Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Saint-John Perse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saint-John Perse Empty Saint-John Perse

Message par Arturo le Ven 25 Aoû - 16:25

Saint-John Perse
(1887-1975)


Saint-John Perse Avt_sa10

Pour l'histoire de la littérature, le nom de Saint-John Perse reste associé à l'une des œuvres les plus accomplies de la poésie française du XXe siècle, encore trop peu connue du grand public. Derrière ce mystérieux pseudonyme, se cache aussi Alexis Leger, l'un des diplomates les plus éminents de la Troisième République, personnage clé de la politique étrangère française de l'entre-deux-guerres.

Toute sa vie durant, l'homme aura cherché il est vrai à dissocier soigneusement l'écrivain de l'homme d'Etat, et aura su mener de front la lente édification d'une œuvre poétique exigeante et une carrière de haut fonctionnaire qui l'aura hissé aux hautes sphères de la République (sa longévité au poste de Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères, de 1933 à 1940, l'atteste assez bien).

Alexis Léger, dit Alexis Saint-Léger Léger. Écrivain, poète et diplomate français. Plus célèbre encore sous son nom de plume, Saint-John Perse, nait en Martinique. Reçu au concours des Affaires étrangères en 1913, il commence sa carrière diplomatique en Chine. En 1933, il est nommé secrétaire général du Quai d’Orsay, un poste auquel il demeure jusqu’au printemps 1940 et d’où il exerce sans doute une influence très importante. Le 19 mai 1940, il apprend par le Journal officiel son renvoi et son remplacement par François Charles-Roux, ambassadeur au Vatican. Après avoir refusé le poste d’ambassadeur aux États-Unis, il s’embarque le 17 juin 1940, où il rencontre de Gaulle.

Déchu de la nationalité française par le gouvernement de Vichy, il s’embarque pour les États-Unis où il exercere une influence non négligeable sur certains membres du gouvernement Roosevelt et fait tout son possible pour retarder la reconnaissance du gouvernement provisoire de la France Libre, dont il craint qu’il ne soit le ferment d’une guerre civile, la guerre une fois achevée. En 1960, il reçoit le prix Nobel de la littérature : son œuvre poétique, rare et publiée sur des dizaines d’années, acquiert alors une reconnaissance mondiale.


Principaux recueils de poésie


Éloges (1911)
Anabase (1924)
Exil (1942)
Vents (1946)
La Gloire des Rois (1948)
Amers (1957)
Oiseaux (1962)
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Tristram le Ven 25 Aoû - 17:23

Chouette, un de mes poètes préférés !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Arturo le Ven 25 Aoû - 19:10

Je l'ai mis dans fil en devenir, car je ne sais pas trop comment développer.
Je suis en train de reparcourir Amers.
Il faudrait tout copier, je ne sais quoi choisir.
C'est envoûtant : un des plus grands poètes en prose !
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par ArenSor le Sam 26 Aoû - 15:44

@Tristram a écrit:Chouette, un de mes poètes préférés !

Idem cheers

"J'ai vu sourire aux feux du large la grande chose fériée : la Mer en fête de nos songes, comme une Pâque d'herbe verte et comme fête que l'on fête.
Toute la mer en fête des confins, sous sa fauconnerie de nuées blanches, comme domaine de franchise et comme terre de mainmorte, comme province d'herbe folle et qui fut jouée aux dés..."
Amers
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Arturo le Sam 24 Aoû - 15:18

Un extrait du recueil Amers, histoire de faire sortir des limbes ce fil créé il y a un an (2 ans ?) :

Poésie pour accompagner la marche d'une récitation en l'honneur de la
                                               Mer.

Poésie pour assister le chant d'une marche au pourtour de la
                                             Mer.

Comme l'entreprise du tour d'autel et la gravitation du chœur au circuit de la strophe.

Et c'est un chant de mer comme il n'en fut jamais chanté, et c'est la
                                             Mer en nous qui le chantera :

                                             La
Mer, en nous portée, jusqu'à la satiété du souffle et la péroraison du souffle,

                                             La
Mer, en nous, portant son bruit soyeux du large et toute sa grande fraîcheur d'aubaine par le
                                             monde.

Poésie pour apaiser la fièvre d'une veille au périple de mer.
Poésie pour mieux vivre notre veille au délice de mer.

Et c'est un songe en mer comme il n'en fut jamais songé, et c'est la
                                             Mer en nous qui le songera :

                                             La
Mer, en nous tissée, jusqu'à ses ronceraies d'abîme, la
Mer, en nous, tissant ses grandes heures de lumière et ses grandes pistes de ténèbres -

Toute licence, toute naissance et toute résipiscence, la
                                            Mer ! la
                                            Mer ! à son afflux de mer,

Dans l'affluence de ses bulles et la sagesse infuse de son lait, ah ! dans l'ébullition sacrée de ses voyelles -les saintes filles! les saintes filles ! -

                                             La
Mer elle-même tout écume, comme
Sibylle en fleurs sur sa chaise de fer...



Ainsi louée, serez-vous ceinte, ô
Mer, d'une louange sans

offense.

Ainsi conviée serez-vous l'hôte dont il convient de taire le

mérite.

Et de la
Mer elle-même il ne sera question, mais de son

règne au cœur de l'homme :

Comme il est bien, dans la requête au
Prince, d'interposer

l'ivoire ou bien le jade

Entre la face suzeraine et la louange courtisane.

Moi, m'inclinant en votre honneur d'une inclinaison sans

bassesse,

J'épuiserai la révérence et le balancement du corps ;

Et la fumée encore du plaisir enfumera la tête du fervent,

Et le délice encore du mieux dire engendrera la grâce du

sourire...

Et de salutation telle serez-vous saluée, ô
Mer, qu'on s'en

souvienne pour longtemps comme d'une recréation du cœur.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Tristram le Sam 24 Aoû - 17:11

Merci pour ce beau morceau de lyrisme baroque ! Un des grands poètes à célébrer la mer, avec Valéry.
Ici aussi, même recueil mais autre poème : Invocation
Ainsi la mer vint-elle à nous dans son grand âge et dans ses grands plissements hercyniens - toute la mer à son affront de mer, d'un seul tenant et d'une seule tranche !
Et comme un peuple jusqu'à nous dont la langue est nouvelle, et comme une langue jusqu'à nous dont la phrase est nouvelle, menant à ses tables d'airain ses commandements suprêmes,
Par grands soulèvements d'humeur et grandes intumescences du langage, par grands reliefs d'images et versants d'ombres lumineuses, courant à ses splendeurs massives d'un très beau style périodique, et telle, en ses grands feux d'écailles et d'éclairs, qu'au sein des meutes héroïques,
La Mer mouvante et qui chemine au glissement de ses grands muscles errants, la Mer gluante au glissement de plèvre, et toute à son afflux de mer, s'en vint à nous sur ses anneaux de python noir,
Très grande chose en marche vers le soir et vers la transgression divine...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Arturo le Sam 24 Aoû - 21:26

Merci Tristram ! (le fil va pouvoir sortir de la catégorie à ranger ? Saint-John Perse 3761541388 )
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Saint-John Perse Empty Re: Saint-John Perse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum