Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Ricardas Gavelis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ricardas Gavelis Empty Ricardas Gavelis

Message par églantine le Mer 27 Sep - 18:32

Ricardas Gavelis
(1950-2002)

Ricardas Gavelis Avt_ri10

Jeunesse

Gavelis naît le 8 novembre 1950 à Vilnius dans une famille de scientifiques, d'un père physicien et d'une mère mathématicienne1.
En 1961, la famille déménage à Druskininkai, Gavelis obtient son baccalauréat avec mention très bien. Il revient à Vilnius pour ses études supérieures et y reste jusqu’à sa mort. Il effectue des études en physique théorique puis travaille dans une chaire de sciences physiques et de mathématiques.
En 5 ans, il publie deux thèses ; ses découvertes dans le domaine des conducteurs électriques sont toujours d’actualité.

L'écriture

Avant Vilnius Poker
En 1978, Gavelis quitte l’Institut des sciences physiques et commence à collaborer dans un magazine de vulgarisation scientifique.
Cette période coïncide avec le début de son activité littéraire. De 1977 à 1981, durant les années de censure soviétique, Gavelis est occupé à écrire Vilnius Poker.

Vilnius Poker
Les débuts littéraires de Gavelis sont bien accueillis. Après la parution de ses deux recueils de nouvelles, Įsibrovėliai (littéralement : Les Intrus) et Nubaustieji (Les Condamnées), Gavelis est considéré comme l’instigateur d'une prose intellectuelle, qui rompt avec les traditions littéraires auxquelles est habitué le public lituanien.
En 1989, la censure est abolie ; le roman le plus célèbre de Gavelis, Vilnius Poker, paraît la même année.

Après Vilnius Poker
Après la parution de son premier roman, un nouveau Gavelis paraît tous les deux ans. En 1992, il participe au festival littéraire Les Belles Étrangères organisé aux Pays baltes.

Bibliographie

Traductions françaises :

Connaissez-vous bien la cible ? in Europe, n°763-764, 1992. Traduction : Ugnė Karvelis3,4.
Le manchot (nouvelle) in Des âmes dans le brouillard : Anthologie de nouvelles lituaniennes contemporaines / textes choisis et présentés par Loreta Macianskaité. Édition : Presses universitaires de Caen, 2003.
Vilnius Poker. Édition : Monsieur Toussaint Louverture, 2015. Traduction : Margarita Le Borgne.
églantine
églantine

Messages : 4188
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ricardas Gavelis Empty Re: Ricardas Gavelis

Message par Dreep le Mer 27 Sep - 19:31

Merci Eglantine !  I love you

Ricardas Gavelis 61jwkz10

Vilnius Poker

Un autre roman qui se dresse comme une ville-livre, où les rues sombres forment ensemble un labyrinthe. Une question se maintient avec une force obsédante et donne au titre tout son sens ; Qui croire ou que croire ? Vilnius prend corps de la même façon que Petersbourg chez Gogol ou Bucarest dans la trilogie Orbitor de Mircea Cartarescu (Il y aurait beaucoup d’autres exemples à évoquer). Mais alors que Bucarest prenait une forme franchement délirante, franchement fantastique, c’est plus ambigu pour Vilnius.

L’ambiance est si sombre qu’elle paraît presque irréelle, invraisemblable, mais ne peut pas être complètement noire pour cette raison : La réalité survit autant que la perception de personnages patibulaires, déprimés ou alcoolique le permet. Pourtant on sent bien que cette Vilnius fantomatique est un portrait lucide pour ne pas dire désillusionné de l’homo lithuanicus et à plus forte raison de l’homo sovieticus, de toute l’humanité réduite à un silence stupide. Une musique grisante se dégage de ce roman habilement construit, va directement au cœur d’une certaine manière. Même s’il peut en prendre plein la gueule, parce que le récit est quand même dégoûtant. Mais étrangement pas rebutant, à deux ou trois épisodes près. La troisième partie est peut-être un peu décevante par rapport au reste.

Ricardas Gavelis a écrit:Je n'ai jamais aimé les mathématiques et pourtant j'étais topologue, principalement parce que c'était pratique et sécurisant. C'est aussi la raison pour laquelle je revenais sans cesse à cette macabre et bien-aimée Vilnius. J'avais peur qu'en m'installant ailleurs, je découvre soudain que j'aurais pu, que j'aurais dû, devenir quelqu'un d'autre, mais que c'était trop tard. J'avais peur de me retourner et d'apercevoir mes vies possibles, celles que j'ai dilapidées. Alors je revenais toujours ici où je ne pouvais être rien d'autre qu'un mathématicien. Seulement, une peur encore plus terrible s'emparait de moi à chaque retour : je me rendais compte que j'étais en train de gâcher, irrémédiablement, toutes mes autres vives. J'avais si peur de quitter ces murs, ces rues... n'importe où ailleurs, j'aurais immédiatement découvert une quantité de mes avenirs déjà morts et enterrés, une multitude de possibles avortés.

Mots-clés : #contemporain #fantastique #lieu #regimeautoritaire
Dreep
Dreep

Messages : 565
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum