Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


José Carlos Llop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

José Carlos Llop Empty José Carlos Llop

Message par bix_229 le Mer 25 Oct - 20:18

José Carlos Llop
Né en 1956

José Carlos Llop Llop1010

José Carlos Llop, né à Majorque en 1956, est poète et écrivain. Il a publié cinq romans et trois récits ainsi que cinq tomes d'un Journal qu'il continue d'écrire. Il a aussi publié des essais et cinq recueils de poèmes. Il a obtenu plusieurs prix aussi bien en Espagne qu'en France. Déjà parus aux Editions Jacqueline Chambon : Parle-moi du troisième homme (2005), Le Messager d'Alger (2006), Le Rapport Stein (2008), Paris : suite 1940 (2010) et La Ville d'ambre (2011).

Bibliographie

- Parle-moi du troisème homme, 2005
- Le Messager d' Alger, 2006 : Page 1
- Le Rapport Stein, 2008
- Paris : suite 1940, 2010
- La Ville d'ambre, 2011
- Dans la cité engloutie, 2013
- La Vie différente, 2014
- Solstice, 2016
- Rois d' Alexandrie, à paraître en 2018

màj le 3/11/2017
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Mer 25 Oct - 20:54

José Carlos Llop Le_mas10

Le Messager d' Alger. - J. Chambon

Le Messager d'Alger est un livre morbide où la mort et le danger sont constamment présents.
Le passé aussi, non parce qu'il serait meilleur quele présent (le passé en question, c'est le franquisme, la "collaboration",
le fascisme), mais parce qu'il est le seul repère stable.

D'ailleurs passé et présent se télescopent constamment. Et les zones d'ombre subsistent sans s'éclairer, comme une sorte de cauchemar permanent.
Les zones d'ombre concernent aussi nombre de personnages du passé qui ont dépassé la simple duplicité pour afficher une
complicité dangereuse avec les pouvoirs d'alors.

José Carlos Llop dit à ce sujet dans une interview à propos de son roman :

"Cest le monde en crise de la fin des idéologies et de la disparition de la mémoire.
"Le monde civilisé a été capable de tout cela -l'holocauste, le franquisme...-. Et la génération de nos parents et de nos grands parents
savait jusqu'où l'homme pouvait aller avec ses semblables. Et de toute évidence, ils se sont tus. Déchiffrer ce silence est un des roles des romans de la mémoire..
."


mots-clés : #devoirdememoire #guerre


Dernière édition par bix_229 le Dim 29 Oct - 0:23, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Bédoulène le Dim 29 Oct - 0:08

merci Bix je note

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11665
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Dim 29 Oct - 0:33

Je pense que ça t' interessera.
Grace à Llop, on comprend mieux  les lendemains du franquisme et les zones
d' ombre et de non dits qui  pesaient sur l' Espagne et l' étouffaient.
C' est le cas dans ses premiers livres en tout cas.
Et aussi dans Le Rapport Stein, que j' ai lu récemment.
En ce sens, on peut l' associer à Llamazares, Cercas, Cabré, et beaucoup

d'  autres.
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Bédoulène le Dim 29 Oct - 0:36

j'ai le rapport Stein justement

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11665
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par topocl le Dim 29 Oct - 10:19

L’illustration de la couverture fait un peu hésiter, quand même Wink .


Dernière édition par topocl le Dim 29 Oct - 11:00, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6230
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Tristram le Dim 29 Oct - 10:56

C'est vrai que titre et couverture n'auraient pas retenu mon regard dans un casier de bouquiniste...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 7283
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Dim 29 Oct - 11:05

Il me tenterait drôlement, ce Messager d'Alger, même si la couverture...
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Dim 29 Oct - 12:14

bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Lun 6 Nov - 18:54

José Carlos Llop Stein10

Le rapport Stein

Dans ce collège de jéuites, tout est gris, morbide, sinistre.
Les enseignants règnent par la peur. Ils forment une hiérarchie, sourdement antagoniste mais fermée.

On est à la fin des  années 60 dans un port, et Franco est encore vivant.
Le narrateur est un ado trop sensible qui se sent prisonnier d' un univers clos
et incompréhensible.
Que ce soit au collège ou dans sa famille de bourgeois aisés.
Sa famille, c' est son grand père et sa grand mère maternels.
Les parents, la mère, le père sont absents.
De temps en temps, ils envoient des cartes postales que l' enfant à le droit
de lire.
Et de regarder les timbres.
Il n' en saura pas plus. Ils sont ailleurs, toujours ailleurs.
C' est tout.

Un jour, arrive au collège un drole d' oisaeu, coloré comme eux. Alors que tous les autres élèves sont vétus de gris.
Il est perçu comme un corps étranger et pris pour cible tant par les maitres
que par les élèves.
Pour le narrateur, au contraire, il est une bouffée d' air frais et de mystère.
Il semble désinvolte, libre d' allure.
Et c' est plus qu' il n' a jamais connu.

Ils deviennent amis et  Stein invite le jeune garçon chez lui.
Ce qu' il vivra et verra alors sera tellement nouveau, inattendu et  bouleversant pour lui que sa vie
en sera marquée à jamais.

Les questions qu' il se posait vont connaitre des réponses, plutot amères et
décevantes.
Mais il se sent désormais pret à les assumer.

"Et tandis que nous entrions dans la ville... j' ai pensé à Guillermo Stein comme on pense à une ombre ; je me suis rendu compte que je ne savais
rien de Guillermo Stein...
Et alors j' ai pensé que c' était peut etre ça la vie, ne rien savoir de personne : ne rien savoir de personne, pas meme de soi-meme, et vivre  comme si on savait."


mots-clés : #initiatique
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par églantine le Lun 6 Nov - 19:28

églantine
églantine

Messages : 4068
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 53
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Sam 25 Nov - 17:11

José Carlos Llop Le_mas10

Le messager d'Alger

L’action se passe dans une ville au bord de la Méditerranée. Carlos Orfila Klein anime une émission de radio, « La Morgue », où il interviewe des gens âgés pour conserver leur témoignage, entretenir la mémoire.
.
Orfila Klein, journaliste, a été élevé par ses grands-parents. Il est à la recherche de son père qui a disparu de façon énigmatique, cette disparition étant un secret de famille. Certaines personnes ont la clé de ce mystère... et ne sont pas bien intentionnées.

Orfila Klein fait la connaissance de gens, dont le messager d’Alger, Jorge Baker, qui tient une sorte de magasin d’antiquités, qui connaît des choses importantes sur la famille Klein (et du côté de sa mère aussi le mystère est épais) et qu’il ne croise pas par un pur hasard. Orfila Klein est en quête de la vérité et vient rendre visite régulièrement à Jorge Baker dans son « Bazar Buenos Aires » :

« Il [Baker] tira un trousseau de clefs de sa poche et ouvrit une des bibliothèques. Il prit deux ou trois albums et les posa sur la table. Devant moi. Ensuite, il passa du côté où je me trouvais, choisit une autre clef et ouvrit un des tiroirs. C’est alors que je la vis. Sous les enveloppes que Baker avait prises, il y avait une boîte en bois avec des objets à l’intérieur, au verre fêlé. Je n’avais jamais vu cette boîte auparavant mais je la reconnus comme une de celles que fabriquait ma mère les après-midi où il pleuvait, quand l’été avait jeté ses derniers feux. Baker ferma le tiroir brusquement et donna un tour de clef. »

C’est un livre sur la mémoire, un livre sur la tromperie, le mensonge et le secret de famille.

Son grand-père, le Dr Klein, s’est livré à des activités compromettantes pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Espagne, le franquisme, qui lui ont rapporté une grosse fortune.

« Le Dr Klein avait étudié la médecine à La Salpêtrière. Lorsque la guerre avait éclaté, il avait passé la frontière et avait rejoint le service de santé de l’état-major des armées à Burgos. Là, il avait breveté un topique alcalin, obtenu par la distillation d’un opiacé, que les pharmacies militaires se chargèrent de distribuer sur le front et dans la zone nationaliste. Il faisait des miracles dans le traitement des douleurs buccales. Lorsque la guerre s’acheva, ce brevet lui valut une certaine fortune, qui augmenta lorsque le spécifique fut exporté en Allemagne et en Italie, parvenant jusqu’au front russe. »

C’est un récit rempli d’énigmes, l’auteur nous embarque dans un tourbillon de mystères et de gens malveillants aux activités glauques pendant la Deuxième Guerre mondiale et pendant la guerre d’Espagne, livre que l’on peut difficilement résumer, et tant mieux car il est riche, nous tient en haleine et on ne le lâche pas d'une seconde.
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Sam 25 Nov - 17:27

Merci Barcarole !
J' espère que tu poursuivra ta lecture de Llop.
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Sam 25 Nov - 17:35

Oui je lirai d'autres textes de Llop, merci bix de m'avoir fait connaître cet écrivain passionnant !
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par animal le Mar 2 Jan - 22:32

José Carlos Llop Stein10

Le rapport Stein

J'ai d'abord été séduit par le soupçon de mystère et la tonalité du récit et j'ai apprécié une partie de l'assemblage, la part historique ou familiale plus probablement mais en perdant mon rythme de lecture je me suis retrouvé ça à trouver le procédé un peu mécanique (et la fille c'est un peu beaucoup non ?). Ou autre probabilité mon absence de nostalgie pour cette période de mon existence m'a mis à distance. Je me retrouve donc confus et en ayant l'impression d'être peut-être bien passé à côté.

Et la Buick... Roadster ou Roadmaster ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9378
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Lun 9 Avr - 19:44

José Carlos Llop Shoppi10

Le rapport Stein

Petite ville de l’île de Majorque, encore marquée par les sombres événements franquistes. Notre jeune narrateur, Pablo Ridorsa, vit chez ses grands-parents.
Il fréquente l’austère collège tenu par des pères Jésuites.
Ses parents sont absents, ils vivent et voyagent à l’étranger, ils ont confié Pablo à ses grands-parents, et se sent abandonné.

Il ignore pourquoi ses parents sont loin. Sans doute que son grand-père le sait. Oui, c’est inévitable. Mais on ne lui dit rien. Des non-dits, que des non-dits, des mots toujours retenus et ce lourd silence.
Pablo reçoit de temps en temps une carte postale de ses parents.

« C’était une vue de Buenos Aires, prise depuis un aéroplane ; c’est ce qui était écrit au verso : Vue de Buenos Aires prise depuis un aéroplane, mais je n’ai rien lu d’autre… Et j’ajoutai la ville de Buenos Aires au visage de mes parents. Comme si j’ajoutais une ride au visage de mes parents. Pour la première fois de ma vie, comme si je leur ajoutais une ride. »
Un jour, le nouvel élève est arrivé au collège, un nommé Guillermo Stein, « blond aux yeux bleus avec des taches cuivrées », un peu différent, moins austère, moins gris que les élèves du collège ou que l'environnement familial de Pablo, et plus ouvert. Stein, qui deviendra l’ami de Pablo Ridorsa. Chez les Stein la vie est plus aisée, la vie est plus agréable, une maison cossue en périphérie avec un beau jardin, un monde qui n’a pas l’air étriqué comme celui de Pablo. A priori.

« Ta grand-mère n’aime pas que tu ailles chez les Stein. Moi, ça m’est égal, dans cette vie tout ce qui doit arriver finit toujours par arriver. Et puis j’ai confiance en toi : tu ne m’as jamais déçu. Mais les Stein ne sont pas comme nous, c’est ce que dit ta grand-mère. […]
Je ne compris rien de ce que me dit mon grand-père.
Mais je pensais aussi au mot Stein dans le fumoir de la maison pendant que nous dînions, à la façon dont Stein m’avait paru être un mot aussi sinistre que le sifflement d’un cobra et pas parce que je pensais que le nom Stein était un mot sinistre mais parce que ma grand-mère pensait à Stein comme à un danger sinistre et m’avait communiqué cette impression au moyen des fils invisibles qui font que les membres d’une même famille finissent toujours par penser la même chose. »
Stein. Un nom qui met mal à l’aise sa grand-mère et son grand-père. Un mot qui finit par l’égarer lui-même. On ne lui dit pas qu’il ne doit pas fréquenter Stein.

« – Mon garçon, le monde des adultes et dégoûtant. Pourquoi penses-tu que je vis ici, sans voir personne sauf mon père, qui n’est personne, parce que mon père est un végétal avec des yeux, une paire de jumelles , mais un végétal tout de même ? Parce que le monde des adultes est dégoûtant. Pourquoi penses-tu que tes parents voyagent de ville en ville sans jamais s’arrêter plus de trois mois dans chaque ville ? Parce que le monde des adultes est dégoûtant. »

Ne pas dévoiler plus.
Très belle lecture.


Dernière édition par Barcarole le Lun 9 Avr - 20:04, édité 1 fois
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par animal le Lun 9 Avr - 20:03

tu as été plus convaincue que moi !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9378
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Lun 9 Avr - 20:05

Oui j'ai vu que tu es passé à côté ! Mais parfois il y avait des passages "confusionnants" !
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par bix_229 le Lun 9 Avr - 20:28

Merci, Barcarole !
Content, je suis ! José Carlos Llop 1304972969
bix_229
bix_229

Messages : 9329
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Barcarole le Lun 9 Avr - 20:31

José Carlos Llop 1743235393
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

José Carlos Llop Empty Re: José Carlos Llop

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de la péninsule Ibérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum