Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Guillermo Arriaga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guillermo Arriaga Empty Guillermo Arriaga

Message par Bédoulène le Dim 10 Sep - 13:38

Guillermo Arriaga
Né en 1958

Guillermo Arriaga Guille10

Guillermo Arriaga Jordán (né le 13 mars 1958 à Mexico) est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur mexicain pour le cinéma, ainsi qu'un écrivain de roman noir. Il a notamment écrit et produit les films d'Alejandro González Iñárritu. En 2005, il remporte le prix du meilleur scénario au Festival de Cannes pour Trois enterrements.
Guillermo Arriaga a grandi dans le quartier populaire Unidad Modelo, l'un des plus violents de la ville de Mexico. À l'âge de 13 ans, il perd le sens de l'odorat à la suite d'une bagarre de rue.
Spoiler:
Il se servira à plusieurs reprises de cette expérience dans ses scénarios. Arriaga est diplômé d'une licence en sciences de la communication et d'une maîtrise d'histoire de l'université ibéro-américaine. Il fut un temps professeur dans cet université, où il rencontre Alejandro González Iñárritu, puis à l'Institut de technologie et d'études supérieures de Monterrey.
En 1996, Iñárritu et Arriaga prétendent réaliser trois histoires courtes dénonçant les contradictions de la vie quotidienne à Mexico. Trois ans plus tard, en 1999, après de nombreuses ébauches, sort le long métrageAmores Perros (Amours chiennes), réalisé par Iñárritu, utilisant trois de ces histoires, étendues pour l'occasion. Ce film, dénonçant sans faux-semblant la vie violente et clandestine à Mexico, remporte un vif succès : sélectionné dans la catégorie Meilleur film étranger aux Oscars, primé par la British Academy of Film and Television Arts en 2000, et grand prix de la Semaine de la critique à Cannes la même année, entre autres distinctions.
Le succès de Amours chiennes leur permet de trouver un distributeur américain, Universal, pour le film suivant : 21 grammes, avec Benicio del Toro, Naomi Watts et Sean Penn, tous trois sélectionnés aux Oscars pour leur interprétation. Trois enterrements (2005), de Tommy Lee Jones, est un nouveau succès, qui lui permet de remporter le prix du scénario à Cannes. En 2006, Guillermo Arriaga scénarise Babel, avec Brad Pitt, qui complète la trilogie d'Iñárritu. Le film est diffusé à Cannes. Cependant, à la suite d'un différend, Iñárritu interdit à Arriaga d'assister à la projection, et toute idée de future collaboration semble compromise.
En marge de ses activités cinématographiques, il publie, dans les années 1990, trois romans noirs : L'Escadron Guillotine (Escuadrón Guillotina, 1991) ; Un doux parfum de mort (Un dulce olor a muerte, 1994) et Le Bison de la nuit (El búfalo de la noche, 1999). En 2007, Le Bison de la nuit est adapté au cinéma par Jorge Hernández Aldana. Le film est présenté en première mondiale au Festival du film de Sundance. La même année, Arriaga fait partie des 115 invités à rejoindre l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences.
Guillermo Arriaga a déclaré : « J'ai pu quitter la rue, mais la rue, elle, ne m'a pas quitté ».

Œuvres traduites en français

- 1991 L'Escadron Guillotine
- 1994 Un doux parfum de mort
- 1999  Le Bison de la nuit

Nouvelles
- 2005  Mexico, quartier sud

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12423
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Guillermo Arriaga Empty Re: Guillermo Arriaga

Message par Bédoulène le Dim 10 Sep - 14:28

Guillermo Arriaga 5101rm10


C'est une histoire d' amitié, de  passion et de folie, un trio d'amis d'enfance Manuel Gregorio et Tania. Ils s'aiment ; Manuel et Gregorio aiment Tania qui les aime aussi. Mais Gregorio est schizophrène, il convainc Manuel de se faire tatouer un bison bleu sur le bras, avec la même aiguille afin qu'encre et sang se mêlent et qu'ainsi ils soient liés. Au fil du temps Manuel ressent ce tatouage comme une emprise sur lui de Gregorio il tente de l'effacer mais le dessin se devine encore.
Après sa sortie de l'hôpital psychiatrique Gregorio se tue d'une balle dans la tête, quelques jours auparavant les deux jeunes gens s'étaient rencontrés et pardonnés mutuellement de leur différend. Manuel et Tania sont bouleversés. Culpabilisent ils inconsciemment car ils étaient amants alors qu'elle était "la fiancée" de Gregorio ? Ce dernier le savait-il ?
Manuel reçoit par intervalle des lettres portant l'écriture de Gregorio, contenant des photos, des phrases énigmatiques, qui le blessent car elles révèlent des faits insoupçonnés qui impliquent parfois Tania.
Manuel est persuadé qu' au delà la mort Gregorio veut lui nuire ; malgré  sa colère il sait que,  celui qui était à la fois son meilleur ami et meilleur ennemi, lui manque.
Tania est mystérieuse, elle fuit souvent laissant Manuel dans l'angoisse de la perdre aussi.
Tous les personnages, famille, amis, médecin sont touchés par le désordre de ces vies et mort des jeunes gens.
Tout n'est qu'incompréhension, attente, angoisse.
Manuel entendra souffler à son oreille le bison bleu dans ces nuits, comme l'a écrit Gregorio : "le bison de la nuit rêve de toi". Il va ressentir une des obsessions de Gregorio mais il continuera à vivre.

Un livre très noir mais qu'on s'attache à suivre. Il n'y a pas d'éclaircie, même les scènes d'amour portent attente, angoisse, suspicion, dépossession. L'auteur perd le lecteur comme il perd ses personnages. La folie n'est qu'à quelques pas, la mort à quelques pas de plus.


mots-clés : #pathologie

Ce livre a été adapté au cinema (espagnol)


Dernière édition par Bédoulène le Dim 10 Sep - 14:39, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12423
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Guillermo Arriaga Empty Re: Guillermo Arriaga

Message par Tristram le Mer 9 Jan - 23:57

Le Bison de la nuit

Guillermo Arriaga 5101rm10

Étrange trio effectivement, conjonction de passions, de trahisons, de fuites, de psychopathies, avec laquelle on frôle le fantastique dans un Mexique de corruption, violence et fascination pour la mort ; roman très "latino" d’ailleurs dans son intensité et sa noirceur (voir Puig ou Quiroga, etc.).
« Je me réveille parfois en sentant sur ma nuque l’haleine bleutée du bison de la nuit. C’est la mort qui me frôle. »
Mention spéciale pour le personnage du Dr Macías, psychiatre incompétent et d’une vénalité sans complexe.
Merci à Bédoulène (parfois les petites graines mettent longtemps à germer) !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8154
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Guillermo Arriaga Empty Re: Guillermo Arriaga

Message par Bédoulène le Jeu 10 Jan - 8:12

merci Tristram !  (faut que je revois le personnage du psy)


_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12423
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Guillermo Arriaga Empty Re: Guillermo Arriaga

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum