Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


François-René de Chateaubriand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Ven 3 Nov - 19:54

François-René de Chateaubriand
(1768-1848)


François-René de Chateaubriand Chatea10

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française.

En matière politique, Chateaubriand s'inscrit dans la mouvance royaliste. Il est notamment nommé ministre des Affaires étrangères sous la Restauration. Mais c'est dans le domaine littéraire que sa notoriété est la plus grande. En effet ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du « moi » en ont fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques en France (« Je veux être Chateaubriand ou rien » proclamait le jeune Victor Hugo). Il a aussi, le premier, dans René, ou les Effets des passions (1802) formulé le « vague des passions » qui deviendra un lieu commun du romantisme et fera de René le personnage emblématique de cette sensibilité nouvelle, créée avec une prose ample et rythmée que ses détracteurs qualifieront d'ampoulée.

Il participera aussi au goût pour l'exotisme de l'époque en évoquant l'Amérique du Nord où il a voyagé, dans Atala (1801) ou Les Natchez (1826), ou encore dans le récit de son voyage en Méditerranée dans Itinéraire de Paris à Jérusalem en 1811.

L'œuvre monumentale de Chateaubriand reste les Mémoires d'outre-tombe (posthumes, 1849-1850) dont les premiers livres recréent son enfance et sa formation dans son milieu social de petite noblesse bretonne à Saint-Malo ou à Combourg, alors que les livres suivants relèvent davantage du tableau historique des périodes dont il a été le témoin de 1789 à 1841, ce qui fait de ce texte à la fois un chef-d'œuvre autobiographique et un témoignage historique de premier plan.
source wikipédia

Œuvres

- 1797 : Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française (essai)
- 1801 : Atala, ou les Amours de deux sauvages dans le désert (essai apologétique) : Page 1
- 1802 : René, ou les Effets des passions : Page 1
- 1802 : Le Génie du Christianisme
- 1809 : Les Martyrs, ou le Triomphe de la foi chrétienne (œuvre apologétique)
- 1811 : Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en allant par la Grèce et revenant par l’Égypte, la Barbarie et l'Espagne (récit de voyage)
- 1814 : De Bonaparte, des Bourbons, et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes pour le bonheur de la France et celui de l'Europe
- 1814 : Réflexions politiques sur quelques écrits du jour et sur les intérêts de tous les Français (essai politique)
- 1816 : De la Monarchie selon la charte
- 1820 : Mémoires, lettres et pièces authentiques touchant la vie et la mort de S. A. R. monseigneur Charles-Ferdinand d'Artois duc de Berry
- 1826 : Les Aventures du dernier Abencerage (nouvelle) : Page 1
- 1827 : Les Natchez
- 1827 : Voyages en Amérique et en Italie (récit de voyage)
- Études ou discours historiques sur la chute de l'Empire romain, la naissance et les progrès du christianisme et l'invasion des barbares (essai)
- 1836 : Essai sur la littérature anglaise et considérations sur le génie des hommes, des temps et des révolutions (essai)
- 1838 : Congrès de Vérone
- 1844 : Vie de Rancé
- Mémoires d'outre-tombe, 1848, autobiographie

màj le 9/11/2017
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Ven 3 Nov - 20:03

Je profite de mon incursion dans les Mémoires d'Outre-Tombe pour ouvrir un fil à ce cher Chateaubriand.
Pour commencer, je récupère ce que j'avais écrit d'une lecture vieille de plus de deux ans :

François-René de Chateaubriand 4142yi10

Atala, René, et Les aventures du dernier Abencerage :

Atala, et René, sont deux récits liés, où l'on retrouve une partie des personnages. Deux histoires dans l'Amérique où les Européens apportent la civilisation et la sagesse (le Christianisme) aux Indiens (les Sauvages). Sous fond de romantisme éculé. Le dernier Abencerage retrace l'histoire d'un Maure de retour à Grenade, à la recherche de la gloire passée et perdue de ses ancêtres, où il va s'éprendre d'une Espagnole.

La langue de Chateaubriand est magnifique, et difficile d'accès je trouve, car bien datée et "démodée". Les thèmes également, j'ai un sentiment mitigé, peut-être un jour tenterai-je Les mémoires d'Outre-tombe, mais je ne suis pas trop pressé (le courant romantique n'est pas spécialement celui que je préfère dans la littérature).

Un passage de René m'a toutefois fortement marqué, tant il me parle:


On m'accuse d'avoir des goûts inconstants, de ne pouvoir jouir long-temps de la même chimère, d'être la proie d'une imagination qui se hâte d'arriver au fond de mes plaisirs, comme si elle était accablée de leur durée; on m'accuse de passer toujours le but que je puis atteindre: hélas! je cherche seulement un bien inconnu, dont l'instinct me poursuit. Est-ce ma faute, si je trouve partout des bornes, si ce qui est fini n'a pour moi aucune valeur? Cependant je sens que j'aime la monotonie des sentiments de la vie, et si j'avais encore la folie de croire au bonheur, je le chercherais dans l'habitude.

Eh bien, je découvre mes impressions avec stupéfaction ! Je clame en 2017 que le courant romantique fait partie de mes préférés ! En littérature et peinture. J'aime les émules de Chateaubriand : Hugo, Nerval, Flaubert, Delacroix, Gericault ...
Ce qui est assez cocasse c'est que Chateaubriand a renié l'héritage et l'engouement créé par René. Il écrit en 1802, à ce propos :

Si René n'existait pas, je ne l'écrirais plus ; s'il m'était possible de le détruire, je le détruirais. Une famille de René poètes et de René prosateurs a pullulé : on n'a plus entendu que des phrases lamentables et décousues ; il n'a plus été question que de vents et d'orages, que de maux inconnus livrés aux nuages et à la nuit.
Le jeune Victor Hugo adolescent n'avait sans doute pas encore lu ce revirement !
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Armor le Ven 3 Nov - 23:05

Comme quoi, en tant que lecteurs aussi nous sommes en perpétuelle évolution ! Wink

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3531
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Sam 4 Nov - 16:56

eh oui, chère Armor ! Smile

Je sens que je suis parti pour tout lire. cat

Un petit passage pour la route :

Mémoires d'Outre-Tombe, Livre II a écrit:En tout j’étais né avec des dispositions faciles : sensible aux choses sérieuses comme aux choses agréables, j’ai commencé par la poésie, avant d’en venir à la prose ; les arts me transportaient ; j’ai passionnément aimé la musique et l’architecture. Quoique prompt à m’ennuyer de tout, j’étais capable des plus petits détails ; étant doué d’une patience à toute épreuve, quoique fatigué de l’objet qui m’occupait, mon obstination était plus forte que mon dégoût. Je n’ai jamais abandonné une affaire quand elle a valu la peine d’être achevée ; il y a telle chose que j’ai poursuivie quinze et vingt ans de ma vie, aussi plein d’ardeur le dernier jour que le premier.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Sam 4 Nov - 17:20

Je lis les Mémoires d' Outre tombe avec beaucoup de plaisir et d' interet. Un peu chaque soir parfois.
C' est un bon livre de chevet.
La préface de Juline Gracq est utile au lecteur parce que pertinente et perspicace. En voici la conclusion.

"Une part de son oeuvre, pseudo classique, est morte : il n' a pas vécu, un pied de chaque coté de cet arrachement géologique de la Révolution et de l' Empire,... sans abandonner quelque chose de lui au continent qui s' abimait sous la cendre dans une orgie de  faux style pompéien - ailleurs, là où il vieillit, il vieillit bien : il a ces paliers d' arome dans le bouquet qui favorise les seuls millésimes très nobles...

Il a eu la chance supreme : les chefs-d' oeuvre donnés dans la vieillesse, où tout est philtre et sortilège : concentration des sucs, limpidité, transparence des soleils d' octobre et cette main parfaite, qui, avant les prmiers tremblements, sépare comme jamais la lumière de l' ombre. Les Mémoires n' ont jamais été plus jeunes : conjonction prodigieuse et solitaire d' une grande époque ; d' un grand style et d' un grand format - la langue de la Vie de Rancé enfonce vers l' avenir une pointe plus mystérieuse : ses messages en morse, saccadés, déphasés, qui coupent la narration tout à trac, comme s' ils étaient captés d' une autre planète, bégayant déjà des nouvelles de la contrés où va s' éveiller Rimbaud."

Julien Gracq. Préface aux Mémoires d' Outre tombe. - Le livre de poche
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Sam 4 Nov - 17:25

Par contre, j' hésite à lire toute la partie consacrée à Napoléon, où il passe une
partie de son temps à peser et comparer leurs mérite et leur gloire respectifs.
Pour Chateaubriand, il n' y a pas photo, il est, lui, Chateaubriand, le meilleur !
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Aventin le Sam 4 Nov - 17:31

Vie de Rancé

François-René de Chateaubriand H-300011
Un exemplaire de l'édition originale.




Ce livre parait en 1844, en première et seconde version (la seconde apporte des corrections non négligeables à la première, si vous pouvez, trouvez une édition de la première mouture, apportant les correctifs et variantes de la seconde dans les notes).
Une des citations les plus célèbre extraites de la "Vie de Rancé" a, d'ailleurs, trait à l'avancée en âge:
« La vieillesse est une voyageuse de nuit: la terre lui est cachée; elle ne découvre plus que le ciel. »

Comme dit l'auteur dans la préface:
"Mon premier ouvrage a été fait à Londres en 1797, mon dernier à Paris en 1844. Entre ces dates, il n'y a pas moins de quarante sept ans, trois fois l'espace que Tacite appelle une longue partie de la vie humaine. Le temps s'est écoulé, j'ai vu mourir Louis XVI et Bonaparte; c'est une dérision que de vivre après cela. Que fais-je dans le monde ? Autrefois je barbouillais du papier avec mes filles, Atala, Blanca, Cymodocée, chimères qui ont été chercher ailleurs la jeunesse. On remarque des traits indécis dans le tableau du Déluge, dernier travail de Poussin: ces défauts du temps embellissent le chef-d'œuvre du grand peintre; mais on ne m'excusera pas, je ne suis pas Poussin, je n'habite point au bord du Tibre, et j'ai un mauvais soleil".

C'est sa toute dernière œuvre, composée à la demande de son confesseur. C'est donc un exercice qui lui fut imposé.
Aucun succès à sa parution, puis destin de livre oublié de tous les "morceaux choisis" et autres "anthologies" jusqu'à ce qu'André Beaunier puis Julien Benda le (re)découvrent, début XXème, même si Sainte-Beuve l'avait coché comme important.

Si vous êtes familier du style histrionnant, parfois précieux et excessif qui se rencontre parfois dans Atala, René et certains passages des Mémoires d'outre-tombe, vous serez surpris.
L'ensemble est très épuré, peu de ces envolées, de ces fulgurances "solaires" qui ont fait admirer le grand fondateur du Romantisme, pour ce qui est de la littérature française, et qui sont ce qui reste de lui dans l'esprit de la plupart de nos contemporains quand ils évoquent cet auteur.
Tout juste quelques eaux dormantes dans des méandres qu'on scrute sans trop savoir ce qu'elles recouvrent, et qu'on soupçonne insondables de profondeur cachée, mais c'est peu, sous une signature Chateaubriand !

J'en ai fait une lecture très besogneuse, m'arrêtant à la moindre note (il y en a une toutes les deux lignes dans l'édition que j'avais en main), et toujours avec le moteur de recherches de mon PC à proximité immédiate.
Le contraire d'un livre de chevet ou de transports en commun.
De surcroît, la période historique décrite ne m'est pas du tout familière.

Chateaubriand ne se livre pas à une exégèse de Rancé, loin de là, et son opus n'est pas non plus une approche scientifico-historique, du moins pas tout à fait.
Quelle curieuse matière, quel étrange traitement d'un "exercice imposé".
Peut-être faut-il se souvenir que Chateaubriand était un des seuls maîtres que Proust se reconnaissait.

Mon cher François-René, Monsieur le Vicomte, si je puis me permettre de vous apostropher directement outre votre tombe, une fois refermé, cet ouvrage de grande qualité m'a porté une bonne semaine...




Outre-exhumé d'un message du 26 mars 2013 sur Parfum.
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Sam 4 Nov - 18:40

@bix_229 a écrit:Par contre, j' hésite à lire toute la partie consacrée à Napoléon, où il passe une
partie de son temps à peser et comparer leurs mérite et leur gloire respectifs.
Pour Chateaubriand, il n' y a pas photo, il est, lui, Chateaubriand, le meilleur !

Sans doute un apport historique intéressant pour une période que j'ai peu abordée pour ma part.

Et merci Aventin pour ton commentaire exhumé. Un Chateaubriand différent alors. (quoiqu'il ne soit pas toujours emphatique dans son autobiographie non plus).
J'ai aussi Itinéraire de Paris à Jérusalem dans ma PAL. Basketball
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Sam 4 Nov - 20:08

Et pour Quasimodo :

Fin du Livre III a écrit:C’est dans les bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis, que j’ai commencé à sentir la première atteinte de cet ennui que j’ai traîné toute ma vie, de cette tristesse qui a fait mon tourment et ma félicité. Là, j’ai cherché un cœur qui pût entendre le mien ; là, j’ai vu se réunir, puis se disperser ma famille. Mon père y rêva son nom rétabli, la fortune de sa maison renouvelée : autre chimère que le temps et les révolutions ont dissipée.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Sam 4 Nov - 21:08



Après avoir été blessé dans un combat qui opposait les troupes royalistes europénnes à la garnison française de Thionville,Chateau briand raconte :

Je passai une première nuit dans une grange, et je ne mangeai point. La femme du paysan propriétaire de la grange, refusa le loyer de ma couchée; elle m' apporta avec une miche noire que je trouvai excellente. Je me remis en route tout gaillard, bien que je tombase souvent. Je fus rejoint par quatre ou cinq de mes camarades qui prirent mon sac. ; ils étaient ausi fort malades... Nous rencontrames des villageois; de charrettes en charrettes, nous gagnames pendant cinq jours, assez de chemin dans les Ardennes, pour attindre Attert. Le sixième jour, je me retrouvai seul.

Après avoir marché pendant deux lieues, qui me coutèrent six heures de temps, j' aperçus une famille de bohémiens campée avec deux chèvres et un ane, derrière un fossé autour d' un feu de brandes.
A peine arrivais-je, je me laissai choir, et les singulières créatures s' empréssèrent de me secourir.
Une jeune femme en haillons, vive, brune, mutine, chantait, sautait, tournait, en tenant de biais son enfant sur son sein..., puis elle s' asseyait sur ses talons tout contre moi, me regardait curieusement à la lueur du feu, prenait ma main mourante pour me dire ma bonne aventure, en me demandant un petit sou ; c' était trop cher.

Il était difficile d' avoir plus de science, de gentillese et de misère que ma sybille des Ardennes.
Je ne sais quand les nomades dont j' aurais été un digne fils, me quittèrent ; lorsque à l'aube, je sortis de mon engourdissement, je ne les trouvai plus.

Ma bonne aventurière s' en était allée avec le secret de mon avenir. En échange de mon petit sou, elle avait déposé à mon chevet une pomme qui servit à rafraichir ma bouche...L' aurore était bien belle et
j' étais bien laid.

Les Mémoires d' outre-tombe, livre Xème, ch 1

J' ai remarqué que Chateaubriand était, en situation critique, souvent aidé par des femmes, jeunes et jolies, en tout cas séduisantes... En Amérique, c' était deux indiennes...
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Dim 5 Nov - 9:22

Il explique sa grande timidité et sa propension à fortement fantasmer dans les premiers livres. Peut-être une piste ... Wink
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Lun 13 Nov - 17:19

Livre X, chapitre 9 : Charlotte a écrit:Faites que la beauté reste, que la jeunesse demeure, que le cœur ne se puisse lasser, et vous reproduirez le ciel. L’amour est si bien la félicité souveraine qu’il est poursuivi de la chimère d’être toujours ; il ne veut prononcer que des serments irrévocables ; au défaut de ses joies, il cherche à éterniser ses douleurs ; ange tombé, il parle encore le langage qu’il parlait au séjour incorruptible ; son espérance est de ne cesser jamais ; dans sa double nature et dans sa double illusion ici-bas, il prétend se perpétuer par d’immortelles pensées et par des générations intarissables.

François-René de Chateaubriand Chatea11
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Lun 13 Nov - 18:07

Grand écrivain, Chateaubriand était aussi volontiers cocardier. Exemple :

"Nous sommes de singuliers ennemis : on nous trouve d' abord un peu insolents, un peu trop gais, trop remuants, nous n' avons pas plutot tourné les talons qu' on nous regrette.
Vif, spirituel, intelligent, le soldat français se mele aux occupations de l' habitant chez lequel il est logé ; il tire de l'eau au puits, comme Moise pour les filles de Madian, chasse les pasteurs, mène les agneaux au lavoir, fend le bois, fait le feu, veille à la marmite, porte l' enfant dans ses bras
ou l' endort dans ses bras.

Sa bonne humeur et son activité communiquent la vie à tout; on s' accoutume à le regarder comme un conscrit de la famille. Le tambour bat-il ? son hote pleurant sur la porte, et quitte la chaumière à laquelle il ne pensera plus avant qu' il soit entré aux Invalides."

Mémoires d' Outre tombe. - Le livre de poche, p. 516

Idyllique, non ? Chateaubriand était il chargé de la com aux armées ou était-il mal informé ?
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Lun 13 Nov - 20:26

Oui, et puis son côté royaliste, noble, a aussi de quoi agacer.
Mais j'aime ses doutes, ses quelques atermoiements derrière la carapace.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Mar 14 Nov - 13:19

A la mort de sa mère, Chateaubriand trouve un regain de foi (dans l'espoir de la retrouver dans l'au-delà ? C'est mon avis ...), ce qui le pousse à écrire son ouvrage Génie du Christianisme.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Mar 14 Nov - 15:46

Par moments,  Chateaubriand laisse clairement entendre qu' il est conscient de sa valeur. Ne serait-ce que par comparaison. Avec ironie et un soupçon de dépit.

Quelle capacité peut-on trouver à n' y voir goutte, à rester étranger à la marche du siècle, au mouvement des idées, à la transformations des moeurs, au progrès de la société ?

N' est-ce pasune méprise déplorable que d 'attacher aux évènements une importance qu'  ils n' ont pas ? Barricadé dans vos étroits principes, l' esprit aussi court que le jugement, vous ètes comme un homme logé sur le derrière d' une maison n' ayant vue que sur une petite cour, ne se doutant ni de ce qui se passe dans la rue, ni du bruit qu' on entend au dehors.

Voilà où vous réduit un peu d' indépendance, objet de pitié que vous ètes pour la médiocrité : quant aux grands esprits à l' orgueil affectueux et aux yeux sublimes, leur dédain miséricordieux vous pardonne, parce qu' ils savent que vous ne pouvez pas entendre.

Je me renfonçai donc humblement dans ma carrière littéraire, pauvre Pindare destiné à chanter dans la première Olympique l' excellence de l'eau, laissant le vin aux heureux.

Mémoires d' Outre tombe, Le Livre de Poche, p. 556
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Arturo le Mar 14 Nov - 17:09

Merci Bix de nourrir le fil, et de faire partager ces extraits inspirés !
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par bix_229 le Mar 14 Nov - 17:42

De rien, ça reflète mon propre interet !
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

François-René de Chateaubriand Empty Re: François-René de Chateaubriand

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum