Rabindranath TAGORE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rabindranath TAGORE

Message par Dreep le Lun 11 Sep - 15:10

Rabindranath Tagore
(1861-1941)


Rabindranàth Thakur, dit Tagore, est un poète, compositeur, romancier, dramaturge et philosophe indien de langues bengali et anglaise, dont l'œuvre a eu une profonde influence sur la littérature et la musique du Bengale à l'orée du xxe siècle.
Il fait partie des voix qui se sont élevées contre le Raj britannique ont soutenu le mouvement pour l'indépendance de l'Inde. Sa vie est tragique - il perd quasiment toute sa famille et est profondément affligé par le déclin du Bengale - mais ses œuvres lui survivent, ainsi que de l'institution qu'il a fondée à Shantiniketan, l'Université de Visva-Bharati. Il a été couronné par le Prix Nobel de littérature en 1913. Nombre de ses romans et nouvelles ont été adaptés au cinéma, notamment par le cinéaste Satyajit Ray.

Tagore est le plus jeune des quatorze enfant d'une famille brahmane de Calcutta. Fils d'un des fondateurs du mouvement Brahmo Samaj, il a été élevé dans une famille d'artistes et de réformateurs sociaux et religieux opposés au système des castes et favorables à une amélioration de la condition de la femme indienne.
Tagore compose ses premiers poèmes à l'âge de huit ans. À 16 ans, il publie ses premières poésies substantielles, et écrit ses premières nouvelles et drames dès 1877.

Envisageant de devenir avocat, Tagore étudie le droit à l'University College de Londres, mais il rentre au Bengale en 1880 avant d'avoir obtenu son diplôme. En 1883,  il épouse Mrinalini Devi. De cette union naîtront cinq enfants, dont deux mourront avant d'atteindre l'âge adulte. En 1890, Tagore commence à administrer le domaine familial de Shilaidaha (désormais au Bangladesh). Ces années sont parmi ses plus fécondes sur le plan littéraire. Il y écrit plus de la moitié des 84 histoires de son ouvrage Galpaguchchha en trois tomes. Elles dépeignent avec ironie et émotion un large éventail de modes de vies, en particulier des villageois.

En 1901, Tagore quitte Shilaidaha et déménage à Santiniketan (Bengale-Occidental) pour fonder un ashram, qui par la suite prendra de l'importance et comprendra une salle de prière, une école expérimentale, des pépinières, des jardins et une bibliothèque.
Ces travaux lui valent un large soutien des lecteurs bengalis aussi bien qu'étrangers. Le 14 novembre 1913, Tagore apprend qu'il a remporté le prix Nobel de littérature.

En 1921, Tagore et l'économiste agricole Leonard Elmhirst fondent l'Institut pour la reconstruction rurale. Par ce moyen, Tagore pense procurer une alternative au symbole du mouvement de Gandhi, basé sur la revendication, qu'il désapprouve. Il recrute des spécialistes, des donateurs et des soutiens officiels de nombreux pays pour aider l'institut à mettre en œuvre la scolarisation comme moyen de « libération des villages des fers de l'impuissance et de l'ignorance » en « revitalisant le savoir ».
Au début des années 1930, il se préoccupe davantage de « l'anormale conscience de caste » en Inde et du sort des intouchables, faisant des cours sur ces maux, écrivant des poèmes et des drames avec des protagonistes intouchables et appelant les autorités du temple de Gurovayoor à admettre les dalits.

Les quatre dernières années de la vie de Tagore sont marquées par une douleur chronique et deux longs épisodes de maladie. Après de grandes souffrances, Tagore meurt le 7 août 1941. L'anniversaire de sa mort est un jour de deuil dans l'administration partout dans le monde bengalophone.
source : Wikipédia

Ouvrages traduits en français :

Poésie
1910 : L’Offrande lyrique (Gitanjali)
1915 : Poèmes de Kabir (Songs of Kabir)
1916 : Cygne (Balaka, A Flight of swans)
1920 : Le Jardinier d’amour (The Gardener)
1921 : La fugitive (The fugitive)
1923 : La Jeune Lune
1932 : L'Écrin vert (Patraputa)
Poèmes chantés, édition trilingue

Anthologies
La Corbeille de fruits (Contient Gitali, Gitimalya, Chitra, Smarana, Balaka, Utsarga, Katha, Kheya)
L'esquif d'or, anthologie de l'eouvre poétique de Tagore
De l'aube au crépuscule

Romans
1901 : Charulata (Nastanirh, The Broken Nest)
1905 : Le Naufrage (Naukadubi)
1907 : Gora (Gora)
1916 : La Maison et le Monde (Ghare Baire, The Home and the World)
1929 : Kumudini  (Yogayog)
1934 : Quatre chapitres (Char Adhyaya)

Recueils de nouvelles et contes
Mashi
Épousailles et autres histoires (nouvelles isues de Galpaguchcha)
Le Vagabond et autres histoires (nouvelles issues de Galpaguchcha)
Aux bords du Gange et autres nouvelles
La Petite Mariée suivi de Nuage et soleil
Histoires de fantômes indiens
Le Prince charmant et quatorze autres contes
Kabuliwallah

Essais et mémoires
1912 : Souvenirs (Jivansmriti, My Reminiscences)
1916 : Sadhana (Sâdhanâ : The Realisation of Life)
1916 : Les oiseaux de Passage (Stray Birds)
1917 : Nationalisme (Nationalism)
1931 : La Religion de l'homme (The Religion of Man)
1931 : Lettres à un ami, 1931.
1940 : Souvenirs d'enfance (Chelebela, Boyhood Days )

Publications posthumes
Vers l'homme universel (Towards Universal Man)
La demeure de la paix (philosophie)
Le Christ

Théâtre
1910 : Le roi de la chambre sombre (Raja, The King of the Dark Chamber)
1916 : Le Cycle du printemps (Phalguni, The Cycle of Spring)
1924 : Amal et la lettre du roi
1929 : La machine. Drame en un acte et en prose
avatar
Dreep

Messages : 202
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Rabindranath TAGORE

Message par Dreep le Lun 11 Sep - 15:11



Chârulatâ

L'air de rien, d'énormes malentendus voltigent au-dessus des têtes de cette famille. A commencer par cette naïveté de Bhupati, qui croit que des liens censément engagés par un mariage vont de soi, et qu'il nécessite pas d'être présent pour que ces liens ne se délitent pas. Châru et Amal s'attache entre eux, mais l'une par idéalisme et l'autre par désinvolture. Le récit se passe bien d'analyse, tissant tranquillement sa toile en proposant à son lecteur quelques moments de la journée, quelques mouvements, quelques paroles, l'expression de sentiments ou de ressentiments de l'un ou de l'autre partagés avec le lecteur, mais pas avec les autres personnages.

Rabindranath Tagore a écrit:Bhupati se glorifiait de ne rien comprendre à la poésie. Toutefois, même s'il n'avait pas lu jusqu'au bout les écrits d'Amal, il éprouvait pour lui de l'estime. « Il n'a rien à dire, pensa-t-il, et pourtant il enchaîne les mots les uns aux autres. Moi, j'en serais incapable, même en me tapant la tête. Qui aurait pu imaginer qu'Amal en était capable ! » L'époux de Châru ne se considérait pas comme un fin lettré mais il n'était pas pour autant avare envers les belles lettres. Il donnait aux écrivains pauvres de quoi faire imprimer leurs livres à la seule condition que leurs ouvrages ne lui soient pas dédiés. Il achetait tous les hebdomadaires et les mensuels en bengali, grands et petits, connus ou inconnus, lisibles ou illisibles. « Je ne les lis déjà pas, disait-il ; si, en plus, je ne les achetais pas, ce serait commettre un péché et ne pas faire pénitence. »
avatar
Dreep

Messages : 202
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Rabindranath TAGORE

Message par Quasimodo le Lun 11 Sep - 15:20

Et tu as trouvé ça comment ? Du Tagore, j'en ai sur ma liste d'attente.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 995
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Rabindranath TAGORE

Message par Dreep le Lun 11 Sep - 22:42

C'est un petit plaisir à lire, d'assez courte durée... ce n'est pas transcendant mais ça paie pas de mine, on rigole bien.
Au début j'étais tenté de le comparer à Austen ou Tanizaki, mais ça la comparaison ne prend pas vraiment. Cette façon de tisser, ça a un je ne sais quoi de nouveau, ou de peu pratiqué pour moi...
avatar
Dreep

Messages : 202
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Rabindranath TAGORE

Message par Arturo le Sam 23 Sep - 16:12



Amal et la lettre du Roi : (théâtre, traduction de Gide)

Écrit en 1912, Amal et la lettre du roi ouvre dans l'œuvre de Tagore l'époque où ses pièces commencent à devenir philosophiques et symboliques. Le dialogue dramatique peut être vu comme une illustration des Oupanishads. Amal symbolise l'âme humaine en quête de l'être suprême : le roi. Selon les Oupanishads, il possède les quatre vertus essentielles pour arriver au but : il est éternel, pur, illuminé et libre. Il est orphelin, il n'a donc aucune racine. Bien que doué pour ce voyage difficile, Amal doit souffrir. En cela Tagore s'éloigne des Oupanishads pour exprimer son propre conflit intérieur. L'importance n'est pas dans l'arrivée mais dans le chemin même. Ce trajet ne peut consister en une évolution intellectuelle mais plutôt dans un changement émotionnel. Amal supplie ceux qui l'entourent «je ne tiens pas à être savant, je ne veux pas». Il est ainsi séparé du monde, que symbolise le personnage de Madhav (Madhavi : la terre), «l'homme de peu de foi». La pièce est l'image du chemin par lequel la lettre du roi inconnu doit arriver. Roi invisible qui, en apportant la nouvelle de la mort, indique aussi le retour aux sources.

A la lecture, c'est plutôt mignon. Un conte symboliste sous forme d'une pièce de théâtre en deux actes.
La plume est ciselée et légère.
Je reste toutefois sur ma faim, j'attends de lire quelque chose de plus costaud de la part de l'auteur. Sans doute ses essais, si je tombe dessus un jour.
avatar
Arturo

Messages : 1027
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Rabindranath TAGORE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum