Café philo-psycho-socio

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Chamaco le Mer 15 Nov - 17:02

@Tristram a écrit:
Les femmes aussi posent leur regard sur les hommes (même si ce n'est pas systématique non plus).

Autrefois c'était la religion qui y trouvait à redire...Il n'y avait qu'Adam et Eve qui étaient "purs", enfin, avant l'arrivée du serpent, fichu serpent....
avatar
Chamaco

Messages : 2723
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur http://micielo24.wixsite.com/micielo
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par églantine le Mer 15 Nov - 17:05

@Tristram a écrit:
@Hanta a écrit:Il suffit juste de penser que le masculin ne l'emporte pas sur le féminin mais qu'il s'agit juste d'une désincarnation du genre en neutre et c'est bon.
Ou comment mieux dire ce que j'essayais d'exprimer. Oui, faut-il étiqueter et ranger les gens dans des casiers, en l’occurrence les séparer en deux parties (affrontées), au moment où l'Allemagne vient de reconnaître un troisième genre, "indéterminé" ?
Reste que le débat est utile, tout le temps qu'on se rappelle qu'il ne faut pas trancher, que nous formons un tout, où peuvent coexister de respectables différences.
Cette inclusion ne marque-t-elle pas un retour à une discrimination... sexiste ?
Intéressant, l'allemand, avec ses "der/ die/ das", et des "choses" qui accèdent à un genre humain, ou n'ont pas le même genre que chez nous !
Eh bien oui .
Femme et féministe , je pense comme cela aussi .
Et en plus c'est très moche .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 3561
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par bix_229 le Mer 15 Nov - 17:13

La révolte de ceux qui ont été maltraités, ostracisés, est juste et nécessaire.
Mais on a souvent noté que certaines formes de révolte aboutissent souvnet à une forme de sclérose, et plus souvent encore par du dogmatisme et du sectarisme.

Les féministes américaines ont connu cette forme extreme du militantisme,
expérimenté ses limites qui avaient abouti à une impasse.
La plupart des révoltes, des militantismes l' ont connue.
Je pense qu' on ne peut pas l' éviter.

Et qu' il faut surtout tenir compte de la révolte initiale qui ouvre les esprits et
les corps à une liberté justifiée.
Et qui peut se poursuivre dans un esprit d' apaisement, de reconstruction,
toujours vigilant et combattif.
Loin des tentatives de récupération des pouvoirs politiques et sa démagogie.
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Armor le Mer 15 Nov - 17:33

Je me considère moi aussi comme femme et féministe, et pourtant je suis moi aussi convaincue que écriture inclusive pose plus de problèmes qu'elle n'en résoud.

Déjà, je pense aux pauvres gamins qui seraient obligés de l'apprendre !
Non mais franchement, pourquoi les pompi.ère.er.s ? Quel casse-tête !
Si on y tient, pourquoi, tout simplement, ne pas dire "les pompiers et les pompières" (ou les pompières et les pompiers) ? Ca me paraîtrait tellement plus simple, et surtout tellement plus logique ! (Et puis, imaginez le discours d'un Président. "Françaises, Français," ça sonne quand même mieux que Français.e.s ! clown )
Et puis je reprends mon exemple des immortel.le.s, qui ne s'entendra jamais à l'oral...

Tristram a cité l'allemand, pour l'anecdote je rappelle que "la jeune fille" en allemand se dit "Das Mädchen", qui est donc du genre... neutre !
Donc même avoir les trois genres ne résoud pas toujours les problèmes.
Enfin, je me suis moi aussi posé la question des transsgenres. Si on tient à ce point à inclure le masculin et le féminin, quid des personnes du "troisième sexe" ?

La langue évolue, c'est normal. Mais elle évolue avec la société, pas contre elle. Pour moi, c'est donc sur le plan des acquis et des droits qu'il faut se battre. Non pas en opposant les genres, mais en apprenant à vivre dans une égalité qui ne renie pas pour autant nos différences. Et alors, la langue évoluera probablement, mais en trouvant une forme logique, en douceur, pas à marche forcée et d'une façon que, tout comme églantine, je trouve très laide !

Il est bon de voir que des questions se posent, que nos sociétés patriarcales connaissent un frémissement, une légère remise en question. Mais je pense qu'il ne faut pas se tromper de solution pour autant.

(Héloïse, tout ce qui précède n'est en rien contre toi, j'espère que tu le comprends bien !)
avatar
Armor

Messages : 2569
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 37
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Tristram le Mer 15 Nov - 17:55

Armor, il n'y a plus de "mademoiselle" (c'est interdit).
Déjà l'âge de la retraite qui recule tandis que je vieillis pas assez vite, maintenant le patriarcat qui s'effondre... je suis né trop tard !
Blague à part, pourquoi ne pas imposer à nos chères Entreprises, Moteurs de notre Richesse et de notre Épanouissement Sociétal, l’égalité de salaire à travail égal ? Je sais être obtus, mais je ne vois pas d'objection possible (y compris pour l'argument de l'enfantement, avec le congé parental exigible par les deux). Pourquoi un sans-papier est-il payé moins cher qu'un autre employé, on se le demande...
avatar
Tristram

Messages : 5135
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Tristram le Mer 15 Nov - 17:57

Quasimido et autres intéressé.e.s.x  par les mots, pour en revenir aux modifications de l’orthographe, je vous signale le vadémécum de l'orthographe recommandée (RENOUVO),  (je leur avais écrit, et ils m’ont gracieusement envoyé leur brochure).
Globalement, il s’agit de simplification logique, et de francisation des termes empruntés à l’étranger.
Je vous invite à le consulter ; la proposition est judicieuse je crois pour les nombres ; je suis dubitatif dans d’autres cas.
Il s’agit bien de recommandations, c'est-à-dire que l’on peut parfaitement garder la graphie traditionnelle à l’usage.
Personnellement, je suis passé de « événement » à « évènement » (sur le modèle de « avènement ») ‒ mais bien sûr je ne corrige pas dans les citations, ne souhaitant pas récrire le passé…
avatar
Tristram

Messages : 5135
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 19:47

@Armor a écrit:Je me considère moi aussi comme femme et féministe, et pourtant je suis moi aussi convaincue que écriture inclusive pose plus de problèmes qu'elle n'en résoud.

Déjà, je pense aux pauvres gamins qui seraient obligés de l'apprendre !
Non mais franchement, pourquoi les pompi.ère.er.s ? Quel casse-tête !
Si on y tient, pourquoi, tout simplement, ne pas dire "les pompiers et les pompières" (ou les pompières et les pompiers) ? Ca me paraîtrait tellement plus simple, et surtout tellement plus logique ! (Et puis, imaginez le discours d'un Président. "Françaises, Français," ça sonne quand même mieux que Français.e.s ! clown )
Et puis je reprends mon exemple des immortel.le.s, qui ne s'entendra jamais à l'oral...

Tristram a cité l'allemand, pour l'anecdote je rappelle que "la jeune fille" en allemand se dit "Das Mädchen", qui est donc du genre... neutre !
Donc même avoir les trois genres ne résoud pas toujours les problèmes.
Enfin, je me suis moi aussi posé la question des transsgenres. Si on tient à ce point à inclure le masculin et le féminin, quid des personnes du "troisième sexe" ?

La langue évolue, c'est normal. Mais elle évolue avec la société, pas contre elle. Pour moi, c'est donc sur le plan des acquis et des droits qu'il faut se battre. Non pas en opposant les genres, mais en apprenant à vivre dans une égalité qui ne renie pas pour autant nos différences. Et alors, la langue évoluera probablement, mais en trouvant une forme logique, en douceur, pas à marche forcée et d'une façon que, tout comme églantine, je trouve très laide !

Il est bon de voir que des questions se posent, que nos sociétés patriarcales connaissent un frémissement, une légère remise en question. Mais je pense qu'il ne faut pas se tromper de solution pour autant.

(Héloïse, tout ce qui précède n'est en rien contre toi, j'espère que tu le comprends bien !)

Tu sais Armor, il y a plusieurs façons d'inclure le féminin dans la langue française et ce que tu proposes est aussi appelé et utilisé. Ton exemple d'immortel.les s'entend vu que l'on fait la pause Very Happy .
Mais, tout de même, où avez-vu que l'on imposait l'écriture inclusive au détriment de la norme. Je suis revenue depuis un mois, m'avez vous entendue ou en faire la publicité (c'est d'ailleurs toi qui y a fait référence) ou de la prôner sur mes posts à l'exclusion de l'orthographe classique? C'est un mauvais procès qui nous est fait, à nous les utilisatriceurs (et là c'est l'orthographe neutre proposée aussi, mais que je n'utilise pas  Wink ), comme en ce qui concerne ma communauté LGBTQI où on nous accusent d'être des lobbies si puissants qu'ils menacent l'ordre hétéronormé qui est mis en péril dès que l'on pose des questions et réclament certains droits ou, simplement, avance des solutions sortant de cette norme qui ayant l'avantage du nombre n'a aucune raison de penser qu'elle puisse en être autrement.
D'ailleurs juste pour vous piquez tous.tes , je suis la seule à utiliser l'écriture inclusive, n'en ai jamais parlé que parce qu'on m'a posé une question à propos de son utilisation mais vous tous.tes, à l'exception d'un seul, me faites l'étalage de vos désidératas contre cette orthographe que personne ne vous impose de choisir. Alors petite question, qui impose à l'autre sa propre norme?  alien

Si tu as suivi mes posts tu te as dû te rendre compte que je considère le patriarcat non pas comme une système monolithique hiérarchisant uniquement les hommes des femmes et les opposants mais incluant aussi, les races, les classes sociales, de genres, les sexualités qui pour ne parler que d'elles touchent autant les femmes que les hommes. Tu parles de droits, et ailleurs d'autres parlent de luttes pour le partage des taches dites ménagères (je tiens à souligner pour ceux qui ne le sauraient pas encore que l'aménagement du temps de travail pour raisons familiales est octroyé en majorité aux femmes, on se demande pourquoi scratch . Allez, en tant qu'homme, dire que vous avez envie de vous occupez de votre famille et d'aménager votre horaire. Au mieux on vous l'accordera avec un sourire narquois au pire on vous fera comprendre que vous pouvez laisser cela à votre compagne - alors que cela peut tout aussi bien être un compagnon. Vous me trouverez des contre-exemples qui pourtant ne feront pas norme). Je lutte en tant que féministe pour que les hommes aient aussi non seulement ce droit-là mais qu'il puisse le faire valoir sans avoir le sentiment de rabaisser l'image virilisée du mâle. J'ai connu un père de famille qui a mis entre parenthèse sa carrière pour élever ses deux filles alors que son épouse subvenait aux besoins de la famille. Il a été considéré comme vivant à ses crochets et de laisser le pantalon à sa femme. Cette obligation à ne pas dévaluer la masculinité est vécue très mal par beaucoup d'hommes mais la pression sociale est aussi très forte pour qu'ils s'y plient.
Mais il y a aussi d'autres droits, la pma, la gpa, les droits égaux pour les personnes trans* à pouvoir disposer de leur corps sans que le monde médicale y mette son nez pour en formater les destins, le droit des personnes inters* à pouvoir choisir elles-même de bénéficier ou pas des chirurgies normatives qui pour la plupart n'ont aucun impératif médical, l'égalité salariale stricte, la formation des enfants aux étude sur le Genre (qui ne sont en rien des études d'éducation sexuelle mais d'éveil aux stéréotypes des genres binaires, et qui par exemple expliquent très bien pourquoi les femmes sont si attachée à leurs toilettes et comment les hommes ont construis la mode à leur bénéfice. Christine Bard a écris un très instructif article sur l'histoire des poches sur les vêtements féminins et la raison de leur étroitesse voir leur absence totale. De quoi honnir le fait qu'on doive retourner notre sac sur la coffre de la voiture pour en trouver les clefs santa ).

Et donc pour te rassurer je ne me sens pas mise au pilori, ce que je lis ici ne fait que me confirmer que les investissements que je mène ailleurs, sont justes et mérites d'être menés.


Dernière édition par Héloïse68 le Mer 15 Nov - 20:40, édité 2 fois

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Chamaco le Mer 15 Nov - 20:01

Héloïse68 a écrit: Allez, en tant qu'homme, dire que vous avez envie de vous occupez de votre famille et d'aménager votre horaire. J'ai connu un père de famille qui a mis entre parenthèse sa carrière pour élever ses deux filles

j'ai élevé seul mes deux enfants de 14 et 11 ans, et j'aurai bien aimé en profiter à l'époque..

Euh...moi j'ai encore rien dit sur l'orthographe...
avatar
Chamaco

Messages : 2723
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur http://micielo24.wixsite.com/micielo
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 20:22

@bix_229 a écrit:La révolte de ceux qui ont été maltraités, ostracisés, est juste et nécessaire.
Mais on a  souvent noté que certaines formes de révolte aboutissent souvnet à une forme de sclérose, et plus souvent encore par du dogmatisme et du sectarisme.

Les féministes américaines ont connu cette forme extreme du militantisme,
expérimenté ses limites qui avaient abouti à une impasse.
La plupart des révoltes, des militantismes l' ont connue.
Je pense qu' on ne peut pas l' éviter.

Et qu' il faut surtout tenir compte de la révolte initiale qui ouvre les esprits et
les corps à une liberté justifiée.
Et qui peut se poursuivre dans un esprit d' apaisement, de reconstruction,
toujours vigilant et combattif.
Loin des tentatives de récupération des pouvoirs politiques et sa démagogie.

D'abord pour répondre par rapport aux féministes américaines, je suppose que tu parles des féministes radicales dans la lignée d'Andrea Dworkin et Cate Millet. Il faut savoir que l'une comme l'autre ont pu, comme Gloria Steinem, évoluer au rythme de l'acquisition des droits. Hélas contrairement à ce que tu penses il existe toujours un féminisme hyper radical, transphobe en plus, qui s'inspire des écrits de Janyce Raymond et Sheila Jeffreys et qui s'oppose à toute inclusivité dans le mouvement féministe à moins que les hommes s'émasculent et vivent loin des femmes, leurs victimes. Toute une série de sites et de blogs leur sont consacrées et la violence des affrontements avec les féministes inclusives et les trans*, se revendiquant de la troisième vague du féminisme blanc et donc à la suite de Judith Butler, Donna Harraway et Joan Scott pensant le Genre, sa performativité, notre capacité à le déconstruire et le reconstruire dans une perspective intersectionnelle où les spécificités sont aussi prises en compte (personnes racisées, les classes sociales, les trans*, les personnes pathologysées et les sexualités), donc cette violence est assourdissante. Donc, pas de bol, c'est sans doute aux USA que c'est le plus violent.

Les révoltes des minorités seraient donc appelées à se scléroser et au dogmatisme? Je t'invite à venir avec moi à une des permanences dont je suis responsable au sein de la communauté LGBTQI, je me demande comment tu régirais aux ixième témoignages d'insultes et menaces homophobes, à l'exclusion de la cellule familiale de la fille qui fait son coming-out lesbien ou à la trans* qui sort d'un rdv psy et où celui-ci (ou celle-ci) lui a dit qu'elle était un garçon et que son cas n'était que fantasmes sexuels? Tu le dis certaines révoltes sont justes et nécessaires, je peux te dire que les dégâts de ce patriarcat que peu d'hommes osent nommer sont toujours bien visibles. Les différentes lois nous ont donné des espaces de libertés calés sur la norme hétéronormative et patriarcale, mais les dégâts sont toujours bien là. Mais désolée quand je dois trouver en urgence un lieu safe pour un garçon cis* ou trans* gay que le père menace de tuer, je ne peux en aucune façon m'asseoir et me dire qu'il faut composer avec une organisation sociétale inique, excluante et toxique. Je sais que mon engagement peut paraître dogmatique, ou à tout le moins troublant, mais en tant que femme et lesbienne mon quotidien est fait de ces oppressions multiples. Le patriarcat est une hydre avec plein de visage, je sais que je ne le vaincrai pas seule, mais il est hors de question que je laisse tomber une soeur trans* parce que la norme dit qu'elle souffre d'une psychopathologie et qu'elle doit justifier de sa féminité en se conformant à TOUS les stéréotypes féminins pour espérer une légitimé.

Voilà ce post sera le dernier concernant ces sujets car je ne suis pas ici pour faire du militantisme et je dois préserver mes cuillères (certain.e.s comprendront à quoi je fais référence)



Dernière édition par Héloïse68 le Mer 15 Nov - 20:48, édité 1 fois

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Quasimodo le Mer 15 Nov - 20:29

@Tristram a écrit:Quasimido et autres intéressé.e.s.x  par les mots, pour en revenir aux modifications de l’orthographe, je vous signale le vadémécum de l'orthographe recommandée (RENOUVO),  (je leur avais écrit, et ils m’ont gracieusement envoyé leur brochure).
Globalement, il s’agit de simplification logique, et de francisation des termes empruntés à l’étranger.
Je vous invite à le consulter ; la proposition est judicieuse je crois pour les nombres ; je suis dubitatif dans d’autres cas.
Il s’agit bien de recommandations, c'est-à-dire que l’on peut parfaitement garder la graphie traditionnelle à l’usage.
Personnellement, je suis passé de « événement » à « évènement » (sur le modèle de « avènement ») ‒ mais bien sûr je ne corrige pas dans les citations, ne souhaitant pas récrire le passé…

Hé merci, c'est très intéressant ! Je papillonne un peu. La soudure des mots composés ça me paraît très bien, mais leur pluriel ? Argh !!
Ca peut être pas mal, pour les nombres.
(Et bien que ce ne soit pas si capital, les mots dont l'accent circonflexe a été retiré deviennent bien... pales)


_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 2374
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 20:32

@Chamaco a écrit:
Héloïse68 a écrit: Allez, en tant qu'homme, dire que vous avez envie de vous occupez de votre famille et d'aménager votre horaire. J'ai connu un père de famille qui a mis entre parenthèse sa carrière pour élever ses deux filles

j'ai élevé seul mes deux enfants de 14 et 11 ans, et j'aurai bien aimé en profiter à l'époque..

Euh...moi j'ai encore rien dit sur l'orthographe...

Lol pour l'orthographe inclusive. La possibilité d'élever ses enfants devraient être offerte aussi aux hommes et ne pas reposer uniquement sur la "qualité" soi-disant maternelle des femmes. La société occidentale évolue doucement concernant cela mais l'injonction, pour les hommes, à la virilité est une plaie. J'espère que la relation que tu as avec tes deux enfants est aussi épanouie que celle que ce père a avec les siennes.

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Armor le Mer 15 Nov - 20:44

Je n'ai jamais dit que tu cherchais à nous imposer quoi que ce soit, Héloïse. Et je n'ai (ni personne ici je pense) insinué que tu faisais un quelconque prosélytisme.
Et je t'avais posé la question de la prononciation par réelle curiosité. Cette écriture est tout de même très intriguante !
Et je maintiens, si on veut ainsi disscocier masculin et féminin, quid des transgenres qui ne se reconnaissent ni dans l'un ni dans l'autre ? Cette écriture qui les ignorerait serait alors une nouvelle forme d'exclusion, non ?

Le débat ne te concernait pas toi, Héloïse. Tu es libre d'utiliser l'écriture inclusive.
Mais on sait tous que la question se pose actuellement d'enseigner ou non cette écriture inclusive à l'école. Pour moi, le questionnement porte sur la généralisation ou non de cette écriture, notamment via l'école.

Et je crois que personne ici n'a nié le droit des hommes, des femmes, des transgenres... Je suis évidemment pour une acceptation de toutes les différences, et crois-moi, j'ai l'occasion de constater le poids des discriminations. Simplement, je ne pense pas que cette façon de faire évoluer la langue soit la bonne.


Dernière édition par Armor le Mer 15 Nov - 20:51, édité 2 fois
avatar
Armor

Messages : 2569
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 37
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 21:05

\"Armor a écrit: "Et je maintiens, si on veut ainsi disscocier masculin et féminin, quid des transgenres qui ne se reconnaissent ni dans l'un ni dans l'autre ? Cette écriture qui les ignorerait serait alors une nouvelle forme d'exclusion, non ?

Et je crois que personne ici n'a nié le droit des hommes, des femmes, des transgenres... Je suis évidemment pour une acceptation de toutes les différences, et crois-moi, j'ai l'occasion de constater le poids des discriminations. Simplement, je ne pense pas que cette façon de faire évoluer la langue soit la bonne.

Concernant les personnes transgenres justement cette orthographe inclusive leur donne la possibilité de faire un choix (surtout si i.elle.s usent de l'orthographe neutre -pronoms comme yel, yels etc... il y en a d'autres). Car il ne s'agit ni d'un troisième sexe vu qu'il y en a 48 et qu'aucune trans* ne changera son caryotype en bénéficiant d'une opération de conversion sexuée, à moins que l'on pense les sexes à partir des taux d'hormones qui sont radicalement modifiés par les divers traitements (Œstrogène, Progestérone, Testostérone, et anti-androgènes le cas échéant).

Car, une personne transidentitaire l'est avant tout par rapport à son genre d'assignation (vous vous rappelez la table d'opération perfomatrice des salles d'accouchement?) et dans le rapport qu'elle entretient avec son corps qui n'est pas toujours vécu comme une prison, loin de là, mais qui doit l'être exprimer pour rentrer dans la case "dysphorie de genre" du DSM V (et là j'ai une pensée pour Tristram). Les personnes trans.* sont sommées justement de faire un choix de case (M-F) afin que la médecine puisse être thérapeutique et donc soigner la pathologie au bénéfice de la norme binaire, hétéronormée et se soumettre au dogme qu'à un sexe correspond un genre et une sexualité (si si c'est ainsi dans les cabinets d'analyse de la SoFECT, que bien des trans* ont renommée l'INFECT, les trans* ne peuvent être qu'hétéro et jamais gay, lesbienne ou bi).  

Dès lors tu seras sans doute étonnée de savoir que la communauté trans est une des communautés qui soutient le plus l'écriture inclusive car elle leur permet d'exister à travers la langue. Il faut savoir aussi que cette communauté n'est pas homogène et qu'aux trans* dit.e.s binaires font face une multitude de vécus transidentitaires qui modulent les genres: a-genre, non-binaire, genre non défini, bi-genre, genre-fluide dans une démarche pour certain.e.s queer. Dès lors un troisième genre n'a lui aussi aucune utilité. Là encore une fois l'écriture inclusive leur est utile

Par contre je ne suis pas pour son enseignement, d'abord parce que pour les personnes dyslexiques c'est une vraie pénitence (j'ai une fille dyslexique et je sais quels efforts elle doit donner pour mémoriser les mots et règles) et cela doit rester une démarche militante libre car la production de liberté n'est pas permettre le vécu de celle-ci hors des limites qui sont données. Et ce qui m'intéresse en tant qu’utilisatrice de l'écriture inclusive c'est le choix que j'ai d'en user à mon bon vouloir.


Dernière édition par Héloïse68 le Mer 15 Nov - 22:24, édité 1 fois

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Barcarole le Mer 15 Nov - 21:35

Orthographe inclusive/écriture inclusive... il ne vous reste plus qu'à lire Ariane Sirota, Foyer. Une de mes prochaines lectures.
Un petit extrait ci-dessous (les majuscules et les læ sont bien sûr dans le roman) :

« – Énurésie ? Voilà bien unE vocabulaire d’UtoFem fondéE par des médics ! Bien d’autres fluides corporels peuvent expliquer cetTE étalage, nos enfantEs ne font pas plus pipi à læ lit qu’ailleurs.
– Une telle part de votre population serait en période de menstruations ?
– Certainement pas. Les menstruantEs sont à peu près autant alignéEs sur læ pleinE que sur læ nouvelLE Lune, nous sommes dans unE phase calme sur cetTE plan. Tu ne vois pas d’autre raison, plus répanduE, et qui aurait pu s’entendre cetTE nuit ? »
avatar
Barcarole

Messages : 2685
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 22:12

@Barcarole a écrit:Orthographe inclusive/écriture inclusive... il ne vous reste plus qu'à lire Ariane Sirota, Foyer. Une de mes prochaines lectures.
Un petit extrait ci-dessous (les majuscules et les læ sont bien sûr dans le roman) :

« – Énurésie ? Voilà bien unE vocabulaire d’UtoFem fondéE par des médics ! Bien d’autres fluides corporels peuvent expliquer cetTE étalage, nos enfantEs ne font pas plus pipi à læ lit qu’ailleurs.
– Une telle part de votre population serait en période de menstruations ?
– Certainement pas. Les menstruantEs sont à peu près autant alignéEs sur læ pleinE que sur læ nouvelLE Lune, nous sommes dans unE phase calme sur cetTE plan. Tu ne vois pas d’autre raison, plus répanduE, et qui aurait pu s’entendre cetTE nuit ? »

Je ne sais pas ce qui est noté sur le quatrième de couverture, mais Ariane Sirota est une lesbienne queer non-binaire donc son écriture inclusive est en fait une écriture neutre, à laquelle j'ai un peu fais référence et qui est une écriture très particulière.
Je suis pour une écriture plus inclusive du féminin mais même si je suis comme elle NB et Queer je n'en suis pas à écrire en "neutrois". La démarche de Sirota est totalement activiste et n'a que très peu de rapport avec l'orthographe inclusive même si autour de moi plusieurs personnes l'utilise. La démarche queer (cfr Préciado et Bourcier, qui se détestent soi dit en passant) est une volonté de casser les codes des genres d'une manière provocatrice. Sans vouloir diminuer la portée réflexive de telles démarches (j'aime beaucoup Sam MH Bourcier) je ne les suis pas dans le langage qui doit, à mon sens, rester à la portée du plus grand nombre, même si cela demande des efforts.

Donc il faut bien distinguer deux choses qui sont en fait différentes car elles posent des actes différents et ont aussi des objectifs différents. L'une étant l'inclusion du féminin l'autre étant la disparition de tout genrage binaire dans la langue.

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Tristram le Mer 15 Nov - 22:21

Ça me rappelle Monique Wittig.
« J/e ne dirai pas ton nom. »
« …] j/e ne crie pas ton nom […] j/e ne crie pas ton nom [… »
Monique Wittig, « Le corps lesbien »
avatar
Tristram

Messages : 5135
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Invité le Mer 15 Nov - 22:23

@Tristram a écrit:Ça me rappelle Monique Wittig.
« J/e ne dirai pas ton nom. »
« …] j/e ne crie pas ton nom […] j/e ne crie pas ton nom [… »
Monique Wittig, « Le corps lesbien »

I love you

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Tristram le Mer 15 Nov - 22:25

avatar
Tristram

Messages : 5135
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Chamaco le Jeu 16 Nov - 4:05

@Barcarole a écrit:Orthographe inclusive/écriture inclusive... il ne vous reste plus qu'à lire Ariane Sirota, Foyer. Une de mes prochaines lectures.
Un petit extrait ci-dessous (les majuscules et les læ sont bien sûr dans le roman) :

« – Énurésie ? Voilà bien unE vocabulaire d’UtoFem fondéE par des médics ! Bien d’autres fluides corporels peuvent expliquer cetTE étalage, nos enfantEs ne font pas plus pipi à læ lit qu’ailleurs.
– Une telle part de votre population serait en période de menstruations ?
– Certainement pas. Les menstruantEs sont à peu près autant alignéEs sur læ pleinE que sur læ nouvelLE Lune, nous sommes dans unE phase calme sur cetTE plan. Tu ne vois pas d’autre raison, plus répanduE, et qui aurait pu s’entendre cetTE nuit ? »

Et bin là, lu (essayé) comme celà c'est ni tres pratique, ni tres gouleyant, ni tres agréable Mad cyclops je met ma main au feu que j'acheterai pas un bouquin écrit comme cela, partir à l'aventure avec une suite de codes c'est pas un peu angoissant?, un peu comme un bateau qui n'a pas remonté son ancre, ça racle.?...
avatar
Chamaco

Messages : 2723
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur http://micielo24.wixsite.com/micielo
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Barcarole le Jeu 16 Nov - 7:53

Je ne sais pas ce que veut dire NB et queer !!! C'est quoi ?
Sur la 4e de couverture, le mot "Foyer" est défini. Et aussi un petit topo sur l'auteur et quelques nouvelles publiées dans le projet Q et la revue Miroir/Miroirs (Des Ailes sur un tracteur).

Pour l'extrait ci-dessus, j'ai déjà entraperçu que cette lecture n'allait pas être une partie de plaisir !

Personnellement je préfère notre belle langue française habituelle qui s'enrichit de nouveaux mots, même si nous sommes dans un monde où il y a beaucoup de primates, machos et compagnie !

avatar
Barcarole

Messages : 2685
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Café philo-psycho-socio

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Points de vue et passe-temps :: Points de vue et passe-temps

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum