Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


João Ubaldo Ribeiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty João Ubaldo Ribeiro

Message par Tristram le Dim 1 Oct - 12:55

João Ubaldo Ribeiro
(1941 - 2014)

João Ubaldo Ribeiro  Ribeir10

João Ubaldo Osório Pimentel Ribeiro, né le 23 janvier 1941 à Itaparica dans l'état de Bahia et mort le 18 juillet 2014, est un écrivain, scénariste et journaliste brésilien.
Après avoir été professeur de sciences politiques, puis journaliste, il se consacre essentiellement à la littérature.
Il est l’auteur d’une dizaine de romans et recueils de nouvelles.
En 1993, il devient membre de l’académie brésilienne des lettres.
Il obtient le prix Camões en 2008.

Œuvres traduites en français :

Sergent Getúlio [« Sargento Getúlio », 1971], Gallimard, 1978
Vila Real [« Vila Real », 1979], Gallimard, 1986
Vive le peuple brésilien [« Viva o povo brasileiro », 1984], Belfond, 1989
Le Sourire du lézard [« O sorriso do lagarto », 1989], Le Serpent à Plumes, 1998
Ô luxure ou La Maison des bouddhas bienheureux [« Luxúria : a casa dos budas ditosos », 1999], Le Serpent à Plumes, 2001

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8154
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty Re: João Ubaldo Ribeiro

Message par Tristram le Dim 1 Oct - 13:00

Le Sourire du lézard

João Ubaldo Ribeiro  Le_sou10

De João Ubaldo Ribeiro, j’ai auparavant lu avec grand profit le plus célèbre Vive le peuple brésilien (où déjà l’auteur métaphysiquait sur la vérité, la nature, l’Histoire et les sciences, dont occultes), mais c’est un peu trop loin pour que je puisse en parler…

« Un de ces jours, il allait devenir complètement tatou et aller partout bouffer du défunt. Certes il ne croyait pas à ces histoires mais peut-être que ça faisait naturellement partie du monde qu’une chose devienne une autre ; est-ce que la nourriture qu’on mange ne se change pas en cheveux, en ongles, en forces, en paroles, est-ce qu’elle ne se change pas en tout chez une personne ? »
« Vive le peuple brésilien », VIII

Grâce à ce roman plus récent, le lecteur entre dans l’esprit de quelques personnages réunis sur une île de la côte de Bahia : un biologiste cassé, devenu alcoolique et poissonnier ; un homme politique vitupérant le racisme, la machisme, l’homophobie, et les incarnant avec truculence ; deux amies brésiliennes surtout préoccupées de plaire et de jouir de l’existence, mais dont l’une manifeste une sorte de schizophrénie, se dédoublant en écrivant ; un prêtre tourmenté par le Mal, un médecin enthousiaste et maléfique, etc. Tout en nous dépeignant la société brésilienne (mais sans se limiter à cette culture), bien des thèmes sont abordés, y compris, surtout vers la fin, celui de l’expérimentation transgénique questionnée des points de vue éthique et théologique (voire occultiste), dans une reprise peut-être en clin d’œil de L’Île du docteur Moreau de H. G. Wells : l’inévitable, l’incontrôlable évolution génétique manipulée au profit des hommes (plus précisément les plus puissants).

« Comme si l’homme ne faisait pas partie de la nature, l’homme uni à tout ce qu’il crée et qui l’accompagne. Pourquoi un nid, un barrage de castors ou une ruche font-ils partie de la nature et pas une maison ? L’homme fait partie de la nature et il lui échoit de manger tous les animaux qu’il veut, de détourner des fleuves et d’exterminer cafards, rats ou moineaux. »

Le titre fait allusion à la rencontre d’un lézard à deux queues (incident de régénération pas si rare), et qui semble… sourire.

mots-clés : #mondialisation #science #traditions

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8154
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty Re: João Ubaldo Ribeiro

Message par Arturo le Dim 1 Oct - 17:22

je note dans un coin. ç'a le mérite de m'intriguer !
Arturo
Arturo

Messages : 2979
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty Re: João Ubaldo Ribeiro

Message par Dreep le Dim 1 Oct - 17:25

J'ai un livre de lui chez moi, mais je ne sais pas trop si ça me plairait, à vrai dire.
Dreep
Dreep

Messages : 565
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty Re: João Ubaldo Ribeiro

Message par bix_229 le Dim 1 Oct - 17:47

Sergent Getulio. Un monologue hallucinatoire autour de la violence et de la nature
du sertao.
Pas facile.
bix_229
bix_229

Messages : 10270
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

João Ubaldo Ribeiro  Empty Re: João Ubaldo Ribeiro

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum