August Strindberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

August Strindberg

Message par Arturo le Jeu 19 Oct - 9:19

August Strindberg
(1849-1912)



Johan August Strindberg, né le 22 janvier 1849 à Stockholm (Suède), mort le 14 mai 1912 à Stockholm, est un écrivain, dramaturge et peintre suédois. Il fait partie des auteurs suédois les plus importants et est un des pères du théâtre moderne. Ses œuvres se classent parmi deux courants littéraires majeurs, le naturalisme et l'expressionnisme.

Bibliographie sélective

Pour consulter la bibliographie complète, voir sur le site de l'encyclopédie Larousse ici :clic

1879 : Le Cabinet rouge, roman
1886 : Petit Catéchisme à l'usage de la classe inférieure
1886 : Le Fils de la servante
1887 : Le Père
1887 : Les Gens de Hemsö, roman
1887 : Le Plaidoyer d'un fou
1888 : Mademoiselle Julie
1888 : Créanciers
1888 : Tschandala, roman
1888 : Destins et Visages , nouvelles
1889 : Le Paria
1890 : Au bord de la vaste mer, roman
1895 : De l'infériorité de la femme, essai
1897 : Inferno
1898 : Le Chemin de Damas, pièce de théâtre en trois parties.
1898 : Légendes, nouvelles
1898 : Axel Borg
1899 : La Saga des Folkungar
1899 : Gustav Vasa, théâtre
1899 : Erik XIV, théâtre
1900-1901 : Pâques
1900-1901 : La Danse de mort
1901 : Le Songe, un jeu de rêves
1901 : Charles XII
1902 : La Reine Christine
1902 : Gustave III
1902 : Le Hollandais
1907 : Le Pélican, théâtre
1907 : Le Bouc émissaire, nouvelles
1907 : La Sonate des spectres
1909 : La Grand'Route
1910 : Discours de la nation suédoise

source : Wikipédia
avatar
Arturo

Messages : 2075
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 32
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Arturo le Jeu 19 Oct - 9:30

J'ai commencé ma lecture du tome 1 du théâtre complet publié chez l'Arche.
Avec pour première pièce Le Libre-penseur : (écrite en 1869, donc pièce de jeunesse)

Et ce fut une lecture très stimulante.
J'ai songé à Martin Eden, de Jack London, avec ce personnage central idéaliste, exalté, qui veut changer le monde et bouleverser l'ordre établi, une société sclérosée par l'ordre moral. On peut penser aussi à Nietzsche quelque part. Même si Strindberg leur était antérieur avec cette production.
La prose est dynamique et percutante. En revanche, je me dis qu'à jouer au théâtre ça doit être dur pour les acteurs, vu la longueur impressionnante de certaines tirades !
En bref, un style puissant, et des répliques qui font mouche.

Le thème éternel de l'opposition du fils au père.
- Karl : Ce n'est pas vrai, père. Je ne renie pas Dieu.
- Larsson : Mais tu n'as pas de religion ?
- Karl : Comment le savez-vous ?
- Larsson : Mon Dieu! Tu ne fréquentes jamais la maison du Seigneur et tu ne lis jamais la parole de Dieu. Si quelqu'un fait ainsi, il n'a pas de religion.
- Karl : Le Dieu que je vénère n'habite pas dans des maisons de pierres édifiées par les mains des hommes.
- Larsson : Mais comment s'appelle-t-elle, ta religion ? Tu appartiens tout de même bien à une secte quelconque ?
- Karl : La religion que j'embrasse est celle de l'amour et de la vérité.
- Larsson : Je n'ai jamais entendu parler de cette religion. Et ton intention est de devenir pasteur ?

...

Deux visions antagonistes ...  Very Happy A noter que le jeune Karl est une sorte de transcendantaliste.

Mots-clés : #théâtre
avatar
Arturo

Messages : 2075
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 32
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Tristram le Jeu 19 Oct - 13:07

Je connais un peu son oeuvre romanesque :

« Mais, partout, il vit que les hommes d’une même période expriment les mêmes avis sur les mêmes sujets, mettent en avant, comme le leur propre, le sentiment de la majorité, ce qui lui fit découvrir qu’après tout ce ne sont que les pensées de quelques rares esprits que ruminent les masses. »

« Ainsi, il établit un schéma de l’humanité à trois subdivisions : Les Conscients , les Illuminés , les Inconscients. […]
Aux Inconscients appartenaient les enfants, la plupart des criminels, la majorité des femmes et quelques déments. Ceux-là demeuraient encore à peu près au niveau des mammifères, ne sachant point distinguer le sujet de l’objet. »
August Strindberg, « Au bord de la vaste mer », chapitre 4
Piquant, non ?
avatar
Tristram

Messages : 4574
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Arturo le Jeu 19 Oct - 18:27

Charmant ... affraid
avatar
Arturo

Messages : 2075
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 32
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par bix_229 le Jeu 19 Oct - 20:03

Il me semble, c' est loin loin, avoir apprécié ses souvenirs autobiographiques,
comme Le Fils de la servante.
avatar
bix_229

Messages : 6222
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Bédoulène le Ven 20 Oct - 7:53

l'extrait a de quoi rebuter mais j'espère que ce n'est pas le sentiment de l'auteur

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 7752
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Arturo le Lun 2 Avr - 14:13

Je poursuis ma lecture du tome 1 des pièces de Strindberg, publié chez l'Arche, qui regroupe donc ses premières pièces de jeunesse.

A Rome :

Il s'agit d'une pièce en un acte sur le thème de la vocation artistique. Un jeune sculpteur peine à se faire connaître, et son père le rappelle au pays, et lui demande de prendre "un vrai boulot".
Toute la question de l'artiste confronté à la réalité du monde matériel. ça semble assez inéluctable comme condition, et rien ne change à travers les âges. S'acharner avec sa passion et sa conviction profonde ou renoncer ?
avatar
Arturo

Messages : 2075
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 32
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par bix_229 le Lun 2 Avr - 16:42

Strindberg était pathologiquement misanthrope, misogine.
La vie avec ses femmes ressemblaient à sa pièce, La Danse de mort.
avatar
bix_229

Messages : 6222
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Arturo le Lun 2 Avr - 16:45

A l'inverse du féministe Ibsen alors, en tout cas dans Une maison de poupée.
avatar
Arturo

Messages : 2075
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 32
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: August Strindberg

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de Scandinavie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum