Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Georges Arnaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Georges Arnaud

Message par animal le Lun 9 Oct - 22:03

Georges Arnaud
(1917-1987)

Georges Arnaud  Rubon910

Georges Arnaud est le nom de plume de l'écrivain, journaliste d'investigation et militant politique Henri Girard (1917-1987). Georges est son deuxième prénom, Arnaud le nom de jeune fille de sa mère.

Né le 16 juillet 1917 à Montpellier (Héraut), Henri Girard est un enfant passablement indiscipliné. Rêvant d'aventures et d'exotisme, il a neuf ans lorsque sa mère décède en 1929. Valentine Girard est emportée par la tuberculose, maladie dont Henri souffrira lui-même au cours de sa vie. Elève moyen, il est cependant doué pour les matières littéraires. Après l'obtention du baccalauréat, il étudie le droit à Toulouse puis à Paris. Licencié en droit, il suit également les cours de l’École libre des Sciences Politiques et commence à écrire.

...

suite et plus à la source : wikipedia.org

Bibliographie :
Le Salaire de la peur, 1950
Le Voyage du Mauvais Larron, 1951
Lumière de Soufre, 1952
Indiens des hauts plateaux, revue 9, no 8, décembre 1952
Prisons 53, 1953
Schtilibem 41 [archive], 1953
Les Oreilles sur le dos, 1953
Les Aveux les plus doux, 1954
Les Aveux les plus doux (scénario), 1954
La Sueur, 1955.
Indiens Pas Morts, 1956
Pour Djamila Bouhired, 1957
Maréchal P…, 1958
La Plus Grande Pente, 1961
Mon Procès, 1961
Préface au Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie, 1961
L’Affaire Peiper : plus qu’un fait divers,  1978
Chroniques du crime et de l’innocence, 1982
Juste avant l’Aube, en collaboration avec Jean Anglade, 1990

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par animal le Lun 9 Oct - 22:17

Autant commencer par le plus connu ?

Georges Arnaud  Le-sal10

Le Salaire de la peur

Georges Arnaud est parti sous les tropiques et y a exercé entre autres le métier de trucker, de chauffeur de camions, la belle préface du recueil signé comme une dette d'amitié nous apprend d'ailleurs qu'il avait envisagé d'en faire son métier. La préface nous apprend d'autres choses (dont une que je garde pour la fin). Elle nous apprend ou nous rappelle les expériences de la prison de Georges Arnaud, son engagement politique (au côté de Jacques Vergès contre la torture et la guerre d'Algérie), son travail de journaliste...

un auteur personnage au parcours cabossé pour nous raconter des histoires... cabossées ? Oui. C'est déjà pas mal, et avec le salaire de la peur c'est ce qu'on a. Les personnages de cet histoire sont des tropical tramps :

(citation d'une autre nouvelle mais associée à la présentation du livre au complet, pas mal pour l'ambiance Smile

"Tropical Tramps. Vagabonds de la zone tropicale. Personnel de toutes les révolutions du continent. Hommes de main. Tous travaux lucratifs. Un sens de l'honneur exigeant, mais aux sinuosités déconcertantes. Brutes au coeur d'enfant. Colt .45 et bla-bla-bla. Une pensée à ma mère, ni Dieu ni maître, pas vu pas pris. Il faut tous ces mots français et encore bien d'autres pour commencer à traduire, même imparfaitement, ce titre américain qui, plus qu'une profession, désigne l'aptitude à les remplir toutes et la vocation du sublime étroitement mêlée à celle de l'ignoble."

Maintenant il faut rentrer dans le vif du sujet parce que ça ne traîne pas : l'explosion d'un forage de puits de pétrole au Guatemala, un étranger employé par une entreprise étrangère : des locaux qui meurent, l'étranger à peine mieux. Une solution pour arrêter l'incendie : nitroglycérine, beaucoup, à acheminer par camions.... des chauffeurs, des étrangers, des paumés qui ont juste désespérément besoin d'argent pour partir ailleurs.

ça sent l'alcool, la sueur et le désespoir, on ferait n'importe quoi pour empocher les milliers de bucks...

le héros de service, Gérard est retenu et fait équipe avec Johnny... ils sont le deuxième camion, les chauffeurs doivent se relayer et faire vite mais sans trop de secousses sinon c'est la mort.

les ficelles sont un peu grosses, quelques procédés sont appuyés comme l'assimilation des camions à de gros animaux... on peut bien chipoter, mais est-ce qu'on va cracher dans une bonne soupe pas trop claire ? certainement pas. Après tout, si on se tape bien parfois (avec délectation) des pages et des pages d'un désespoir abyssal et démesuré qui s'envolent pour se réfugier sur des branches surréalistes, on peut bien se taper des pages qui ne débordent pas, qui restent concrètes, resserrées sur les hommes, leur peur surtout, leur manière de vivre la peur, le désespoir la solitude. les tough guys craquent, ne soutiennent pas leur mythe... ils sont prêts à tout pour s'échapper de leur condition. Le meilleur et le pire, juste en même temps.

C'est l'incontestable point fort de ces 150 pages, l'homme qui penche vers le pire, très dur mais avec de l'humanité dans le regard... pas toujours assez. et quand il parle de leurs peurs c'est puissant, quand il parle de leur solitude c'est froid, ils sont dans la même cabine du même camion avec la même menace derrière eux, ils se parlent mais ils sont seuls. seuls aussi seuls qu'on peut l'être, coupés du monde par la peur qui les ronge et leur désillusion.

La nuit a égrené ses secondes une à une, bien lente, bien cruelle. Elle ne lui fait grâce de rien. Le sommeil a planté ses ongles dans ses paupières par le dedans et a tiré jusqu'à les déchirer. Mais rien n'a saigné. Peut-être qu'après tout, il n'avait plus de sang. Et ce cadavre à convoyer, qui de son vivant sentait déjà la gangrène... De plus en plus perfide aussi la danse des ombres, la danse du feu devant les roues. Du moins la femme n'est-elle pas revenue. Il était bien seul avec Johnny. Seul.


suspens et efficacité, une bonne dose de froid dans le dos, voir dans les os, au rythme du camion et de la route capricieuse. Pour parler camion et mécanique Georges Arnaud est très bon et le plaisir qu'il procure me permet de le ranger en pensée avec d'autres auteurs qui m'ont convaincus de leur sensibilité au phénomène : Buzzati, Modiano (si si en fait), voir Jack Kerouac pour sa virée en Cadillac. C'est technique, c'est puissant, c'est savant, c'est du savoir faire et du sang froid dans les passages difficiles... un sacré voyage qui vous prend aux tripes et vous fait agripper le bouquin.

J'ai lu la préface après coup. En plus du souvenir de Schtilibem 41, ça me fait sous le coude un livre (intégrale ? Omnibus) riche en promesses et en promesse de sensations fortes, un essai sincère de la recherche d'une part de la vérité de l'homme aussi.

Gérard, ça l'embêterait de mourir, c'est une peur un tout petit peu raisonnée, une peur précise qui laisse à l'esprit sa vivacité pour échapper au piège. Johnny, lui, a peur tout court. C'est cette forme de panique qui ne s'oublie pas. C'est d'avoir, peut-être même une seule fois, éprouvé cette peur-là que le vieux Jacques s'est transformé en cette loque désespérée.

J'ai un peu pensé au Vaisseau des morts de B. Traven. Pour parler à tous avec l'exemple de ceux qui ne sont pas les mieux engagés dans la vie.

La préface dit aussi que Le Salaire de la peur a été écrit pour être un succès. ça a marché, des fois ça se tient la volonté de faire quelque chose qui marche, qui se vend. c'est réussi et profitons en.

(Très) Bonne redécouverte qui me donne aussi envie de revoir le fameux film que je n'envisage pas dans mon souvenir comme aussi noir que le livre.

(Récupéré).

Mots-clés : #aventure

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par Chamaco le Lun 9 Oct - 22:37

Merci Animal, tres beau livre, et le film était noir, vraiment noir, surtout la fin...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : entre ombre et soleil

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par animal le Lun 9 Oct - 22:39

J'aime bien le film aussi.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par animal le Dim 15 Oct - 20:49

On continue, je le relirais bien celui-ci un jour :

Georges Arnaud  87256310
SCHTILIBEM 41

quatrième de couverture a écrit:Schtilibem 41, drôle de titre.

Schtilibem, ça veut dire prison, en argot. et 41, pour 1941. C'est l'année où le futur auteur du Salaire de la peur découvre la prison, accusé d'un triple meurtre. Il sera innocenté, mais dix-neuf mois de captivité, en pleine guerre, cela laisse des traces.

Schtilibem 41 est le cri d'un homme meurtri, cassé. Et Georges Arnaud sait crier fort. Il se révolte en argot, la langue des irréguliers, des irréductibles, pour nous offrir un brûlot qui prend aux tripes.

Pierre Mac Orlan profite de la sortie du livre en 1953 pour faire paraître un article sur "les langues d'argot". Nous le publions en guise de préface.

Article/préface dans lequel ce texte Schtilibem 41 est appelé poème. Pas faux, ça résonne un comme un poème amer et effrayé sur dix très courts chapitres. Très sombre, déstabilisant voir choquant cela sonne bel et bien comme un cri du cœur...


C'est un prisonnier très enfermé, très surveillé. C'est un bandit endurci, un méchant, un toquard, à qui les gâffes foutent la paix. Il a moisi dans la prison depuis bien des années. Il y est entré, il a accroché son chapeau au mur, il a dit salut les hommes, et depuis c'est sa maison, où il reste on ne sait plus très bien pourquoi; lui non plus, mais il n'y a pas de fumée sans feu.

Dans son teint gris s'est incrustée, avec la poussière du sol de ciment, la patience des longs silences et des longues attentes et même depuis qu'il a cessé d'attendre, elle est restée la patience.

Ses yeux ankylosés, dépareillés, décolorés comme laitue; il a usé sa peau aux murs de son cachot, il a fondu ses os dans l'eau qui coule de ses murs, c'est un écorché triste, un pauvriste dont le bréchet c'est décharné, c'est un paumé à moitié fou, c'est moi.

C'est moi.

Mon dieu, mon dieu, vous qui n'existez pas, qu'est-ce que je fais là, pourquoi ? pourquoi ? Je suis vivant, moi, vivant parmi ces ombres acharnées à me cerner, parmi tous ces morts épars qui sans berceuse se sont endormis dans le noir, ces morts méchants qui vont se réveiller, me supplier, me menacer, que sais-je, m'assassiner, me regarder si l'on n'y met bon ordre.

Moi je ne sais plus. Toutes les nuits je fais un trou dans le mur gris de ma nuit, je m'y cache la tête, je m'y enfouis en retenant le souffle de mon cerveau.

- Il y a d'autres murs, moré mon frère, il y a d'autres murs durs autour de toi. Change de toit mon frère, change de toit avant qu'ils t'aient tué. La cavale, moré, la cavale...

bel objet en plus (ed Finitude).

(récup').

Une première étape pour ne pas limiter l'auteur à son Salaire de la peur ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par Bédoulène le Dim 15 Oct - 21:17

je dois avoir le Salaire de la peur quelque part.

(dans mes numériques je me rends compte que j'ai un Georges-Jean Arnaud dont les livres me tente bien, tu connais ?)

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par animal le Dim 15 Oct - 21:26

l'homonyme qui a écrit de la SF je crois ? connais pas !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par Bédoulène le Dim 15 Oct - 21:27

oui mais il a eu plusieurs prix, notamment pour des polars

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par animal le Sam 16 Déc - 13:53

Mais c'est qu'il me restait extrait du Salaire de la peur :

Johnny démarra comme un débutant. C'est tout juste s'il ne secoua pas la berline d'un coup d'embrayage trop nerveux. Il semblait tâter les pédales comme du sable mouvant, et les vitesses lui brûlaient les doigts. Devant eux la piste se déroulait bien à plat, tentante comme une autostrade n'eussent été ces saletés de rigoles. Les phares balayaient sous leurs roues jusqu'à deux cents mètres devant. Au tableau que le Roumain avait allumé à éclairage réduit, l'aiguille oscillait entre quinze et vingt à l'heure. Les deux premières vitesses avaient bien passé. Il en restait encore trois...
Une bande sableuse s'amorça. Ca paraissait bien lisse, il faudrait un coup de volant sacrément maladroit pour risquer un coup de roulis, une de ces glissades de côté qui ne menacent que dans les courbes. Or la piste s'en allait tout droit jusqu'au fond de l'horizon. Même au-delà des phares, on la distinguait, plus claire que le reste de la nuit, courant devant soi jusqu'à l'extrême bord du plateau, finissant dans le ciel circulaire.
- Vas-y, vieux. C'est le moment. Mets la gomme.
Johnny n'avait pas l'air bien décidé. C'est mollement, avec réticence, qu'il chatouillait l'acélérateur. Trente-cinq, quarante. Sur la quatrième, à si bas régime, le moteur lui aussi rechignait. Si l'autre ne bourrait pas franchement sur les vitesses c'était raté.
- Tu comptes y passer la nuit, en quatrième ? Bourre et saute à la cinq, vieux. Il te reste dix secondes et c'est fichu.
C'était fichu. L'aiguille redescendit en trois secousses. Porté par son élan, le truck tint encore la quatrième sur sa lancée. La main de Johnny hésita deux fois autour du levier ; il fit une petite grimace. Son pied indécis imprima deux ou trois mouvements de faible amplitude à l'accélérateur. Puis il renonça, capitula. Gérard fit appel à tout son calme :
- Arrête-toi un moment.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10181
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par Bédoulène le Dim 17 Déc - 8:46

on voit bien la manoeuvre !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Arnaud  Empty Re: Georges Arnaud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum