Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Salomé

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Salomé Empty Salomé

Message par shanidar le Lun 5 Déc - 13:36

Salomé

Salomé Salomy10
Salomé dit Salomé dansant devant Hérode - Gustave Moreau - 1876

Petite présentation :

Figure biblique, littéraire, picturale, elle hante la littérature fin-de-siècle et habite mon imagination depuis des années. Elle est à la fois la tentatrice, la pécheresse, l'éprouvée, figure d'une jeunesse manipulée, d'une sanguinaire adolescente et d'une femme ô combien fatale.

On la rencontre chez Flaubert, Huysmans, Wilde et plus tard Vialatte.
Son drame a été mis en musique dans un opéra fameux car controversé  de Strauss.
Elle a été peinte par Gustave Moreau, Gustav Klimt, gravée par Beardsley.


J'aimerai bien raconter un bout de son histoire ici et peut-être aurez-vous des idées de lectures, écoutes musicales et autres qui pourront compléter mes propres découvertes et divagations.
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Lun 5 Déc - 13:38

Première occurrence biblique :

Au cours du festin donné par Hérode Antipas, qui vivait alors avec Hérodiade, la fille de celle-ci vint danser devant les invités et "plut à Hérode", qui s'engagea à lui donner ce qu'elle réclamerait. Sur l'instigation de sa mère, la jeune fille demanda qu'on lui apporte sur un plat la tête de Jean-Baptiste, alors prisonnier d'Hérode.

C'est l'histoire profane qui nous livre le nom de Salomé : née du premier mariage d'Hérodiade avec Hérode-Philippe, elle devait épouser successivement Philippe le tétrarque, dernier fils d'Hérode le Grand, et son aîné de trente ans, et Aristobule, arrière-petit-fils d'Hérode le Grand et fils d'Hérode de Chalcis, son cousin.

Source : dictionnaire de la Bible (Bouquins-Laffont)
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Lun 5 Déc - 13:41

Le nom de Salomé :

Il est important de noter que dans l'histoire biblique le personnage de Salomé est si peu reconnu qu'il ne porte pas de nom (Matthieu et Marc). C'est au fur et à mesure que la femme prend de l'importance dans nos sociétés que ce personnage secondaire prendra de l'ampleur et deviendra un jour Salomé.

Mais d'où vient ce nom alors ? De l'histoire profane nous souffle Le dico de la Bible… mais encore ?

c'est Flavius Josèphe, considéré comme le plus grand historiographe de son époque (né vers 37 et mort en 100 à Rome), qui donne un nom à la 'fille d'Hérodiade' et l'insère dans la chronologie fourmillante des Hérode dans ses Antiquités judaïques (93 de notre ère). Mais Flavius Josèphe ne dit rien de plus sur cette jeune fille.

Alors comment elle-t-elle passée d'une rapide évocation à l'image reconnue d'aujourd'hui, image qui a été jusqu'à supplanter celle de sa mère, pourtant véritable instigatrice du drame ? Les apôtres ont été peu loquaces (deux d'entre eux, Luc et Jean, n'ont même pas éprouvé la nécessité de rappeler le passage de la danse dans leurs évangiles). Flavius Josèphe l'historiographe ne parle pas de la légende profane insérée dans la Bible d'une jeune femme réclamant la tête de Jean-Baptiste.

Pour comprendre il faut aller se perdre chez les Pères de l'Eglise… Car au début de l'ère chrétienne deux idées voient le jour concernant le rôle des femmes bibliques. D'abord, les Pères cherchent des échos de l'Ancien Testament dans le Nouveau Testament, aux figures familières d'Eve, de Sarah ou de Rachel, il faut trouver des figures aussi importantes dans le Nouveau Testament (Marie, Anne, Marie-Madeleine…) ; mais tout en défendant cette volonté de donner au Nouveau Testament le poids nécessaire à sa diffusion, existe un second discours, celui-ci plus édificateur. A la figure pécheresse d'Eve, il faut trouver une figure pécheresse nouvelle (Marie-Madeleine ne compte pas qui est considérée comme l'image de la femme repentie). Pour illustrer les images négatives de la féminité (tentatrice, menteuse, pécheresse), les Pères de l'Eglise vont se servir de l'épisode de Salomé.
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Nadine le Lun 5 Déc - 13:57

Alors j'ai souvent tendance à confondre avec JUDITH ! A cause des peintures, Caravage etc
Judith coupe la tête, Salomé se fait apporter la tête. Et pas du même donc. .. Si je me suis bien.


Dernière édition par Nadine le Lun 5 Déc - 13:59, édité 1 fois
Nadine
Nadine

Messages : 3466
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Nadine le Lun 5 Déc - 13:58

je reviens bientôt ici /
miam
Nadine
Nadine

Messages : 3466
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Lun 5 Déc - 14:06

Oui Judith coupe la tête d'Holopherne, mais comparée à Salomé, Judith a droit dans La Bible a un livre entier pour elle toute seule alors que Salomé n'est même pas nommée... Et Judith est une figure positive (je crois).
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Nadine le Lun 5 Déc - 14:15

Han han. Intéressant. Cool
Nadine
Nadine

Messages : 3466
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Lun 5 Déc - 14:57

Les Pères de l'Eglise :

Salomé Salomy11 Bas-relief cathédrale de Rouen

Ils sont deux à avoir remodelé l'histoire de Salomé, pour lui donner son aspect de femme fatale, de danseuse perverse et dépravée, de femme diabolique, incarnation de la lubricité et du vice. Deux à avoir extrait Salomé de son image de 'jeune fille' à peine nubile, à peine sortie de l'enfance et soumise  aux désirs les plus cruels de sa mère et à la lubricité de son beau-père. Et pour quoi ? Pour l'édification des croyants et en particulier des jeunes filles…

Jean Chrysostome dans deux textes (l'Homélie sur l'Evangile de Matthieu et l'Homélie sur l'Evangile de Marc datant du début du Vème siècle de notre ère). Dans ces deux textes, Jean Chrysostome donne un nombre étonnant de détails sur le festin organisé par Hérodiade, son discours cherche surtout à mettre en garde les jeunes filles (en particulier les jeunes vierges) contre deux tentations : l'impudeur du corps (illustrée par la danse) et la volonté de séduire (Hérode pourrait presque passer pour une victime). D'autant que l'érotisme du corps trouve sa fin dans le sang, le crime, l'assassinat d'un saint homme, bon et juste. Il faut reconnaitre que tout n'est pas porté au préjudice de Salomé et qu'Hérodias est largement mêlée à l'horreur du crime. Mais Jean Chrysostome est le premier a insisté sur le rôle de Salomé, sur sa culpabilité, sur le fait qu'une jeune fille doit savoir se tenir, ne pas mettre en avant son corps, ne pas chercher à séduire, ne pas tenter (d'ailleurs Jean Chrysostome a également écrit un Traité sur la virginité, qui doit amplement revenir sur ce discours moralisateur).

Le texte des deux homélies faisant référence à Salomé est facilement trouvable sur le net et cela vaut la peine d'y jeter un regard car on voit alors non pas un discours pesé mais plutôt le déferlement d'une indignation, un saint qui ne mâche pas ses mots et qui tient absolument à défendre la pureté des jeunes filles. Un texte virulent, abrasif, qui condamne et se clame comme une vérité absolue.

Deux condamnations se dessinent donc dans le discours de Jean Chrysostome : Salomé est coupable en gros de lubricité, d'attentat à la pudeur et devient une séductrice nocive, sa danse se terminant dans le sang d'un saint.

Il faut reconnaitre que les textes des Evangiles sont assez crus (en particulier celui de Marc), pas une seule seconde Hérodias n'hésite, elle demande la tête de saint Jean-Baptiste, pas une seule seconde Salomé ne s'inquiète de cette demande, elle file et retourne immédiatement au festin pour demander sur-le-champ la tête du saint.

Augustin d'Hippone (le fameux Saint Augustin  354-430) livre deux sermons qui condamne violemment le crime de Salomé (il va même jusqu'à lui inventer un châtiment) ; à la lecture des deux sermons, j'ai été très surprise de voir à quel point, partant d'un détail, Augustin d'Hippone fait preuve d'imagination :

Aussitôt elle se tord pour décrire des circuits insensés ; elle tourne avec la rapidité d'un tourbillon ; on la voit parfois se pencher d'un côté jusqu'à terre, et parfois renverser sa tête et se pencher en arrière et, à l'aide de son léger vêtement, trahir ses formes voluptueuses. Extrait du XVème sermon sur la décollation de saint Jean-Baptiste

Il faut rapprocher ce texte de celui de Flaubert, qui reprend presque mot pour mot les circonvolutions de la danseuse pour décrire sa Salomé. On sait que Flaubert se documentait énormément pour écrire ses textes, et je pense qu'il a eu connaissance  des sermons de Saint Augustin

Et dans le XVIème sermon, l'imagination fertile d'Augustin d'Hippone poursuit :

Sous sa tunique légère, la jeune fille apparait dans une sorte de nudité : car pour exécuter sa danse, elle s'est inspirée d'une pensée diabolique : elle a voulu que la couleur de son vêtement simulât parfaitement la teinte de ses chairs. Tantôt elle se courbe de côté et présente son flanc aux yeux des spectateurs ; tantôt en présence de ces hommes, elle fait parade de ses seins que l'étreinte des embrassements qu'elle a reçus a fortement déprimés.

Au passage les deux Pères égratignent la danse, rituel maléfique, sans doute une résurgence païenne des bacchanales antiques, des danses rituelles en l'honneur de dieux oubliés.

A moins d'être fou, il faut être sous l'influence de la boisson pour danser. Saint Augustin.

Et cette affirmation non dénuée d'une certaine étrangeté de Jean Chrysostome :

Car le démon se trouve partout où il y a de la danse. Dieu ne nous a pas donné des pieds pour un usage si honteux, mais pour marcher avec modestie. Il ne nous les a pas donné pour sauter comme font les chameaux (car les chameaux ne sont pas beaux à voir lorsqu'ils dansent, et les femmes encore moins), mais pour avoir place dans le chœur des anges. (…) Les danses sont les jeux des démons.
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par ArenSor le Lun 5 Déc - 18:30

Pour compléter ton exploration : Mallarmé "Hérodiate"
Et en peinture, un élève de G. Moreau : Pierre-Amédée Marcel-Berroneau dans un esprit Wilde-Beardsley, plus pervers que celui de son maître Smile
Salomé S-l22510

(sinon, dans le Trésor de la cathédrale d'amiens, il y ale crâne de Jean-Baptiste. si, si, c'est le vrai Shocked )
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Mar 6 Déc - 11:02

Ah oui, Mallarmé... son texte m'attend mais je dois dire que je suis très hermétique à cette poésie. J'y vais donc un peu à reculons...

Quant à Wilde/Beardsley je vais revenir en parler d'ici quelques jours, ainsi que de Strauss...
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Quasimodo le Mar 6 Déc - 11:42

Merci pour ce fil très nourrissant ! C'est un mythe qui me fascine aussi.

La pièce d'Oscar Wilde m'a particulièrement plu. J'en ai le souvenir d'une sorte de poème à la lune, à la mort, dans lequel une douceur inquiétante et maladive se faufile partout : une violence insidieuse et dissimulée. L'accent est mis sur le désir de Salomé pour Iokanaan, qui se traduit de façon morbide : d'abord une volonté de le corrompre, puis d'en faire le sacrifice, comme à un dieu païen, pour mieux le posséder. J'ai aussi le souvenir d'une langue très poétique, sensuelle; pleine de parfums étourdissants, enivrants, dont on soupçonne pourtant qu'ils sont empoisonnés; et surtout, d'une mélancolie presque sobre. Je suis resté sous le charme.

C'est une lecture qui remonte à un an ou deux, mes impressions sont peut-être pas tout à fait exactes, d'autant plus que mon livre est resté chez mes parents.

Tu me donnes envie de relire le conte de Flaubert, auquel je n'avais rien compris (trop jeune ... et sans éducation religieuse). Je crois que j'aimerais maintenant, malgré mes expériences malheureuses avec Flaubert.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3166
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Mar 6 Déc - 12:10

Et bien Quasimodo, tu rejoins complètement mes propres sentiments , à la fois vis-à-vis de Wilde et de Flaubert.

J'ai été complètement sciée (la tête sur un plateau quasiment) d'apprendre que Wilde avait écrit cette pièce en 1891 directement en français, car il habitait à Paris à ce moment-là. Il faut reconnaître qu'il est capable d'une immense poésie et en même temps d'évoquer avec force les sentiments violents de Salomé, cet espèce d'acharnement sexuel qui conduit au sacrifice de l'aimé parce qu'il ne peut pas vous appartenir. Strauss avec la danse des sept voiles subliment totalement le texte grâce à une musique orientalisante.

A noter que contrairement à une légende assez répandue, Wilde n'a pas écrit sa pièce pour Sarah Bernhardt mais que cette dernière s'est emparé du texte avec la ferme intension de le monter... à Londres. Où elle subit les foudres de la censure sous le prétexte qu'il était alors interdit de représenter des personnages de la Bible sur scène.
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par ArenSor le Mar 6 Déc - 12:13

Le chef de Jean-Baptiste à la cathédrale d'Amiens (Nadine va dire que c'est trash !)

Salomé Chef_d10

Et la clôture de choeur avec la Décollation :

Salomé Martyr10
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Mar 6 Déc - 12:16

Merci ArenSor. Tu sais comment la tête de Jean-Baptiste est arrivée jusqu'à Amiens ?
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Cliniou le Mar 6 Déc - 12:16

j'attends Richard alors....
Cliniou
Cliniou

Messages : 586
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 49

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Mar 6 Déc - 12:22

Un Cœur de Lion contre une Tête de Saint Jean le Baptiste ?? Very Happy
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Quasimodo le Mar 6 Déc - 12:25

@shanidar a écrit:Et bien Quasimodo, tu rejoins complètement mes propres sentiments , à la fois vis-à-vis de Wilde et de Flaubert.

J'ai été complètement sciée (la tête sur un plateau quasiment) d'apprendre que Wilde avait écrit cette pièce en 1891 directement en français, car il habitait à Paris à ce moment-là. Il faut reconnaître qu'il est capable d'une immense poésie et en même temps d'évoquer avec force les sentiments violents de Salomé, cet espèce d'acharnement sexuel qui conduit au sacrifice de l'aimé parce qu'il ne peut pas vous appartenir. Strauss avec la danse des sept voiles subliment totalement le texte grâce à une musique orientalisante.

A noter que contrairement à une légende assez répandue, Wilde n'a pas écrit sa pièce pour Sarah Bernhardt mais que cette dernière s'est emparé du texte avec la ferme intension de le monter... à Londres. Où elle subit les foudres de la censure sous le prétexte qu'il était alors interdit de représenter des personnages de la Bible sur scène.

Oui, je l'avais acheté en bilingue pour améliorer mon niveau d'anglais ... et puis j'ai appris qu'il l'avait écrite en français, et que de plus, il trouvait la traduction vers l'anglais complètement ratée.

Je viens justement d'écouter la danse des sept voiles, de Strauss. Faudrait que je m'offre l'opéra. Ca fait longtemps que je veux le faire.
Je me suis quand même demandé si c'était une bonne chose de la chorégraphier, cette danse, à l'opéra. Je trouve que ça enlève à la scène son caractère surhumain, triste, et macabre.

Ah, merci pour ces précisions ! Je ne connaissais pas cette censure, c'est étonnant ... est-ce que tu en connais les raisons ?

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3166
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Quasimodo le Mar 6 Déc - 12:26

Merci ArenSor, c'est impressionnant !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3166
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par ArenSor le Mar 6 Déc - 12:42

@shanidar a écrit:Merci ArenSor. Tu sais comment la tête de Jean-Baptiste est arrivée jusqu'à Amiens ?
Je crois que c'est une prise de guerre lors du saccage de Constantinople par les croisés. Mais je vais me renseigner.
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par shanidar le Mar 6 Déc - 12:44

Pour la question de la censure, Quasimodo, je pense que la représentation de Saints par des êtres humains, qui plus est sur une scène de théâtre, pouvait poser une question éthique à l'époque. Les Mystères religieux ont été je crois partiellement interdit en France au XVIème siècle pour cette raison, sans que les autorités parviennent réellement à les empêcher.
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Salomé Empty Re: Salomé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Lecture comparée, lecture croisée

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum