Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Samuel Joseph Agnon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Samuel Joseph Agnon Empty Samuel Joseph Agnon

Message par ArenSor le Dim 26 Nov - 18:52

Samuel Joseph Agnon
(17 juillet 1888 - 17 février 1970)

Samuel Joseph Agnon Agnon10


Shmuel Yosef Agnon (hébreu : שמואל יוסף עגנון), (né Samuel Joseph Czaczkes), connu aussi sous l'acronyme Shai Agnon (ש"י עגנון), premier écrivain israélien de langue hébraïque à avoir remporté le Prix Nobel de littérature en 1966, qu'il partage avec la poétesse Nelly Sachs.
Ses ouvrages, écrits dans un style original tantôt gai et grave, dépeignent la vie des juifs ashkenazes en Europe centrale au début du XXe siècle. Ils évoquent par ailleurs leur déclin juste avant la Première Guerre mondiale. Agnon traite également de la situation des pionniers de l'arrivée en Israël et de la perte progressive par ces derniers du sens de leur quête spirituelle.
Samuel Agnon est né à Buczacz en Galicie, province de l'Empire autrichien, dont la partie orientale est actuellement en Ukraine, et a reçu une éducation religieuse. À l'âge de 8 ans, il apprend à lire en hébreu et surtout en yiddish.
Il émigre en Israël en 1908, époque de la seconde Aliyah. Il signe son premier article du nom de « Agnon », qui devient son pseudonyme littéraire, puis son surnom officiel dès 1924.
En octobre 1912, à l'âge de 24 ans, il embarque à Jaffa avec Arthur Ruppin pour s'installer à Berlin. Il restera 12 ans en Allemagne, période pendant laquelle il ne cessera pas de publier. Dans un premier temps il donne des cours d'hébreu pour pouvoir subvenir à ses besoins puis, sur recommendation de Martin Buber, il occupe un emploi dans la maison d'édition, la "Jüdischer Verlag". À la fin de l'année 1915, Martin Buber lui fait rencontrer l'homme d'affaires et éditeur Salman Schocken dont il obtiendra un soutien financier.
En 1916 il reçoit son ordre de mobilisation. Il se fait dispenser pour des raisons de santé, mais il doit rester cinq mois en convalescence au Jüdisches Krankenhaus Berlin (Hôpital juif de Berlin).
En 1919 son éditeur Schocken l'envoie à Munich. Il y rencontre Esther Marx (1889-1973), fille du banquier Georges Marx, venue étudier à l'Académie des Beaux-Arts. Il épouse Esther Marx en mai 1920 malgré l'opposition du père de celle-ci qui voyait en Agnon un Juif de l'Est ("Ostjude") qui vivait de sa plume. En 1921, après la naissance de leur fille aînée, le couple part s'installer à Bad Hombourg (ville thermale de Hesse) où des Juifs s'étaient installés depuis le XVIIe siècle. Un an après le couple donne naissance à un fils. En 1924, il perd tous ses manuscrits et sa très riche collection de livres dans un incendie qui s'est déclaré dans son appartement. Sa femme et ses deux enfants échappent de peu à une tragédie. Finalement, le couple décide de quitter l'Allemagne et de partir s'établir en Palestine (sous mandat britannique).
Samuel Agnon était très impliqué pour la cause végétarienne et souleva le thème dans beaucoup de ses histoires.
(d’après Wikipédia)

Œuvres :

Les Abandonnées (1924), traduction de ???
L'Hôte de passage (1930), traduction de Ôreah natah lalûn
Une Histoire toute simple (1935), traduction de Sipour Pashout
Au Cœur des mers (1933), traduction de Bilvav Yamim
À la Fleur de l'âge (2003, en français), traduction de Bidmi yameha
Les Contes de Jérusalem (traduction de nouvelles extraites d’œuvres diverses)
La Dot des fiancées (1931), traduction de Hakhnassat kallah
Le Chien Balak (1945), traduction de Tmol shilshom
Téhila (nouvelle parue en 1950, traduction française de תהלה en 2014)
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Samuel Joseph Agnon Empty Re: Samuel Joseph Agnon

Message par ArenSor le Dim 26 Nov - 18:55

A la Fleur de l'âge

Samuel Joseph Agnon A_la_f10

« A la fleur de l’âge » est un court roman qui ressemble à un conte. L’action se passe dans une communauté juive de Galicie, probablement au début du XXe siècle, mais peu d’éléments ancrent la temporalité du récit. De même, les événements se passent en milieu clos, quasiment dans une famille, profondément religieuse et respectueuse du rituel hébraïque.

La jeune Tirtza assiste à la mort de sa mère, emportée dans la fleur de l’âge. Elle reste seule avec son père, la servante et Mintchy, la meilleure amie de sa mère, toutes deux se sont connues dans la classe où professait Akavia Mazal… l’énigmatique poète Mazal !

« A la fleur de l’âge » est un roman d’une concision et d’une pudeur rares. Tout est suggéré avec une extrême délicatesse, ce qui fait ressentir plus vivement la violence des passions qui animent le personnage central et en cascade, beaucoup d’autres. Un beau portrait de femme.

Agnon ayant eu successivement la nationalité austro-hongroise, allemande, palestinienne sous mandat anglais et israélienne, je l'ai placé dans cette dernière nationalité.

mots-clés : #mort #traditions
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum