Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


William Gibson

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William Gibson Empty William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 18:13

William Gibson
(né en 1948)

William Gibson 670px-10

Écrivain américain (Myrtle Beach, Caroline du Sud, 1948).
Figure de proue avec Bruce Sterling du mouvement Cyberpunk, il s'attache à dépeindre un avenir proche envahi par les technologies de l'information dans un style sombre, proche du roman noir, qui permet la description critique d'une société duale et mondialisée. Après son premier roman, Neuromancien (1984), qui a accumulé les récompenses, ont suivi Compte zéro (1986), Mona Lisa s'éclate (1990), puis Idoru (1998) et Tomorrow's Parties (2001), où il aborde le thème de la vie par procuration dans des réalités virtuelles. Ses nouvelles sont rassemblées dans Gravé sur chrome (1987) et dans l'anthologie Mozart en verres miroirs (1986) de Bruce Sterling, avec lequel il signe la Machine à différences (1996). Ce dernier titre s'inscrit dans le courant Steampunk, variante proche de l'uchronie du Cyberpunk.

larousse.fr

Plus détaillé et allant plus loin vers l'oeuvre et ses évolutions : wikipedia.org

Bibliographie :

Romans

Trilogie de la Conurb (Sprawl Trilogy)
1984 Neuromancien  : Page 2
1986 Comte Zéro
1988 Mona Lisa s'éclate

Trilogie du pont (Bridge Trilogy)
1993 Lumière virtuelle  : Page 1
1996 Idoru
1999 Tomorrow's Parties

Romans mettant en scène Hubertus Bigend
2003 Identification des schémas : Page 1
2007 Code source
2013 Histoire zéro  

Romans indépendants
1990 La Machine à différences - Coécrit avec Bruce Sterling
2014 The Peripheral

Autres
1992 Agrippa (A Book of the Dead)
2012 Distrust That Particular Flavor (articles et autres textes)

Nouvelles (publiées dans le recueil Gravé sur chrome, 1986) :
1977 Fragments de rose en hologramme
1981 Johnny Mnemonic
1981 Le Continuum Gernsback
1981 Le Genre intégré  - Coécrit avec John Shirley.
1981 Hinterlands
1981 Hôtel New Rose : Page 1
1982 Gravé sur chrome : Page 1
1983 Étoile rouge, blanche orbite/Étoile rouge, orbite gelée  - Coécrit avec Bruce Sterling.
1985 Duel aérien - Coécrit avec Michael Swanwick.
1986 Le Marché d'hiver
1990 Skinner's Room (non traduit)

màj le 30/03/2019


Dernière édition par animal le Sam 30 Mar - 9:40, édité 1 fois

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 20:10

Histoire de me répéter j'aime bien William Gibson, la SF ne me branche pas plus que ça mais Gisbon c'est de la SF "par en bas". Pas d'univers énorme qui doit signifier quelque chose pas d'idées plus grandes que l'homme. Son ambiance c'est notre monde après ou en plein dérapage dans un tourbillon de technologies et d'images du quotidien. Et puis son goût pour des gens "simples", ses héros en manque de contrôle et en recherche d'une sorte de confort ou de repos, au fond ?

Relecture :

William Gibson Willia10

Gravé sur chrome

Commencé par là ou recommencé par là ? Question intéressante. Dans le recueil les deux titres adaptés au cinéma Johnny Mnemonic et New Rose Hotel, des incontournables de son univers avec des consoles Ono-Sendai, des bars louches, des magouilles par cable et des femmes énigmatiques et fortes.

D'abord c'est la manière à la roman noir, un goût de la formule synthétique... et son bric à brac, le genre de bazar qui vous a perdu avant même que vous ne commenciez à le cerner mais que pour l'essentiel il prendra soin de vous éclaircir quelques pages plus loin. Dans l'espace avec des astronautes russes ou à boire un verre au comptoir vous êtes facilement sur le qui-vive et en quête de repères. Lecture stimulante ?

Question suivante, Gibson le prophète ? Je l'avais lu il y a un bail ce livre et une des surprises c'est la touche "datée" de plusieurs éléments : bandes magnétiques, échos de guerre froide, ... dans les repères envahissants de notre société de consommation ça l'est nettement moins. Qu'est-ce qu'on en tire ? Pour ma part que son côté à la pointe, et sa gadgetomanie est en fait un accessoire ou un pivot si on prend le temps de s'arrêter. Ca compte dans la dynamique et dans le décor mais le feeling s'avère plus durable, feeling "humain", ce qui est identique entre votre ici et leur maintenant.

L'ensemble des nouvelles est assez varié et représentatif car on y retrouve des éléments présents dans ces romans et sa chaleur, la poésie de son bric-à-brac attentif, son romantisme aussi avec son histoire d'icône pop camée et malade (et pas seulement).

Je ne le conseillerais pas forcément non plus à tout le monde comme premier contact avec l'auteur mais j'ai pris beaucoup de plaisir à cette relecture. Et je reviens avec des extraits et quelques mots encore ?

En amuse bouche cet extrait déjà posté :

Fragments de rose en hologramme a écrit:Trois heures du mat'.
Se faire un café dans le noir, juste un coup de lampe-torche pour verser l'eau bouillante.
Le rêve matinal enregistré qui s'efface derrière d'autres paupières, panache sombre d'un cargo cubain - qui s'efface avec l'horizon qu'il parcourt sur l'horizon gris de l'esprit.
Trois heures du mat'.
Laisse hier se redisposer autour de toi en images plates et schématiques. Ce que t'as dit, ce qu'elle a dit, pendant que tu la regardais remballer, appeler le taxi.
T'as beau les retourner dans tous les sens, elles recomposent le même circuit imprimé, convergence d'hiéroglyphes vers un même composant central : toi, debout sous la pluie, et qui gueules après le taxi.
La pluie était acide et âcre, couleur de pisse, presque. Le chauffeur t'as traité de connard ; t'as dû en plus payer double tarif. Elle avait trois valises. Derrière son respirateur et ses lunettes, le type avait l'air d'une fourmi. Il est parti sous la pluie en pédalant comme un malade. Elle ne s'est pas retournée.
La dernière vision que tu gardes d'elle, c'est cette fourmi géante, qui t'adresse un geste obscène.


Mots-clés : #nouvelle #sciencefiction


Dernière édition par animal le Dim 24 Sep - 21:51, édité 1 fois

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par églantine le Dim 24 Sep - 20:19

@animal a écrit:Histoire de me répéter j'aime bien William Gibson, la SF ne me branche pas plus que ça mais Gisbon c'est de la SF "par en bas". Pas d'univers énorme qui doit signifier quelque chose pas d'idées plus grandes que l'homme. Son ambiance c'est notre monde après ou en plein dérapage dans un tourbillon de technologies et d'images du quotidien. Et puis son goût pour des gens "simples", ses héros en manque de contrôle et en recherche d'une sorte de confort ou de repos, au fond ?

Présenté ainsi , une visite dans son monde ne serait pas totalement inenvisageable . William Gibson 575154626
églantine
églantine

Messages : 4192
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 20:25

En plus c'est hyper dépaysant :

Les parasites de l'ostéophone créaient une tempête de sable subliminale. L'ascenseur glissa vers le haut et traversa dans sa cage étroite le plancher du Paradis. Je comptai les lampes bleues espacées de deux mètres. Après la cinquième, ce furent les ténèbres et l'immobilité.
Dissimulé dans la console de commande vide du vaisseau d'Autoroute factice, j'attendais dans l'ascenseur, tel le secret dissimulé derrière la bibliothèque truquée des histoires policières enfantines. Le vaisseau était bidon, un décor, au même titre que les chalets bavarois collés sur leurs Alpes de plâtre dans certains parcs d'attraction - un détail sympa mais pas franchement nécessaire. Si les revenants daignent admettre notre présence, ils la considèrent comme allant de soi; nos décors et nos histoires montées de toutes pièces ne semblent guère faire de différence.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Armor le Dim 24 Sep - 21:17

La couverture est... comment dire... d'un goût pour le moins particulier...

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3441
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 21:24

la couverture reprend l'affiche du film en fait :



la précédente chez J'ai lu devait être celle-ci :

William Gibson Jl294010

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par topocl le Dim 24 Sep - 21:51

Voila ce que j'en avais dit, à l'époque de
New Rose Hotel
(et devinez qui me l'avait conseillé William Gibson 575154626 ?!?)

Honnêtement, c'était quand même naïf : je ne peux pas dire que j'ai tout compris. C'est une espèce de James Bond au pays des multinationales spécialisées en génie biologique, avec ce que cela implique d'allusions scientifiques, de barbouzes, de flingues, de suspense et de belle nana.
Mais qu'importe. Parce que la nana en question, si étrange, je ne sais pas ce qu'elle vaut, mais le sentiment nostalgique qu'en exprime le héros, la douceur qui frise le désespoir, la beauté des passages où il exprime ça, dans sa petite boite en plastique du New Rose Hotel, ça, ça m'a parlé
.

(récup)

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6425
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 22:04

Sur fond de défonce de et de showbiz (et de maladie) plutôt que zaibatsus et génie génétique, la nouvelle qui suit est belle aussi sur ce ton esquinté.

Le marché d'hiver a écrit:Il pleut beaucoup, ici ; il y a des jours d'hiver où l'on ne voit pas vraiment la lumière, juste un gris lumineux, indéterminé. Mais d'un autre côté, il y a des jours où c'est comme si l'on arrachait un rideau pour vous balancer trois minutes de montagnes suspendues en plein soleil, emblème au générique d'un film signé par Dieu en personne. C'était comme ça le jour où ses agents appelèrent, du tréfonds de leur pyramide-miroir sur Beverly Boulevard, pour m'annoncer qu'elle avait fusionné avec le réseau, traversé pour de bon, que Kings of Sleep était parti pour le triple album de platine. J'avais mixé la plus grande partie de Kings, effectué le travail de cartographie cérébrale, et révisé le tout avec le module de balayage accéléré, alors j'étais sur les rangs pour ramasser une part de droits.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Dim 24 Sep - 22:36

Pour s'amuser ( ?) et parce que c'est celui que je conseille, présentation d'Identification des schémas par Olivier Barrot Shocked

ina.fr


_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Tristram le Lun 25 Sep - 0:37

Curieux, Animal, il semble que tu conseilles le seul livre de Gibson qui ne soit pas d'anticipation (enfin c'est normal chez un frileux de SF) ; à ce propos, je ne sais pas si tu as lu du Philip K. Dick (et je crois me rappeler que tu as un avis mitigé sur l'oeuvre de J. G. Ballard) ? ; je vais peut-être commencer par Neuromancien...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Lun 25 Sep - 6:31

Je n'avais pas pris mon pied avec Le maître du haut château (le seul que j'ai lu de Philip K. Dick) et Ballard j'ai été plus stimulé par d'autres parlant de lui que par ce que j'ai lu. Crash! m'a gavé (en plus d'une traduction qui n'aide pas il y avait le souvenir du film qui n'aide pas, du tout) mais Vermillion Sands m'avait quand même plus intrigué.

La non SF d'Identification des schémas est paradoxale, c'est quinze ans après que ça fait vraiment moins SF ? pirat

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par topocl le Lun 25 Sep - 9:33

Allez, pour parfaire le tableau:

Lumière virtuelle de William Gibson, bon conseil d'animal

William Gibson Image123

Animal a décidé  de me faire découvrir un univers nouveau, en l’occurrence le cyberspace de William Gibson, ce monde tellement comme le nôtre, quoique juste un peu outré et décalé.

J'ai donc relevé le défi : pourquoi réfuter d'entrée de jeu ce qui me rebute ? Bon, ça n'a pas été facile, je dois dire que sur bien 150 pages, j'étais complètement larguée ; mais mon objectif était de tenir . Pour me récupérer, j'ai lu divers commentaires sur le net, j'ai repris le quatrième de couverture. Après, c'est allé mieux : je me suis mise à comprendre grosso modo l'intrigue, mais pour être vraiment honnête, je ne peux pas dire que je comprenais tout. J'étais quand même bien perdue dans cette foultitude d'informations mêlées de références, d'ellipses, de détails et d'allusions, dans cet éclatement des horizons, dans ces néologismes, dans ces technologies foldingues. Débordée, j'avais dû manquer quelques infos cruciales : cela part dans tous les sens, dans un bouillonement d'inventivité délirante, il me manquait des clés.

Ah ! Quand même, des choses  m'ont accrochée. Ce pont squatté par des hommes perdus qui me rappelait Le lointain souvenir de la peau de Russell Banks ou Les saisons de la nuit de Colum McCann. Ces paysages urbains délabrés,  cette boutique de tatouage, ces bars glauques, cette galerie désaffectée, Jean Rolin  aurait bien pu y rôder. Ce mal qui rôde à travers les sectes et le sida, avec l'intolérance comme mode de vie, c'est d'une actualité brûlante. Et cet humour, oui, souvent un peu trop déjanté, mais parfois léger et poétique dans son regard sur chacun et notre monde. Ce roman noir haletant mettant en scène des personnages archétypaux, flics, privés, paumés, virant au final à la parodie de film d'action où les héros naïfs triomphent à grands coups d'effets spéciaux..

Mais bon, quand même, je me suis sentie bien petite dans un  monde qui m'était trop étranger , un truc trop rapide, trop fourmillant, trop loufoque. Ce feu d'artifice de Réalité Virtuelle est un truc que j'ai été contente d'effleurer, mais contente de laisser, aussi :dérangée, sans doute. Il y a lieu à reconnaître de nombreux parallèles constructifs avec notre monde, (shanidar en a parlé) car, oui, les délires ont toujours un sens, mais je n'avais plus la force.

Mais bon c'était assez flatteur, au final, cette proposition , mais  quand même,  animal a un peu surestimé ma plasticité !! Ca m'a filé comme un coup de vieux, mais comme on dit, tout ce qui ne te tue pas te grandit !
Au final,malgré le stress et la sueur sur mon front, je te remercie, animal!

(récupération)

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6425
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par oceanelys le Lun 25 Sep - 12:55

J'ai un ou deux livres de cet auteur, il me tente depuis un moment
oceanelys
oceanelys

Messages : 198
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 35
Localisation : Là où il fait chaud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Lun 25 Sep - 13:00

Vous vous faites une LC Identification des schémas avec Marie ? William Gibson 3933839410

Ce qui me fait penser que je n'ai pas rappelé explicitement les points de rapprochement avec Kate Atkinson.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Marie le Lun 25 Sep - 17:42

Ce qui me fait penser que je n'ai pas rappelé explicitement les points de rapprochement avec Kate Atkinson.

Oui, bosse la question s'il te plait!!
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Lun 25 Sep - 22:31

En même temps la réponse est assez simple. Comment donc ai-je pensé à William Gibson en lisant des nouvelles de Kate Atkinson.

Kate Atkinson une vision du quotidien rendu palpable par des détails en intermédiaire, des objets, marques ou situations pas forcément hyper littéraires comme faire les courses ou le shopping ou un bout d'autoroute en pensant au plat du soir. Une façon de nous faire accompagner comme des petites souris des gens normaux en décalage ou au bord du décalage ou se sentant simplement isolés ou en rupture avec leur milieu, contexte. Et une pointe d'extraordinaire qui ne vaut pas par elle même (apocalypse ou pas ce n'est pas ce qu'on retient) mais par le fait qu'elle extraordinarise des gens normaux pour le lecteur et pour eux-mêmes (empathie !).

William Gibson si on met de côté la sauce polar noir (qu'on peut goûter au passage) et ses embrouillaminis gadgéto-science-fictionnels (qu'on peut goûter aussi d'ailleurs, au moins quand on recolle certains wagons) il nous reste quoi ? Des gens normaux extraordinarisés pour les circonstances avec des repères de quotidien : objets, marques, boulot, amis ou famille.

Ma-thé-ma-ti-que, ce qui n'est pas une insulte. Huhu. Et cet aspect des choses n'est-il pas stimulant ?

En plus elle se marre un peu Atkinson à lister des trucs comme de l'arsenal qui passe dans les films, les infos ou les jeux vidéos, des trucs pas très normaux anormalement banalisés ? Le gros 4x4 "sécurisé" que vous découvrirez peut-être dans votre lecture a de ça. Il est non fictionnel et tout à la fois connu et anormal.

Et puis c'est un gars curieux, je vous reprends ceci que j'avais posté dans notre ailleurs à la suite d'une relecture de Lumière virtuelle justement :

On va remettre une petite couche avec un large extrait des "remerciements" :


William Gibson 97_2_010
Hodgetts + Fung pour l'exposition Visionary San Francisco

   Ce livre doit beaucoup à Paolo Polledri, conservateur et fondateur du département d'architecture et de décoration du Musée d'Art Moderne de San Francisco. Mr Polledri avait commandé, pour l'exposition de 1990 intitulée "Visionnaires de San Francisco", une œuvre écrite qui prit corps sous la forme d'une nouvelle intitulée Skinner's Room (La chambre de Skinner). Il m'a facilité la collaboration avec les architectes Ming Fung et Craig Hodgetts, dont la carte redessinée de la cité (bien que je l'aie transformée par la suite) m'a fourni l'idée de Skywalker Park, du Piège et des tours Sunflower. Un autre écrit commandé à l'occasion de cette exposition, le puissant Sodom Reflections on a Stereotype), de Richard Rodriguez, m'a inspiré le caractère victorien et le côté mélancolique du personnage de Yamazaki.
   L'expression "lumière virtuelle" a été forgée par un scientifique, Stephen Beck, pour décrire un dispositif capable de produire "des sensations optiques directement au niveau de l'œil, sans passer par les photons" (Mondo 2000).
   Le Los Angeles de Rydell doit beaucoup au City of Quartz de Mike Davis, plus particulièrement, je pense, en ce qui concerne ses observations sur la privatisation des espaces publics.
   J'ai une dette envers Markus, alias "Fur", l'un des rédacteurs du Mercury Rising, publication de l'Association des Coursiers Cyclistes de San Francisco, qui a eu la gentillesse de me fournir tout un lot d'anciens numéros et n'a plus entendu parler de moi pendant un an ou plus (pardon). Le Mercury Rising a pour devise d' "informer, amuser, agacer et renforcer" la corporation des coursiers. Il m'a fourni le cadre de travail de Chevette Washington ainsi qu'une bonne partie de son personnage. Déproje !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Tristram le Mar 26 Sep - 0:05

Tout cela est fort intrigant ; comme je ne connais ni l'oeuvre de Gibson ni celle d'Atkinson, je demeure dubitatif... et alléché ! De là à ce que je me fasse une opinion moi-même...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par animal le Mar 26 Sep - 7:16

Il peut y avoir du choix pour essayer, et un peu plus en cas de lecture VO ? (Distrust That Particular Flavor m'a bien botté aussi).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9936
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Armor le Ven 2 Fév - 1:03

Bien que j'aie indiqué mon désamour pour ce livre, on m'a suggéré d'en dire tout de même quelques mots sur ce fil. Je m'exécute donc, mais je crains quand même qu'on ne s'en morde les doigts !  Very Happy

William Gibson 51m85910

Identification des schémas

Cayce déteste les marques, à tel point qu'elle les fait toutes soigneusement limer de ses vêtements. Pour autant, ses habits sont invariablement choisis parmi le top du top du rare et du pointu. Hors de question de porter, par exemple, du  Tommy Hilfiger,  "un ersatz dilué de Ralph Lauren, déjà reliquat de la gloire passée des Brooks Brothers, eux-même tout juste à la hauteur de Jermyn Street et de Savile Row.". D’ailleurs c’est bien simple, dès qu'elle se trouve face au stand d'une enseigne honnie, elle déclenche une crise de panique dont elle ne peut se sortir qu’en psalmodiant son mantra fétiche : "Il a pris un canard dans la tête à deux-cent cinquante noeuds."

Donc Cayce est une fille un peu perchée qui porte des vêtements très sélectifs et sans logos. Hors, dans la vie, elle travaille comme consultante pour... des marques. L’auteur va même jusqu’à nous préciser, dans une analyse psychologique de très haute volée (ou pas, vous jugerez), que c’est au contact répété de ces marques qu’elle en est venue à détester tout signe distinctif. (Il n’est d’ailleurs pas exclu que sa démarche radicale n’en vienne à créer elle-même une nouvelle tendance, et ne croyez surtout pas que ses employeurs ne soient pas vigilants à ce sujet...)
Son travail est simple : on lui montre des logos, on lui demande ce qu’elle pense d’une mode, et elle répond oui ou non. C’est tout. "Le contrat de Cayce pour une consultation de ce type stipule qu’on ne lui demandera en aucun cas de critiquer, ou de donner le moindre conseil créatif, le moindre apport que ce soit. Elle n’est là que pour servir de réactif humain très spécialisé. »
Est-ce que ça la dérange ? "La question n’est pas de savoir si j’aime. (…) C’est comme la moquette roulée, là-bas. Soit elle est bleue, soit elle ne l’est pas. Je n’investis aucune émotion dans son éventuelle bleuité…"

A côté de ça, dans la vie de Cayce, il y a un forum. Et là, pour quelques petites phrases, je me suis senti des affinités avec elle.  "En fait, c’est une autre façon d’être chez elle. Le forum est devenu l’un des lieux les plus importants de sa vie, comme un café familier qui existerait en dehors de la géographie, au-delà des fuseaux horaires."
Ce forum réunit des détectives amateurs, tous accros aux extraits d'un film inédit diffusés régulièrement sur le net par un inconnu. On en est au 135ème fragment, et chacun s’escrime à chercher qui peut bien se cacher derrière. Un jeu en apparence anodin, mais qui ne l’est peut-être pas tant que ça. Parce qu’en vérifiant l'historique de son ordinateur, Cayce s’aperçoit que quelqu’un s'introduit chez elle pour consulter un site pornographique. Et donc, de suite, elle soupçonne un danger, un complot, un crime, que sais-je, en rapport avec le fameux film. Logique, n'est-il pas ?
De là, on apprend que son père, un haut responsable de la sécurité, s'est volatilisé au moment du 11 septembre, sans que l'on sache s’il est mort ou vif. Et je vois arriver gros comme une maison que cette information ne nous est pas distillée au hasard.

Mais je n’en saurai pas plus.
Parce que j’ai passé 90 pages à voir Cayce aller sur son forum, psalmodier des histoires de canard supersonique, parler avec des amateurs de vieilles calculatrices russes, jouer à la poupée qui fait non... et je ne sais toujours pas où cela nous mène. Et en toute franchise, je crois que je n’ai pas vraiment envie de le savoir. C’est lent, décousu, les faits comme les dialogues sont volontairement embrouillés, et il faut me rendre à l'évidence, ça n’est tout simplement pas pour moi.


Dernière édition par Armor le Lun 19 Fév - 9:42, édité 3 fois

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3441
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Tristram le Ven 2 Fév - 1:43

@Armor a écrit:je crois que je n’ai pas vraiment envie de le savoir
Ben nous, si !...
90 pages lues sur 440... Tu fais ton commentaire en 5 épisodes ?
Parce que je ne peux croire que tu puisses soit commenter un ouvrage non intégralement lu soit ne pas donner suite à un début de commentaire aussi passionnant !...
De plus, elle est attachante, cette habituée de forum sans étiquettes... En prime, il y a un super suspense (film anonyme + pornophile non identifié + pression d'un "on" indistinct + un disparu le 11 septembre) !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Gibson Empty Re: William Gibson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum