Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Mikhaïl Boulgakov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Mikhaïl Boulgakov

Message par Arturo le Mar 12 Sep - 14:49

Mikhaïl Boulgakov
(1891-1940)



théâtre - Mikhaïl Boulgakov 220px-10

Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov, né le 15 mai (3 mai) 1891 à Kiev et mort le 10 mars 1940 à Moscou, est un écrivain et médecin russe puis soviétique.

Mikhaïl Boulgakov travaille d'abord comme médecin durant la Première Guerre mondiale, la Révolution russe et la guerre civile russe. À partir de 1920, il abandonne cette profession pour se consacrer au journalisme et à la littérature, où il est confronté, tout au long de sa carrière, aux difficultés de la censure soviétique.

Mort à seulement 48 ans, il a écrit pour le théâtre et l'opéra, mais il est surtout connu pour des œuvres de fiction comme les romans La Garde blanche, paru en 1925, et Le Roman de monsieur de Molière, achevé en 1933 (publié en URSS, de manière expurgée, en 1962 et de manière intégrale en 1989), ou la nouvelle Cœur de chien achevée en 1925, mais publié en URSS en 1987.

Son œuvre la plus connue est Le Maître et Marguerite, roman plusieurs fois réécrit et retravaillé entre 1928 et 1940, publié en URSS dans son intégralité pour la première fois en 1973, dans lequel il mêle habilement le fantastique et le réel, de telle sorte que le fantastique passe pour réel, et le réel pour fantastique, ainsi que les époques et les lieux, Jérusalem au Ier siècle, sous Ponce Pilate, et Moscou, dans les années 1930, sous la dictature stalinienne.

source : Wikipédia


Bibliographie en français :


Romans
La Garde blanche - 1925 et 1927-1929 (publié en URSS en 1966)
La Vie de monsieur Molière ou Le Roman de monsieur de Molière - achevé en 1933 (publié en URSS, de manière expurgée, en 1962, de manière intégrale en 1989)
Le Roman théâtral, également publié sous le titre : Les Mémoires d'un défunt - inachevé, rédigé en 1936-1937 (publié en URSS en 1965 et, en volume, en 1966)
Le Maître et Marguerite - dernières corrections du 13 février 1940 (publié en URSS, de manière intégrale, en 1973)

Nouvelles
Notes sur des manchettes - 1922-1924 (publié en URSS, de manière intégrale, en 1982)
La Bohème - janvier 1925 (réédition en URSS en 1986)
Endiablade - 1924 (réédition en URSS en 1987)
Les Œufs du destin ou Les Œufs fatidiques, 1925 (réédition en URSS en 1988)
Cœur de chien - achevé en 1925 (publié en URSS en 1987)
Carnets d'un jeune médecin (publié en URSS en 1963)
Morphine - décembre 1927 (réédition en URSS, de manière intégrale, en 1988)
Articles de variété et récits parus dans la presse soviétique de 1919 à 1927

Théâtre
Autodéfense, sketch en un acte, joué à Vladikavkaz le 3 juin 1920
Les Frères Tourbine, drame en quatre actes, joué le 21 octobre 1920
Les Communards de Paris, pièce en trois actes créée à Vladikavkaz entre janvier et mars 1921
Le Perfide paternel, pièce créée à Vladikavkaz en 1921
Les Prétendants d'argile, comédie-bouffe jouée en 1921
Les Fils du mollah, pièce créée le 15 mai 1921.
Les Jours des Tourbine - 1926 (publié en URSS en 1955)
L'Appartement de Zoïka - deux versions : 1926 en quatre actes et 1935 en trois actes (publié en URSS en 1982)
L'Île pourpre - 1927 (publié en URSS en 1987)
La Fuite - 1928 (publié en URSS en 1962)
Adam et Ève - 1931 (publié en URSS en 1987)
Béatitude - 1934 (publié en URSS en 1966)
Alexandre Pouchkine - 1935 (publié en URSS en 1955)
Molière ou la Cabale des dévots - achevé en 1929 (publié en URSS en 1962)
Ivan Vassilievitch - 1935 (publié en URSS en 1965)
Batoum - achevé en 1939 (publié en URSS en 1988)
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Arturo le Mar 12 Sep - 15:03

Vous n'avez qu'à jeter un oeil à sa bibliographie pour vite vous rendre compte que Boulgakov ne fut pas prophète en son pays. Il en a fallu du temps avant que ses oeuvres soient autorisées par la Parti soviétique.
La force de l'auteur a aussi été de contourner les règles, et jouer de la métaphore, du "cryptogramme". Ainsi, on peut le lire à différents niveaux et ses textes sont sujets à interprétations. On peut penser aussi à Orwell, et La ferme des animaux.
Je considère Le maître et Marguerite parmi mes sommets littéraires, aussi car c'est un livre qui m'a ramené vers la littérature, à une époque où mes lectures étaient d'un autre ordre. Malheureusement, lecture un peu trop lointaine pour en parler.

Je ressors de sa nouvelle, Morphine.

théâtre - Mikhaïl Boulgakov 41n3db10

Là aussi, on peut le lire au premier degré, et on est tout de suite embarqué par sa prose puissante, son style prenant, qui nous poussent à avancer dans ce court récit. Il entretient le suspens sur la maladie de cet homme mystérieux, puis très vite le voile se lève ...
L'addiction à la morphine, la solitude, le désespoir, l'angoisse ...
C'est fort !

Et puis, on peut lire la postface, où les interprétations sont multiples. Cette nouvelle prend lieu et place en Russie à partir d'Octobre 1917 ... Arrivée de la révolution Russe, et là on reprend le journal du morphinomane, en fonction des dates, et on essaie de lire le cryptogramme laissé par l'auteur ...

mots-clés : #addiction #solitude
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par bix_229 le Mar 12 Sep - 16:08

Dommage pour lui qu' il ait du écrire malgré et contre la censure.
Ou se taire.
Sinon, on aurait connu autre chose que ce chef d' oeuvre qu' est
Le Maitre et Marguerite.
Meme si ses autres oeuvres ne sont pas toutes mineures.
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Bédoulène le Mar 12 Sep - 18:54

j'ai lu aussi le Maître et Marguerite il y a un certain temps et le Roman Théatral

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Marie le Mar 12 Sep - 21:19

J'ai lu Le maître et Marguerite il y a 100 ans. Et plus récemment, Récits  d'un jeune médecin et Morphine.

théâtre - Mikhaïl Boulgakov 97822512

Récits d'un jeune médecin
traduit du russe par Hélène Gibert

Ce sont donc six récits inspirés du séjour qu'a fait lui même Mikhaïl Boulgakov dans un hôpital civil de la province de Smolensk , où il avait été affecté en 1916. Situation un peu extrême du fait de l'isolement géographique et des conditions climatiques pour un jeune médecin fraichement diplômé mais sans aucune expérience pratique. Comme tous, donc.
A partir de cas cliniques rencontrés , Boulgakov construit des récits d'un réalisme parfait, on s'y croirait..
Et surtout, parvient à transmettre ( peut être que cela parlera plus à certains qui ont déjà fait ce genre d'expériences d'une angoisse infinie, où on se sent tellement nuls)la différence entre savoir théorique et confrontation à des situations concrètes.
Avec, dans la progression de ces récits, un cheminement qui est finalement toujours le même, la peur et l'obligation de l'affronter sous le regard de ceux qui vous prennent pour quelqu'un qui, du fait de ses pseudo-compétences , va dominer le problème ( et de là, l'intelligence de comprendre, il l'explique très bien, que finalement, les diplômes ça ne sert pas à grand chose, et qu'il faut absolument accepter l'aide de ceux qui n'ont pas le bout de papier, mais qui ont l'expérience), puis la réussite une fois, quelquefois par le plus grand des hasards.Et après une reprise de confiance en soi qui se termine toujours par une surestimation, et là, l'échec ( il n'y en a pas beaucoup, d'échecs vraiment graves dans ces récits, c'est dommage) , le retour sur terre et la nécessité de redémarrer .

La lecture de ces récits devrait être rendue obligatoire à tous les étudiants en médecine, ils sont très fins, très bien écrits bien sûr et même si l'on n'est plus dans la Russie de 1916, cela n'a aucune importance, la leçon donnée , l'expérience racontée n'ont ni âge ni lieu.

( récup)


mots-clés : #autobiographie #initiatique #medecine
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Arturo le Mar 12 Sep - 21:37

Plutôt répétitifs alors ces récits d'un jeune médecin ?

Morphine vaut vraiment la lecture, et pour le coup c'est incisif.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par tom léo le Mer 13 Sep - 21:56

Comment ne pas me joindre aux éloges pour „Le maître et Marguerite » ? L’auteur utilise largement les moyens de la satire, si repandus dans la littérature soviétique (et russe). C’est à se demander si ce n’est pas un moyen par excellence de parler de choses qu’on ne peut pas nommer ouvertement ?! Mais je vais me concentrer à présenter un peu plus:

théâtre - Mikhaïl Boulgakov 00029010

La garde blanche


CONTENU :
C’est l’histoire fortement imprégnée par des traits autobiographiques de trois frères et sœurs (Alexandre, Hélène, Nikolka) en Décembre 1918. En Russie c’est la guerre civile et des restes de troupes allemandes et d’autres forces tiennent des larges parties de l’Ukraine. Kiev rassemble des gens venus de partout et de toutes les origines : des banquiers, des aristocrates, des gens douteux fuyant les forces bolchéviques.  Sous l’assaut des troupes nationalistes de Petlioura les Allemands et leurs alliés, comme le « Hetman », prennent la fuite. Jusqu’à l’arrivée de l’Armée Rouge en Février 1919 s’écouleront seulement deux mois. L’histoire « personnelle » des trois figures principales est imbriquée dans la « grande Histoire » : Hélène va être abandonné par son mari « collaborateur et faisant confiance dans les Allemands. Alexandre (sous certains égards l’Alter Ego de Boulgakov) se met à disposition en sa qualité de médecin et sera blessé. Nikolka va s’engager dans les combats tandis que Hélène attend avec crainte à la maison.

IMPRESSIONS :
Des grandes confusions et mélanges, des combats sans fins, des changements de front marquaient la situation de ces années dans le pays de la révolution d’Octobre. Et on pressent fortement que les changements en Russie n’étaient pas le résultat d’un seul jour, mais que les conflits s’allongeaient, se compliquaient pendant des longues périodes (et au-delà par d’autres formes de résistance et de combats). Et quelques fois il y en avait bien plus que deux partis en questions, ainsi en Ukraine ! Je suis reconnaissant entre autre que ce livre fait connaître un peu de cette complexité des années révolutionnaires. Cela reste presque impensable, quel chaos ce pays a traversé…

Il me semble que ce livre n’est pas de la même veine si fortement satirique que d’autres livres de Boulgakov, même si aussi ici on trouvera l’une ou l’autre situation grotesque. Au centre de ce livre si marqué par les événements historiques est quand même l’individu, la personne, ces trois frères et sœurs Tourbine (nom de la famille maternelle de Boulgakov !) et leurs amis proches.  C’est comme si pour le lecteur attentif on lit que l’individu n’est pas aboli. Au milieu de ces turbulences politiques ils continuent à chercher pour ce qu’on pourrait appeler un peu pathétiquement « le sens et la vraie vie ». Et en fait : au tout début paraît cette grande question universelle et typiquement russe à la fois : « Comment vivre ? » Cela me semble une vraie perspective de lire ce roman avec la question comment on peut bien survivre de tels temps de conflits et de désespoir. Qu’est-ce qui pourra nous sauver ? Ici c’est certainement le rôle de chacun, la contribution de chacun : ils prennent part actif à l’histoire…

mots-clés : #autobiographie #famille #historique #premiereguerre #revolution
tom léo
tom léo

Messages : 1106
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Tristram le Mer 13 Sep - 22:15

Tom >Léo a écrit:L’auteur utilise largement les moyens de la satire, si repandus dans la littérature soviétique (et russe). C’est à se demander si ce n’est pas un moyen par excellence de parler de choses qu’on ne peut pas nommer ouvertement ?!

Indubitablement, et rien que chez nous on remonte à Érasme et Rabelais pour arriver à Houellebecq et Charlie Hebdo en passant par Molière et Voltaire... Toujours aussi efficace (surtout si on ne s'enfonce pas dans le cynisme) !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Tristram le Ven 16 Aoû - 13:09

Le roman de monsieur de Molière

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Le-rom10


Il s'agit d'une biographie romanesque, où l’importance du vécu dans la création chez le fameux dramaturge m’a marqué ; il est vrai que la part de l’observation, sans même parler d’autobiographie, ne peut être que majeure chez un satiriste, a fortiori doué d'autodérision.
Passage notoire chez les précieuses ridicules, terrain particulièrement propice à l’ironie de Boulgakov :
« Il y eu Bossuet, qui se rendit par la suite célèbre en ne laissant pas passer un cadavre de quelque renommée en France sans prononcer sur la tombe de celui-ci un sermon inspiré. »
En connaisseur, Boulgakov se permet une appréciation personnelle :
« Molière avait bien raisonné : les censeurs du roi ignorent que tous les remaniements qu’on peut apporter à une œuvre ne changent pas d’un iota son sens profond et n’affaiblissent en rien l’indésirable influence qu’elle peut avoir sur le spectateur. »

Mots-clés : #ancienregime #biographie #historique #théâtre

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Arturo le Ven 16 Aoû - 18:04

Je l'ai dans ma PAL, à lire un de ces jours...
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

théâtre - Mikhaïl Boulgakov Empty Re: Mikhaïl Boulgakov

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Russes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum