Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jack Kerouac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jack Kerouac Empty Jack Kerouac

Message par Arturo le Jeu 17 Aoû - 15:32

Jack Kerouac
(1922-1969)


Jack Kerouac Jack-k10

Jean-Louis Kérouac ou Jean-Louis Lebris de Kérouac dit Jack Kerouac, né le 12 mars 1922 à Lowell dans le Massachusetts et mort le 21 octobre 1969 à St. Petersburg en Floride, est un écrivain et poète américain.

Considéré comme l'un des auteurs américains les plus importants du xxe siècle, il est même pour la communauté beatnik le « King of the Beats ». Son style rythmé et immédiat, auquel il donne le nom de « prose spontanée », a inspiré de nombreux artistes et écrivains et en premier lieu les chanteurs américains Tom Waits et Bob Dylan. Les œuvres les plus connues de Kerouac, Sur la route (considéré comme le manifeste de la Beat Generation), Les Clochards célestes, Big Sur ou Le Vagabond solitaire, narrent de manière romancée ses voyages à travers les États-Unis. Le genre cinématographique du road movie est directement influencé par ses techniques et par son mode de narration.

Jack Kerouac a passé la majeure partie de sa vie partagé entre les grands espaces américains et l'appartement de sa mère. Ce paradoxe est à l'image de son mode de vie : confronté aux changements rapides de son époque, il a éprouvé de profondes difficultés à trouver sa place dans le monde, ce qui l'a amené à rejeter les valeurs traditionnelles des années 1945-1950, donnant ainsi naissance au mouvement beat. Ses écrits reflètent cette volonté de se libérer des conventions sociales étouffantes de son époque et de donner un sens à son existence. Un sens qu'il a cherché dans des drogues comme la marijuana et la benzédrine, dans l'alcool également, dans la religion et la spiritualité – notamment le bouddhisme – et dans une frénésie de voyages.

« Jazz poet », comme il se définit lui-même, Kerouac vante les bienfaits de l'amour, proclame l'inutilité du conflit armé, quel qu'il soit, et considère que « seuls les gens amers dénigrent la vie ». Jack Kerouac et ses écrits sont vus comme précurseurs du mode de vie de la jeunesse des années 1960, celle de la Beat Generation, « qui a ébranlé la société américaine dans ses certitudes. Elle a directement inspiré aussi bien les mouvements de mai 1968 que l’opposition à la guerre du Viêt Nam, ou les hippies de Berkeley et Woodstock. Pourtant la Beat Generation a aussi contribué à enrichir le mythe américain. Sur la route, le roman le plus connu de Kerouac, est une ode aux grands espaces, à l’épopée vers l’ouest, à la découverte de mondes nouveaux. »

source wikipédia


Œuvres

Romans

1944 : Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines (And the Hippos Were Boiled in Their Tanks)(avec William Burroughs)
1950 : Avant la route (The Town and the City, écrit de 1946 à 1948)
1957 : Sur la route (On the Road), (écrit de 1948 à 1956)
1958 : Les Souterrains (The Subterraneans), (écrit en octobre 1953) : Page 1
1958 : Les Clochards célestes (The Dharma Bums)
1959 : Docteur Sax (Doctor Sax), (écrit en juillet 1952)
1959 : Maggie Cassidy (Maggie Cassidy), (écrit en 1953) : Page 1
1960 : Tristessa (Tristessa), (écrit de 1955 à 1956)
1960 : Visions de Cody (Visions of Cody), (écrit de 1951 à 1952)
1960 : Le Vagabond solitaire (Lonesome Traveler), (écrit de 1958 à 1960), Gallimard, Folio, précédé de Grand voyage en Europe
1962 : Big Sur (Big Sur)
1963 : Visions de Gérard (Visions of Gerard), (écrit en janvier 1956)
1965 : Anges de la Désolation (Desolation Angels), (écrit de 1956 à 1961)
1966 : Satori à Paris (Satori in Paris)
1968 : Vanité de Duluoz (Vanity of Duluoz)

Posthumes
Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines (And the Hippos Were Boiled in Their Tanks)(avec William Burroughs), (écrit en 1944)
Pic (Pic), publié en 1971 (écrit de 1951 à 1969)
Orphée à jour (Orpheus Emerged), nouvelle précédée d'une sélection de récits écrits entre 1936 et 1943 et rassemblés sous le titre Atop an Underwood. L'ensemble, traduit par Pierre Guglielmina, est publié sous le titre Underwood Memories
Vraie blonde, et autres (Good Blonde and Others), traduction Pierre Guglielmina, publié en 1993, Gallimard, Folio, 2003, (ISBN 978-2-070-30262-Cool

Essais, poèmes et correspondances
1959 : Mexico City Blues (écrit durant l’été 1955 en trois semaines à Mexico en compagnie de William Burroughs), poésie
1960 : Le Livre des rêves (Book of Dream) publié en 1960 (écrit entre 1952 et 1960 à partir de notes prises au réveil), Flammarion, 1977
1960 : L’Écrit de l'Éternité d'or (The Scripture of the Golden Eternity) (écrit en mai 1956 sur les conseils de Gary Snyder qui lui suggéra d’écrire une sutra - considéré comme un texte religieux par Jack)
1971 : Poèmes (Scattered Poems), poésie
Le Livre des haïkus (The Book of the haikus), poésie : Page 1
Book of Blues, recueil de 8 longs poèmes ou « chorus »
Livre des esquisses : 1952-1954 [« Book of Sketches »]
Réveille-toi. La vie du Bouddha [« Wake Up. A Life of the Buddha »]
Book of blues
Beat Generation, en collaboration avec William Burroughs, Allen Ginsberg et Brion Gysin
Dharma, recueil de notes accumulées entre 1953 et 1956, se présentant comme un fac-similé de tapuscrit, avec une mise en page originale
Lettres choisies. 1940-1956 (Selected letters. 1940-1956)
Lettres choisies. 1957-1969 (Selected letters. 1957-1969)
La vie est d'hommage, recueil de textes en français

màj le 5/11/2017
Arturo
Arturo

Messages : 3105
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Arturo le Jeu 17 Aoû - 15:37

Je continue de déblayer les auteurs que je souhaite voir ressurgir sur notre beau forum. Et ce n'est pas JHB qui devrait me contredire quant à la présence de Kerouac ! cat

Kerouac, c'est l'éloge du vagabondage, l'emblème de la génération Beat, qui n'a pas entendu parlé de son roman Sur la route ? Une littérature qui se base sur le souffle, le rythme effréné, qui s'écrit et se lit d'une traite, aux phrases qui s'allongent comme ses routes nord-américaines, nous menant le plus souvent de N-Y et son ébullition artistique vers l'Ouest plus sauvage, des passages obligés par Frisco (San Francisco) ou des rêves de Mexique et d'Alaska. Les grands espaces prennent toute leur dimension avec cet auteur.
Personnellement, je ne retiens pas particulièrement son roman phare, que j'ai trouvé un peu répétitif et assez inégal, même si parfois jouissif, mais plutôt Les clochards célestes, ode aux routards solitaires en quête de voûte céleste, de quêtes mystiques, et d'amoureux de la nature extrême. La partie où il part vivre en temps que garde forestier, loin de tout dans les montagnes, reste un moment fort du roman.
A l'instar de John Fante, de Charles Bukowski, ou de Blaise Cendrars, Kerouac nous offre dans son œuvre des autobiographies à peine dissimulées, où il est assez aisé de l'identifier dans ses fictions.
Le vagabond solitaire m'a moins marqué, pas trop de souvenirs pour en parler, un peu faible à mon goût.

Kerouac, Sur la route a écrit: « Mais pourquoi penser à ça quand toute la beauté de ce monde s’offre à vous et que toutes sortes d’évènements imprévus sont en attente, qui vous surprendront et qui, du seul fait qu’ils se produiront, vous rendront heureux de vivre.»


Les Souterrains :


Jack Kerouac Captur22

Les souterrains sont ces êtres marginaux, épris de beuveries, de poésie, de drogues, de violence, qui vivent un peu à l'état brut, loin de l'american way of life. Pour certains, ce n'est qu'une passade de jeunesse, pour d'autres un mode de vie.
Ici le personnage principal s'amourache d'une Noire, et on suit leur relation tumultueuse, et on se replace dans un contexte d'une Amérique plutôt raciste, où il ne fait pas bon d'afficher les mélanges inter-ethniques.
Du bon cru selon moi, même s'il se laisse parfois emporter par son élan, et c'est à se demander s'il se relisait, j'ai parfois l'impression qu'il éditait des premiers jets, sans retouche, tant certains passages mériteraient des coupes, et une ponctuation un peu moins paresseuse.
Arturo
Arturo

Messages : 3105
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par bix_229 le Jeu 17 Aoû - 16:14

Jack Kerouac Mary-c10

MAGGIE CASSIDY

Jack Duluoz aime Maggie Cassidy et vice versa. Il a 16 ans,elle 17. ça se passe en 1938, et le narrateur, qui ressemble comme un frère à Jack Kerouac, en parle 3 ans plus tard.
Le lieu c'est Lowell, (Massachussetts) la ville même ou Kerouac est né.

Aux yeux de Jack D, cette annné-là, il s'en souviendra toujours. Tout lui apparait nouveau et merveilleux : le base ball et la course à pied, les livres et le jazz.
Et puis les amis... Et Maggie !

Maggie et Jack s'aiment et le désir les consumme et la jeunesse elle même.
Mais Jack est simple et compliqué. Il n' a que 16 ans, et il ne sait pas très bien ce qu'est la vie.
Ce qu'il veut ou non.
Il n'a pas appris non plus que les histoires d'amour finissent mal... en général.
En tout cas la sienne... Jack remonte le fil du temps .
La passion et le désir sont passés. D'autres amours sans amour aussi. Jack a le blues en y repensant !
Restent la nostalgie, les regrets, les souvenirs, la "jeunesse de la jeunesse".
L'amertume d' un premeir amour raté...

Maggie Cassidy, "doux oiseau de la jeunesse"...
Plus jamais plus jamais...

Comment ne pas aimer ce Jack Duluoz/Kerouac. Du moins ce jeune Jack K ou son double.
Il nous parle de lui, de ses amours, de ses espoirs, de sa jeunesse désarmée et naive.
Même si les phrases sont parfois un peu longuettes et les métaphores un peu usées, il y a tellement de fraîcheur, d'émotion, de romantisme flamboyant...
Des moments de pur lyrisme.
Si vous aimez Maggie Cassidy, vous aimerez Jack Kerouac !

Rapatrié




En me relisant, je me pose des questions. Que reste t-il de Kerouac  à présent que le ressac a laissé une plage vide ?
Des souvenirs, des équipées, des envolées -lyriques ou pas- qui reflétaient les espoirs d' une génération.
La colère, la révolte, le gout de la découverte, du voyage et de plaisirs illicites et transgressifs.
Jusqu'à la nausée que laisse la fin de quelque chose qui s'épuise en brulant.

Ceux qui sont venus après, écrivains, lecteurs, se sont enflammés à leur tour.
Avant de se rendre compte que l'exotisme et la nouveauté de la beat generation avaient fondu, laissant une mousse qui se diluait au fil du temps.
Un simple jalon dans la littérature américaine.

Reste le vrai plaisir de découvrir un texte qui ne fait pas partie de ceux qui furent cités en exemple et qui restituent la naïveté de l'auteur, une fraîcheur rafraichissante, la nostalgie de l'enfance, de l'adolescence et des premières amours.


Dernière édition par bix_229 le Jeu 17 Aoû - 18:07, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Arturo le Jeu 17 Aoû - 17:32

J'aime beaucoup ce que tu viens d'en dire, Bix.
Je pense que Kerouac continue d'inspirer les voyageurs, mais le monde a bien changé depuis son époque. Il est bien plus balisé pour les apprentis vagabonds en quête d'un idéal.
Arturo
Arturo

Messages : 3105
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Tristram le Jeu 17 Aoû - 17:37

Concernant Sur la route, est paru il a a peu "Le rouleau original" :

« Rien derrière et tout devant, comme toujours sur la route. »

« Ma garce de vie s’est mise à danser devant mes yeux, et j’ai compris que quoi qu’on fasse, au fond, on perd son temps, alors autant choisir la folie. Moi, tout ce que je voulais, c’était noyer mon âme dans celle de ma femme, et l’atteindre par le nœud de la chair, dans le linceul des draps. »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8434
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Bédoulène le Jeu 17 Aoû - 21:22

ah depuis le temps que je veux le lire ! il va remonter dans ma PAL

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par animal le Jeu 17 Aoû - 22:25

C'est marrant, en me relisant il y a dix ans je suis beaucoup plus positif de Sur la route que le souvenir que j'en ai aujourd'hui et je crois que ça vient de cette image de "liberté" à laquelle je n'arrive pas (du tout) à associer le bouquin. Une pure étiquette toute faite et une équation insoluble....

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Tristram le Ven 18 Aoû - 0:10

Pour l'avoir relu récemment, à 4 décennies de distance, c'est sûr que le regard n'est pas le même. Le beat quand la vie commence n'est plus ressenti pareil au bout de la route. Mais je ne saurais renier le souffle qui est passé dans cette (longue) page déroulée qui le rend(ait) si bien !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8434
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 18 Aoû - 12:09

Le livre des haïkus :

Sur l'ancien forum, je vous ai parlé des poésies de Bukowski. Je me suis aperçu que je n'avais pas tellement étudié les poésies de Jack Kerouac, et plus particulièrement les haïkus...

Pour faire compliqué, j'ai lu les parties 3, 4 et 5 avant de revenir aux parties 2, 1 et 6... J'ai senti qu'on touchait là à quelque chose d'essentiel. Je vous indique que j'ai l'édition de poche «La petite vermillon».

Les deux premières parties sont un peu les parties officielles de l'œuvre kerouacienne dans la mesure où il avait consacré des œuvres à ses haïkus et des chorus. Il m'a semblé que les parties subséquentes étaient un peu plus sauvages et authentiques de par la manière que Kerouac se voulait spontané et détendu, même si nous sommes loin de la réalité...

Dans la troisième partie, il s'adonne à poétiser au cours de sa période bouddhiste :

(9)
Moi, ma pipe,
les jambes repliées -
Loin de Bouddha

(37)
La tempête,
comme Dostoïevski
Se prépare tout en écoutant

J'ai fait mille
kilomètres en stop
Et t'ai apporté du vin

Au cours de la 4e partie, dans la période qui précédait la parution de Sur la route, Jack Kerouac était concentré sur les méthodes traditionnelles des Haïku de la route. Nous pouvons sentir une différence entre les différentes parties de sa production, selon les périodes :

Ce chien qui aboie -
Tuez-le
Avec une roue de vélo

Pleine lune dans les arbres
- de l'autre côté de la rue,
la prison

Tous ces sages
Dorment
La bouche ouverte

Pour la 5e partie, il s'agit des Haïku de la Beat Generation. Nous pouvons y voir une intention et une signification esthétique :

Lumière rouge sur pingpong - le camion de pompier hurle
Sur mon chapeau / une grosse merde - le corbeau s'envole.
Sous mon chapeau / une grosse merde - le corbeau s'envole.

Flaques au crépuscule
- une goutte
est tombée

Ils se fixent du regard,
L'écureuil sur la branche,
Le chat dans l'herbe

Dans cette dernière partie, j'ai dérogé du haïku traditionnel pour mieux saisir la signification de ce que les Beats attendaient d'une certaine mise en marche.

mot-clé : #poésie
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Arturo le Lun 27 Mai - 19:29

Je prends le relai avec la poésie de Kerouac. Je suis en train de lire une anthologie de la maison underground City Lights, essentiellement des poètes Beats, mais on y retrouve aussi Malcolm Lowry, ou des poètes étrangers traduits : Prévert, Maïakovski, Lorca...
Ceux qui m'ont le plus parlé, et qui sortent du lot dans cette anthologie : Bob Kaufman, Ginsberg, Philip Lamantia, Harold Norse et ... Jack Kerouac !

un poème de 1962 :

I demand that the human race
ceases multiplying its kind
and bow out
I advise it

And as punishment and reward
for making this plea I know
I’ll be reborn
the last human
Everybody else dead and I’m
an old woman roaming the earth
groaning in caves
sleeping on mats

And sometimes I’ll cackle, sometimes
pray, sometimes cry, eat & cook
at my little stove
in the corner
“Always knew it anyway,”
I’ll say
And one morning wont get up from my mat

Une traduction trouvée sur le net (de Philippe Mikkriamos) :

J’exige que la race humaine
cesse de multiplier son espèce
et tire sa révérence
je le conseille

Et comme punition et récompense
de cet appel que je lance je sais
que je renaîtrai
le dernier humain
Tous les autres seront morts et moi je serai
une vieille femme sillonnant la terre
grognant dans des cavernes
dormant sur des nattes

Et parfois je caquetterai, parfois
prierai, parfois pleurerai, mangerai & mitonnerai
sur mon petit four
dans le coin
« Bah je l’ai toujours su »,
dirai-je
Et un matin ne me lèverai pas de ma natte
Arturo
Arturo

Messages : 3105
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par animal le Mar 28 Mai - 22:56

forme américaine, genre "la phrase qui me vient + une chute/twist" ? pirat

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Bédoulène le Mer 29 Mai - 6:21

juste "je me suffit" ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Arturo le Jeu 30 Mai - 14:50

@animal a écrit:forme américaine, genre "la phrase qui me vient + une chute/twist" ? pirat
difficile de tirer un trait général sur un aussi vaste pays, mais par exemple chez Bukowski il y a souvent des poèmes à chute, humoristique.

@Bédoulène a écrit:juste "je me suffit" ?
confused
Arturo
Arturo

Messages : 3105
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Bédoulène le Jeu 30 Mai - 17:15

je voulais dire qu'au moment où l'auteur écrit cette poésie, il a envie d'être seul ; il se suffit !

je ne pense pas que c'est comme le dit Animal "la phrase qui me vient" mais bien un ressenti

mais tu connais l'auteur Arturo


_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jack Kerouac Empty Re: Jack Kerouac

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum