Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Percival Everett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

segregation - Percival Everett Empty Percival Everett

Message par Arturo le Ven 18 Aoû - 14:50

Percival Everett
(né en 1956)


segregation - Percival Everett Perciv10

Percival Everett, né le 22 décembre 1956 à Fort Gordon (en), en Géorgie, est un écrivain et professeur américain. Auteur polyvalent, ses écrits se situent à la frontière de plusieurs genres littéraires.

Il fait des études supérieures en biochimie et en philosophie à l'université de Miami, reconnaissant avoir été influencé par les écrits de Ludwig Wittgenstein, notamment ses théories sémantiques. Il obtient des diplômes universitaires en littérature et philosophie.

Il amorce sa carrière en littérature en 1983, alors qu'il termine une maîtrise à l'université Brown par la publication de son roman Suder qui a pour héros un joueur professionnel de baseball. Il publie ensuite Walk Me to the Distance (1985) sur un soldat de retour de la Guerre du Viêt Nam. Ses romans suivants cherchent à réactualiser la mythologie grecque. Pendant cette première période de sa carrière d'écrivain, Everett publie aussi plusieurs nouvelles, reprises ultérieurement en recueils.

En 1994, il fait paraître God's Country, un roman western moderne et parodique. Dans Effacement (Erasure), paru en 2001, il évoque la question de l'identité raciale par le truchement d'un romancier noir américain. En 2005, Blessés (Wounded) est sa première incursion dans le roman policier. L'intrigue, mâtinée de western, propose un questionnement sur l'intolérance, l'homophobie et le racisme. Ce sont les codes du roman noir et du western qui sont mis à mal dans Montée aux enfers (Assumption), paru en 2011, où Ogden Walker, shérif adjoint d'un comté du Nouveau-Mexique, raconte une enquête qu'il mène et dont il est le principal suspect.

Percival Everett est professeur d'anglais et directeur du département de littérature anglaise à l'université de Californie du Sud à Los Angeles.

Il est lauréat du prix John-Dos-Passos 2010.

source wikipédia

Œuvres en français


Romans
Glyph (1999) Publié en français sous le titre Glyphe
Erasure (2001) Publié en français sous le titre Effacement
American Desert (2004) Publié en français sous le titre Désert américain
Wounded (2005) Publié en français sous le titre Blessés
The Water Cure (2007) Publié en français sous le titre Le Supplice de l'eau
I am Not Sidney Poitier (2009) Publié en français sous le titre Pas Sidney Poitier
Assumption (2011) Publié en français sous le titre Montée aux enfers
Percival Everett by Virgil Russell (2013) Publié en français sous le titre Percival Everett par Virgil Russell

Poésie
Swimming Swimmers Swimming (2010) Publié en français sous le titre Nageant nageurs nageant


Dernière édition par Arturo le Ven 18 Aoû - 20:58, édité 2 fois
Arturo
Arturo

Messages : 3108
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - Percival Everett Empty Re: Percival Everett

Message par Arturo le Ven 18 Aoû - 14:57

La réflexion de Tristram, et l'extrait sur le fil de John Irving, m'ont ramené au roman Effacement, de Percival Everett. Un roman qui gagne à être connu, quant à la question du rôle de l'écrivain dans une société qui attend toujours davantage sur les révélations biographiques des écrivains. Un Thomas Pynchon serait un parano, mais au fond, l'écrivain n'a-t-il pas droit à son anonymat, à être comme les autres. C'est le cas de la célébrité. Cela dit le roman d'Everett traite d'autres thèmes, notamment l'accès à l'édition. Il faut faire le buzz, correspondre aux attentes du marché.


Effacement :


segregation - Percival Everett Captur24

Un bon roman qui décrit bien, et intelligemment, l'absurdité d'écrire pour l'argent, ce qui revient finalement quelque part à vendre son âme, renoncer à ses convictions, travestir son art.

L'écrivain est-il maître de son oeuvre ? Les critiques littéraires sont-ils des cons ?
Le commerce condamne-t-il la littérature à la médiocrité ?  J'aurais tendance à répondre par l'affirmative. On sent le vécu dans cette histoire, Everett a certainement mis beaucoup de lui.
Je l'ai trouvé original, tant dans le thème que dans l'approche.

J'ai toutefois un gros reproche à faire à ce livre, c'est le roman dans le roman, qui pour moi est illisible. Je pense qu'un très court passage pour donner le ton aurait été suffisant, je n'ai pas eu le courage de lire les 80 pages de ce qui est une parodie de daube littéraire bourrée de clichés, écrite à la truelle.

Bon le style du roman n'est pas non plus fou, ça reste très fluide et accessible.



mots-clés : #creationartistique #segregation
Arturo
Arturo

Messages : 3108
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - Percival Everett Empty Re: Percival Everett

Message par Tristram le Sam 19 Aoû - 0:35

Outre le côté quasi incontournable de notre très chère société de consommation, il reste que beaucoup écrivent, et que ceux qui "le méritent" (selon quels critères ?? Impondérable, incommensurable, la littérature ne se mesure pas comme les autres fournitures, et ça aussi ça n'aide pas à la distribuer) ne sont pas forcément "vendeurs". Déjà, il faudrait que tous les écrivains veuillent être édités, et ça me fait parfois rêver, toutes ces œuvres sincères et méconnues à jamais !... Car il faut commencer par vouloir être édité pour l'être peut-être. Restent le manuscrit découvert dans un vide-greniers (penser à faire des duplicatas !), ou à être "repéré sur un pont de paris en train de jouer de la guitare"... Avoir des relations, en faire un boulot ; avoir une ambition minimale ("qualité" qui ne me semble pas nécessaire pour "bien écrire", voire assez foncièrement incompatible)... Quelle est la proportion des écrivains non intellectuels (enseignants, journalistes, etc.) ?? Il existe (à peine) tout un pan de la littérature auquel nous n'aurons jamais accès...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - Percival Everett Empty Re: Percival Everett

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 19 Aoû - 7:14

J'aime beaucoup Everett. En fait, je dirais que je l'ai spotté dans ma vie antérieure de chasseur de titres de romans. J'ai deux ou trois titres de lui qu'il me tarde de lire. J'y reviendrai en temps utile pour Effacement, je pense. Merci d'en parler, Arturo et Tristram. On dirait presque à la limite, Tristram, que nous avons des goûts assez semblables - je prends à témoin cette affinité pour Mircea Eliade - même si nous traitons un peu différemment de la littérature en termes d'angle d'approche... Smile Tout ça pour dire qu'Everett soulève quelque chose d'assez important. J'ajouterai à vos propos que le contexte des années 2010 est différent de 1960... il y avait moins d'écrivains à ce qu'il semble, du moins moins d'écrivains, moins de titres publiés... plus ça va, plus les titres se multiplient, entraînant une fragmentation de l'intérêt du lectorat... d'où cette incursion quasi pathologique de ladite société de consommation...
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - Percival Everett Empty Re: Percival Everett

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum