fasciné par cet aspect délirant de l'auteur du désespérant Voyage, de Mort à crédit, puis des œuvres suivantes où il s'enfonce dans son langage. Plus que l'aspect sulfureux, c'est l'énormité de cette impasse où il butte (l'antisémitisme à un côté absurde, "facile", bête), et qui discrédite son œuvre littéraire, qui m’interroge ; il a dit regretter cette "erreur" ‒ mais il l'a faite, en conscience (sur ce point, il y a sans doute des lumières à attendre de la part de la psychologie ; et aussi des questions à se poser sur la légitimité d’un auteur "célèbre" à se prononcer sur des sujets sociétaux ou politiques). Le cométaire Rimbaud est devenu trafiquant d’armes au Harrar, et à mes yeux il a déchu de manière similaire. C'est bien sûr un ressenti personnel. Pour en revenir à Céline, il insiste longuement sur son travail sur la langue, et il est vrai que son style est fondamental pour ce qui a suivi ‒ comme il y a un après-Beckett, un après-Duras. C'est bien souvent que j'ai sa scansion à l'esprit quand j'écris, ces rafales qui meurent puis reprennent comme des vagues ‒ alors que, curieusement, ce que je suis en train de rédiger n’a rien à voir.
Moralité, il faut peut-être goûter la musique des littérateurs, mais ne pas oublier que leurs avis n'engagent qu'eux (et n’ont souvent guère d’importance générale).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8247
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par animal le Sam 13 Jan - 1:12

Gallimard voulait reprendre l’édition des pamphlets éditée au Québec. Or, là encore, l’appareillage critique de cette édition ne tient pas la route. C’est une analyse littéraire réalisée sous la direction d’un éditeur proche de l’extrême-droite.
Avec les titres on rate cette information, c'est intéressant !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10075
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Aventin le Sam 13 Jan - 6:32

@Tristram a écrit:Rimbaud est devenu trafiquant d’armes au Harrar, et à mes yeux il a déchu de manière similaire. C'est bien sûr un ressenti personnel.
Ouch.
Rimbaud et Céline sur une ligne d'égalité de l'infamie.scratch
Spoiler:
Note pour moi-même: si personne "n'y va", penser à ouvrir le fil Rimbaud.
Aventin
Aventin

Messages : 1086
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis-Ferdinand Céline Empty Re: Louis-Ferdinand Céline

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum