Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Geneviève Brisac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Geneviève Brisac

Message par topocl le Ven 25 Aoû - 9:24

Geneviève Brisac
Née en  1951

Geneviève Brisac Images44

Geneviève Alice Angeline Brisac née à Paris le 18 décembre 1951, est écrivaine et éditrice.
Son adolescence est marquée par une longue période d'anorexie qu'elle décrit dans un livre autobiographique intitulé Petite, sorti en 1994 .
Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Fontenay et agrégée de lettres, elle est enseignante pendant six ans en Seine-Saint-Denis.
Elle devient éditrice chez Gallimard, où elle publie son premier roman, Les Filles, qui obtient le prix Roland-de-Jouvenel de l'Académie française en 1987. Elle crée en 1987 la collection littéraire « Page blanche » destinée aux adolescents et la dirige jusqu'en 1989.

Elle dirige les collections Mouche, Neuf et Médium à L'École des loisirs depuis 1989.
Elle collabore longtemps au Monde des livres et intervient régulièrement sur France Culture.
Depuis janvier 2007, elle s'engage aux côtés de Bibliothèques Sans Frontières, une ONG française qui vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en développement.

Œuvres

Romans, essais, biographies
   Les Filles, Gallimard, 1987 (prix de l'Académie française)
   Madame Placard, 1989
   Loin du paradis. Flannery O'Connor, 1991
   Petite, , 1994
   Week-end de chasse à la mère, , 1996 (Prix Femina)
   Voir les jardins de Babylone, 1999
   Pour qui vous prenez-vous ?, 2001
   La Marche du cavalier, 2002
   Les Sœurs Delicata, 2003
   La vie ne suffit pas 2003
   ABC 2004
   52 ou la seconde vie 2007 ( Les filles sont au café)
   Une année avec mon père, 2010 : Page 1
   Moi, j'attends de voir passer un pingouin, 2012
   Dans les yeux des autres, 2014
   Vie de ma voisine, 2017 : Page 1
   participation à l'ouvrage collectif Qu'est-ce que la gauche ?2017.

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse
   Olga, illustrations de Michel Gay - 1990
   Olga n'aime pas l'école, illustrations Michel Gay - 1991
   Monelle et les baby-sitters - 1992
   Les Amies d'Olga, illustrations de Michel Gay - 1992
   Les Champignons d'Olga, illustrations de Véronique Deiss - 1992
   Le Noël d'Olga, illustrations Véronique Deiss - 1993
   Olga et les traitres, illustrations de Michel Gay - 1996
   Olga s'inscrit au club, illustrations Michel Gay - 1998
   Olga va à la pêche, illustrations Michel Gay - 1998
   Si l'ascenseur ne s'arrêtait pas, illustrations Michel Gay - 2000
   Monelle et les footballeurs - 2000
   La Craie magique, illustrations Michel Gay - 2000
   Olga et les marionnettes, illustrations Michel Gay - 2001
   Le pique-nique des ours, illustrations Michel Gay - 2001
   Olga et le chewing gum magique, illustrations Michel Gay - 2001
   Olga fait une fête, illustrations Michel Gay - 2002
   Monelle et les autres - 2002
   Violette et la mère Noël - 2003
   Violette et le secret des marionnettes, illustrations Nadja - 2004
   Violette et la boîte de sable - 2004
   Olga et le decision maker - 2004
   Petite - 2005
   Angleterre - 2005
   La Cinquième saison [collectif] - 2006
   Le grand livre d'Olga [anthologie] - 2008
   Je vois des choses que vous ne voyez pas, illustrations Nadja - Actes Sud-Papiers / Heyoka jeunesse, 2009
   La Mère Noël, avec Alice Buteaud - 2012

màj le 3/11/2017

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par topocl le Sam 26 Aoû - 9:04

Vie de ma voisine

Geneviève Brisac Images45

L'histoire de vie de la voisine de Geneviève Brisac est tragiquement banale, et évidemment unique. Ses parents, juifs laïques, ont émigré de Pologne pour fuir les pressions de la tradition et vivre à Paris leur idéal socialiste, qui va rapidement  rompre avec l'horreur soviétique. Ils élèvent leurs deux enfants sans beaucoup d'argent mais pleins d'amour et d'attention, et un désir de leur transmettre culture, dignité, liberté et ouverture d'esprit.
Les enfants, nés en France et donc français, échappent à la rafle qui mènera les parents à leur tragique destin de fumée.
La jeune femme de 17 ans se bat matériellement et intellectuellement pour obéir à la consigne que son père a jetée sur un papier chiffonné, du wagon qui l'emmenait de Drancy, et qui lui est miraculeusement parvenue : Vivez et espérez. Elle devient une institutrice aux méthodes innovantes, militante lors de la guerre d'Algérie et en mai 68, femme ouverte, pudique et cultivée.

Je n'ai pas bien compris le choix de Geneviève Brisac de s'impliquer elle-même dans le récit (le "je" désigne alternativement l'auteur et sa voisine ce qui ne simplifie pas toujours la compréhension) soit pour étayer les propos de ses propres références littéraires, soit pour raconter une histoire assez lourdement métaphorique où, grâce à sa voisine, elle arrive enfin à faire pousser des impatiences…

La partie sur la vie avant et pendant l'occupation est complètement bouleversante, à la fois pudique et précise, et  mérite qu'on s'attache à ce petit livre, par ailleurs assez brouillon, et dont la deuxième partie est malheureusement inaboutie.
Si le destin de cette femme est tout à fait poignant, il manque une cohérence (et une humilité?)  pour que Vie de ma voisine soit un objet littéraire réellement performant.



mots-clés : #deuxiemeguerre #politique

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Bédoulène le Sam 26 Aoû - 9:16

rien que pour "La partie sur la vie avant et pendant l'occupation est complètement bouleversante, à la fois pudique et précise, et mérite qu'on s'attache à ce petit livre,"

je note

merci topocl

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Nadine le Sam 26 Aoû - 12:51

Oui, merci pour ton retour.
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Marie le Mer 30 Aoû - 14:22

Une année avec mon père

Geneviève Brisac 41dtns10

Un récit , ou plutôt des impressions qui demeurent ,d'une année de vie, d'un automne à un autre , après la mort de sa mère dans un accident, laissant leur père ,quelqu'un de très indépendant ,seul .

En exergue:
Dans toute parole donnée, dans toute parole reçue, dans chaque geste et la moindre pensée, dans tout fragment même bref et aléatoire, de notre vie et celle d’autrui, il y a quelque chose de précaire et quelque chose d’inéluctable, quelque chose de caduc et quelque chose d’indestructible.
Marisa Madieri

Malgré les deux morts qui marquent chaque automne- le père est mort en novembre, 14 mois après son épouse- ce n'est pas du tout un livre tragique. Mais tourmenté plutôt par le souci de , pour la narratrice, rester à sa place , veiller sans prendre en charge, il ne le permettrait pas de toutes façons, et c'est très difficile.

"Je déteste mon nouveau rôle. La vie privée de mon père ne m’intéresse pas, ne me regarde pas. D’ailleurs, il ne veut pas que nous nous en mêlions. Je voudrais en être dispensée. Etre loin, à l’autre bout du monde. Je le suis davantage pourtant que je ne le crois.
Le docteur Chaïm se moque de moi.
Vous vous accordez tellement d’importance!
Quelle injustice encore.
Que savez-vous de ce que pense votre père? De sa vie? De ses désirs, de ses principes, de ses peurs?
Presque rien, mais trop encore.
Et je ferme les yeux en versant l’eau du thé pour ne pas voir la rouille, les paquets de pâtes périmés, le calcaire, le vieux pain.
Vous regardez quand même.
Je ne veux pas verser l’eau à côté du pot.
J’essaie de faire des visites plus légères, des visites qui ne seraient plus des visites, des je-passais-juste-par là qui ne trompent personne, ni moi, mais je ne veux pas être l’infirmière, je ne suis pas la garde-malade, éloignez de moi la fille répressive, jamais je n’ai voulu priver mon père de quoi que ce soit, elles tournent autour de moi, ces figures hostiles, ô Cordelia, prête moi ton sourire! J’essaie de ne pas prendre trop d’habitudes filiales.
Je relis Le Roi Lear, Le Père Goriot,et le si beau David Golder pour me vacciner contre l’intimité si décriée des filles et de leurs pères. Je lis Anna Freud, Camille Claudel, Jenny Marx, Virginia Woolf. Les Antigones aux pieds englués dans les traces trop fraîches des semelles de leurs pères.
Je relis le Journal de Virginia Woolf. 1928.
«  Anniversaire de Père. Il aurait eu quatre-vingt-seize ans. Oui, quatre-vingt-seize ans aujourd’hui,comme d’autres personnes que l’on a connues. Mais, Dieu merci, il ne les a pas eus. Sa vie aurait absorbé toute la mienne. Je n’aurais rien écrit. Pas un seul livre. »
Ce n’est pas votre vie, dit le docteur Chaïm, grandissez donc un peu.
"


C'est une année pendant laquelle chacun recherche de nouvelles marques ,et leurs rapports sont:"un mélange de pudeur, d'admiration de frustration et de tendresse. Il y a tout ce qui ne se dit pas, les loupés ou les espoirs décus que l'on se camoufle parce qu'il est trop tard."

Une année traversée de beaucoup de chagrin, qui s'exprime très peu ,même entre soeurs:
"Je ne peux savoir ce que pensent mes sœurs. Un mur de chagrin nous sépare comme nous sépareraient des chutes d’eau. ( Je pense à une image d’Hitchcock, l’héroïne est cachée sous les chutes, un abri, une grotte impensée. La peine ressemble à cela.)"

Et de moments cocasses, dont du moins Geneviève Brisac, avec son humour, cherche à retranscrire la cocasserie.
Et aussi des moments joliment qualifiés d'apnées de l'optimisme..

Un ou deux règlements de compte, aussi faits avec finesse, mais quand même! Un extrait, j'aime assez la façon de raconter de Geneviève Brisac:

"J’ai invité les Butor, dit mon père. J’irai d’abord l’écouter à la Sorbonne, il reçoit une chose honorifique, il fait un discours, ils m’ont gentiment envoyé une invitation. Puis nous dînerons à la Closerie des Lilas. Voudrais-tu être des nôtres?

La soirée est belle et douce, je les trouve tous les trois en train de boire l’apéritif, Michel Butor a les joues roses, le ventre rond sous l’empiètement de sa cotte grise, une salopette du soir, il sourit aux anges, il évoque les hommages qui lui ont été rendus aujourd’hui. Elle en profite pour rappeler quelques réjouissances récentes, des colloques en l’honneur de ce même Butor, qui est son époux depuis plus de cinquante ans, peut être cinquante-cinq, cet heureux temps, ce temps si ancien, une exposition que nous ne devrions manquer sous aucun prétexte. Ils ont l’air heureux.
Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’universités qui réclament Michel partout dans le monde. Et nous adorons voyager.
Nous partons vers la Closerie des Lilas. Mon père a l'air épuisé, il est pâle. Il vacille sur sa canne...
L'Inde nous a éblouis, raconte Butor, une civilisation étonnante, des civilisations plutôt, des mythes passionnants, le Gange, les temples, les crémations, sans parler des singes qui nous volaient nos affaires ...
Si on commandait le dîner? propose mon père dont je crains qu'il ne défaille d'ennui.
Je crains aussi que les Butor ne sortent des photos, mais ils ont changé de sujet, et, en mangeant d'excellent appétit, ils évoquent les joies que leur donnent leurs enfants, les étés dans le Sud-Ouest avec leurs petits-enfants, les travaux dans la maison.
Ils resplendissent.
Ils ne posent aucune question.
Ils sont à leur affaire.
Mon père est maintenant jaune citron. Il paie le dîner, attrape sa veste, se prend les pieds dans les lanières de son sac, au revoir, au revoir, et nous marchons dans la nuit, clopin-clopant.
Quelles âmes desséchées, dis-je, quelle aura de vanité efficace, comme on dit la grâce efficace.
Ta mère avait raison, murmure mon père, la littérature durcit le coeur, les écrivains sont des monstres d'indifférence.C'est ce qu'elle disait toujours.
Il y a des boulangers d'une cruauté extrême, dis-je, et des fleuristes nazis.
Mon père trébuche une fois encore, l'alcool, la fatigue, le chagrin, nous sommes devant sa porte, je pianote pour l'ouvrir.
Michel Butor était son meilleur ami, et il n'a même pas prononcé son prénom, murmure-t-il.
Par pudeur, peut être, dis-je.
Mais j'ai des doutes.
"

Beaucoup aimé, vraiment.




mots-clés : #autobiographie #famille #mort #vieillesse #viequotidienne
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par bix_229 le Mer 30 Aoû - 15:52

Un certain temps que je n' ai pas lu Genevève Brisac.
Un rappel, donc !
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Nadine le Jeu 31 Aoû - 12:46

Pal, merci Marie .
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par tom léo le Jeu 31 Aoû - 16:34

La lecture date un peu, et je ne saurai plus en parler convénablement. Mais son livre sur Flannery O'Connor "Loin du paradis", me paraissait assez important, pour les amateurs de l'Américaine!

Editions de l'Olivier a écrit:
Flannery O'Connor (1925-1964) est considérée comme le plus grand écrivain du Sud depuis Faulkner. Son œuvre brève et intense - cinq ouvrages de fiction, un recueil d'essais et un volume de correspondance - est pourtant méconnue en France. En mêlant sa propre voix à celle de Flannery O'Connor, Geneviève Brisac nous rend infiniment proche cette femme qui consacra sa vie à scruter le mystère de la Grâce et la folie des mœurs, sans jamais perdre son sens de l'humour.
tom léo
tom léo

Messages : 1106
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Nadine le Jeu 31 Aoû - 21:48

Oui Tom Léo, je confirme, il m'a beaucoup intéressée celui-là. On en a parlé quelque part, déjà, ici, d'ailleurs. Je ne sais plus où.
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par topocl le Mar 12 Sep - 15:21

Un année avec mon père

De la mort de sa femme dans un accident de voiture (sa femme qu'il a en quelque sorte tuée) jusqu'à son propre décès,  Geneviève Brisac a vécu une bonne année proche de son père, dans un compagnonnage subtil. Auprès de cet homme vaillant mais fragile, exigent et secret, il fallait une bonne louche de délicatesse pour que l'exercice, sur la corde raide, reste léger et confortable.

Ni grands discours, ni déballage d'émotions, ce n'est pas le genre de la maison, tout passe  en fierté et non-dits. Il faut un œil et une oreille acérés pour détecter l'épaule qui tombe de fatigue, le rare mot tendre (« ma grande »), la paupière qui cligne d'exaspération, cachés derrière la crânerie et le brio revendiqué. Et une bonne dose de doigté et de patience pour faire accepter le coup de main, sans amputer sur un territoire et une liberté farouchement revendiqués. Quelques souvenirs émergent, quelques confidence, assez rares,  car nos parents, ces êtres parmi les plus proches de nous, restent aussi parmi les plus mystérieux.

Sous la désinvolture apparente du récit, sous la tendre ironie, Geneviève Brisac cache des sentiments qui la (nous) prennent à la gorge.


mots-clés : #autobiographie #famille #mort #vieillesse #viequotidienne

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Nadine le Ven 13 Oct - 18:11

Geneviève Brisac Tylych10


Vie de ma voisine

Je viens de finir ce livre, il est court, aisé à lire. Il m'a beaucoup touchée.
C'est raconté sobrement,
plus haut topocl émet quelques réserves sur la structure narrative, je ne partage pas sa perception : j ai trouvé que l'inclusion de l'auteur dans la trame était faite à bon escient et qu'elle renforçait justement la sobriété narrative,
la dernière partie, qui concerne la vie adulte de sa voisine, ses engagements, n'a, en effet, pas la même couleur narrative,
elle semble plus condensée, plus aride puisqu'elle élargit l'expérience aux idées et prises de positions, mais là encore j'ai plutôt eue le sentiment d'une grande fidélité à ce qu'un récit peut avoir d'inégalement nourri. L'auteur se fait passeuse avec le minima d'orchestration, c'est bien ainsi je trouve.Un beau livre de témoignage, qui m'a attristée profondément. Le propos en est dur.
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Geneviève Brisac Empty Re: Geneviève Brisac

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum