Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Alberto Manguel

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Tristram le Jeu 25 Avr - 0:14

Dictionnaire des lieux imaginaires (Alberto Manguel et Gianni Guadalupi)
(Déjà édité en France sous le titre Guide de nulle part et d'ailleurs.)

Alberto Manguel - Page 2 Dictio10

Fantaisie onirique à gogo dans cette encyclopédie aux multiples entrées (665 pages, avec il est vrai de longs index des auteurs et des titres) : villes, îles et contrées fictives nées de l’esprit des écrivains de tous temps (et lieux). Guide pour lecteurs en exploration, indicateur pour estivants de l’invention littéraire. À ce propos, le rapport lecture-voyage est si riche qu’il mériterait un fil… même si parfois le lecteur ne quitte pas sa chambre, comme Xavier de Maistre…
Il est plaisant d’essayer de reconnaître chaque lieu imaginaire à la courte notice qui en est donnée avant de préciser l’auteur et le titre (même si je n’ai lu que peu de ces voyageurs chimériques ‒ sans compter ce que j’ai oublié : je n’ai même pas reconnu les Gestes et opinions du Dr Faustroll, pataphysicien, de Jarry !)
On peut aussi jouer à "Texte anonyme : qui l'a écrit ?", avec des pièces comme :
« La meilleure époque pour visiter la France antarctique est celle de la fête des Mariages, durant laquelle les plus jolies filles sont vendues aux enchères en présence de la reine et de ses ministres, l’argent récolté étant destiné à la recherche de maris complaisants pour les laiderons.
Il est conseillé aux voyageurs de sexe masculin d’éviter la province des Viragos, habitée par celles qui n’ont pas déniché de mari. »

« C’est ainsi qu’un paysage invisible conditionne le paysage visible. Tout ce qui bouge au soleil est animé par la vague enfermée sous le ciel calcaire des rochers. »

« La ferme est considérée comme un tableau et le fermier comme un artiste travaillant sur une toile changeante. »

« Certains voyageurs se sont demandé si la véritable passion de Léonie était réellement, comme les habitants l’affirment, le plaisir de posséder du neuf, du différent, et non pas, plutôt, la joie de rejeter, d’exclure, de se débarrasser d’une impureté récurrente. »
J’ai retrouvé avec plaisir de vieilles lectures comme Henry Rider Haggard, La Terre que le temps avait oublié d’Edgar Rice Burroughs, encore Les villes invisibles d’Italo Calvino, Erewhon de Samuel Butler, Mardi de Melville…
Quelle palette d’imaginations/ fictions ! un grand réservoir de lectures potentielles, notamment de langue anglaise, comme Ralph Adams Cram, ou Thomas Love Peacock. J’ai aussi noté Carl Sandburg, Rootabaga Stories, Sir John ou Jehan de Mandeville, Voiage de Sir John Maundevile (Paris, 1357), Michel Chaillou, Jonathamour et Collège Vaserman, Aleksandr Zinoviev, Ziyayushchie Vysoty, Philippe Jullian, La Fuite en Egypte, Austin Tappan Wright, Islandia, Mark Saxton, The Islar or Islandia Today – A Narrative of Lang III, Evelyn Waugh, Scoop, a Novel about Journalists, Hugh Lofting, The Story of Doctor Dolittle… si quelqu’un connaît ?
Il y a des ouvrages qui font rêver, par exemple : « Charles-François Tiphaigne de la Roche, Giphantie, Paris, 1760 ; L’Empire des Zaziris sur les Humains ou la Zazirocratie, Paris, 1761. »
À placer dans la veine de Le Livre des êtres imaginaires (Borges), celui-ci permet d’observer comme certains lieux passent d’un auteur à l’autre et deviennent légendaires, ou comme se dégagent des récurrences thématiques, tels que les monstres souvent associés, les Amazones, pierres et métaux précieux, royaumes, le monde de l’enfance ou les utopies (notamment au sens étymologique).
Quelques lacunes à combler dans une prochaine édition (d’ailleurs prévue) : Chevillard, Jasper Fforde…
Extraits d’autres notices, peut-être comme un avant-goût :
« Les habitants de Chelm ont une manière infaillible de distinguer une cane d’un canard. Ils jettent un croûton de pain à l’oiseau. S’il se précipite, c’est un canard. Si elle se précipite, c’est une cane.
Samuel Tenenbaum, The Wise Men of Chelm, New York, 1965. »

« CIRCETO-DES-HAUTES-GLACES
Lieu dont on ne sait absolument rien. Certains prétendent que c’est un hôtel de passe, d’autres un glacier et d’autres encore, un cirque ambulant. La seule indication concernant ce lieu est un cryptogramme livré depuis un siècle à la sagacité des voyageurs : “A Lulu – démon – qui a conservé un goût pour les oratoires du temps des Amies et de son éducation incomplète.” Bonne chance pour le décryptage.
Arthur Rimbaud, Illuminations, Paris, 1886. »

« INSOMNIAQUE
Ville du Nord du Nigeria. Ayant la singulière habitude de ne jamais dormir, les habitants n’ont aucune idée de ce qu’est le sommeil.
Dans cette ville, les étrangers courent les plus graves dangers : tout voyageur qui viendrait à s’assoupir serait immédiatement enterré en grande pompe, car les indigènes le décréteraient mort.
Arthur John Newman Tremearne, Hausa Superstitions and Customs, Londres, 1913. »

« Fiers de la précision de leur langue, les Limanoriens ont inventé des expressions telles que : “Tout est faux si les mots sont incertains” et “Prenez soin des mots et les pensées prendront soin d’elles-mêmes” (adage mieux formulé par une noble dame du pays des Merveilles* : “Occupez-vous des sons et laissez le sens s’occuper de lui-même”). […]
Godfrey Sweven, Limanora, the Island of Progress, New York et Londres, 1903. »

(Et j'en ai encore lu que la moitié)

Mots-clés : #essai

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Bédoulène le Jeu 25 Avr - 7:04

étonnant, mais il faut avoir beaucoup de références littéraires pour s'y reconnaître, il me semble, sans quoi l'intérêt n'y est pas.

bonne continuation !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par topocl le Jeu 25 Avr - 8:45

@Tristram a écrit:À placer dans la veine de Le Livre des êtres imaginaires (Borges),
C'est qui, Borges?
@Tristram a écrit:(Et j'en ai encore lu que la moitié)
je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de dictionnaires qu'on décide de lire de A jusqu'à z, de façon exhaustive et chronologique.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6421
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Quasimodo le Jeu 25 Avr - 10:21

Certains voyageurs se sont demandé si la véritable passion de Léonie était réellement, comme les habitants l’affirment, le plaisir de posséder du neuf, du différent, et non pas, plutôt, la joie de rejeter, d’exclure, de se débarrasser d’une impureté récurrente.
Ca, c'est du Thomas Buddenbrook tout craché !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3059
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Tristram le Jeu 25 Avr - 12:15

Eh non, Quasimodo : Léonie est une des fameuses villes invisibles d'Italo Calvino !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Quasimodo le Jeu 25 Avr - 13:01

Eh non : Thomas Buddenbrook ne s'appelle pas Léonie (puisqu'il s'appelle Thomas). Je suggérais maladroitement une parenté de caractère ! Smile

(et cela dit, je note la référence : trop longtemps que je repousse la lecture de Calvino. Et de Manguel, bien sûr.)

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3059
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par bix_229 le Jeu 25 Avr - 14:38

Prends ton temps, Quasi ! Savoure tranquillement...
bix_229
bix_229

Messages : 10251
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Tristram le Jeu 30 Mai - 16:04

Chez Borges

Alberto Manguel - Page 2 Chez_b10


Adolescent, Alberto Manguel fut un lecteur pour Jorge Luis Borges devenu aveugle : souvenirs, anecdotes et points de vue sur Borges, mais aussi Adolfo Bioy Casares et Silvina Ocampo.
L’homme-bibliothèque :
« Pour Borges, l'essentiel de la réalité se trouvait dans les livres ; lire des livres, écrire des livres, parler de livres. De façon viscérale, il était conscient de poursuivre un dialogue commencé il y avait des milliers d'années et qui, croyait-il, n'aurait jamais de fin. »

« Sa bibliothèque (qui, comme celle de tout autre lecteur, était aussi son autobiographie) reflétait sa confiance dans le hasard et dans les lois de l'anarchie. »

« Il y a des écrivains qui tentent de mettre le monde dans un livre. Il y en a d'autres, plus rares, pour qui le monde est un livre, un livre qu'ils tentent de lire pour eux-mêmes et pour les autres. Borges était de ceux-là. »


Mots-clés : #temoignage

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Alberto Manguel - Page 2 Empty Re: Alberto Manguel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum